AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gilles Berton (Traducteur)
EAN : 9782702433805
361 pages
Le Masque (07/11/2007)
3.49/5   62 notes
Résumé :
En 1696, le jeune Christopher Ellis, que l'on a surpris à livrer un duel illégal, est envoyé à la Tour de Londres pour servir d'assistant à sir Isaac Newton, gardien de la Monnaie et chargé par le roi d'enquêter sur un réseau de faux-monnayeurs.

Le tandem formé par le savant de grand renom et son assistant rusé et débrouillard va se révéler des plus performants. Au cours de leur enquête, ils découvrent un mystérieux message codé sur le corps d'un homm... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 62 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Un scientifique historique tel que Isaac Newton est mis en scène comme personnage principal avec son assistant Ellis. Cela parait incongru mais permet tut de même de se familiariser avec ce grand homme, son siècle et en particulier la Tour de Londres, qui est bien plus qu'une simple tour mais une petite ville dans le grand Londres. L'énigme de crimes commis avec comme cause principale la fabrication de fausses monnaies est vite occultée par des divagations pas toutes nécessairement intéressantes. Certains passages sont bien réussis et intéressants. On découvre l'arianisme.

Commenter  J’apprécie          330

Le chiffre de l'alchimiste met en avant la société anglaise à la fin du XVIII éme siècle, à une période de conflit entre protestants et catholiques, anglais et français. le héros en est Isaac Newton, génie scientifique, mais aussi gardien de la Royal Mint (monnaie royale). Il est assisté de Christopher Ellis, secrétaire et homme d'épée, qui va lui sauver plus d'une fois la vie, tout en admirant autant les capacités intellectuelles de Newton que sa charmante nièce.

Newton a fort à faire avec les faussaires qui fabriquent de la fausse monnaie, parfois même avec la complicité des ouvriers de la monnaie, qui travaillent à la Tour de Londres. Des meurtres commis dans l'enceinte de la Tour de Londres le mettent sur la piste d'un complot complexe mêlant cryptographie, alchimie et luttes religieuses.

La publication en français en 2007 de ce roman, écrit en 2002 par Philip Kerr est sans nul doute liée au succès que rencontre aujourd'hui la série phare de Kerr autour du détective policier Bernie Gunter, qui assiste à la montée du nazisme dans les années 30, devient un témoin des horreurs de la guerre, avant de poursuivre ses aventures sur le continent américain, à la suite de ceux qu'il a tant méprisé.

Autant le style de Kerr dans les Bernie Gunter est fluide et les enquêtes bien bâties, autant Kerr est là plus confus, multipliant les apartés, pour mieux perdre le lecteur dans des détails historiques, alchimiques ou scientifiques. A trop diluer sa plume, Kerr perd parfois le lecteur dans les méandres de son récit. de plus, Kerr dote Newton d'un esprit de déduction très Sherlock Holmésien assez malvenu, car le brillant scientifique en fait trop pour être crédible.

Au final reste une lecture qui demeure intéressante, mais bien moins porteuse d'émotions d'autres ouvrages de Kerr.

Commenter  J’apprécie          90

Titre original : Dark Matter. The private Life of Sir Isaac Newton : a novel.

Editions du Masque, 2004.

En 1696, Christopher Ellis, un juriste bagarreur et amateur de duels, est envoyé à la tour de Londres afin de servir d'assistant à Isaac Newton. Cet homme est un personnage énigmatique, fascinant. Un puit de science dont Ellis demande à bénéficier.

Isaac Newton lutte notamment contre le trafic de faux-monnayage. Un jour justement, lui et son assistant s'occupe de ce qui semble être une banale affaire de contrefaçon de pièces de monnaie. Enfin, banale, pas vraiment en réalité. Car autour de cette affaire, les cadavres s'accumulent. Des morts horribles. Des hommes torturés jusqu'à la mort, d'autres livrés à l'agressivité des lions ou à la rigueur impitoyable d'une corde raide.

Non, ce n'est pas une affaire banale. le plus étrange est que les assassins laissent sur certains corps des messages codés et des symboles alchimiques. Voilà qui ne pouvait manquer d'attiser la curiosité de Newton. Aussi, une enquête complexe débute qui conduira nos deux héros dans des univers où la folie prend des formes diverses.

Non, l'énigme des messages codés ne se résume pas à une simple affaire de contrefaçon. Il s'agit bien d'une correspondance entre des personnes sûres d'elles et prêtes à tout. Pour un complot peut-être ?

Ce roman est un brillant thriller historique. le narrateur n'est autre qu'Ellis et il nous prend par la main pour découvrir, en même temps que lui, la personnalité mystérieuse d'Isaac Newton. Cherchant fiévreusement la solution d'un mystère. Affrontant les tentatives d'assassinat autant que les manoeuvres de ses ennemis pour révéler des convictions qui flirtent avec l'hérétisme. Ellis ne laisse lui-même pas indifférent. Son courage face à la mort, son histoire d'amour naissante en font un personnage touchant qui mêlent au mysticisme de cet histoire de l'action bienvenue. Un cocktail bien dosé qui en font un roman très agréable.

Commenter  J’apprécie          20

Ce livre est une vraie réussite pour ce qui est de nous plonger dans l'atmosphère de Londres en fin de XVIIème siècle, pendant une période très troublée par de multiples conflits entre protestants et catholiques, entre français et anglais. Il met en scène Isaac Newton, le physicien, mais dans une autre facette de ses activités, moins connue : il fut gardien de la Royal Mint et donc effectivement chargé des problèmes de fausse-monnaie. Dans ce roman il se transforme en une sorte de Sherlock Holmes, assisté par son nouveau secrétaire, le précédent venant d'être assassinée. le narrateur est ce nouveau secrétaire, Christopher Ellis. J'ai donc trouvé l'ambiance londonienne remarquablement bien rendue, avec pleins de détails (petits métiers, vie quotidienne, …), on s'y croirait, et le style aussi rend bien cette ambiance. Malheureusement, ce style, très roman historique, ne rend pas la lecture aisée. L'intrigue, complexe, est bien ficelée, mais on s'y perd un peu, c'est plutôt rare, mais cela aurait gagné à être plus limpide, moins touffu.

Commenter  J’apprécie          60

Saviez-vous qu'Isaac Newton avait été gardien de la monnaie à la tour de Londres ? Pour ma part, je l'ignorais totalement, donc je me suis jetée sur ce polar historique, espérant en apprendre un peu plus mais de manière ludique.

Le jour où le corps de George Macey, l'ancien secrétaire d'Isaac Newton disparu depuis plusieurs mois, est découvert au fond de la Tamise, Isaac Newton se lance dans une enquête longue et périlleuse, secondé par son nouveau secrétaire, Christopher Ellis. C'est d'ailleurs ce dernier qui est le narrateur : ayant promis à Isaac Newton de ne jamais parler de cette affaire de son vivant, Christopher Ellis a attendu son décès pour raconter cette histoire. Car ce meurtre est en quelque sorte l'arbre qui cache la forêt : en effet, d'autres assassinats ont lieu et, petit à petit, nos deux héros découvrent un complot religieux et politique doublé d'un réseau de faux-monnayeurs au sein de la Tour de Londres, siège de la Royal Mint. L'affaire est grave !

Aux côtés des deux personnages, nous suivons leur enquête, leurs réflexions, leurs déductions... J'avais un peu peur d'avoir droit à des explications compliquées concernant les théories d'Isaac Newton, mais ce ne fut pas le cas, car Christophe Ellis a l'air aussi doué en sciences que moi ! Ainsi, les réflexions d'Isaac Newton passent par le prisme de la pensée de Christopher Ellis et tout est limpide, à part la description du code secret : j'ai sauté ce passage, incompréhensible et ennuyeux au possible !

Si l'intrigue est intéressante et bien ficelée, elle a en revanche tendance à s'étirer un peu trop, donc j'ai parfois un peu décroché de l'histoire, l'ennui me gagnant.

Un point tout particulièrement intéressant : l'aspect historique. Outre la découverte d'un Isaac Newton gardien de la monnaie, nous sommes totalement immergés dans la vie quotidienne au sein de la Tour de Londres, siège de la Royal Mint, avec ses multiples activités et métiers, la frappe de la monnaie, la contrefaçon...


Lien : http://romans-historiques.bl..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation

Non, en certaines occasions, mieux vaut être aveugle.

Commenter  J’apprécie          220

En vérité, on pourrait même soutenir qu'un roi peut être assassiné sans que cela perturbe pour autant l'équilibre du pays entier, comme ce fut le cas dans la Rome antique où les prétoriens tuaient leurs empereurs comme les enfants tuent des mouches. Mais quand c'est l'argent qui est malade, le pays se trouve privé de l'aune de la prospérité, et ce mal ne tardera pas à le tuer. Et puis ce n'est pas à nous de discuter de la justice du châtiment. C'est l'affaire des tribunaux. Ou du Parlement.

Commenter  J’apprécie          10

- Peu importe, dit-il d'une voix patiente, je suis convaincu que l'on ne devient pas, mais que l'on naît mathématicien. De telles choses sont évidentes à mes yeux. En vérité, je perçois dans les chiffres des choses que la plupart des hommes ne verront jamais, dussent-ils vivre cent ans.

– Mais ce sont des lettres, pas des chiffres, objectai-je.

– Et pourtant tout le monde devrait s'apercevoir qu'il y a forcément un ordonnancement numérique dans la fréquence d'apparition de ces lettres. Ce qui fait que ce message n'est pas une simple fantaisie, Ellis. Il s'agit très probablement d'un code secret. Or tous les codes, s'ils sont systématiques et correctement agencés, sont régis par les mathématiques, et ce que les mathématiques ont rendu obscur, elles sont aussi capables de le rendre visible.

Commenter  J’apprécie          00

Jésus leur dit : «La lumière n'est plus parmi vous que pour peu de temps. Marchez tant que vous avez la lumière, de peur d'être sur­pris par les Ténèbres : Celui qui circule dans les ténèbres ne sait où il va.»

Commenter  J’apprécie          20

Car c'est là que réside la véritable raison d'être des horoscopes : servir d'instruments aux menteurs et aux imposteurs.

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Philip Kerr (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Kerr
Emmanuel Couly reçoit Anne Martinetti pour son livre, "Mortels Cocktails" aux Editions du Masque, au Duke's bar de l'Hôtel Westminster, 13 rue de la Paix, 75002, Paris. « le vrai crime, c?est de ne pas savoir préparer un martini. » Francisco G. Haghenbeck, L?affaire tequila de Philip Kerr à Patricia Cornwell en passant par Ian Rankin, Stephen King, Fred Vargas ou l?éternelle Agatha Christie, les maîtres du genre vous servent leurs meilleurs cocktails et vous invitent à replonger dans leur univers? le temps d?un verre. 50 recettes de cocktails pétillants et dangereusement exquis à savourer comme un bon polar !
+ Lire la suite
autres livres classés : isaac newtonVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Bernie Gunther, un privé chez les nazis...

"Je ne suis pas un nazi. Je suis un Allemand. Ce n'est pas la même chose. Un Allemand est un homme qui arrive à surmonter ses pires préjugés. Un nazi, quelqu'un qui les change en lois" On m'a viré de la Kripo en 1934, et comme il faut bien vivre, je me suis retrouvé déguisé en privé dans l'établissement le plus select de Berlin :

Hôtel Savoy
Hôtel Berlin
Hôtel Regent
Hôtel Adlon
Hôtel Otto

10 questions
109 lecteurs ont répondu
Thème : Philip KerrCréer un quiz sur ce livre