AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Berton (Traducteur)
ISBN : 2253137456
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1995)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.73/5 (sur 191 notes)
Résumé :
Vétéran du front turc, ancien de la police, Bernie Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Berme ne se plaint pas. Les disparitions sont monnaie courante à Berlin, en 1936, et il ne manque pas de clients Mais aujourd'hui, Hermann Six, le puissant industriel qui engage Bernie, ne cherche pas à trouver sa fille : celle-ci a été assassinée chez elle, ainsi que son mari. Non, ce qui intéresse Herr Six, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  12 septembre 2018
Le détective privé de L'été de cristal, premier tome de la trilogie berlinoise, c'est Bernhard Gunther, Bernie, flic démissionnaire de Kriminalpolizei, reconverti notamment dans les enquêtes sur les disparitions, justement nombreuses en 1936. Bien que berlinois, Bernie possède toutes les caractéristiques du hard-boiled américain. Solitaire, caustique, anti-conformiste, il flirte souvent avec l'immoralité, joue volontiers les séducteurs en sirotant du schnaps, et n'hésite pas à lutter seul contre tous. Dans cette époque troublée, où avocats, médecins, plombiers, bouchers, bijoutiers font suivre leur profession ou titre du mot « allemand » sur leurs cartes de visite, il ne parvient pas à se définir comme un enquêteur « allemand », un enquêteur luthérien, un enquêteur asocial ou seulement comme un enquêteur veuf.

Le contexte historique est quant à lui une géniale trouvaille de Philip Kerr, qui procure toute sa force à ce premier opus : Berlin 1936, période d'éclosion des violettes de mars, surnom attribué à tous les suiveurs, les sans-convictions qui, la truffe au vent, rallient en toute hâte le parti nazi et son führer, par opportunisme. C'est dans cette ambiance délétère que Hermann Six, magnat de l'industrie, demande à Bernie d'élucider le meurtre de sa fille et de son gendre, abattus dans leur lit, avant l'incendie de leur maison. L'enquête est rondement menée, et grâce à l'humour et au cynisme de Bernie, offre de nombreuses scènes très drôles. Mais la recherche du coupable permet surtout à l'auteur de radiographier la vie quotidienne des berlinois en 1936 et de dresser l'état des lieux d'un pays apathique et nécrosé qui a donné démocratiquement tous les pouvoirs à un dictateur. De nombreuses lois liberticides ont été votées. Ont été créés le « Département pour la suppression de l'homosexualité » chargé de traquer les déviants, la « Brigade radiophonique » qui a pour tâche de frapper aux portes pour vérifier que chacun effectue son devoir civique en écoutant les discours des hauts dignitaires nazis, la « Brigade anti-corruption » submergée tant les trafics de toutes sortes fleurissent, la « Ligue féminine » qui considère le maquillage, les hauts talons ou la cigarette contraires à l'idéal nazi de la femme allemande, et ainsi de suite, sans fin....

Pour les jeux olympiques, « la plus scandaleuse supercherie de l'histoire moderne», les nazis redorent un peu leur blason, remettent en librairie quelques livres interdits, ce qui n'empêche pas l'humiliation du régime : Jesse Owens, athlète afro-américain, ridiculise sous les yeux d'Adolf Hitler toutes les théories foireuses sur la supériorité aryenne et donne, avec ses quatre médailles d'or, un sens à l'humanité toute entière.

Un vrai bonheur de re-lecture ! En route pour le second tome, La pâle figure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
Ichirin-No-Hana
  12 avril 2017
L'Été de Cristal est le premier volume de la trilogie berlinoise et la première rencontre avec le détective Bernhard (Bernie) Gunther, personnage phare de l'auteur écossais Philip Kerr que l'on peut suivre aujourd'hui pendant dix romans, le dernier paru étant La dame de Zagreb, sortie l'année dernière.
Nous faisons donc la connaissance de Bernie, ancien policier reconverti en détective privé. En plein Berlin de 1936 où le nazisme a déjà étendu son pouvoir sur l'Allemagne, notre très cher Bernie ne manque pas de travail. Spécialisé dans les recherches de personnes disparues, Bernie enquêtera régulièrement sur des disparitions qui ont lieu dans des familles juives (déportés ou tout simplement cachés ?). Un jour, un certain Germann Six, puissant industriel, engage le détective pour comprendre le double meurtre de sa fille et de son gendre et surtout retrouver des bijoux disparus ce soir-là. Enquête qui sera beaucoup plus complexe qu'elle n'en a l'air au premier abord et qui concernera très rapidement un certain Goering...
Le point fort de ce roman, comme on peut facilement s'en douter, c'est incontestablement son contexte historique. A la veille des fameux Jeux Olympiques de Berlin, les S.S. ont pour lourde tâche de rendre la ville plus attrayante pour le monde entier : on remet des livres en libraire, on contrôle beaucoup plus fermement la publication de certaines revues clandestines, etc... Bernhard est un allemand qui ne comprend pas du tout l'idéologie nazi et l'ascension de ce parti au pouvoir. Il constatera les changements opérés au pays avec beaucoup d'effarement mais reste tout à fait conscient du danger s'il cherche à s'opposer, mais cela ne l'empêchera pas, quand il aura la possibilité, de laisser entrevoir son opinion grâce une touche d'ironie très acerbe. Plus on avancera dans le roman, plus on découvrira, avec notre héros, l'horreur de l'Allemagne de cette époque-là ( ). L'été de cristal est donc un roman très oppressant et très émouvant par sa réalité. Malgré que le récit soit fictif (ainsi que la majorité de ses personnages), les drames et les faits eux sont purement réels et c'est monstrueux.
En plus d'être vraiment instructif et très bien écrit, Philip Kerr nous propose des personnages très passionnants à découvrir. Bernie est un protagoniste que l'on a vraiment plaisir à suivre, plein d'ironie et de caractère, il n'en restera pas moins plein d'empathique et très sensible. Personnage coureur de jupons et chaud lapin, j'ai cependant beaucoup aimé sa relation et sa complémentarité avec Inge, femme indépendante et très courageuse.
L'enquête (oui, c'est un roman policier quand même) est très prenante et intrigante. On suit les pistes avec beaucoup d'entrain et on se prend au jeu du détective en épluchant et en découvrant les indices avec lui. La fin est très sombre et saura surprendre.
L'Été de Cristal fut une très belle découverte pour moi. Roman de grande qualité, il nous immergera en plein dans l'Allemagne de la fin des années 1930. le détective Bernhard Gunther est un personnage très passionnant à suivre qui apporte une touche d'humour non déplaisante dans ce roman très sombre. Cela sera donc avec plaisir, et très prochainement je pense, que je découvrirai la suite de son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Cacha
  08 juillet 2019
C'est ma première écoute d'un Audio-livre, je n'ai pas été déçue par l'acteur Julien Chatelet qui a parfaitement adopté le ton approprié à cette lecture, mais j'avoue préférer les bons vieux livres papier, ayant plus de mal à me concentrer sur cette écoute.
Il s'agit du premier tome de la Trilogie berlinoise dont le héros est le détective privé Bernie Gunther. Celui-ci est chargé d'une mission par un homme d'affaires allemand, alors que le nazisme monte en puissance dans le Berlin de 1936.
Esprit libre, Bernie va peu à peu et fort douloureusement réaliser ce qui arrive à son pays. Il ne fait pas bon alors se moquer des brutes qui ont tout pouvoir et il l'apprendra à ses dépends, lui qui sait (parfois lourdement) manier l'ironie.
La description des camps de concentration donne froid dans le dos, le sort réservé aux résistants allemands est déjà peu enviable, alors... le mérite de ce livre est aussi de montrer la vie et le façonnement de la pensée populaire sous le joug nazi, combien il était difficile de résister, même légèrement.
Bernie étant un "homme à femmes", l'auteur ne nous épargne pas les scènes de sexe, les réflexions misogynes (hélas), et, comme son métier est celui d'un détective, la violence est décrite sans concession non plus. J'ai moins apprécié ces côtés obscurs de ce roman policier historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Mimeko
  28 septembre 2015
L'Été de Cristal marque la première apparition du détective Bernard Gunther, ex-flic et ex-détective à l'hôtel Adlon à Berlin, crée par Philip Kerr.
Berlin 1936, un industriel fortuné, déçu par le peu de résultats de la police berlinoise, contacte Bernie Gunther pour faire la lumière sur le cambriolage avec vol d'un collier de diamant et l'incendie qui a suivi, provoquant apparemment la mort de sa fille et de son gendre. L'enquête va vite se mêler à la situation politique oppressante où la Gestapo va également enquêter sur des documents dérobés.
Ce premier opus est une vraie réussite tant au niveau de l'intrigue policière qu'au niveau historique, Philip Kerr a dû passer des heures à étudier la géographie, la physionomie de la ville à l'aide de photos d’époque j'imagine, tant ses descriptions sont fouillées et précises, en ajoutant à cela beaucoup d'humour distancié et souvent sarcastique, on apprend beaucoup sur la Gestapo et les liaisons dangereuses avec les SS et les pressions subies par les allemands à cette époque charnière.
A suivre sans hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Phoenicia
  09 mars 2019
L'ayant moi-même pioché à quelqu'un dans le cadre de Pioche dans ma PAL, j'ai eu envie de relire L'Eté de Cristal, 1ere aventure de Bernie Gunther. Une chose est sûre, on peut dire que ça commence sur des chapeaux de roues! Alors qu'un cambriolage entraîne la mort d'un couple dont la fille d'un puissant magnat industriel, Bernie fait face à la montée du nazisme en Allemagne dans les années 30. Nazisme qu'il faut pourtant "atténué" avec la présence des Jeux Olympiques... Dans son enquête, Bernie se retrouve à fréquenter des gangsters comme des hauts personnages du Reich, est témoin de la brutalité des SS et de la misère de la population, à commencer par les Juifs, tombe tour à tour entre les mains de flics corrompus, de la Gestapo pour aboutir au KZ. Le personnage est déjà haut en couleur : sarcastique, insolent à l'égard du régime, séducteur, etc.
Avec beaucoup de talents et pas mal de recherches historiques, Philip Kerr nous dépeint cette Allemagne des années 30. le seul reproche que je peux faire à l'Eté de Cristal, c'est que par endroits on se perd dans certaines démarches de Bernie. Mais la fin est heureusement limpide et surtout on ne sent pas les pages se tourner!
Challenge Multi-défis 2019
Challenge le tour du scrabble en 80 jours ( 4e session)
Challenge Trivial Reading
Challenge Séries
Challenge A travers l'histoire
Challenge Mauvais Genres
Challenge Détectives littéraires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   28 septembre 2015
- Vous n'avez pas remarqué ? On retrouve les écrivains interdits dans les librairies. grâce aux Jeux olympiques. Pour que les touristes ne pensent pas que le régime est aussi répressif qu'on le dit. Bien sûr, les livres seront retirés dès la fin des Jeux mais on devrait les lire, ne serait-ce que parce qu'ils sont interdits.
Commenter  J’apprécie          150
alainmartinezalainmartinez   16 juillet 2017
Tout le monde se levait et saluait le poste de radio quand on entendait le Horst Wessel Lied on Deutschland über Alles. J’ai dû faire comme les autres, pourtant, je déteste ce salut hitlérien. J’ai l’impression de héler un taxi.
Commenter  J’apprécie          120
KathleeneKathleene   17 mars 2011
La concierge était une pute en fin de carrière. Ses cheveux paraissaient aussi naturels qu'un défilé au pas de l'oie dans Wilhelmsrasse, et elle devait avoir une main enfouie dans un gant de boxe lorsqu'elle s'était appliqué son rouge à lèvres. Ses seins ressemblaient aux postérieurs de deux chevaux de trait épuisés.Peut-être avait-elle encore des clients, mais j'en aurais été plus étonné que de voir un Juif acheter du porc dans une boucherie de Nuremberg. Debout sur le seuil de son appartement, nue sous un peignoir crasseux aux pans ouverts, elle ralluma un mégot éteint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Didier_TrDidier_Tr   19 décembre 2017
Vous avez toujours eu une imagination brillante pour un flic, Bernie. Sans parler de votre sang froid. Vous savez, il faut que vous ayez un drôle de culot pour entrer comme ça ici. Seule ma nature sentimentale m'empêche de vous faire sortir en vous tirant par l'oreille.
Commenter  J’apprécie          90
KathleeneKathleene   10 mars 2011
Il existe beaucoup de choses qui peuvent libérer l’homme, mais le travail n’en fait certainement pas partie. A vrai dire, au bout de cinq minutes à Dachau, la mort vous paraissait un moyen beaucoup plus sûr que le travail pour gagner votre liberté.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Philip Kerr (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Kerr
Emmanuel Couly reçoit Anne Martinetti pour son livre, "Mortels Cocktails" aux Editions du Masque, au Duke's bar de l'Hôtel Westminster, 13 rue de la Paix, 75002, Paris. « le vrai crime, c?est de ne pas savoir préparer un martini. » Francisco G. Haghenbeck, L?affaire tequila de Philip Kerr à Patricia Cornwell en passant par Ian Rankin, Stephen King, Fred Vargas ou l?éternelle Agatha Christie, les maîtres du genre vous servent leurs meilleurs cocktails et vous invitent à replonger dans leur univers? le temps d?un verre. 50 recettes de cocktails pétillants et dangereusement exquis à savourer comme un bon polar !
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernie Gunther, un privé chez les nazis...

"Je ne suis pas un nazi. Je suis un Allemand. Ce n'est pas la même chose. Un Allemand est un homme qui arrive à surmonter ses pires préjugés. Un nazi, quelqu'un qui les change en lois" On m'a viré de la Kripo en 1934, et comme il faut bien vivre, je me suis retrouvé déguisé en privé dans l'établissement le plus select de Berlin :

Hôtel Savoy
Hôtel Berlin
Hôtel Regent
Hôtel Adlon
Hôtel Otto

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Philip KerrCréer un quiz sur ce livre