AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226002422X
Éditeur : Editions Julliard (16/08/2018)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 375 notes)
Résumé :
Paris, ville des lumières, nous sommes le Vendredi 13 novembre 2015. L'air est encore doux pour un soir d'hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d'explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l'acte. Il fait partie du commando qui s'apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (140) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  29 août 2018
D'abord une confession. Même si j'en ai souvent entendu parler, je n'avais jamais lu Yasmina Khadra.
C'est donc plutôt curieux que j'entame la lecture de son dernier livre. Que je termine en moins de 24 heures tant il m'a happé.
Nous sommes ce funeste vendredi 13 novembre 2015, à Paris aux abords du Stade de France... Nul n'ignore les terribles événements qui vont entacher la capitale cette nuit là. Khalil, le « héros » de cette histoire, va faire partie des individus qui vont semer la terreur et la mort ... L'auteur prend donc un sacré risque puisqu'il offre un roman écrit à la première personne et se place sous l'oeil du terroriste.
On va suivre le parcours de cet homme et les raisons qui l'ont mené là. L'occasion de réfléchir à des sujets brûlants, véritable fléau de notre société.
Yasmina Khadra va tout au long du livre montrer les différents points de vue afin de tenter comprendre l'incompréhensible.
On pourra reprocher le côté trop romanesque du récit avec certains hasards qui semblent un peu gros pour ma part, et la fin m' a également un peu déçu car prévisible et un peu trop optimiste au vu du sujet traité.
Pourtant, j'ai découvert ici une plume passionnante qui mène de main de maître son récit. Il est certain que je vais lire d'autres oeuvres de ce prolifique auteur mais je ne sais lesquels choisir!
Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9518
Jeanfrancoislemoine
  15 novembre 2018
Yasmina Khadra , j'ai découvert nombre des ses ouvrages au cours de cette année 2018 et j'ai vraiment été conquis. C'est donc tout naturellement que j'ai profité de sa présence à la foire du livre de Brive pour lui faire dédicacer son dernier livre,"Khalil."
J'ai été charmé par le personnage,vraiment très sympathique, souriant et à l'écoute, , vraiment gentil. Une belle personne , à mon avis.
Bon,"Khalil",je viens de tourner la dernière page et je peux dire que j'ai beaucoup aimé ce roman ,image d'une actualité , hélas ,fort douloureuse et traumatisante.
Nous pénétrons dans l'enfer des attentats du 13 novembre avec plusieurs kamikazes dont la détermination semble plus reposer sur une volonté farouche d'obéissance , de réponse à
un endoctrinement bien plus qu'à l'expression d'une profonde conviction personnelle.Et c'est bien là que le roman revêt toute son importance,montrer la récupération d'êtres fragiles,sans idéal par des "frères" dont la mission semble bien plus politique que religieuse.Les "mécréants" n'ont que peu de place dans un combat dont les premières victimes sont, et bien malgré leur volonté propre , des croyants musulmans qui ne demandent qu'à vivre en bonne intelligence parmi les hommes.Et puis,il y a les gens qui "tirent les ficelles" et les "promis au paradis" sourds aux remarques des êtres qui leur sont les plus chers , enfermés dans une pensée unique destructrice.On pénètre dans ce monde et la persuasion nous gagne , l'enfermement s'empare de nous , nous qui suivons Khalil de la première à la dernière page , Khalil , un personnage déterminé , convaincu parce que faible ,un personnage qui aurait pu être sympathique.....un personnage aveugle,obtus,plein de rancoeur. ...
Incontestablement un livre à découvrir, un livre plein d'humanisme , un livre qui nous plonge au coeur de la société contemporaine, au coeur de ses dangers et de ses contradictions , un livre pour refuser les amalgames ,un livre de tolérance et de respect,un beau livre,encore de la part de cet auteur reconnu ,incontestablement amoureux de la paix et soucieux du vivre ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
isabelleisapure
  19 septembre 2018
Il faut de l'audace, du talent, de la délicatesse pour s'emparer d'un sujet aussi percutant que les attentats qui ont endeuillé la France le 13 Novembre 2015.
Yasmina Khadra nous a prouvé à plusieurs reprises qu'il savait traiter les sujets les plus délicats, sans parti pris, son propos étant d'essayer de comprendre la psychologie de ses personnages et non de les juger.
Dans son dernier roman, l'auteur se met dans la tête de « Khalil », un kamikaze venu à Paris pour donner la mort au plus grand nombre
Qui est vraiment Khalil ? Que lui est-il arrivé, comment devient-on terroriste ? Quels sont les doutes qui le traversent ou au contraire les certitudes ? Comment vit-il avec ses proches, comment peut-il se tenir face à eux, que pensent-ils de tout cela ?
Yasmina Khadra décortique le processus de radicalisation et nous entraîne dans la spirale infernale de l'endoctrinement.
En employant le « je », les paroles et les pensées de Khalil nous percutent de plein fouet. On le sent sur la brèche, de plus en plus versé du côté de la folie, qui pour lui, s'apparente à une forme de bien-être. C'est d'une lucidité terrible tant l'auteur colle au parcours de cet homme, montrant ce qui a pu l'amener à choisir l'inexplicable. Il n'y a plus de discernement dans le quotidien de ce futur kamikaze, seul compte son désir, son besoin d'être et pour cela il est prêt à tout….
L'auteur a pris des risques en choisissant un tel sujet, il le maîtrise à la perfection, ne tombant dans un aucun travers. Son écriture est incisive, précise en parfaite adéquation avec la lourdeur du propos.
Merci à NetGalley et aux Editions Julliard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
si-bemol
  08 février 2019
13 novembre 2015. Dans quelques heures, un attentat va ensanglanter le Stade de France. Et parmi les terroristes, il y a Khalil, qui devait se faire sauter, comme ses « frères », mais dont la ceinture d'explosifs n'a pas fonctionné. Khalil, c'est un jeune belge d'origine marocaine, un paumé comme il y en a tant, issu d'une famille de petites gens vivotant au jour le jour et pour qui (à part sa soeur jumelle) il n'a que du mépris : « A quoi servaient-ils, eux ? Qu'avaient-ils fait de leur vie ? (…) Ils survivaient en parasites résistants, rendant le monde de moins en moins attrayant. »
Son parcours, que nous raconte ce roman dont il est le narrateur, est des plus ordinaire : échec scolaire, glandouille, petits boulots, absence d'ambition et de repères… et la mosquée, son imam et son cheikh, comme refuges. C'est le récit d'une dérive personnelle, celle d'un jeune homme sans instruction, sans culture et sans perspectives d'avenir, dont l'ego se sent maltraité par le néant de son existence ; c'est le parcours d'un être médiocre, affamé de reconnaissance – « c'est la première fois que je me sens important », dit-il juste avant l'attentat – et prêt à tout pour sortir de l'anonymat et devenir « quelqu'un », quitte à tuer aveuglément et quitte à en mourir.
La lecture de ce roman m'a laissée quelque peu perplexe. Il y a, certes, l'écriture de Yasmina Khadra, comme toujours agréable et séduisante, et donc un roman qui se lit vite et bien. Mais l'histoire qui nous est racontée est tellement – et tristement – ordinaire et banale que je n'en ai pas bien vu l'intérêt romanesque. D'autre part, et surtout, le choix narratif de Khadra m'a profondément dérangée : faire de ce terroriste le narrateur du roman, c'est lui redonner toute son humanité, c'est forcer le lecteur à adopter son point de vue, à entrer dans une démarche de compréhension et d'empathie qui le dédouane à peu de frais de ses responsabilités, de ses échecs et de son crime (même manqué), jusqu'à en faire à son tour une victime – de la société, de sa famille ou de ses origines (ce qui est un peu facile), sans parler de son argumentaire en faveur du djihad et de l'islam radical. Et là, s'agissant d'un contexte terroriste on ne peut plus réel et d'un attentat qui a vraiment eu lieu, je n'achète pas. Yasmina Khadra est un romancier bien trop expérimenté pour ne pas avoir mesuré le risque induit par son choix narratif : en ce qui me concerne, le pari est perdu.
Un roman, au moins pour moi, à l'histoire convenue et sans intérêt qui se contente de décalquer le réel, avec un personnage principal dont l'insignifiance et la médiocrité, comme la psychologie simpliste et autocentrée, peinent à donner au récit une épaisseur convaincante, et un point de vue narratif discutable et potentiellement dangereux, dont je ne suis pas sûre qu'il apporte quoi que ce soit à la compréhension du terrorisme, et encore moins à la littérature.
[Challenge MULTI-DÉFIS 2019]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          427
Eve-Yeshe
  19 décembre 2018
Ce roman nous ramène à la date tragique du 13 novembre 2015 et l'on découvre Khalil, jeune homme beur, originaire de la ville tristement célèbre de Molenbeek. Il est revenu de tout, sans illusion, ne trouvant pas sa place dans la société. Les relations avec son père sont tendues, sa mère peu épanouie, affaiblie plusieurs grossesses, tente de maintenir un peu de cohésion.
Seule sa soeur jumelle, Zahra, qui entre parenthèses m'a beaucoup touchée, partage quelque chose avec lui, un minimum de tendresse, mais elle est dans un autre monde, bien ancrée dans la réalité, sortant avec ses copines…
Comment résister quand on s'est senti toute sa vie, sans valeur, et qu'un imam, vous prend dans ses bras en vous murmurant ce que vous avez eu envie d'entendre toute votre vie : « Tu es un soldat du Miséricordieux », un preux chevalier en quelque sorte… je n'ai jamais remarqué ce style de geste ou la voix douce que Khalil décrit, chez le grand prêcheur de Daesh par exemple. On en arriverait presque à penser, en lisant ce roman, qu'on est face un Bouddha rempli de compassion !!!
Mais, tout n'est pas aussi simple, ces imams, cheiks et autres émirs sont des manipulateurs, des pervers de haut niveau qui, comme toute secte, endoctrinent tellement leurs adeptes qu'ils sont incapables de penser par eux-mêmes et Khalil se rend compte que tout n'est pas aussi rose…
Se mettre dans la tête d'un islamiste, il fallait oser et Yasmina Khadra nous avait déjà proposer cette idée en entrant dans celle de Kadhafi, dans « La nuit du Raïs ». Il tente d'analyser les causes de la bascule dans la conversion rédemptrice, puisque tuer des « incroyants » rachète tous les actes négatifs qu'on a pu commettre avant et, cerise sur le gâteau, on peut en commettre jusqu'à la dernière minute puisqu'on va se faire exploser !
J'ai lu ce roman en deux jours à peine, peut-être en espérant un regain de lucidité de Khalil, mais ce gamin n'a pas entrainé d'empathie, tellement il est opportuniste, cherchant un refuge chez son ancien ami, Rayan, par exemple, auquel il ment effrontément, sans aucun scrupule…
Souvent revient dans ce livre, le thème du respect, pour tenter de justifier la dérive, il faudrait peut-être enseigner à ce gamin que pour être respecté, il faut être soi-même respectable… j'utilise exprès le terme gamin, car on a l'impression que Khalil a quinze ans (à peine)
J'ai trouvé dérangeante la thèse de l'auteur: on a l'impression que l'évolution vers l'intégrisme est inéluctable et s'explique du point de vue sociologique, alors que c'est beaucoup plus compliqué, la fatalité n'explique (et n'excuse) pas tout.
Un roman sympathique, mais qui laisse une sensation de malaise, rappelant les souvenirs des attentats sur lesquels l'auteur insiste beaucoup, trop à mon avis…
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453

critiques presse (2)
LaCroix   09 novembre 2018
Avec une étonnante justesse, Yasmina Khadra imagine le parcours de l’un des terroristes de novembre 2015, à Paris.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Actualitte   10 septembre 2018
Au-delà d’une analyse déconcertante – dérangeante parfois - du phénomène terroriste, Khadra réitère haut et fort sa confiance en l’être humain et dans la potentialité d’un Islam d’amour et de paix. Khalil est un redoutable message d’espoir sur l’aptitude de tout un chacun de ne pas se laisser entraîner dans la spirale du mal.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   17 juillet 2019
Ma chienne de vie ,je l 'avais roulée dans un torchon et jetée au caniveau . Ce que je laissais derrière moi ne comptait pas . Le meilleur de moi-même était au bout de cette route qui filait droit , aussi euphorique qu 'un tapis volant .
Commenter  J’apprécie          90
aouatef79aouatef79   16 juillet 2019
Paris ,Ville lumière
Qu 'un seul ses lampadaires s ' éteigne , et le monde entier
se retrouve dans le noir .
Commenter  J’apprécie          150
aouatef79aouatef79   16 juillet 2019
Pour accéder à la postérité , nul besoin d 'être un héros ou un génie il suffit de planter un arbre .
Commenter  J’apprécie          60
JOSMINEJOSMINE   10 décembre 2018
La curiosité est la mère nourricière des tentations, et les tentations sont traîtresses.
Après tout, que risque-t-on à écouter un imam ? C’est mieux que de s'écouter parler. Et te voilà n'écoutant que d'une oreille, en train de t'ennuyer ferme au milieu des ouailles. Ton voisin te donne un coup de coude dans le flanc pour t’enjoindre à plus de correction,
puis à plus d'attention. Petit à petit les agents dormants que tu avais cumulé à ton insu commencent à se substituer à tes fibres sensibles. Quant à l'imam, il a la réponse à toutes les questions qui te taraudaient autrefois sans te livrer un indice susceptible de t'éclairer; Il te renvoie à tes déconvenues, aux vexations que tu croyais avoir surmontées, à tes blessures jamais cicatrisées - le paumé devient ton sosie, le révolté ton frère siamois, les prêches ton exutoire, la violence ta légitimité. Au diable les racistes, à mort les islamophobes ; tu ne tendras plus l'autre joue.
Le temps de te rendre compte de ce qui t'arrive, tu es quelqu'un d'autre, un être flambant neuf, une personne que tu ne soupçonnais même pas. Tu es respecté, écouté à ton tour,
aimé; tu te découvres une vraie famille, des projets et un idéal. Tu deviens le frère, et tu marches la tête haute parmi les hommes, comme un seigneur. Enterré le citoyen résiduel qui rasait les murs ; tu es le nombril du monde et tu regrettes d'avoir mis si longtemps à rejoindre l'association... Et un jour béni, tu jouis de toutes les considérations, tu as accès au privilège des privilèges : le cheikh révéré t'invite chez lui, sous son toit ! Il te prend à part, te fais asseoir sur un banc confectionné par un artisan du bled, coussins brodés et tapis fleuri fleurant l’encens ; Il t'offre du thé et des biscuits tout droit sortis de doigts de fée ornés de henné .Et quand tu as siroté ton breuvage jusqu'à plus soif, le cheikh te regarde dans les yeux, pose ses mains augustes sur tes épaules et, d'une voix pénétrante comme un baume sur ton cœur, il te demande :”Qu’est-ce la Vérité pour toi, frère Khalil ?” Tu lui réponds aussitôt, s'agissant de la plus nette des évidences : “C’est Dieu tout puissant , mon cher imam.” A ta grande surprise, le cheikh fait non de la tête et te confie sous serment : “Non, frère Khalil, la Vérité sur cette terre, c’est toi. Car il te sera demandé, au Jour dernier: quelle grâce as-tu rendue à Celui qui a fait de toi un être d'amour et de lumière ? “ Et alors, tu le sens que tu croyais avoir des êtres et des choses ainsi que de leur complexité, toutes les valeurs fallacieuses que l'on t'a enseignées à l'école, les notions de bien et de mal, celles de tort et de contrition, la fonction de l'honneur, de la vertu, du devoir, de la loyauté et de la pureté, enfin tout ce que tu croyais avoir compris, appris ou vécu s’écroule autour de toi comme des tentures de poussière et tu te retrouves face à la seule Vérité qui
compte : toi, c’est- à- dire ou bien un soldat de Dieu ou bien un suppôt de Satan.
Arrivé à ce stade de lévitation , il n'y a plus de marche arrière. On retirerait un seul écrou que toute la charpente s'effondrerait -et qui voudrait voir l’échafaudage de son mausolée se disloquer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Eve-YesheEve-Yeshe   22 décembre 2018
Ce jour-là, j’aurais aimé être une goutte d’eau pour me diluer dans le remous d’un ressac, une infinitésimale éclaboussure dans le blanc de l’écume, une microscopique particule d’embrun sur le bec d’une mouette. J’aurais aimé disparaître sur-le-champ comme ça, d’un claquement de doigts. Je n’avais pas peur de ne plus voir de couchers de soleil, puisque j’en cueillerais par paniers entiers dans les vergers du Seigneur. Je n’avais pas à craindre de peiner des êtres qui m’étaient chers puisqu’ils finiraient tous par ma rejoindre dans les prairies éternelles. Quand le moment de vérité arrive, le bien et le mal s’annulent. Ne reste que ce qu’il faudra accomplir les yeux fermés. On ne se pose plus de questions. La seule et unique réponse qui s’impose est : « je suis prêt ! » P 193
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Videos de Yasmina Khadra (87) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yasmina Khadra
Zabou Breitman est à Cannes pour défendre son film d?animation ?Les Hirondelles de Kaboul? (adapté de Yasmina Khadra), co-réalisé avec Eléa Gobé Mévellec et présenté à Un certain regard. Elle en profite pour nous parler d?engagement, nous raconte la vie d?une actrice de plus de cinquante ans et s?émerveille devant l?audace du classique de Disney.
autres livres classés : terrorismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres de Yasmina Khadra

Comment s'appelle le personnage principal de "Ce que le jour doit à la nuit" ?

Malik
Yousef
Younes
Mehdi

5 questions
182 lecteurs ont répondu
Thème : Yasmina KhadraCréer un quiz sur ce livre
.. ..