AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782342041934
70 pages
Éditeur : Mon Petit Editeur (03/09/2015)
4.7/5   5 notes
Résumé :
Réédition illustrée Éditions de l'Aigrette 10/2017

https://iskclac.wixsite.com/ingridskim

Tranches d'errances à la lame, entre passé fantasmé et avenir brumeux, dans l'instant, toujours.
"Pour moi, comme pour d'autres, ISK fait partie de la nouvelle génération des auteurs qui a appris à voir la beauté dans ce qui est aujourd'hui, et aujourd'hui, ce qui est, c'est ce qui reste."
Jacques Serena
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
kielosa
  11 mai 2017
J'ignore ce qui s'est passé entre "Déambulations" et moi ? Mais, en tout cas, deux choses extraordinaires : J'ai reçu l'ouvrage, par la poste, j'ai commencé à le feuilleter, puis à lire, j'ai poussé tout de côté, j'ai continué à lire et je l'ai, à ma propre surpise, terminé. Il est vrai qu'il ne compte pas beaucoup de pages, mais cela est absolument contre toutes mes habitudes, car je préfère vivre quelques jours avec un livre et puis je trouve qu'on oublie moins vite un livre qui pendant une période a été votre compagnon de route. Je sais aussi qu'il me faudra le relire parce que je n'ai pas eu le temps, bien entendu, de tout saisir à fond, d'en profiter comme il le merite. Ainsi, je viens de le poser sur ma table de nuit et il y restera un bon bout de temps, puisque j'ai l'intention de le relire, cette fois-ci à petites doses en prenant tout mon temps.
La deuxième chose surprenante est que je n'avais plus lu de poésie depuis des décennies. Il se trouve qu'au collège, pendant deux ans, j'ai eu un titulaire de classe, dont la punition préférée consistait à nous obliger d'apprendre par coeur un poème pour le lendemain et à le déclamer devant toute la classe, à la grande joie des autres élèves, surtout lorsqu'on se trompait ce qui arrivait, hélas, très souvent. Comme en plus, ce brave homme était un peu sadique sur les bords, ce n'était bien sûr pas du Baudelaire, Rimbaud ou Verlaine qu'il nous fila, mais tout ce que la littérature pouvait offrir de plus barbant et rasoir. Cultiver un dégoût chez l'élève pour la poésie, faisait apparemment partie des méthodes pédagogiques d'antan. Si cela était son but, je dois reconnaître qu'il a réussi. Mais peut-être suis-je maintenant arrivé à un tournant grâce à Ingrid S. Kim.
Dire que cet ouvrage m'a envahi, submergé ...etc. est évident. Malheureusement, mon éducation 'particulière' en poésie, m'empêche de le louer dans les termes adéquats, ce que les auteurs des critiques avant moi ont réussi de façon très élégante.
Si je ne me trompe pas, il s'agit du premier recueil d'Ingrid S. Kim. Il ne faut pas être clairvoyant pour prédire d'autres recueils, pas uniquement parce qu'elle est jeune, mais tout simplement parce qu'elle a du talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Enjeuxdemots
  12 janvier 2017
Les Déambulations d'Ingrid sont un laisser-passer dans le train de ses pensées. Passé, présent et futur se contemplent et côtoient les tumultueuses pensées de l'auteur pour une échappée poétique hors du commun.
C'est ainsi que l'on peut constater l'arrogance et le sans-gêne ultime du bonheur éphémère dans « Bonheur », ou encore l'amère prise de conscience de l'amour mourant dans « R.M ».
On palpe également la déchirance de la rupture, la douloureuse acuité du départ, l'amas de désillusions et les débris éparpillés des souvenirs amoureux dans « The Bitter End ».
Ou la violence de l'arrachement, les affres de la possessivité et de la jalousie ainsi que l'espoir incertain de l'amour tremblant dans « Clichés ».
Dans « Errance », on ne peut s'empêcher de se lier d'amitié avec la princesse des rues dont la lune dévoile les imperfections et accentue les tares.
« Even After » relate ces cris qu'on étouffe, ravagés par ce qui était et ce qui ne sera plus. Ce que l'on croyait éternel et qui ne laisse plus place à présent qu'à la haine et le dégoût.
Une très belle référence est faite à Baudelaire dans « C.B » et à son poème « Enivrez-vous… ». Une ode à l'ivresse pour éviter que la lucidité ne vienne nous briser les reins..
Comme me l'a spécifié l'auteur dans sa dédicace, ce recueil n'est pas un ouvrage de poésie dans le sens classique du terme, et ce n'est définitivement pas dedans que vous trouverez des histoires de petites fleurs et autres oiseaux romantiques. L'écriture y est sincère, frontale, des fois cinglante et souvent violente.
Mais cela n'empêche pas le livre d'être très beau et de véhiculer des ressentis communs à tous les humains de cette terre. de parler des espoirs, des désillusions, des douleurs, des craintes et autant de bouleversements internes qu'il nous arrive de ressentir au quotidien. le tout avec une plume assurée et décidément brillante, il faut le dire.
Une plume libre et non conventionnelle aussi puisque les titres des poèmes changent du français à l'anglais en passant par le latin. Et petite surprise, l'auteur y a glissé un en anglais « No Shame Theatre » qui est tout simplement magnifique.
Je vous recommande cette lecture, vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
StephanieMarcos
  03 février 2017
Déambulations est un recueil constitué de poèmes en prose et de quelques textes. La mise en page est très bien faite, elle est bien aérée et attirante.
Les mots sont tranchants, c'est un déchaînement brutal d'une poésie qui traverse l'âme du simple commun des mortels. Les mots nous ébranlent, nous interpellent et portent à la réflexion humaine. Nos obscurs sentiments se dévoilent et parfois c'est mélancolique.
On y trouve des poèmes dont les titres sont en français ou en anglais, et un en latin "Noli me tangere" qui signifie "Ne me touche pas" ou "Ne me retiens pas" et un poème écrit intégralement en anglais dont le titre est "No Shame Theatre".
L'auteure, Ingrid S. Kim, nous régale, d'une plume dynamique, d'une poésie saisissante qui ébranle notre émoi. A découvrir !
Lien : http://larubriquedolivia.ove..
Commenter  J’apprécie          110
ISK
  10 novembre 2015
Réédition illustrée Éditions de l'Aigrette, octobre 2017.
Moi, je vous recommande ce bouquin. MON bouquin. Parce que toute fausse modestie mise à part, il est bon. Très bon. Un peu glauque, un peu violent, mais la poésie est violente, ou elle est mièvre. Ou elle n'est pas. Parce que la poésie c'est pas les p'tites fleurs et les p'tits zoziaux dans les champs, c'est aussi l'eau sale des ports et les troquets miteux et les marins qui puent et les routes trop longues. C'est le dernier souffle avant le cri, le genou écorché cent fois avant de se relever - les ongles qui mordent la chair pour tenir une seconde de plus, un pas de plus, un matin de plus, et la bouteille de trop et les mots pour le dire.
Lien : https://iskclac.wixsite.com/..
Commenter  J’apprécie          20
Mary85
  15 juin 2021
Alors que pensez de ce livre? D'abord, je voudrais remercier l'auteure pour le partenariat, le service de presse avec mon blog littéraire et sa confiance envers moi. Déambulations est un recueil constitué de poèmes en prose et de quelques textes. L'auteure nous fait découvrir ses pensées: passées, présentes et futures en nous faisant comprendre de par la lecture que ce n'est pas un recueil classique de poésie.
L'auteure a une écriture sincère, fluide, aérée, très poétique et dynamique. Les mots choisis sont un peu violents, glauques, tranchants,… En effet, ils ne nous laissent pas indifférents, ils nous interpellent.
De plus, la plupart des poèmes sont en français, certains en anglais et il y en a un en latin « Noli me tangere » qui veut dire « Ne me touche pas » ou « Ne me retiens pas ». le recueil véhicule des ressentis, des espoirs, des désillusions, des douleurs, des craintes et des bouleversements.
En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture. Je vous le recommande
Lien : https://bibliothequedemaryle..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
StephanieMarcosStephanieMarcos   03 février 2017
Et pendant tout ce temps j'en crève
De ne pas te toucher
De ne pas sentir ta bouche tiède
Sur mon corps dévasté
Et de chercher en vain
Dans mes souvenirs blêmes
L'esquisse exacte de tes traits
Commenter  J’apprécie          40
ISKISK   20 décembre 2015
"Qu'est-ce que tu veux à la fin?
- Tous les matins de ta vie, ton nom et tes fils. Ou une clope, s'il t'en reste."
Commenter  J’apprécie          40
StephanieMarcosStephanieMarcos   28 janvier 2017
Berce-moi
Puisqu'on n'y parviendra pas
Puisque je ne sais plus distinguer
L'angoisse de la tendresse
Puisque cette chaleur familière
Me suffoque à nouveau
Commenter  J’apprécie          20
StephanieMarcosStephanieMarcos   28 janvier 2017
Bénissez-moi mon Père
Puisque j'ai péché
Et que je ne sais même plus
Par où commencer
Par l'ennui de plomb sur mes yeux
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : portVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ingrid S. Kim (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
941 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre