AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781021003775
Tallandier (29/10/2013)
4.15/5   10 notes
Résumé :
Obtenir le jugement et la condamnation des principaux responsables nazis de la déportation, tel est le combat de la vie de Serge Klarsfeld, devenu historien de la "Solution finale" et de son épouse, Beate, pour que justice soit rendue et que nul n'oublie.
Distribution de tracts, manifestations, sit-in, coups d'éclat: la "méthode Klarsfeld" prouve leur obstination à débusquer ces anciens criminels qui occupaient encore des postes officiels en toute impunité... >Voir plus
Que lire après La traque des criminels nazisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Le temps passe inexorablement, les souvenirs s'enfoncent peu à peu dans l'oubli, tandis que les êtres ayant connu ces atrocités, subies ou commises, disparaissent gardant leurs secrets dans la tombe. Heureusement, il y eût des hommes et des femmes qui ont voué leurs vies afin de traquer les nazis ayant réussis à fuir à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. le procès de Nuremberg qui débute en octobre 1945, voit défiler les dignitaires nazis les plus intimement liés aux décisions d'Adolf Hitler. Ses paladins. Ils finiront pour la plupart pendus. Bizarrement, Albert Speer échappa à la peine de mort pour un court séjour en prison. Il y eût vraiment une fuite des plus anonymes nazis aux plus coupables des monstres. Beaucoup de SS, de collaborateurs des pays occupés, des êtres comme Adolf Eichmann, l'horloger de la Shoah, un des plus haut responsable SS, d'une capacité de « travail » et d'une haine sans pareil pour le peuple juif. Il fît son « travail » en bon haut fonctionnaire zélé et fanatique. Tous ces hommes ont en point commun d'avoir commis des crimes atroces contre les Juifs, les Tsiganes, les homosexuels, les résistants et partisans de tous les pays occupés. Ils surent aussi s'entourer d'êtres veules sans aucun scrupule. Il faut le dire et le redire, le courageux discours du président de la République française Jacques Chirac en 1995, reconnaissant la responsabilité de l'Etat français dans la déportation et les crimes commis au nom d'une idéologie totalitaire unique dans le sens ou son racisme viscéral est consubstantiel de sa volonté fanatique d'exterminer les êtres ne méritant pas, selon les critères raciaux, de vivre. La rafle du Vel D'Hiv est ainsi une opération menée de A jusqu'à Z par les autorités de la police française, sur Ordre de Vichy avec Pierre Laval et le maréchal Pétain. Les enfants déportés à cette occasion l'ont été, sur demande spéciale des autorités de Vichy. Serge a perdu son père à Auschwitz, Beate sa femme est la fille d'un soldat de la Wehrmacht tandis que Arno Klarsfeld (injustement critiqué par certains médias), tous les trois eurent le courage de révéler ce qui fût caché pendant longtemps dans les manuels d'histoire servant à enseigner la Shoah à nos enfants d'alors. Beate et Serge ont remis la Shoah au coeur du processus systématique visant à éliminer la totalité d'un peuple selon des critères religieux, ethniques. Lors du Procès de Nuremberg entre 1945 et 1946, on ne parla pas vraiment de la Shoah et de son caractère unique dans l'histoire de l'humanité. Un crime imprescriptible. C'est à Nuremberg que furent définis dans le droit international les définitions de « crimes contre l'humanité », de « crimes de guerre. » C'est à partir de ces critères de justice que l'on condamna les plus haut dignitaires nazis. Mais il y a un « mais », beaucoup de criminels de haut vol disparurent des radars pour diverses raisons. On sait ainsi que dans le cadre de le guerre froide qui succéda tout de suite à la Seconde Guerre Mondiale, l'expérience criminel, l'anticommunisme, firent que les Etats-Unis et leurs services secrets cachèrent, pour les utiliser, des nazis coupables de crimes abjectes. le réseau d'expatriation « Odessa » fournit des milliers de passeports pour l'Amérique du Sud à des SS notamment. L'argentine fût une destination privilégiée. Pendant plus d'une décennie, ces criminels connurent une paisible vie parfois sous un faux nom voir même sous leur vrai identité (ce qui souligne leur confiance). Les Klarsfeld n'acceptèrent pas cela. Ils se lancèrent dans le recherche, dans la traque de ces monstres criminels pour les présenter devant un tribunal afin que justice soit faite. Ils secouèrent les dirigeants politiques des démocraties qui refusaient de remuer le passé, et surtout de cacher les vérités sur la collaboration, entre bien des hommes encore en affaire entre 1939 et 1945. Ces hommes bien souvent eurent l'appui du Vatican qui finança et apporta une aide logistique aux nazis voulant quitter l'Europe. Ce livre d'histoire se lit comme un roman tragique. On y raconte les faits, les réseaux, les aides multiples offertes aux criminels nazis durant leurs vies outre Atlantique. C'est surtout une réflexion sur ce qui caractérise les manquements d'Etats ne voulant pas fouiller dans le passé au risque d'être confondu dans leurs élans de collaboration durant la guerre. Les Klarsfeld bâtirent des opérations de communication pour remettre la Shoah au coeur des crimes contre l'humanité commis par les nazis. Ce livre est passionnant et soulève de nombreuses questions. On peut aussi le lire, d'autant plus, que nous vivons avec la guerre entre l'Ukraine et la Russie, la même propension aux crimes de guerres chez les Russes et la mise en accusation du dictateur Vladimir Poutine, officiellement accusé par la justice internationale, de crimes de guerres. La réalité n'est pas si simple. le profil de ces monstres nazis est parfois des plus surprenant. Leurs secondes vies aussi. C'est à lire absolument car cela fait écho à ce que nous vivons depuis deux ans en Europe. L'impuissance du judiciaire face à ces criminels protégés par tout un système.
Lien : https://thedude524.com/2023/..
Commenter  J’apprécie          286
Ce livre (nouvelle édition enrichie) reprend toute une série d'articles publiés dans L'Express dès 1960 consacrés au génocide perpétré contre les Juifs et à la chasse des criminels nazis .
En introduction, Serge Klarsfeld explique pourquoi ce combat : démasquer d'anciens nazis responsables de la Shoah, fut celui de toute sa vie, ainsi que celui de son épouse Beate.

Les différents textes émanent de plumes célèbres : philosophe, sociologue, politologue, journaliste d'investigation, grand reporters… Ces traques furent longues, difficiles, certaines permirent d'extrader, d' arrêter, et de faire juger les responsables sanguinaires de cette tragédie, d'autres, malgré un acharnement de longue haleine, n'aboutirent pas grâce à de multiples complicités de tous bords (Le Saint-Siège, la Croix rouge internationale, les pays où s'étaient réfugiés les nazis (Syrie…)
Le cas de l'Argentine est particulièrement frappant : l'accueil des réfugiés devait servir à l'expansion économique et technologique du pays , c'est ainsi que plus de onze cents personnes furent accueillies Certains criminels bénéficièrent aussi de chance, d'autres ne furent point inquiétés…
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
19 novembre 2013
Si Serge Klarsfeld constate que l’Etat d’Israël, pris dans le jeu de l’Occident, n’a pas fait ce qu’il aurait pu entreprendre, il est particulièrement sévère pour la justice allemande, non sans se poser une question fondamentale : à quoi bon juger aujourd’hui jusqu’à la dernière sentinelle alors qu’hier les "gros poissons" étaient épargnés ?
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
L'écrivain argentin Tomas Eloy Martinez , dans le numéro d'août 1985 de la revue El Periodista de Buenos Aires, évoque ainsi une conversation qu'il eut avec Peron en septembre 1970, où celui-ci lui raconta avec enthousiasme qu'il recevait souvent, dans son palais présidentiel, la visite d'un généticien qui travaillait sur l'amélioration du bétail dans une propriété du Paraguay et y faisait des merveilles. "Je lui demandai le nom de ce prodige. Qui sait ? répondit Peron en secouant la tête. C'était un de ces Bavarois bien bâtis, cultivés, fiers de leurs origines. Attendez, si je me souviens bien, il s'appelai Gregor. C'est cela, le Dr Gregor." Autrement dit , Joseph Mengele.
Commenter  J’apprécie          152
L'éminence grise de la "route des rats" fut l'évêque autrichien Alois Hudal, recteur du collège allemand Santa Maria dell Anima, piazza Navona à Rome , et l'auteur d'une apologie du national-socialisme éditée à Leipzig et à Vienne. Hudal mort en 1962, a prétendu dans ses mémoires avoir agi pour le compte du Vatican. Pour Ignacio Klich, cela ne fait aucun doute : "Le rôle de Hudal pendant la guerre n'aurait pas été possible sans le feu vert du Saint-Siège." Camarasa, dans Odessa al Sur, évoque quant à lui un télégramme confidentiel adressé au secrétaire d'Etat américain George Marshall par l'attaché militaire américain à Rome, Vincent La Vista. Pour ce dernier, le Vatican "est la principale organisation impliquée dans le déplacement illégal de personnes", et il cite vingt et un dignitaires du Saint-Siège impliqués dans un réseau fournissant asile, documents et agent aux fugitifs pour peu qu'ils soient anticommunistes et favorables à l'Eglise catholique. En plus du couvert, l'habit , parfois , fut également fourni. On sait que certains nazis, comme Eichmann, Ante Pavelic ou Klaus Barbie, arrivèrent en Argentine vêtus d'une soutane.
Commenter  J’apprécie          60
Disons-le haut et fort : la chasse aux criminels de guerre nazis est un mythe.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Serge Klarsfeld (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Klarsfeld
Table ronde autour de l'exposition Couleurs de l'insouciance. Paroles et images des enfants de la Maison d'IzieuÀ l'occasion de la parution du livre «On jouait, on s'amusait, on chantait». Paroles et images des enfants d'Izieu, 1943-1944, réalisé conjointement par la Maison d'Izieu et la BnF, une table ronde revient sur l'histoire de la colonie des enfants réfugiés de l'Hérault, installée sur les contreforts du Jura, à Izieu.Avec : Stéphanie Boissard, Cécile Martin, Loïc le Bail, Dominique Vidaud, Beate et Serge Klarsfeld, Cyril Devès, Simon Pintel, François BernardSoirée animée par Richard SchittlyLectures par Pauline JambetTable ronde enregistrée le 13 avril 2022 à la BnF I François-Mitterrand.
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (41) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

{* *}