AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070384723
480 pages
Gallimard (03/03/1992)
3.14/5   11 notes
Résumé :
Une aventure s'est déroulée en France depuis 1968 : fièvre de la pensée et des corps, passions excessives, goût du risque. Les personnages de ce roman en sont issus. On reconnaîtra parmi eux les intellectuels les plus importants de l'époque.
Originaire d'un pays de l'Est, Olga rencontre à Paris l'écrivain Hervé Sinteuil. Une histoire d'amour « pas comme les autres » : surprises d'une île secrète, ravissements d'une naissance.
Les Samouraïs excellaient ... >Voir plus
Que lire après Les samouraïsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Julia Kristeva, intellectuelle française, écrit un roman (récit ?) autobiographique de 1965 à 1990. Dans le livre Philippe Sollers apparaît sous le pseudonyme de Hervé de Sinteuil. Julia Kristeva sous celui d'Olga Morena. Roland Barthes c'est Armand Brehal...
Alors qu'en penser ? La forme tout d'abord. Plus de 400 pages pour au final très peu de récit, une trop longue succession de réflexions et de considérations intellectuelles inintelligibles. On a du mal à suivre, on se sent ballotté au fil des pages. Combien de fois me suis-je endormi sur le canapé ! Pour le fond : il est incroyable de constater ce qu'est en définitive la vie de ces intellectuels parisiens de cette époque. Au fond ce sont des pauvres types et des pauvres filles. Quelle déception ! Comme mon père aimait bien le dire : « la France a choisi l'emblème du coq car c'est le seul animal capable de crier « cocorico » les deux pattes dans le fumier. » On y est, ces fanfarons sont toujours prêt à débiter des galimatias tout en ayant une vie médiocre, faite de clichés. Leur amour des restaux, foie gras, bon vin, champagne, leur amour des châteaux, belles baraques au bord de mer, vie parisienne... ça fini par donner la nausée. Et il ne faut pas oublier que dans tout ça on doit supporter leurs discours moralisateurs et toujours « près du peuple ». Ah ! Et puis comme le fait remarquer une critique sur Babelio, on a aussi droit aux descriptions sexuelles. Mai 68 et « libération de la femme » oblige. Je vous laisse lire et libre de juger. En ce qui me concerne, j'ai été surpris de l'importance accordée aux fellations. Que ce soit avec son mari Sinteuil ou son amant Edward Galloway. Ce dernier décrit comme un étalon « bien constitué » et infatigable on imagine les assauts qu'à dû subir la frêle autrice. Elle se décrit elle même comme un petit écureuil aux yeux bridés. Julia Kristeva, psychanalyste de surcroît, aurait sans doute un travaille d'analyse à faire à ce sujet. Mais peut-être est-ce de l'humour ? à prendre au second degré, voire plus...
Le chapitre le plus intéressant est incontestablement celui du voyage en Chine. Il aurait pu faire l'objet d'un livre entier. Quelle que chose qui m'a troublé : je ne vois pas bien le rapport entre Mao et le Tao, elle y revient régulièrement, et certaines descriptions tombent tout à fait à plat. On sent bien que ces pauvres voyageurs sont assez passifs et ont du mal à se rendre compte de ce qui leur est donné à voir. J'aurais cru tout d'abord qu'ils auraient mieux préparé leur voyage, se seraient mieux renseigné. Pour un Jean Michel Jarre allant faire ses concerts en Chine, par exemple, on comprendrait, mais pour des gens censés représenter l'élite française ! Et puis Julia qui soit disant connaît les sinogrammes, nous en reproduit quelques uns de sa main, or ceux-ci sont représentatifs d'un gribouillage de débutant ! Tout ceci est troublant.
Cela dit, après toute cette critique qui peut paraître négative, je conseille néanmoins la lecture de ce livre. A mon avis, un très bon aperçu du milieu des intellectuels français de la période fin 60, début 70. Vous en aurez autant que le poids du livre le suggère.
Commenter  J’apprécie          11
Je n'ai pas du tout aimé ce livre et n'ai même pas pu le finir. L'auteure ne cesse de se mettre en valeur, de raconter des détails "croustillants" sur sa relation avec Sollers.
Commenter  J’apprécie          41
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
La fadeur est un paradis pour les délicats.Une palette de gris et de pastels moirés se fondant en nacre.Il n'y a rien à "voir" dans un paysage ou une soie de Chine.Ou plutôt, l'oeil doit s'habituer à l'harmonie des nuances, aux significations infinitésimales.
Commenter  J’apprécie          20
Le bonheur est un présent achevé. Aucune attente. Tout, ici et maintenant. Le cercle parfait, qu'il soit grand ou petit, est heureux parce qu'il est juste : comme celui que Giotto dessina quand on lui demanda une preuve de son art.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Julia Kristeva (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Kristeva
#JournéeDeLaPhilo2020 #Philosophie #LesRencontresPhilosophiquesdeMonaco #Philomonaco
Philosopher ensemble !
#Trailer de présentation des Rencontres Philosophiques de Monaco
Avec la participation de: Alain Fleischer, Anastasia Colosimo, Anne Dufourmantelle, Avital Ronell, Barbara Cassin, Bernard Harcourt, Bernard Stiegler, Boris Cyrulnik, Bruno Karsenti, Camille Riquier, Catherine Chalier, Catherine Millet, Charlotte Casiraghi, Christian Godin, Claire Chazal, Claire Marin, Claude Hagège, Cynthia Fleury , Davide Cerrato, Denis Kambouchner, Dominique Bourg, Donatien Grau, Edwige Chirouter, Elisabeth Quin, Emanuele Coccia, Éric Fiat, Étienne Bimbenet, Fabienne Brugère, François Dosse, Frédéric Gros, Frédéric Worms, Gary Gillet, Geneviève Delaisi de Parseval, Geneviève Fraisse, Georges Didi-Huberman, Georges Vigarello, Géraldine Muhlmann, Gérard Bensussan, Hakima Aït El Cadi, Jean-Luc Marion, Jean-Pierre Ganascia, Joseph Cohen , Judith Revel, Julia Kristeva, Laura Hugo, Laurence Devillairs, Laurent Joffrin, Luc Dardenne, Marc Crépon, Marie Garrau, Marie-Aude Baronian, Mark Alizart, Markus Gabriel, Marlène Zarader, Martine Brousse, Corine Pelluchon, Maurizio Ferraris, Mazarine Pingeot, Michael Foessel, Miguel de Beistegui, Monique Canto-Sperber, Nicolas Grimaldi, Olivier Mongin, Paul Audi, Perrine Simon-Nahum, Peter Szendy, Philippe Grosos, Pierre Guenancia, Pierre Macherey, Raphael Zagury-Orly, Renaud
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}