AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205075403
Éditeur : Dargaud (17/06/2016)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 221 notes)
Résumé :
Manu Larcenet se confronte à une adaptation, celle du chef-d'oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l'auteur de Blast et du Combat ordinaire s'empare du texte, c'est pour le faire sien, et lui donner une nouvelle vie éclatante, sombre et tragique. Des pages d'une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes, une plongée dans les abîmes, servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  20 septembre 2016
Une petite maison enneigée et isolée. Nichée au creux de la vallée. Un cauchemar et Brodeck se réveille brutalement. Seul le sourire de sa petite fille lui fera, pour un temps, oublier ses souffrances passées.
Brodeck, sous le joug des autres villageois, tente, autant que faire se peut, d'écrire son rapport sur ce qui s'est passé avec l'anderer. Après avoir rendu visite à l'un ou à l'autre, on lui fait clairement comprendre qu'il ne doit pas aller au fond des choses ni faire éclater une vérité que personne ne veut entendre et encore moins déterrer des secrets. Mais Brodeck veut savoir pourquoi cet étranger a été tué si atrocement par les villageois quitte à mettre en danger sa vie et celle des siens... Tandis que lui reviennent en mémoire les souvenirs des camps et ses propres souffrances...
Manu Larcenet clôt brillamment cette adaptation du roman de Philippe Claudel. Dans ce deuxième tome, les flashbacks, plus nombreux et plus violents, font la lumière sur le passé douloureux de Brodeck, sur les actes innommables des villageois, devenus des bêtes, de leur cruauté, leur peur et leur lâcheté. Des flashbacks qui plombent encore cette atmosphère déjà tendue, menaçante, presque irrespirable et cette vérité, insidieuse et blessante. L'auteur prend son temps pour installer l'intrigue et les personnages, allant jusqu'à alterner le récit avec des cases plus contemplatives. Un rythme parfaitement maîtrisé et saisissant.
Graphiquement, Larcenet fait montre d'une force et d'une intensité incroyables et d'une virtuosité étonnante. Un trait tout en finesse et d'une grande justesse, de magnifiques portraits burinés et silencieux, un noir et blanc profond et vertigineux.
Remarquable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
Crossroads
  13 septembre 2016
Larcenet, homme multiface, aussi à l'aise dans le drolatique que dans la tragédie.
Le Rapport de Brodeck, version Larcenet, est-il fidèle au roman de Claudel, j'en sais foutre rien et honnêtement, peu me chaut.
Ce que je sais, c'est le plaisir incommensurable pris à contempler ces planches bicolores d'une élégance et d'une puissance peu communes.
Ce 2e tome lève le voile sur le mystère Anderer et sa violente disparition.
Focalisé sur ce personnage mutique et raffiné qui verse dans l'art plutôt que dans le lard, contrairement à la majorité de ses rustres contemporains amateurs de cochonaille, il n'en oublie pas pour autant notre poto Brodeck, le cul toujours vissé entre deux chaises, et une histoire personnelle propre à faire chialer le mur des lamentations.
Si vous étiez resté sur le Retour à la Terre et le Combat Ordinaire, la surprise, excellentissime au demeurant, risque bien de vous faire choir de très très haut.
Sublime et pis c'est tout.
Commenter  J’apprécie          645
Harioutz
  24 février 2019
Excellent Tome 2 où l'on découvre l'histoire personnelle (les drames, devrais-je écrire) de Brodeck, sa déportation sur dénonciation, l'agression dont a été victime sa femme en son absence, l'opprobre qui a entouré la naissance de leur fille ...
Plus encore, c'est toute la bassesse humaine qui éclate dans ce second opus, formidablement bien retranscrite par un graphisme à couper le souffle ... c'est d'ailleurs presque en apnée que j'ai lu cet album.
Bravo à Manu Larcenet, et très touchée par son hommage à Cabu, dans ses remerciements :
"Une pensée reconnaissante pour Cabu, qui m'a fait découvrir la voie du dessin. Sa présence bienveillante est derrière chacun de mes traits."
Commenter  J’apprécie          551
Dionysos89
  08 février 2017
Après un premier tome très introductif et porté sur le mystère planant, l'adaptation dessinée du Rapport de Brock par Manu Larcenet se conclue finalement de belle façon.
Un an après L'Autre, Manu Larcenet propose le deuxième tome de ce Rapport, toujours en format « fumetti » (à l'horizontale) mais quand même dans une version cartonnée très solide. Cette fois, l'auteur va tenter de nous faire comprendre L'Indicible : qu'est-ce qui a bien pu pousser ces simples villageois à massacrer L'Autre, der Anderer ? et en effet, les réponses arrivent bel et bien, ce qui parfait l'écriture de ce diptyque. Brodeck a toujours son rapport à écrire concernant l'événement tragique qui a vu les villageois (sauf lui) commettre cet acte abominable contre un simple étranger de passage dans leur vallée, mais doit-il dévoiler le fait qu'il élabore un rapport parallèle et plus engagé ? Doit-il aussi véritablement décrire l'horreur banale qui a mené à la mort de cet étranger ?
L'indicible prend parfois les traits d'un acte jugé anodin et qui hante les esprits d'un petit village. C'est bien là le propos non simpliste mais intimiste proposé par Manu Larcenet : du protagoniste ou des villageois coupables, qui va céder en premier ? voilà l'enjeu de ce deuxième tome. Ce bras de fer psychologique, outre nous dévoiler tous les aspects encore mystérieux de l'intrigue, s'égaye aussi et surtout par un dessin toujours parlant à lui seul. Je me demande même si moins de dialogues n'auraient pas donné des situations encore plus parlantes, en jouant toujours sur les ombres inquiétantes.
Décidément, cette adaptation du Rapport Brodeck est une lecture qui se délecte de détails qui fourmillent. Bien sûr, il faut savoir l'apprécier et au terme de ce diptyque, il faut peut-être relire le premier tome pour être sûr d'avoir tout vu et tout cerné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Foxfire
  05 septembre 2018
Un second tome tout aussi puissant et poignant que le 1er.
Le mystère qui planait tout au long du 1er tome cède ici la place à une plongée dans le passé du village. Les failles et cicatrices sont ouvertes et exposées, les non-dits sont explicités. Mais Larcenet réussit le miracle de demeurer très pudique, malgré l'indicible qui est ici raconté, il n'y a pas de déballage malsain, pas de voyeurisme.
Il nous montre les Hommes dans ce qu'ils ont de plus laid, cédant à la lâcheté et même parfois à la barbarie et pourtant Larcenet ne prétend pas les juger de façon péremptoire. Après tout, ils sont nos semblables, ils sont nous. Derrière les horreurs qu'ont commis ces Hommes il y a souvent la peur. Décidément, la peur me semble être un noeud central de cette histoire. Même si la peur n'est pas le seul thème de cette oeuvre très riche, elle est au coeur du récit. Elle est la cause de bien des maux. C'est par peur que les villageois laissent l'armée d'occupation entrer dans la ville, c'est par peur qu'ils se taisent lorsque l'un des leurs est exécuté sommairement, c'est par peur qu'ils se rendent complices de l'épuration.... Et n'est-ce pas, malheureusement, terriblement humain que de renoncer à son humanité par peur... J'ai eu l'impression que Larcenet, sans excuser les villageois, cherchait à comprendre et à rappeler que cette origine du mal qu'est la peur est en chacun de nous. D'ailleurs les seuls personnages dont l'auteur ne cherche pas à expliquer le comportement sont les soldats nazis et ils sont représentés sous la forme de monstres, les excluant ainsi de fait de l'Humanité, eux qui ne sont pas mus par la peur mais juste par le désir de dominer et détruire.
Larcenet a signé là une oeuvre magnifique, une de celles qui marque un lecteur pour toujours. J'ai été plus qu'émue, saisie par certaines planches qui m'ont fait pleurer sur l'Humanité, sa laideur et sa faiblesse mais aussi sa beauté et sa tendresse. Ces éclats de lumière sont certes rares et brefs mais ils irradient d'une telle puissance qu'ils redonnent de l'espoir et donnent un sens à la vie. Ces lueurs ressemblent à des scènes toutes simples, par exemple à un homme qui étreint son enfant. C'est simple mais tellement beau, ça n'a l'air de rien et pourtant c'est immense. Comme cette oeuvre magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322

critiques presse (1)
ActuaBD   19 août 2016
Manu Larcenet poursuit et achève de la plus belle des manières son adaptation du roman de Philippe Claudel. Il clôt ainsi un diptyque où sa description de l’âme humaine est aussi sombre que son graphisme est brillant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
MarieIsanoMarieIsano   14 mai 2019
C'est une drôle d'expression,quand on y réfléchit, "Trouver la mort "...Je pense aujourd'hui que si Diodème à trouvé la mort, C'est parce qu'il la cherchait.
Commenter  J’apprécie          30
marina53marina53   20 septembre 2016
Depuis longtemps, je fuis la foule car tout vient d'elle... la guerre... et les kazerskwirs qu'elle a ouverts dans le cerveau des hommes. On peut se rassurer en disant que la faute incombe à ceux qui l'exhortent. C'est faux. La foule est un corps solide, énorme, tricoté de milliers d'autres corps conscients.
Il n'y a pas de foule heureuse ni paisible.
Commenter  J’apprécie          241
Dionysos89Dionysos89   18 novembre 2016
C’est là la grande victoire du camp sur le prisonnier… S’il en réchappe, le prisonnier ne pourra plus jamais regarder ses semblables sans y voir le désir de traquer, de torturer, de tuer. Chaque matin, dès que je sors du sommeil, c’est la peur qui m’assaille. Je suis devenu une proie perpétuelle.
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   20 septembre 2016
Emélia dansait dans mes bras sous les arbres nus de janvier. (…) L'air était froid et nos joues rosées. C'était l'instant vertigineux qui précède le premier baiser, tout était comme suspendu à la mélodie qui virevoltait dans la lumière dorée du feu de joie.
Commenter  J’apprécie          200
VanessaVVanessaV   12 février 2017
[Les papillons de la variété "Rex flammae"] vivent en petits groupes et on pense qu'il existe chez eux une sorte de solidarité qui les pousse à se rassembler lorsque l'un d'entre eux trouve de la nourriture en quantité suffisante. Ils tolèrent alors au sein de leur groupe des lépidoptères d'autres espèces... Dès qu'un prédateur survient, les "rex flammae" semblent se prévenir les uns les autres et se mettent à couvert... Les papillons, qui un instant plus tôt étaient intégrés au groupe, paraissent ne pas avoir l'information... et ce sont eux qui se font manger par l'oiseau. En livrant ainsi une proie au prédateur, ils garantissent leur survie. Lorsque tout va bien pour eux, la présence d'individus étrangers ne les dérange pas... mais dès qu'un danger se présente, qu'il en va de l'intégrité de leur groupe, ils sacrifient ceux qui ne sont pas des leurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Manu Larcenet (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Larcenet
Voilà 10 ans que Manu Larssinet, Mariette et tout le petit monde du "Retour à la terre" n'avaient pas donné signe de vie... C'est donc avec un grand bonheur qu'on retrouve la série culte de Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet ! Entretien avec Ferri, le scénariste de la série Tome 6 - Les métamorphoses - En librairie http://www.dargaud.com/bd/Retour-a-la-terre-Le/Le-Retour-a-la-terre/Le-Retour-a-la-terre-tome-6-Les-Metamorphoses
autres livres classés : adaptationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3371 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre