AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Rebecka Martinsson tome 6 sur 6
EAN : 9782253244004
736 pages
Le Livre de Poche (08/11/2023)
  Existe en édition audio
3.68/5   227 notes
Résumé :
Une écriture puissante, des paysages impressionnants et un sens du suspense glaçant ont fait d’Asa Larsson une figure incontournable du polar scandinave. Trois fois récompensée par le Prix du meilleur roman policier suédois, traduite dans trente pays, elle poursuit sa série-culte dans les pas de son héroïne Rebecka Martinsson. Sur une petite île du nord de la Suède, on découvre coup sur coup deux cadavres. Si le premier décès est récent, l’autre remonte à... il y a ... >Voir plus
Que lire après Les crimes de nos pèresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 227 notes
"Nos pères ont péché, ils ne sont plus, et c'est nous qui portons la peine de leurs iniquités" (Le livre des Lamentations 5:7 de Jérémie; ancien testament).

Lorsque j'ai vu qu'Audiolib proposait un ouvrage lu par Odile Cohen, lectrice que j'ai connu grâce aux ouvrages de Camilla Lächberg, je savais que j'allais passer un bon moment d'écoute. Ça a donc été pour moi l'occasion de découvrir une auteure que je ne connaissais pas du tout ; Åsa Larsson.

Aubiolib nous propose ici le dernier tome d'une série (pouvant être écouté/lu indépendamment des autres) consacrée au personnage de Rebecka Martinsson, procureure adjointe dans la ville minière Lapone de Kiruna.

La jeune représentante du ministère public était loin de se douter que la découverte d'un cadavre dans un vieux congélateur sur une petite île du Nord de la Suède allait la mener sur le chemin de son passé familial méconnu jusqu'alors. Est-ce que les crimes de nos pères pourront-ils un jour nous être pardonnés ? Comment les personnages vont-ils faire face à toutes les révélations qui vont alors apparaître au cours de l'enquête ?

Je tiens à remercier Audiolib et Netgalley France pour cette écoute réussie. Malgré ses 20h de lecture (un peu moins avec une vitesse de 1,25), je n'ai pas vu le temps passer. La voix d'Odile Cohen s'adapte parfaitement au rythme assez lent des polars scandinaves que j'associe souvent à une balade dans la neige. J'ai très rapidement réussi à me plonger dans cette histoire qui nous offre un véritable voyage en terre lapone du fait d'une description des paysages très réussi. Åsa Larsson a un don (ainsi que sa traductrice Anne Karila) pour réussir à nous proposer un ouvrage à l'écriture/l'écoute aussi visuelle.

J'ai apprécié le soin apporté aux caractères des personnages en mettant autant en avant leurs qualités que leurs défauts. Que l'on aime ou que l'on ne supporte pas Rebecka Martinsson, on ne peut rester insensible. Åsa Larsson a su donner une véritable humanité à ses personnages qui ont été marqués d'une façon ou d'une autre par les choix faits par leurs parents.

Aubiolib, j'ai une mission pour vous, maintenant que cette série est terminée ! ;-D J'attends avec impatience que vous publiez en version audio les 4 tomes de la série qui n'existent pas encore ! Merci encore pour ce moment d'écoute.
Commenter  J’apprécie          410
"Lu" en audio.
Emprunté bien que sachant que c'était le sixième opus d'une série, je me suis dit "pourquoi pas", j'ai déjà fait pire...
Un peu décontenancé par la profusion de personnages, il m'a fallu un certain temps pour identifier les rapports complexes qui les liaient. Dans ce cas je regrette toujours le bon vieux papier qui me permet des retours physiques en arrière pour réactiver mes zones de mémoire défaillantes.
Mais il est vrai que j'avais le temps de réfléchir car même si l'on peut attribuer le qualificatif de "thriller" à ce livre, puisqu'il y a quelques moments d'action et de suspense, l'ensemble est un peu figé dans le climat du grand Nord Suédois. La vitesse de l'action est ici corrélée à l'agitation thermique des molécules polaires.
Il faut donc aimer se laisser aller au fil des sentiments des protagonistes. le plus animé ? le dernier combat de boxe. Rétroactif, tout est souvenirs...
En toute fin, quand l'auteur explique que c'est la dernière enquête de Rebecka Martinsson, toute cette langueur prend son sens. C'est un polar en forme d'adieu.
Commenter  J’apprécie          421
Livre audio – Lu par Odile Cohen : 20h51

Dernière rencontre avec Rebecka Martinsson puisque Asa Larsson a décidé de mettre fin à sa série ! Rebecka est toujours Procureure adjointe à Kiruna et les relations avec le Procureur remplaçant sont chaotiques mais si vous ne la connaissez pas, Rebecka n'est pas la personne la plus avenante et sympathique que l'on peut rencontrer ! Mais moi je l'aime bien !!

Cette fois-ci, la découverte de deux cadavres, dont l'un ancien dans un congélateur, va la plonger dans des histoires familiales dont l'une concernera celle de sa mère, adoptée dans sa jeunesse.

Pour les accros de polars nerveux et remplis de découvertes qui s'enchainent, passez votre chemin. le côté policier des enquêtes de Rebecka est quasiment anecdotique ! L'autrice nous plonge au coeur de la Suède et des Suédois ; dans les pensées et la vie de chacun des protagonistes et le passé tient une énorme place dans le déroulé du roman.

La traduction fait beaucoup sur le plaisir que j'ai eu à suivre Rebecka et même si à priori ce ne sont pas les mêmes traducteurs d'un livre à l'autre, une certaine harmonie en ressort !

La lecture d'Odile Cohen est très adaptée à l'histoire. Elle donne beaucoup de présence aux personnages et malgré tous les retours en arrière, je n'ai pas perdu le fil de l'histoire et elle a su m'accrocher sur des moments un peu moins captivants.

J'aurais plaisir à relire tous les tomes dans l'ordre, c'est important pour voir l'évolution de Rebecka et entrer dans le coeur de la Suède profonde.

#LesCrimesdenospères #NetGalleyFrance

Challenge Féminin 2022/2023
Challenge Mauvais Genre 2022
Challenge Pavés Thématique 2022
Commenter  J’apprécie          340
Au nord de la Suède, sur un petit îlot proche de la côte, on découvre le corps sans vie d'un alcoolique invétéré et dans son congélateur le cadavre d'un boxeur disparu depuis plus de cinquante ans.
Pour la procureure Rebecka Martisson, l'affaire devient vite personnelle car la victime récente fait partie de sa famille adoptive. C'est tout un passé qui ressurgit dans sa vie alors qu'elle se débat dans des soucis professionnels et sentimentaux.
Voilà un polar suédois d'excellente facture dans une ville à l'atmosphère plombée par la mine locale qui sauve l'économie mais menace la sécurité des habitants. Cette ambiance étrange pèse sur le moral des personnages, mal dans leur peau, peu sociables et qui traînent leur passé comme un boulet.
C'est le sixième et dernier tome de la série adaptée avec succès pour Netflix.
Commenter  J’apprécie          302
Découverte de l'héroïne Rebecka Martinsson , j'ai lu que c'était le dernier roman où la protagoniste apparaît , je peux lire les tomes précédents , il n'y a aucun problème à lire ce livre même si on n'a pas lu les précédents .
J'ai beaucoup aimé et comme de nombreuses fois , la version audio m'a semblé apporter un énorme plus , la voix de la lectrice est très nuancée , les différents chapitres sont bien marqués .
De plus en plus je suis attirée par les livres audio , même si je précise qu'il faut être attentif à l'écoute , difficile d'écouter et de faire autre chose .
J'ai beaucoup aimé l'histoire , l'évocation de la vie en Suède .
Je me suis prise d'amitié pour les personnages que j'ai eu du mal à quitter , avec une petite préférence pour Ranghild et son nouvel amour .
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
06 février 2023
À la retraite depuis déjà quelques mois, Ragnhild Pekkari a décidé de mettre un terme à ses jours, car elle n’attend vraiment plus rien de la vie. Direction un coin perdu de la campagne suédoise où, lestée d’un sac à dos rempli de neige, elle compte se laisser couler dans une rivière. Mais juste avant de passer à l’action, un coup de fil l’obligera à revoir ses plans: son vieux frère Henry, qui habite sur une petite île déserte non loin de Kiruna, ne s’est pas montré au village depuis plusieurs semaines.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LesEchos
16 janvier 2023
« Les crimes de nos pères » sonnent la fin des aventures de Rebecka Martinsson, une fin en apothéose, pour une enquête à tiroir qui va pousser la procureure dans ses retranchements.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Börje pense à sa mère qui, à l'instar de nombreux Tornédaliens (habitants de la vallée de la Torne) a traduit son nom finnois en suédois parce que le finnois était dénigré. Les locuteurs finnois étaient moins bien considérés.
Du début du XXème siècle jusque après la première guerre mondiale, il était impossible d'être embauché à la mine si l'on appartenant à cette minorité.
Les emplois étaient réservés aux "vrais Suédois".
Börje et sa mère s'appellent Ström, qui est la traduction de Niva, le patronyme du reste de la famille.
Börje a entendu dire que les autorités suédoises avaient attribué de nouveaux noms aux Sames, qui traduisaient le plus souvent un défaut physique; un aveugle, par exzmple, était appelé Blind. On peut avoir un nom d'esclave ou être exposé à un tel mépris que l'on en vient à haïr son propre nom.
Commenter  J’apprécie          50
Lui-même n’était pas du genre à verser des larmes, hormis lorsqu’il voyait des rediffusions d’anciens événements sportifs à la télévision ou des émissions sur les Américains qui venaient en Suède rechercher leurs racines. Il tendit la main vers Börje Ström mais s’interrompit à mi-chemin et l’enfonça dans sa poche. Mains dans les poches. Ferme les poings. Garde-les serrés.
Commenter  J’apprécie          50
Mais cette ourse de femme. Avait-elle besoin de quelqu'un ?
Une vie solitaire dans la forêt la comblait certainement.
Commenter  J’apprécie          170
Les locuteurs finnois étaient moins bien considérés. Du début du XXIe siècle jusque après la Première Guerre mondiale, il était impossible d’être embauchés durablement à la mine si on appartenait à cette minorité. Les emplois étaient réservés aux « vrais Suédois ».

(Albin Michel, p.419)
Commenter  J’apprécie          60
Il est inutile d’essayer de fuir ses chagrins, pensa-t-il. Ils vous poursuivent de toute façon. Les chagrins, il faut attendre qu’ils s’assèchent, il n’y a pas d’autre moyen.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Åsa Larsson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Åsa Larsson
« Les Crimes de nos pères » d'Åsa Larsson lu par Odile Cohen l Livre audio
autres livres classés : suèdeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (596) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2860 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..