AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290377055
288 pages
J'ai lu (07/06/2023)
4.1/5   135 notes
Résumé :
Xavier Lemercier, agent immobilier, trouve au hasard d'une visite d'appartement un mystérieux télescope ayant appartenu à un célèbre astronome. Voilà bientôt qu'il cadre dans l'instrument, depuis son balcon, une femme derrière une fenêtre, sans oser, bien sûr, l'aborder. Divorcé et esseulé, avec pour seules joies ses week-ends avec son jeune fils, il commence à tomber amoureux de l'inconnue. Un jour, Alice, la femme observée, pousse la porte de l'agence immobilière ... >Voir plus
Que lire après Les Caprices d'un astreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 135 notes
5
17 avis
4
18 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ce n'est pas ma première incursion dans l'univers de l'écrivain, Antoine Laurain et cela ne sera certainement pas ma dernière! Pourquoi ? Car ce livre est une petite pépite et un véritable coup de coeur. Cet auteur parvient à chaque fois à me transporter hors du temps, hors de tous mes tracas et petits bobos du quotidien. Je trouve ces bouquins entourés d'une aura solaire pleine de douceur, d'une atmosphère douillette dont très peu d'auteurs peuvent se targuer d'en maîtriser les ficelles.

Je l'avais découvert par son excellent « Millésime 54 » à l'occasion du Grand Prix des Lecteurs de L'Actu Littéraire (vous pouvez d'ailleurs retrouver ma chronique sur mon blog). Déjà à l'époque, ce livre avait eu le don de m'entourer dans une sorte de cocon littéraire, où je serais bien restée encore un peu de temps et que je n'avais pas du tout envie de quitter.

« Les caprices d'un astre » se déroule une fois encore, en partie, à Paris mais aussi sur les mers du globe il y a près plus de deux cents cinquante ans. Xavier est agent immobilier et quelque peu « perdu » depuis son divorce et le déménagement de son meilleur ami. A la suite de la vente d'un appartement, il fait la découverte d'un télescope ancien avec lequel il va découvrir son voisinage. Deux cent cinquante ans plus tôt, l'astronome Guillaume le Gentil de la Galaisière (personnage ayant réellement existé) est missionné par le Roi de France, Louis XV, pour aller observer dans les Indes le passage de Venus devant le Soleil.

Comment le destin de ces deux hommes vont s'entremêler ? Je ne vous le dirai pas afin de ne pas gâcher votre plaisir et peux vous dire que vous en aurez beaucoup si vous venez à lire ce roman. Au travers de ces deux destinées semblant aux premiers abords à mille lieues l'une de l'autre, c'est une magnifique histoire qui nous est contée par la sublime plume d'Antoine Laurain.

Tout comme pour « Millésime 54 », il part d'un banal objet, le fameux téléscope, et l'imbrique dans une formidable histoire qui captive le lecteur, grâce à des sauts dans le temps (où j'ai appris plein de choses sur les îles inexplorées par exemple) mais aussi par la magie enchanteresse des coïncidences. Les personnages sont incroyablement touchants et attachants, bien loin de la guimauve dégoulinant d'une banale comédie roman-tique.

Vous l'aurez compris : ce livre est un vrai coup de coeur pour ce mois de février pluvieux et tristounet. le talent d'Antoine Laurain aura eu le don par son dernier roman d'apporter un brin de lumière et de me faire voyager sans quitter mon divan. Je ne peux que l'en remercier ! Et j'ai envie de dire et même de crier : ENCORE s'il vous plaît!!!
Lien : https://www.musemaniasbooks...
Commenter  J’apprécie          583
Quel beau voyage astral !..Vénus, un télescope, un voyage sur des galions traversant des mers infinies.. chassées croisées entre deux époques, une histoire d'amour, des recherches astronomiques, de la taxidermie, un agent immobilier,une femme mystérieuse...et ce très vieux télescope va être l'acteur principal reliant les personnages et les époques.. .de l'intrigue,un brin d'aventure..tout s'imbrique parfaitement, .. je me suis laissée embarquée dans l'aventure romanesque avec plaisir !
Un astronome qui sillonne la planète, qui court après le temps pour ses observations ..un homme divorcé qui court après l'amour. ..hasards et coïncidences sont au rendez-vous pour précipiter des rencontres qui n'auraient pas pu se produire ....
agréable lecture ..ce roman m'a enchanté dans tous les sens du terme..une rêverie agréable !
Commenter  J’apprécie          430
J'ai retrouvé dans ce dernier roman d'Antoine Laurain ce que j'avais aimé dans le chapeau de Mitterrand et la femme au carnet rouge. le plaisir de suivre un objet et de voir son impact dans la vie de ses possesseurs. Ici, un télescope, propriété de Guillaume le Gentil, astronome du roi, missionné pour observer le passage de Venus devant le soleil, phénomène qui a lieu une fois tous les 8 ans, puis 100 ans après. Un mandat qui va conduire ce gentilhomme dans un (très) long périple jusqu'aux Inde.
En parallèle on découvre ce même télescope entre les mains de Xavier, un père divorcé, agent immobilier, qui va voir son destin bouleversé par cet objet du passé…
Une histoire en deux temps et deux périodes que j'ai lu avec délectation. La plume est très gracieuse , le voyage plaisant, la comédie romantique attachante.
En somme, Un agréable moment 😀
Commenter  J’apprécie          414
Les Caprices d'un Astre, sorte de roman hybride, m'a beaucoup plu. C'est à la fois la biographie d'un astronome du XVIIIème siècle qui a sillonné l'océan Indien pour observer le transit de Vénus devant le soleil et une romance contemporaine qui met en scène un agent immobilier qui tombe amoureux d'une inconnue qu'il a observée sur son balcon grâce à un télescope ancien.

Les deux récits menés en parallèle ne semblent relier par rien en dehors du télescope de Guillaume que Xavier a retrouvé dans un appartement qu'il a vendu quelque temps plus tôt. Et pourtant Antoine Laurain parvient à tisser un joli récit, très cohérent, où les deux périodes se font constamment écho. le texte est aussi émaillé d'éléments plus surprenants, comme l'intervention d'une brigade anti-terroriste ou une chevauchée à dos de dauphin, qui peuvent sembler hautement improbables mais qui fonctionnent très bien dans l'univers construit par Antoine Laurain.

Un très beau roman...
Commenter  J’apprécie          350
L'auteur ne m'aura pas transporté de Paris à l'Ile Maurice ni aux Indes, il ne m'aura pas non plus fait voyager du XVIIIe à nos jours, malgré une belle histoire d'amour qui semble presque un conte de fée et des personnages simplement attachants. Si j'ai bien compris le parallèle entre la quête de l'un qui lui fait faire le tour du monde, et celle de l'autre qui pourra se contenter d'un tour de quartier (!), il faut, je trouve, attendre la presque fin pour avoir des phrases qui retiennent l'attention, des belles lettres, d'autant que les incursions dans le passé (un chapitre sur deux !) sont moyennement intéressantes sauf tous ces fils rouges. Alors : quel point commun entre un télescope, un agent immobilier, un zèbre et Vénus (la planète) ? Ah oui aussi : pourquoi au fin fond d'un placard parisien plutôt que le Cotentin par exemple ? (pour celles et ceux qui ont lu ? je cherche la réponse).
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Le Berryer ramena même un matin dans ses filets un calamar de la grosseur d’un cheval et pourvu de tentacules qui faisaient bien la longueur du bateau de la proue à la poupe. Les hommes d’équipage le mirent en pièces à l’aide de haches et le cuisinier vida un tonneau entier de vin dans de lourdes marmites de fonte pour le faire cuire dans un court-bouillon alcoolisé de son invention. Le soir même, tout l’équipage se délecta de la chair iodée et tendre du gigantesque céphalopode. Cette pêche inattendue fut l’occasion d’évoquer des créatures marines plus effrayantes les unes que les autres et dont on ne savait si les gravures qui les représentaient étaient le fruit de l’imagination des hommes ou de bien réelles observations. Au dire des marins, dans les eaux et les vents contraires du cap de Bonne-Espérance, on pouvait apercevoir à de rares occasions le terrible Caracac. Le capitaine ne l’avait jamais vu mais en connaissait la description faite par d’autres. Il sortit de ses étagères un énorme volume qui avait bien nécessité la peau de deux truies grasses pour en composer la reliure et l’ouvrit à une page précise. Guillaume Le Gentil se pencha pour découvrir le bois gravé d’un monstre qui ressemblait à une rascasse de la taille du Berryer. Le poisson ouvrait une gueule qui faisait bien cinq fois la grande grille de Versailles, et du sommet de son crâne sortait un jet d’eau en manière de fontaine. Guillaume Le Gentil sentit un frisson glacé lui parcourir le dos. Le capitaine conclut que s’il devait croiser la route de ce monstre, il comptait bien que Dieu lui viendrait en aide, puis il se signa et referma le volume dans un claquement.
Commenter  J’apprécie          30
Il regarda en silence plusieurs constellations. L'observation de la "Chevelure de Bérénice" lui procura de grandes joies. Don Joseph fut intrigué par ce nom et demanda à Guillaume de lui en dire plus. La constellation était ainsi nommée en hommage à Bérénice II, qui régnait sur la Grèce en l'absence de son mari, parti guerroyer en Syrie, en 246 avant notre ère. La souveraine, qui avait fait édifier un temple à Aphrodite, implora cette dernière pour que son époux revienne sain et sauf des batailles. Un soir, elle s'agenouilla devant la statue de la déesse, puis trancha net sa longue chevelure en nattes pour lui en faire offrande. Le lendemain, le cheveux déposés à la divinité avaient disparu. Conon de Samos, astronome de la cour, proposa une explication des plus romantiques : le sacrifice des cheveux de la reine avait tant ému la déesse que celle-ci les avait replacés dans le ciel ; en effet, la constellation qu'il venait d'identifier, le soir même de la disparition capillaire, présentait une étrange forme de nattes pendantes en myriades d'étoiles. Il la nomma "Chevelure de Bérénice".
Et son mari? Est-il revenu de la guerre? avait demandé Don Joseph. Oui, il est revenu vivant et sans blessure. Don Joseph avait hoché la tête gravement : puissions-nous faire la route de la vie avec une femme prête à sacrifier ses nattes pour nous, avait-il conclu d'un air songeur.
Commenter  J’apprécie          10
Le prochain transit de Vénus aura lieu en 2117. Soit dans quatre vingt quinze années. Vous, qui lisez ces lignes, ne serez plus là. Et moi non plus. Comme guillaume nous rateront ce rendez-vous. Mais ce n’est pas grave. Nous sommes ici. Maintenant. J’écris. Vous lisez.
Nous respirons.
Nous sommes vivants.
Tout va bien.
Commenter  J’apprécie          40
Sur le ponton du Sylphide, les hommes d’équipages regardaient, sidérés, l’envoyé du roi chevauchant un dauphin qui prenait de la vitesse et avançait maintenant à la vitesse d’un chien de chasse en pleine courses.
Commenter  J’apprécie          60
Le prochain transit de Vénus aura lieu en 2117. Soit dans quatre-vingt-quinze années. Vous, qui lisez ces lignes, ne serez plus là. Et moi non plus. Comme Guillaume nous raterons ce rendez-vous. Mais ce n'est pas grave. Nous sommes ici. Maintenant. J'écris. Vous lisez.
Nous respirons.
Nous sommes vivants.
Tout va bien.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Antoine Laurain (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Laurain
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/antoine-laurain-les-caprices-de-l-astre-53253.html
Certains livres sont comme une rencontre. On ne les attendait pas et ils vous apportent plus que vous ne le pensiez. Ainsi en est-il du nouveau roman d'Antoine Laurain, « Les caprices de l'astre». Antoine Laurain trace discrètement son sillon depuis 15 ans en France comme à l'étranger où ses livres sont traduits en une vingtaine de langues et sont l'occasion pour lui d'accompagner ses personnages de l'Amérique du Nord à la Corée du Sud. Si son titre le plus connu reste « le chapeau de Mitterrand », en 2012, adapté ensuite pour la télévision, ces autres livres révèlent eux aussi un talent certain d'écriture où le style le dispute à la poésie sans renier une pointe d'humour. « Millésime 54 », « Rhapsodie française » ou « le service des manuscrits » font partie de cette bibliographie. Mais sa petite consécration personnelle reste sans doute la fait que Camilla, duchesse de Cornouailles,épouse du prince Charles, ait choisi son livre « La fille au carnet rouge » dans sa sélection de lecture pendant le confinement. Dans son travail d'écriture, l'auteur reconnait volontiers une nostalgie heureuse. Lui qui a, pendant plusieurs années, travaillé dans un magasin d'antiquités s'appuie souvent dans ses romans sur le temps qui passe, les rencontres au-delà du temps et les objets qui créent la transmission. On retrouve cet esprit dans ce nouveau titre « Les caprices de l'astre ». Guillaume le Gentil de la Gournaisière, savant et astronome, est envoyé sur les mers du globe par le roi Louis XV. En parallèle, dans le Paris d'aujourd'hui, Xavier et Alice, malmenés par la vie se croisent sans se trouver. Mais le destin est en embuscade. On entre avec une réelle jubilation dans cette jolie histoire qui parle d'amour, de résilience, de lien aux autres sans mièvrerie, sans pathos mais avec légèreté et poésie. L'écriture est belle et légère, le style permet de retrouve la belle plume d'Antoine Laurain. Quant à l'intrigue, finement amenée, elle nous offre une réelle parenthèse enchantée dans cette période tellement troublée. Et mon Dieu, que ça fait du bien… « Les caprices de l'astre » d'Antoine Laurain, aux éditions Flammarion.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (315) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5193 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..