AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367627622
Éditeur : Audiolib (12/09/2018)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 87 notes)
Résumé :
[LIVRE AUDIO]

1961. L'espion britannique Alec Leamas et son amie Liz Gold trouvent la mort au pied du mur de Berlin.
2017. Peter Guillam, fidèle collègue et disciple de George Smiley dans les services de renseignement autrefois surnommés " le Cirque ", est tiré de sa retraite en Bretagne par une lettre de son ancien employeur, qui le convoque à Londres. Pourquoi ? Ses activités d'agent secret pendant la guerre froide le rattrapent. Des opératio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  23 novembre 2018
Je n'ai quasiment rien compris mais c'est quand même cool.
Je m'explique.
(Je précise aussi que je poste un avis sur le livre audio.)
Peter Guilham, espion à la retraite - si tant est qu'on puisse être un espion à la retraite - coule des jours heureux en Bretagne jusqu'au jour où il est convoqué à Londres pour rendre compte d'une vieille affaire qui s'est déroulée en pleine Guerre Froide. Affaire qui avait fait trois victimes dans les rangs du Service et pour lesquelles les héritiers demandent aujourd'hui réparation, réhabilitation et dommages et intérêts.
Pourquoi je n'ai rien compris ?
Parce que c'est mon premier John le Carré et qu'on ne m'ôtera pas de l'idée qu'il faut être un fidèle de l'auteur pour raccrocher ce dernier wagon à la loco et en savourer tout le suc.
Parce que Georges Smiley et consorts me sont aussi familiers que la grand-tante et le grand-oncle de Donald Trump - si tant est qu'il ait une grand-tante, je sais seulement qu'il a un grand-oncle Sam - or on passe à côté de "L'héritage des espions" si on n'a pas un minimum d'éléments sur cet espion mythique créé par John le Carré. En tout cas, moi, je suis passée à côté.
Parce que malgré la qualité d'enregistrement et de lecture de cet Audiolib, un roman qui n'a de cesse de passer d'une époque à une autre, distantes d'un demi-siècle, sans que l'auteur déploie le minimum syndical en termes de descriptions, ça n'aide pas à planter le décor, d'autant plus regrettable que j'aurais adoré qu'il fasse renaître sous mes yeux ébahis les années 50.
Pourquoi c'est quand même cool ?
Parce que malgré le jargon d'espionnage dont je n'ai compris qu'un mot sur trois (et encore je suis généreuse), malgré l'intrigue complexe à suivre lorsqu'on ne fait qu'en entendre sa lecture sans la voir de ses propres yeux sur le papier, malgré les très nombreux personnages dont j'ai rapidement renoncé à retenir la grande majorité, malgré tout cela, on sent la patte d'un Maître, d'un auteur qui maîtrise son sujet à fond, qui jongle avec les rebondissements et les retournements de situations, et qui surtout se sait compris par un public averti, fidèle et qui en redemande.
C'est seulement dommage que je ne compte pas (encore) parmi ces élus ; bref, il vaut mieux à mon avis ne pas commencer à lire John le Carré dans le désordre.

Challenge ABC 2018 - 2019
Challenge des 50 Objets 2018 - 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
MagicJoe
  01 mars 2019
J'aurais dû lire les critiques des lecteurs avant de me lancer dans la lecture de ce livre. Si je l'avais fait, je ne l'aurais certainement pas lu, du moins, pas tout de suite. Je n'avais jamais lu d'histoire écrite par John le Carré et ce livre m'est passé dans les mains un peu par hasard. J'avais enregistré dans un coin de ma tête le nom de cet auteur de romans d'espionnage avec le commentaire à moi-même: "relativement plébiscité par la critique, à lire un jour". Cette note à moi-même me revient d'un coup et j'entame donc l'Héritage des espions.
Première chose qui me frappe: le nombre de personnages de second ordre, que visiblement nous sommes sensés plus ou moins connaître ou reconnaître. Des noms, prénoms, pseudos, noms de codes, noms d'opérations clandestines, etc. qui défilent sans plus d'explication. Pour le néophyte comme moi, c'est déroutant. L'effet a été sans appel: impossible de s'attacher à un autre personnage que le personnage principal qui est aussi le narrateur.
La narration d'ailleurs, un autre point qui m'a frappé. Peter Guillam, le personnage principal est aussi le narrateur. L'impression de se trouver dans la tête de ce dernier est renforcée par l'écriture du livre, au présent. Ses remarques, avis et réflexions émergent un peu spontanément, au fil de discussions avec les autres protagonistes (dont on ne connait d'eux que les interprétations du narrateur, et non leur psychologie propre. Une autre raison qui fait qu'il est difficile de s'attacher à eux) ou bien au gré des évènements. les discussions d'ailleurs, parlons-en. John le Carré semble préférer la paraphrase au dialogue, ce qui n'est pas sans ajouter une certaine lourdeur. Par moment, j'ai trouvé ce style d'écriture peu clair, et équivoque. Est-ce une pensée? Une remarque qu'il dit tout haut? Une réflexion? Les aspects que j'ai évoqués n'auraient pas eu cette importance si l'intrigue avait été haletante durant les 306 pages du roman. Oui, mais non...
Essayons de ne rien dévoiler. le narrateur coule une retraite heureuse quand il est rattrapé par les services secrets britanniques qui le convoquent pour évoquer le passé. Des évènements tragiques lors d'opérations clandestines en pleine guerre froide refont surface et menacent de salir l'image prestigieuse du service. Ce dernier n'entend pas se laisser trainer dans la boue comme ça et cherche un fusible pour se protéger: Guillam, le narrateur. Sauf que ce dernier, il n'a pas non plus envie d'assumer la responsabilité pleine et entière de faits inhérents au service tout entier et vieux de cinq décennies. Jusque là, l'histoire me parait fort intéressante. Oui, mais non... L'intégralité du livre est en quelque sorte l'audition de Peter Guillam par des avocats des services secrets en vue de la préparation d'un éventuel procès. Peter a accès à de vieux rapports contemporains aux faits incriminés et en (re)prend connaissance. la narration fait donc des flashbacks entre présent et passé, dans les opérations clandestines époque mur de Berlin, sans aucun changement de style narratif, si bien qu'il est parfois difficile de s'y retrouver.
Arrivé à un bon tiers du roman, je me dis "bon d'accord, il lit des dossiers mais il va bien finir par y avoir un peu d'action quand-même!". Parce-que oui, quand il lit ses vieux rapports, les flashbacks nous ramènent à l'époque des faits mais nous permettent rarement d'en percevoir autre chose que l'aspect bureaucratique des évènements. Peut-être que tous ces épisodes sont traités dans les romans précédents? le lecteur qui découvre l'univers de le Carré comme moi ne peuvent en tout cas pas le savoir.
Arrivé vers la centaine de page, il arrive enfin quelque chose au héro de plus intéressant que prendre le ferry, aller au restaurant, maugréer contre des blancs-becs d'avocats hautains. Une action un peu mouvementée s'annonce! Oui, mais non... le tout retombe comme un soufflet avant même que ça n'ait pu vraiment monter bien haut. Les rares épisodes similaires dans les deux-cents pages suivantes (deux il me semble) sont du même acabit si ce n'est pire. Les idées de base étaient pourtant prometteuses, mais l'auteur semble mettre un point d'honneur à ce qu'il ne se passe rien de réellement intriguant dans son livre. Dommage pour livre d'espionnage!
Je suis tout de même allé jusqu'au bout de la lecture, moins par intérêt pour le livre en lui-même que par curiosité de savoir comment l'auteur y amenait la conclusion. Et bien, quelle déception! L'histoire se termine comme elle a commencé, dans une platitude incroyable. Platitude qu'elle n'aura, au final, jamais quitté.
Pourquoi mettre quand même 1.5/5? Et bien tout d'abord car je pense qu'en ayant lu toutes les histoires de Peter Guillam & Co. écrites par John le Carré, le livre doit tout de même être plus sympa. C'est toujours agréable de retrouver des personnages que l'on connait, auxquels on s'est attachés et dont nous avons partagés les péripéties tout au long des histoires. Un néophyte comme moi dans l'oeuvre de M. le Carré sera privé de cet aspect important (peut-être même primordial pour ce cas précis). Aussi, le livre a le mérite de m'avoir appris quelques faits, anecdotes, fonctionnements des services secrets, de la stasi, des enquêtes officielles, etc. Rien de bien transcendant, certes, mais tout de même. L'auteur est visiblement très bien documenté et connait son sujet, ça "sent le vrai" et c'est une chose que j'aime beaucoup dans les romans d'espionnages ou de guerre .
Je comprend tout à fait que certains puissent trouver ce genre d'ouvrage fabuleux, je ne dis pas qu'il est mauvais. Mais enfin, pour un habitué comme moi aux Tom Clancy, le choc est rude! Et pas dans le bon sens malheureusement!
Alors je vais tout de même lire "L'espion qui venait du froid", par acquis de conscience et car je pense qu'il éclairera un peu ce dernier livre, mais vous l'aurez compris, je suis très déçu de l'Héritage des espions!
En bref:
Les +
- Livre crédible, auteur bien documenté
- Suite (et fin?) des aventures de Peter Guillam & Co.
Les -
- Et bien, il faut justement les connaître ces précédentes aventures!
- dialogues insipides
- actions inexistantes
- style de narration lourd
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mazou31
  18 mars 2019
Encore un roman d'espionnage époustouflant, écrit par ce vieil espion gentleman (88 ans) de John le Carré. Est-ce un roman testamentaire, comme pourrait l'inspirer le titre ? C'est assurément une oeuvre pessimiste, d'une infinie mélancolie, mais éblouissante de virtuosité. Si le schéma est simple, le détail de l'histoire est comme toujours d'une complexité déconcertante, pleine de faux-semblants, de fausses vérités et de vrais mensonges ! La trame n'est que l'exhumation de l'affaire Windfall – sujet de son premier roman « L'Espion qui venait du froid » – qui date de 1961 et qui ressort à la suite d'une plainte des descendants des espions sacrifiés à l'époque. La Guerre froide est oubliée, l'atmosphère terrible de l'époque est inimaginable pour les fonctionnaires et autres juristes d'aujourd'hui, bien lustrés et formatés, qui ne voient que le scandale d'un procès qui entâcherait le gouvernement britannique et son fairplay légendaire ! Il faut donc un coupable. Et c'est ainsi que nous retrouvons, en comparution devant d'exécrables petits merdeux arrogants, un vieille figure du « Cirque », Peter Guillam, fidèle second du légendaire George Smiley, lui-même, dans l'ombre, en filigramme, marionnetiste insaisissable.
Tout d'abord enthousiasmons-nous pour le tour de force : ce livre, composé presque exclusivement de dialogues, interrogatoires, lectures de rapports ou monologues, réussit à vous tenir en haleine tout du long, tel un polar musclé à l'américaine ! La véracité en plus. le style parfaitement maîtrisé et toujours adapté à la situation y contribue beaucoup. Et pourtant c'est un livre que j'ai écouté en livre-audio, ce qui n'épargne aucun style un peu bancal. Pensez à «  l'épreuve du gueuloir » de Flaubert !
On va et vient donc entre aujourd'hui et le début des années soixante et son mur de Berlin tout neuf. Nos héros d'alors ont soit disparu soit bien vieilli. « Ils ont pris sur eux la responsabilité d'essayer de changer le monde. Et n'y sont pas parvenus. »
Cynques patriotes, ils étaient déjà désenchantés et lassés de leur monde de risques, de trahisons, de mensonges, de doutes sur toute réalité. Maintenant s'y ajoutent le remord, la culpabilité, la hantise d'avoir «  pêché ». 
En outre John le Carré dresse, comme à son habitude, un merveilleux portrait de femme en la personne de Tulip dont il se sentira à jamais inconsolable. Mais ne trahissons rien, il y a assez de traîtres au « Cirque » et à la Stasi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Mome35
  22 juillet 2018
Quand on songe que John le Carré est entré dans sa 87e année d'existence, on ne peut être qu'admiratif devant tant d'imagination, de synthèse et de qualité d'écriture. L'écrivain anglais spécialisé dans le roman d'espionnage en gants blancs, sans profusion de meurtres, excès d'hémoglobine, de tortures, de bastons inconsidérés est un génie du genre. Son art est sans cesse renouvelé par le particularisme des sujets, l'innovation des intrigues et la fluidité qu'il donne à la lecture, même lorsqu'il abuse des analepses. Il sait admirablement utiliser tous les ressorts stratégiques qui sied à ce monde parallèle sans jamais tomber dans l'excès qui ont fait le succès d'autres de ses confrères comme, sans les dénoncer tous, Ian Fleming (James Bond), Robert Ludlum (Jason Bourne) ou Gérard de Villiers (S.A.S.). Chacun de ses romans est différent et sort d'un cerveau d'ordinateur par la subtilité et l'évolution de ses scenarios. Certes, il connaît parfaitement les arcanes d'un milieu qu'il a connu pendant (et après) la seconde guerre mondiale, mais tout est parfaitement pensé, séquencé, sans jamais tombé dans l'outrance.
Dans « l'héritage des espions, » on retombe dans la guerre froide qui était le terrain de jeu et de préoccupation favori des services secrets des deux côtés du rideau de fer. Deux enfants d'anciens agents anglais demandent 50 ans après des comptes à la couronne britannique sur les décès en service commandé de leurs parents (père et mère). Peter Guillam, un des seuls rescapés du bureau des O.C. (opérations clandestines), possédant la double nationalité anglaise et française, retiré en retraite en Bretagne où il possède une propriété est convoqué à Londres par les juristes de sa Majesté. Il est soumis à des interrogatoires, doit relire des dossiers dépoussiérés, du moins ceux qui n'ont pas disparus, sur l'Opération Windfall et répondre à des questions souvent retorses, riposter à des accusations portées à son encontre et à celle de ses supérieurs. Il est le bouc émissaire rêvé. Il doit reconstituer les faits, en masquer (probablement) certains, en travestir d'autres, sans mettre en danger l'intégrité du service auquel il appartenait et les hommes qui le composait.
Jeux de dupes, de pouvoir, de chaises musicales, de traîtrise, de mensonges, ce roman fait partie des meilleurs de l'honorable auteur britannique.
Au sommet de son art, à 87 ans, c'est une performance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cathe
  18 novembre 2018
De nos jours, Peter Guillam, espion anglais, est rappelé par les services secrets suite à une enquête sur une opération ayant eu lieu il y a plus de cinquante ans. C'était l'époque de la guerre froide, et ça espionnait sec entre l'Angleterre et le bloc de l'Est ! Avec plusieurs collègues, et sur l'ordre de leur supérieur George Smiley, ils avaient réussi à convaincre une espionne de l'Est de travailler pour eux. L'opération se termine mal avec deux espions morts assassinés à Berlin. Les enfants des deux victimes demandent justice aujourd'hui et Peter doit répondre de tous les actes et décisions prises alors… Comment justifier ces morts aujourd'hui alors qu'à l'époque la lutte contre le bloc communiste était primordiale !
Disons-le tout de suite aux lecteurs peu habitués aux romans d'espionnage, l'intrigue est complexe, d'autant plus si, comme moi, vous n'avez pas lu le titre auquel ce roman se réfère, « L'espion qui venait du froid ». Les flash-back et les différents noms des protagonistes m'ont quelque peu déstabilisée et je n'ai sans doute pas apprécié à sa juste valeur ce qui est sans doute le testament du grand John le Carré.
Toutefois j'ai aimé sa manière de décrire le monde d'avant où l'espionnage était subordonné à des convictions politiques fortes, à l'opposé du monde d'aujourd'hui où la bureaucratie mène le monde. Peter se rend compte qu'ils se sont peut-être faits manipuler, en effet l'espionnage est souvent un jeu de dupes où le mensonge et la trahison sont courants. Mais la question est aussi de savoir si la fin justifie les moyens ! Peter est nostalgique du temps passé, du temps de sa jeunesse aussi et des émotions fortes qu'il vivait alors. En fait ce livre est moins un roman d'espionnage qu'un roman psychologique où un espion s'interroge sur le sens de sa vie…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (5)
LeDevoir   06 août 2018
Le Carré excelle à rendre ce climat de paranoïa engendré par la désinformation et les coups fourrés inattendus ; sur le terrain, à Berlin comme à Londres, la tension est insupportable.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Bibliobs   02 mai 2018
L'écrivain britannique signe un précis de géopolitique au temps de la guerre froide, autant qu'un manuel du parfait espion.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   11 septembre 2017
Dans A Legacy of Spies, le maître du roman d'espionnage retrouve son double littéraire Georges Smiley qui «aime encore la Grande-Bretagne, mais s'y sent étranger».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaPresse   11 septembre 2017
John Le Carré, maître britannique de la littérature d'espionnage, retrouve son vieux complice George Smiley dans un nouveau roman, A Legacy of Spies, où son héros gris de la Guerre froide réapparaît après 27 ans de purgatoire pour une faire une déclaration d'amour à l'Europe.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Culturebox   08 septembre 2017
John Le Carré et George Smiley: le couple le plus célèbre de la littérature d'espionnage est réuni dans un nouveau roman, "A Legacy of Spies", où le maître britannique reconvoque après 27 ans son héros gris de la guerre froide.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 avril 2018
Certaines choses ne changeront jamais dans les services secrets britanniques, notamment cette angoisse obsessionnelle concernant le choix du type de papeterie à utiliser pour leur correspondance non clandestine. Pas trop officielle, pas trop formelle, ce serait mauvais pour la couverture. Pas d’enveloppe translucide, donc plutôt doublée. Blanc c’est trop voyant, donc osons le pastel, juste rien de trop romantique. Un bleu éteint, un soupçon de gris, les deux iront bien. La mienne est gris perle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
morinmorin   24 juillet 2019
" Donc tout ça, c'était pour l'Angleterre, alors? Fut un temps, bien sûr. Mais l'Angleterre de qui ? l'Angleterre de quoi ? L'Angleterre isolée, citoyenne de nulle part ? Je suis un Européen, Peter."

p.345
Commenter  J’apprécie          50
ay_guadalquiviray_guadalquivir   12 août 2019
Je l'ai baisée? Non, absolument pas. J'ai fait l'amour avec elle, en silence, avec passion, dans le noir total, pendant six heures qui ont bouleversé ma vie, dans une explosion de tendresse et de désir entre deux corps qui se désiraient depuis la naissance et n'avaient qu'une nuit à partager.
p191
Commenter  J’apprécie          30
cornelia-onlinecornelia-online   06 juin 2018
Vous êtes tous des malades, vous les espions. Vous n’êtes pas le remède, vous êtes la putain de maladie. Des rois de la branlette qui jouent à leurs petits jeux de branleurs en se prenant pour les plus grands cerveaux de l’univers. Vous êtes des moins que rien, tu m’entends ? Vous vivez dans l’ombre parce que vous n’êtes pas foutus de supporter la lumière du jour.
Commenter  J’apprécie          20
Gwen21Gwen21   07 novembre 2018
Ce n'est pas parce qu'on a volé un dossier qu'on l'a lu.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de John Le Carré (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
Bande annonce de la série The Little Drummer Girl, Adaptation du roman La Petite Fille au tambour de John Le Carré.
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre
.. ..