AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290390351
128 pages
J'ai lu (26/04/2023)
3.24/5   271 notes
Résumé :
Deux voix, deux visages, deux récits. Édouard, la cinquantaine, répond à Élise, une adolescente de dix-sept ans. Ils avaient pourtant le même âge quand ils se sont rencontrés, quand ils se sont aimés. Ils se retrouvent trente-trois ans plus tard, à travers leur journal intime.Quel est cet amour si fort, si puissant qu’il peut renaître de la déchirure ?
Que lire après Compter les couleursVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,24

sur 271 notes
Habituellement je ne suis déjà pas une grande fan de l'autrice, mais elle arrivait quand même à éveiller un soupçon d'émotion.

Ici, ce livre, de 90 pages (6,20€, ça fait cher la page!!!), me donne surtout l'impression de gruger le lecteur tant l'histoire est vide et dénuée de sentiments.

À croire qu'il s'agit uniquement d'une pompe à frics.

"Compter les pages" aurait été un titre plus approprié.

Commenter  J’apprécie          132
🎨 « Tu avais dix-sept ans quand tu m'as écrit ce qu'avait été ta vie avant moi. Juste avant que celle-ci nous sépare.
J'en ai cinquante, nous venons de nous retrouver. J'ai besoin de te raconter ce qu'était la mienne avant de te connaître.
Et le recul me fait dire que nous ne nous sommes jamais perdus, puisque nous nous sommes toujours aimés. »
(P.85)

🎨 Compter les couleurs. Vivre les premiers émois. Raconter l'enfance, les odeurs, les couleurs, les lieux. Se livrer. Dire les blessures d'antan, les peurs d'alors, les tourments et les passions incontrôlables, la découverte du corps et du coeur. Ce coeur qui bat, qui s'emballe, qui découvre lui aussi, qui transporte autant qu'il fait mal.

🎨 Édouard et Élise se sont connus alors qu'ils étaient adolescents. Dans ce très court roman, leurs deux voix se livrent, disent tout, de leur enfance à leur rencontre, à l'après. Il lui écrit trente ans après, et l'homme répond enfin à l'adolescente, pour rattraper le temps perdu, pour expliquer et enfin se livrer.

🎨 Les retrouvailles. Malgré le temps qui passe, rien n'a changé, tout est intact, peut-être plus dur encore… Indissociable du roman dont il est l'antépisode, j'ai hâte de découvrir l'histoire de ces amants perdus…
Commenter  J’apprécie          70
Je livre une critique courte pour un récit très court !
J'ai été attirée par cette lecture pour «achever» la lecture de «Se le dire enfin», que j'avais lu il y a quelques temps déjà.
Alors je suis un peu déçue car, car même si je ne peux pas dire que je reste sur ma faim, puisque j'ai déjà lu la suite, c'est étrange de lire une sorte de préface après le roman lui-même.
Cependant j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver les 2 personnages principaux (1 femme et un homme) qui se livrent intimement sur leurs premiers émois amoureux, et qui permet de mieux comprendre le personnage d'Edouard dans le roman « Se le dire enfin ».
Ils ont 15 ans, à une époque où j'avais 15 ans moi aussi, et ça m'a ramené à mon adolescence, pendant ce récit, si court soit il ….. et juste pour ça, merci Agnès Ledig
Commenter  J’apprécie          60
J'adore Agnès Ledig. Elle fait partie de mes autrices préférées. Je suis donc profondément peinée de mettre une note aussi pourrie à ce texte. Oui, je dis bien texte et pas roman...
J'en veux à la maison d'édition Flammarion. Comment peut-on faire payer 6.99 € pour un récit qui fait 50 pages ? Qui plus est, il ne s'agit pas d'une histoire avec un début et une fin ! Non, nous avons ici un texte très plaisant qui nous met l'eau à la bouche pour la suite des évènements... Soit l'achat du prochain roman de l'autrice.
Le principe est sympa et, de fait, j'ai du coup acheté la suite. Néanmoins, je trouve ça honteux de faire payer cette mise en bouche aux lecteurs. Il fallait l'offrir tout simplement !
Je déplore vraiment la méthode de Flammarion.
Concernant le texte en lui-même, je n'ai rien à lui reprocher. Que du contraire ! Je retrouve avec grand plaisir la si jolie plume de l'autrice.
Commenter  J’apprécie          51
J'ai commencé celui-ci avant de découvrir « Se le dire enfin » qui m'attend sagement dans ma pal. Il faut dire que j'ai été très séduite par la couverture et le titre de cet ouvrage.
Je découvre les protagonistes avec beaucoup de plaisir et d'émotions même si au début, je me sentais un peu perdue !
De la naissance à l'adolescence, ils se livrent sur leur enfance. Jusqu'à leur rencontre qui concrétisera leur amour.
J'ai apprécié ce court roman qui se lit d'une traite.
Les personnages sont doux et attachants. J'ai aimé cette forte et belle amitié entre Édouard et Denis. Agnès Ledig a une jolie plume fluide, douce et délicate.
L'auteure nous parle de l'accouchement, l'enfance, l'adolescence, d'amitié, d'amour et de liens familiaux d'une jolie manière !
Ce court roman est doux et rempli de tendresse. C'est une jolie mise en bouche ! J'ai hâte de découvrir « Se le dire enfin ».

Et vous, avez-lu « Compter les couleurs » ? Ou avez-vous commencé par « Se le dire enfin » ?
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Ce moment d'intimité s'ajouterait aux autres comme des pierres qu'on empile pour faire de l'amitié une forteresses solide.
Commenter  J’apprécie          10
Et le recul me fait dire que nous ne nous sommes jamais perdus, puisque nous nous sommes toujours aimés.
Commenter  J’apprécie          00
Je suis pour la paix dans le monde, les petites fleurs au bout des fusils. Ma mère me dit que c’est parce que je suis née en 1968, dans une époque peace and love . Elle m’explique que lui aussi veut le bien de tous, qu’il faut des militaires pour défendre les civils, et je ne la crois pas. Elle espère que je comprenne avec l’âge. En attendant, je subis les conséquences de l’engagement de mon père. J’ai appris à ne pas tisser de relation trop intense. Ni avec les filles, ni avec les garçons. Je sais qu’il faudra que je les laisse derrière moi à la mutation suivante. Poursuivre une relation à travers un échange épistolaire peut paraître exaltant les premières semaines, puis le romantisme s’espace avec le temps, les lettres deviennent rares et disparaissent sans que l’on s’en rende compte. Je ne dois pas avoir l’âme d’une George Sand. Je n’ai qu’une amie avec laquelle je corresponds désormais. Une seule.
Commenter  J’apprécie          10
Il ne m’avait jamais été offert d’être le témoin de tant de détermination pour conquérir une fille. Elle feignait l’indifférence. Et cela ne faisait qu’accroître son désir. Lui qui n’avait eu jusque-là qu’à choisir parmi un parterre de prétendantes qui s’ouvraient comme des fleurs devant leur soleil, il se heurtait à un mur de résistance. Pour la première fois dans notre amitié, je faisais preuve de plus d’objectivité que lui, car s’il désespérait, je voyais pour ma part que la cause était acquise. Peut-être refusait-elle de passer pour une fille facile. À moins qu’elle n’aime ce temps où tout se joue et qu’elle veuille en faire durer le plaisir. Ce qui motivait Dédé en temps normal – du moins le croyais-je. Certains soirs, j’avais de la peine pour lui tant je sentais le désespoir dans ses propos. « Je ne peux pas passer à côté d’elle, tu comprends ? C’est comme si je savais que c’était elle. Comme si je l’avais toujours attendue. » Je lui opposais notre âge, plaidais l’erreur, la précipitation, à quoi il répondait qu’il n’y a pas d’âge pour être sûr.
Commenter  J’apprécie          00
Oh ça oui, j’ai été heureuse quand j’étais petite. Surtout d’avoir été une fille après six garçons. Je bénéficiais de la protection de six gardes du corps qui prenaient leur rôle très à cœur. Notre père, en mission longue dans la plupart des conflits armés du globe, partait, uniforme et sac en toile kaki sur le dos, en laissant derrière lui notre mère et sa flopée de petits. Seule à la tête de cette tribu, elle tenait l’organisation d’une main de fer tout en nous apportant le velours de sa tendresse. Nous avions parfois envie de la détester pour sa rigueur qui n’avait rien à envier à celle, militaire, de notre père, mais nous l’aimions. Très tôt, chacun eut à participer aux tâches quotidiennes et les plus grands avaient la responsabilité des petits. Quant à moi, j’ai appris ce qu’une femme doit connaître pour s’occuper de son foyer. Heureusement, elle commence à comprendre que je ne suis plus une gamine et que j’ai envie d’autre chose que de faire des enfants et rester à la maison.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Agnès Ledig (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Ledig
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/agnes-ledig-un-abri-de-fortune-53745.html Entrer dans un livre d'Agnès Ledig, c'est se couper du monde, retrouver l'essentiel, s'interroger sur son propre parcours, imaginer une autre façon de vivre le quotidien. Depuis son premier roman « Marie D en haut » en 2011, suivi de « Juste avant le bonheur », Agnès Ledig est devenue une auteure majeure, fédérant autour d'elle un public fidèle, sensible à ses histoires contemporaines et à son écriture belle et fluide. Pour son 10ème roman, « Un abri de fortune », elle nous entraine dans les Vosges, là où elle-même s'est installée avec sa famille il y a quelques temps. Là, dans cette nature intacte, Capucine et Adrien, ont reconstruit leurs vies, eux que le destin avait confronté au pire. Nous les avions déjà croisé dans le précédent titre d'Agnès Ledig, « La petite reine » mais précisons-le, ce nouveau roman n'est pas une suite. Ensemble, Capucine et Adrien ont retapé une ancienne ferme, et tout en assurant le travail des champs et l'entretien des bêtes, ils ont fait le choix d'accueillir chez eux des personnes en reconstruction. Tout cela sous le regard de Jean, 90 ans, qui a toujours vécu ici et qui, assis chaque jour sur son banc, assiste avec discrétion aux allers et venues des uns et des autres. Et voilà Clémence, Rémi et Karine. Ils ne se connaissent pas. Tous les trois sont un peu paumés, ont été brinquebalés par la vie, tentent de masquer les maux qui les taraudent et se retrouvent ainsi dans cette ferme isolée des Vosges pour essayer de redonner un sens à leur existence. Chacun garde jalousement le secret qui le tenaille jusqu'au jour où un secret encore plus grand va leur permettre de déverrouiller leur mal-être. Avec sa plume douce, délicate et sensible, Agnès Ledig parvient une fois encore à nous toucher au coeur. Au-delà de cette belle histoire de résilience et d'entraide, dans laquelle des thèmes forts et douloureux sont abordés, elle nous rappelle aussi combien la nature, les gestes simples, l'écoute des autres peuvent nous aider à apaiser nos émotions excessives et nos idées noires. Une leçon de vie et d'espoir que chacun pourra interpréter à sa façon. « Un abri de fortune » d'Agnès Ledig est publié chez Albin Michel
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (898) Voir plus



Quiz Voir plus

Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

Julie exerce une fonction, laquelle?

Assistante maternelle
Caissière dans un supermarché
Secrétaire médicale
Agent d'entretien

20 questions
262 lecteurs ont répondu
Thème : Juste avant le bonheur de Agnès LedigCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..