AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213661367
Éditeur : Fayard (30/10/2013)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 180 notes)
Résumé :
Qu'entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ? Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.Où... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
latina
07 mai 2016
Si je vous dis : « Voulez-vous être heureux ? », vous allez évidemment me répondre « oui » ! Car tout le monde veut être heureux, on ne vit que pour ça, d'ailleurs. Ce ne sont les philosophes qui me contrediront, eux qui cogitent depuis des siècles sur le sens de la vie et le bonheur des hommes.
Eh bien, Frédéric Lenoir nous rappelle tout ça bien simplement : d'Aristote à Bouddha, en passant par Epicure, Voltaire, Kant, Schopenhauer, Spinoza, Montaigne, Tchouang-tseu (et j'en oublie !), il nous détaille leur philosophie du bonheur. Et je peux vous dire que j'ai lu cela de façon très aisée, car cet auteur manie les concepts avec la meilleure pédagogie du monde, compare les philosophes et donne sa propre idée, vu qu'il est philosophe lui-même.
Quelle joie, quel apaisement de lire que finalement, c'est en nous que le bonheur existe. En refermant cet ouvrage, j'ai commencé à réfléchir et à adhérer totalement à cette pensée énoncée à la fin de tout ce cheminement :
« La sagesse nous apprend à désirer et aimer ce qui est. Elle nous apprend à dire « oui » à la vie. Un bonheur profond et durable devient possible dès lors que nous transformons notre propre regard sur le monde. Nous découvrons alors que bonheur et malheur ne dépendent plus tant des causes extérieures que de notre « état d'être ».
Etre heureux, c'est aimer la vie, toute la vie : avec ses hauts et ses bas, ses traits de lumière et ses phases de ténèbres, ses plaisirs et ses peines. C'est aimer toutes les saisons de la vie : l'innocence de l'enfance et la fragilité de la vieillesse ; les rêves et les déchirements de l'adolescence ; la plénitude et les craquements de l'âge mûr. C'est aimer la naissance et c'est aimer aussi la mort. C'est traverser les chagrins pleinement et sans retenue, comme jouir pleinement et sans retenue de tous les bons moments offerts. C'est aimer ses proches le coeur grand ouvert. C'est vivre intensément chaque instant. Ne confondons pas la souffrance avec le malheur. »
Voilà. Je sais, c'est difficile de vivre cela, j'ai essayé et j'essaie encore, et quelquefois, oui, je peux dire que je suis heureuse. C'est ce que je vous souhaite, à tous. Et peut-être voudrez-vous lire cet ouvrage qui fait avancer, qui creuse en nous le chemin de la sagesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
Kittiwake
12 avril 2014
Contrairement aux apparences, si l'on en juge la prolifération des rayonnages consacrés au bien-être , à la psychologie positive, à la réalisation de soi, et tout cela dans un seul but, être heureux, on ne peut pas dire que le bonheur soit à la mode : la mode est par définition fugace et évolutive. Or le bonheur est une quête intemporelle, mise en mots et déclinée par des légions de philosophes, depuis des millénaires.
C'est le propos de Frédéric Lenoir dans cet ouvrage qui n'est en aucune façon un recueil de recettes pour atteindre sans peine la félicité. C'est une revue savante, et très documentée (en témoigne la riche bibliographie en annexe, analysant avec clarté les théories de nombreux courants philosophiques, les comparant entre eux (il n'est pas évident pour le profane de constater seul les similitudes du bouddhisme et du stoïcisme), sans négliger les apports de neuro-sciences au cours des deux dernières décennies . D'Epictète à Nietzsche, en passant par Spinoza, peu des VIP de la philo manquent à l'appel.
Un écrit de plus sur le bonheur..oui, mais qui présente l'avantage de faire une synthèse claire, simple sans être simpliste, et qui mérite donc que l'on s'y arrête, pour peu que l'on s'intéresse aux questions fondamentales de notre existence; en effet s'interroger sur le bonheur sous-tend une interrogation beaucoup plus vaste, bien au-delà des moyens pour y parvenir, qui dépendront de la conception philosophique choisie.

Ce voyage dans le temps t la pensée humaine ne se contente pas d'être contemplatif, l'auteur ramène les principes exposés à ce que l'on peut observer dans notre monde d'aujourd'hui. Impossible de s'esquiver en prétendant que c'était plus facile avant…..
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          581
Siabelle
12 octobre 2015
«Je suis heureux et rien n'en est la cause.» Christian Bobin
Je viens de terminer ce petit recueil : «Du bonheur, un voyage philosophique.» C’est du bonheur, de lire page après page, ces écrits qui font du bonheur à l’âme.
C’est mon premier livre de Frédéric Lenoir. Je ne connais pas cet auteur, que je découvre avec bonheur. C’est un auteur français. J’apprends qu’en plus d’être écrivain, il est sociologue, philosophe et conférencier. Je vois qu’il est très polyvalent. Je regarde son profil, je suis impressionnée par son parcours. Je constate qu’il a gagné des prix et distinctions en France et à l’étranger. C’est une personne très engagée dans diverses causes. C’est impressionnant !

Qu’est-ce qu’on retrouve dans ce cahier ?
- Des notions sur le bonheur
- Des études sur des thèmes énumérés ici
- Des points de vus de différents philosophes
- Des explications, et des exemples élaborés

Quand on commence à lire ce carnet, on remarque tout de suite une écriture fluide et intéressante. On sent que l’auteur connaît son sujet et c’est du bonheur d’enchaîner chapitre après chapitre.
«La connaissance philosophique, entendue comme exercice spirituel, permet la libération de la joie enfouie dans le coeur de chacun. Comme le soleil qui ne cesse de briller au-dessus des nuages, l'amour, la joie, la paix sont toujours au fond de nous.»
C’est aussi un bonheur, de trouver, des belles citations, au début de chaque texte. C’est du bonheur pour les yeux. C’est comme une douce musique, du bonheur à consommer.

Si c’est si facile de trouver le bonheur, pourquoi il y a tant de livres sur le bonheur ? Pourquoi on doit fouiller dans le passé, pour y trouver des réponses ? Pourquoi on doit de temps en temps lire sur le bonheur ? Peut-on être heureux dans ce monde malheureux ?
«Aristote et Épicure l’avaient déjà souligné : pas de bonheur possible sans amitié.»
Je crois qu’on pourrait parler longtemps du bonheur. Je pense que chaque personne en fait sa définition propre.

Pour terminer, Frédéric Lenoir nous donne ici un bel ouvrage sur le bonheur. Chaque personne peut y trouver du bonheur à le lire tout dépendant de ce qu’elle recherche. C’est certain que c’est centré sur les philosophes d’autrefois et le thème principal est sur le bonheur. C’est du bonheur à le lire et j’apprends en même temps. C’est un sujet tellement vaste que je ne finis pas d’apprendre. J’apprécie aussi le fait que l’auteur y est glissé des études sur certains sujets. C’est très captivant.

C’est du bonheur, de partager, cette lecture enrichissante, et je le conseille à tout le monde de lire «Du bonheur, un voyage philosophique.»
C’est un merveilleux voyage, signé de la main de Frédéric Lenoir.
«C’est un devoir moral d’être heureux.»
«Le bonheur, c’est comme une onde de choc.»

P.S : Je conseille aussi la critique de Walktapus ! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Walktapus
29 septembre 2015
A l'aune des succès de librairie clivants sur lesquels les gens adorent s'écharper, pour des raisons qui me dépassent, Lenoir ferait presque penser à l'école des fans. Tout le monde ne gagne pas à la fin, non, mais au moins il prend la peine d'écouter chacun, de s'effacer le temps d'interroger sans crispation et de faire signe aux parents. Et cela aussi bien avec les philosophes qu'avec les traditions spirituelles et les sciences. Il brasse large et en revient avec des parallèles étonnants et une synthèse lumineuse.
C'est une démarche rare, enrichissante et tellement plus difficile à réaliser que l'exercice banal et gratuit de son intelligence, et il restitue cela d'une manière qui semble tellement claire que… chapeau !
Commenter  J’apprécie          295
Fortuna
14 mars 2015
Renouant avec une tradition philosophique qui formait des hommes plutôt que des spécialistes, considérant la philosophie comme une sagesse, une possibilité d'améliorer sa vie, Frédéric Lenoir nous propose un voyage aux sources des pensées occidentale - Epicure, les Stoïciens, Montaigne, Spinoza - et orientale - le bouddhisme, Tchouang-tseu, Mâ Annadamayî. Non sans un détour par les dernières découvertes scientifiques concernant le fonctionnement du cerveau et les comportements humains, qui nous apprennent que nos efforts personnels ont beaucoup plus d'influence sur notre capacité au bonheur que notre cadre de vie...
Au XXème siècle la philosophie est devenue très pessimiste mais on peut observer ces dernières années un renouveau de l'intérêt pour la question du bonheur individuel parmi le grand public. La question du bonheur se pose en effet, et pas seulement en termes de réussite matérielle. Au contraire elle fait référence à la sagesse, l'équilibre des plaisirs, l'acceptation de la vie et de ses épreuves, le travail de la raison sur les passions et les affects, pour parvenir à une vie meilleure. La méditation peut nous y aider, le souci des autres.
Et donc si la recherche du bonheur semble très loin dans un premier temps de la politique et de ses préoccupations collectives pour une société meilleure, elle la rejoint finalement. En renonçant à l'individualisme nihiliste contemporain, en amorçant une quête spirituelle pour devenir meilleur, nous avons forcément une action positive sur les autres et sur le monde qui nous entoure. Car en effet, le bonheur est contagieux ! Et donc si l'on est heureux, c'est pour le bien de la Cité.
Un petit traité philosophique très accessible, qui a le mérite de rendre vivantes des pensées très anciennes et de démontrer qu'à toute époque une sagesse est possible. La philosophie n'est pas forcément un discours ésotérique ni le bonheur une récompense dans l'au-delà. Tout individu peut libérer la joie enfouie en lui pourvu qu'il en ait la volonté...Donc pas d'hésitation, en route pour le bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Les critiques presse (2)
LaPresse24 mars 2015
Frédéric Lenoir est un philosophe français hors norme. Il se penche depuis plus de 15 ans sur la religion et la foi, dont il souligne les bons côtés et vient de publier un livre sur le bonheur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Culturebox30 décembre 2013
Le philosophe Frédéric Lenoir publie chez Fayard "Du bonheur, un voyage philosophique", un essai sur l'objet de cette quête éternelle de l'homme. Un but, sinon un chemin, qu'il est parfois prêt à sacrifier au profit de plus grandes valeurs.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations & extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
WalktapusWalktapus23 septembre 2015
La philosophie nous apprend à penser bien pour essayer de vivre mieux. Mais, en ce domaine, elle ne se résume pas à la pensée : elle a aussi une face pratique et peut, à la manière des Anciens, s’incarner dans des exercices psychospirituels.
L’université forme des spécialistes quand la philosophie antique entendait former des hommes. Comme l’a montré Pierre Hadot à travers l’ensemble de son œuvre, « la vraie philosophie est donc, dans l’Antiquité, exercice spirituel ». La plupart des œuvres des philosophes grecs et romains « émanent d’une école philosophique, au sens le plus concret du mot, dans lequel un maître forme des disciples et s’efforce de les mener à la transformation et à la réalisation de soi ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
WalktapusWalktapus24 septembre 2015
L’amour/don guérit bien des blessures de la vie : non seulement lorsque nous sommes aimés, mais aussi lorsque nous découvrons les trésors de bonté enfouis dans notre propre cœur. Nous pouvons alors entrer dans l’extraordinaire cercle vertueux de la vie : plus on aide les autres, plus on est heureux ; plus on est heureux, plus on a envie d’aider les autres.
Commenter  J’apprécie          310
FortunaFortuna13 mars 2015
La sagesse nous apprend à désirer et à aimer ce qui est. Elle nous apprend à dire "oui" à la vie. Un bonheur profond et durable devient possible dès lors que nous transformons notre propre regard sur le monde. Nous découvrons alors que bonheur et malheur ne dépendent plus tant des causes extérieures que de notre "état d'être".
Commenter  J’apprécie          260
NayacNayac31 octobre 2015
Un début encourageant: la poursuite du bonheur n'est pas une quête insensée.
Avec très vite un modulo: il relève tout autant du destin ou de la chance que d'une démarche rationnelle et volontaire.

Une définition (pas si fréquents les livres qui se lancent dans cet exercice autrement que par des exclusions): "le bonheur est la conscience d'un état de satisfaction globale et durable dans une existence signifiante fondée sur la vérité."

Une forte insistance sur l'importance de donner du sens à sa vie, non dans une acception métaphysique, mais dans un engagement dans l'action et dans les relations affectives.

Après diverses thématiques abordées, Frédéric Lenoir propose 2 voies:
- celle, aride des stoïciens, mise en parallèle avec le bouddhisme. Voie étroite du travail sur soi même pour vivre le présent en évitant toute fuite dans le passé , toute évasion dans le futur
- et celle de Montaigne, mise cette fois en parallèle avec Tchouang-Tsu, plus modérée, fondée sur les plaisir modérés, et l'évitement des grandes passions, qui dérèglent l'esprit, portent vers l'illusion de l'illimité et conduisent aux actions extrêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KittiwakeKittiwake20 mars 2014
Nous sommes conditionnés mais pas déterminés à être plus ou moins heureux. Nous avons donc la faculté, notamment par l'usage de notre raison et de notre volonté, d'accroître notre capacité à être heureux (sans pour cela que le succès de cette quête nous soit garanti).




Commenter  J’apprécie          230
Videos de Frédéric Lenoir (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenoir
Retrouvez ici la version audio intégrale de la conférence de Frédéric Lenoir "Apprendre à vivre ensemble", organisée par le Furet du Nord et avec le concours des éditions Albin-Michel, éditeur du récent livre du philosophe : "Philosopher et méditer avec les enfants". Conférence qui a eu lieu au Théâtre Sébastopol de Lille le 28 novembre 2016 en présence d'un public nombreux: 1200 personnes. Une partie des bénéfices de cette soirée a été reversée à la Fondation SEVE (Savoir Être et Vivre Ensemble) http://www.fondationseve.org/
autres livres classés : bonheurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .