AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259212484
Éditeur : Plon (04/11/2010)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.89/5 (sur 430 notes)
Résumé :
De tous mes livres de philosophie et de spiritualité, celui-ci est certainement le plus accessible, mais sans doute aussi le plus utile. Car ce n'est pas un savoir théorique que je cherche à transmettre, mais une connaissance pratique, la plus essentielle qui soit : comment mener une vie bonne, heureuse, en harmonie avec soi-même et avec les autres. Ce que je dis ici avec des mots simples et des exemples concrets, comme au cours d'une conversation avec un ami, est l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
Lorraine47
  24 décembre 2012
Eh bien voilà, la veille de mes 47 ans, je ne me sens pas plus sage d'avoir lu "Petit traité de vie intérieure", à vrai dire je n'ai jamais pensé que la lecture d'un ouvrage de philosophie ait le quelconque pouvoir de me rendre ni plus sage ni meilleure!
Par contre j'ai passé d'agréables moments de lecture qui ont enrichi mes réflexions et m'ont donné envie d'aller plus loin dans la lecture d' Anciens comme Épictète ou de philosophes contemporains comme Lévinas dont Frédéric Lenoir a suivi l'enseignement.
L'écriture de Lenoir rappelle par sa rigueur et sa concision celle d'André Comte Sponville et son savoureux "Petit traité des grandes vertus".
Mais je trouve chez Lenoir la patte d'un Montaigne car sa philosophie est profondément humaniste et tout son discours est émaillé de digressions sur ses expériences personnelles, ce qui donne plus de profondeur à ses démonstrations intellectuelles.
Il a une connaissance sûre des religions tant bouddhiste que chrétienne et
islamique ce qui donne une dimension universelle à sa réflexion.
Un ouvrage qui fait du bien à l'âme et à l'intellect, accessible à tous mais loin d'être simpliste tant par les sujets abordés que par les références bibliographiques qui clôturent chaque chapitre où chacun pourra puiser de nouvelles pistes de lectures.
Un ouvrage qui nous ouvre vers d'autres lectures, clé d'un plaisir sans fin!
Source de réflexions infinies...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
Kawane
  08 juin 2015
Si j'avais eu un professeur de philosophie à choisir ... c'est bien Monsieur Lenoir que j'aurai choisi !
ce petit traité est pertinent, rempli de bon sens, (qui manque hélas à de nombreuses sommités dans notre société..bref...) les citations de grands philosophes sont pleines d'esprit et d'espoir !
Merci pour ce voyage intérieur ! plongez-y et à relire de temps en temps quand cela s'assombrit dans votre vie !
Commenter  J’apprécie          490
Fortuna
  14 avril 2016
Le but de ce petit traité est de nous donner les bases d'une philosophie concrète, c'est à dire un apprentissage de la sagesse, et non des théories abstraites sur le monde et l'existence.
Des bienfaits de la méditation, de l'acceptation de la vie pour le meilleur et pour le pire, du non-attachement aux choses impermanentes, Frédéric Lenoir nous incite à une meilleure connaissance de nous-même et à une véritable liberté intérieure nous permettant de mieux accepter les épreuves de l'existence. Ainsi nous pouvons prendre le meilleur parti de ce qui nous arrive, apprendre à nous aimer nous-mêmes pour aimer les autres. L'important étant de vivre au présent, de refuser la haine et la violence, de savoir aborder la réalité avec humour.
En restant attentifs à tous ces sages conseils qui puisent leur source chez de grands penseurs, le Bouddha, Jésus, Socrate, Epicure, Montaigne, Schopenhauer, nous pouvons accéder à une vie plus sereine, moins dépendante des aléas de la fortune, de nos conditions de vie, des douleurs et des chagrins.
Malgré l'apparente simplicité du propos, la mise en pratique est loin d'être évidente. Un petit ouvrage à méditer pour s'engager sur les sentiers d'une vie plus sage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
ericbo
  24 janvier 2019
J'aime beaucoup la pensée de Frédéric Lenoir. Son regard aigu sur les travers de notre société. Sur ses réponses à notre mal-être. Cependant, je n'ai que partiellement été conquis par cet essai. J'y sens beaucoup de conformisme. Comme un guide de bonne conduite. A l'usage de ceux qui feraient un usage trop immodéré et abusif de la vie. Même ses choix philosophiques vont dans ce sens. On y sent une volonté de se fondre dans le politiquement correct. Or, le monde qui se présente à moi actuellement, m'inciterait plutôt, soit à me rebeller de manière virulente et radicale, soit à me réfugier dans quelque endroit désert non encore pollué par les activités humaines.
Commenter  J’apprécie          350
Nicolas9
  15 septembre 2017
J'ai emprunté cet ouvrage à cause de son titre correspondant à une nécessité passagère éponyme au début de l'été.
Dire que je n'y ai pas trouvé ce que j'étais venu y chercher est un euphémisme.
Toutefois, qu'on me comprenne bien : la responsabilité de Frédéric Lenoir n'est absolument pas engagée. Ce philosophe-sociologue est un érudit, il ne viendrait à l'idée de personne de le contester.
Pour s'en convaincre, il suffit de parcourir les 50 premières pages : elles sont truffées de belles citations.
Indubitablement, F. Lenoir maîtrise son sujet... Mais alors, où est le problème me direz-vous ? Eh bien, celui-ci est d'ordre structurel, voire civilisationnel. En effet, je me suis rendu compte que le postulat de la philosophie occidentale, aussi profonde soit-elle, est une escroquerie intellectuelle.
J'en vois déjà certains qui deviennent tout rouges... Attendez la suite et laissez-moi m'expliquer.
Depuis les philosophes grecs de l'Antiquité, des centaines de milliers de pages ont été noircies, bourrées de concepts éthiques, très stimulants intellectuellement.
Est-ce que ces perles d'intelligence et de bon sens ont empêché l'Europe de coloniser violemment la planète entière ces 500 dernières années ? Est-ce qu'elles lui ont évité d'être le continent le plus militarisé et le plus violent de la Terre-mère ? Ont-elles fait reculer la misère, l'exploitation et un manque crasse d'empathie, hier comme aujourd'hui ? Je vous laisse répondre à cette épineuse question...
Et si cet échec patent trouvait son origine dans une explication apparemment simple, voire simpliste ? Allez, je me lance à l'eau.
En se contentant de s'adresser exclusivement à l'intellect et à la raison de l'individu, la philosophie ignore notamment la dimension corporelle et spirituelle de l'humain. Autrement dit, elle ne parle qu'à une partie superficielle de notre être et n'a de ce fait pas d'influence autre qu'intellectuelle, donc passagère.
Je peux tout à fait trouver la phrase suivante de Lenoir bellissime aujourd'hui et ne plus en tenir compte demain lorsque je croiserai peut-être un réfugié qui mendie au coin de la rue :
« Bien sûr, aucun humain ne peut porter toute la souffrance du monde sur ses épaules. Mais le fait d'être attentifs à ceux qui souffrent et que le destin met sur notre route, d'accomplir ce qu'on peut à notre niveau pour participer au recul de la souffrance et à l'avènement d'un monde meilleur ouvre notre coeur et ne cesse de l'agrandir. C'est finalement une des conditions fondamentales d'un bonheur vrai. » Comment ne pas être d'accord ? Et pourtant...
Alors, pour en revenir à ce "petit traité", c'est peut-être son apport purement intellectuel qui fait qu'il ne m'a pas vraiment aidé à reprendre le fil de ma vie intérieure et à trouver la paix que je cherchais...
Mais, ne perdons pas espoir. Il existe le yoga, la sophrologie, le tai-chi-chuan et bien d'autres disciplines d'origine asiatique qui, elles, s'adressent à l'entier de l'Homme : corps, âme et cervelle, le tout indissociablement lié.
Pour paraphraser le regretté Georges Haldas, pratiquer ces disciplines permet de s'ancrer dans "le maintenant de toujours" et réussir à réaliser la communion de nos aspects physique, psychique et spirituel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Citations et extraits (142) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   24 décembre 2012
"Sans le pardon, nous resterions prisonniers de nos actes et de leurs conséquences",affirmait Hanna Arendt.
Le pardon n'est ni rationnel ni juste, mais il nous procure joie et sérénité et il est la condition nécessaire à l'extinction de la violence. Pardonner, ce n'est pas oublier. C'est réussir à apaiser la blessure suscitée par autrui, dans un contexte, un environnement donnés, et à tout mettre en œuvre pour que la situation source de la blessure ne se produise plus.
C'est toujours un choix profond, personnel, un acte de cœur, un acte spirituel, parfois inexplicable, et non dénué d'une certaine dimension mystique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1820
Lorraine47Lorraine47   23 décembre 2012
Une phrase de l'abbé Pierre m'a profondément marqué:"On ne peut être heureux sans les autres."
On ne peut en effet être heureux sans une relation aimante à d'autres êtres humains. Mais plus profondément, le fondateur d'Emmaüs voulait dire qu'on ne peut être pleinement heureux en sachant que tant d'êtres sont dans le malheur sans rien faire pour les aider. Bien sûr, aucun humain ne peut porter toute la souffrance du monde sur ses épaules, mais le fait d'être attentif à ceux qui souffrent et que le destin met sur notre route, d'accomplir ce qu'on peut à notre niveau pour participer au recul de la souffrance et à l'avènement d'un monde meilleur ouvre notre cœur et ne cesse de l'agrandir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1130
brigittelascombebrigittelascombe   25 mai 2011
La sagesse permet de mieux résister aux aléas de la vie. Elle nous aide à savourer pleinement les moments heureux et à ne jamais désespérer dans les moments douloureux.
Commenter  J’apprécie          1030
x-Kah-mix-Kah-mi   24 août 2011
Être responsable de sa vie, c'est mesurer l'importance de nos pensées, de nos paroles et de nos actions; c'est rester éveillé, en alerte, c'est ne pas vivre dans l'inconscience. Si nous commettons une erreur, si nous agissons mal, si nous nous trompons, reconnaissons-le et essayons, autant que possible, de réparer cette erreur.
Commenter  J’apprécie          500
Lorraine47Lorraine47   21 décembre 2012
Qu'un peuple n'ait pas foi dans la science, et toutes les démonstrations scientifiques seront sans influence sur les esprits. Émile Durkheim
La foi est indispensable pour progresser par la confiance que nous faisons à d'autres individus qui en savent plus que nous (parents, éducateurs, scientifiques, sages), ensuite parce qu'elle nous aide à vivre et à nous développer en nous fiant au monde et à la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Videos de Frédéric Lenoir (86) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenoir
Conférence Frédéric Lenoir
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..