AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Xavier Collette (Autre)
EAN : 9782494665040
420 pages
Argyll éditions (02/02/2024)
4.38/5   4 notes
Résumé :
Mesdames, messieurs, bienvenue dans les univers de Christian Léourier. En roulotte ou en astronef, embarquez pour des voyages inoubliables, d'Argyl à New-York, de Mexos à Elstramadur, de la Terre au fin fond des étoiles. Imaginez quels secrets dissimule cette étrange roulotte de foire dotée d'un réacteur à uranium, que couvent jalousement l'extravagant Petit-Pulcher et sa mystérieuse "tête à penser" .
Plus loin, bien plus loin, dans un curieux monastère, vous... >Voir plus
Que lire après Les oiseaux d'ArgylVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Christian Léourier est un magicien des mots : il manie la langue française avec habileté et sait captiver son lecteurice sans coup férir. Aussi la publication des nouvelles de cet auteur a-t-elle déclenché mon enthousiasme : vingt-sept textes s'étirant de 1972 à 2021 à savourer tranquillement. Un très beau cadeau des éditions Argyll.

Près de cinquante ans séparent le premier et le dernier textes de cette anthologie. On peut légitimement s'attendre à des différences énormes, tant de thèmes que de style. Et pourtant, malgré des évolutions bien compréhensibles, tant dans les sujets choisis que dans la façon d'écrire, certains points reviennent à travers les âges. Certaines préoccupations, certaines obsessions se retrouvent dans les années soixante-dix comme au XXIe siècle.

Le regard désabusé et critique sur les sociétés policées, par exemple. Féroce, avec « le mont-de-piété », qui date de 1975 et où les plus pauvres et endettés doivent vendre peu à peu les différentes parties de leur corps. Thème repris en 2015 dans « Toute chose a un prix », mais avec un traitement très différent. On sait que de nos jours, aux États-Unis, les dons du sang sont rémunérés. Que certains trafics d'organes doivent sévir en quelques endroits. À quand l'institutionnalisation de ce procédé, toujours au profit des mêmes, au détriment des autres ? Tout aussi désabusé, dans « L'ouvre-boîte », bien en avance sur les Divergente, Hunger Games et autres dystopies qui ont fait les beaux jours du YA, Christian Léourier imagine un monde où les habitants ne peuvent sortir de chez que selon la couleur de leur vêtement. Et à chaque couleur correspond une plage horaire. Kafka n'est pas loin. Surtout quand le grain de sable qui détraque la machine du personnage principal est un simple ouvre-boîte qui refuse de fonctionner. Critique encore dans « La Guerre des riches » : les guerres ne sont même plus discutées, elles font partie intégrante de la société. Et pour l'éviter, comme souvent, il faut de l'argent. Encore et toujours ! le personnage principal n'en a plus assez et tente par tous les moyens de ne pas répondre à l'appel aux armes auquel il est contraint.

Critique toujours dans « Celui qui parle aux morts », mais d'un autre ordre : ici, l'auteur s'en prend aux faux prêtres, aux faux oracles, à ces personnes qui obtiennent et veulent conserver un pouvoir sur les ordres en leur faisant gober des mensonges éhontés. Par exemple, qu'ils sont connaissent, eux seuls, les rites qui permettent au village de ne pas subir de catastrophe. J'ai aimé la solution proposé par un homme qui se dresse face à eux : pas de révolte stérile, non, plutôt la même ruse. Faire croire que, lui, parle avec les morts et sait ce qu'ignorent les autres. Alors qu'il lui suffit de savoir observer et de comprendre la psychologie de ses concitoyens. Les prophètes aussi sont moqués, mais avec tendresse dans la dernière nouvelle, la plus récente « Ismaël, Elstramadur et la destinée » : comment un naufragé spatial bouleverse totalement une société d'un monde un peu arriéré par rapport à lui. Mais sans le vouloir. Et presque sans le savoir. Une dirigeante sait exploiter sa venue pour tenter d'offrir à ses concitoyens une paix inexistante depuis des décennies.

Dans tous ces textes, ou presque, même ceux qui s'apparentent à la fantasy, on retrouve des éléments de SF. Thème classique de ce genre, la collusion de deux sociétés au niveau de développement différent, la rencontre de sociétés extraterrestres. le nouvelle d'ouverture, « La Roulotte », qui est marquée par son époque, comme plusieurs suivantes (sans que cela soit péjoratif et les rende inintéressantes à lire, loin de là), met en scène un extraterrestre à l'apparence étrange. Il doit donc, par discrétion, se réfugier dans un cirque où il peut passer inaperçu, monstre parmi les monstres. Dans « Ismaël, Elstramadur et la destinée » comme dans « Celui qui parle aux morts », précédemment cités, l'essentiel de l'histoire se déroule dans un monde proche de notre Moyen-Age ou l'équivalent. Mais des bribes de progrès sont présents, là, derrière. Et ont une influence plus ou moins grande.

C'est encore plus net dans « Une faute de goût » où nous nous trouvons dans l'avenir, quand les êtres humains ont enfin établi le contact avec d'autres espèces et en est à gérer les relations diplomatiques qui les unissent. Nouvelle délicieuse. Comme « Visages », où en à peine trois pages, Christian Léourier montre toutes les subtilités et l'exigence de la réelle compréhension de l'autre (thème qu'aborde sans cesse Octavia E. Butler, par exemple dans sa trilogie Xenogenesis : L'Aube, L'Initiation et Imago – que je suis en train de lire avec délice). Et les dangers de prendre pour étalon absolu sa propre façon de penser. Dangereux, ça, comme le narre « Point de vue »où les Terriens, avec leurs réflexes colonialistes, se mettent en grave danger quand ils se pensent infiniment supérieurs aux sauvages d'une autre planète prônant le don de la mort comme un présent incommensurable. Idem dans « le jour de Gloire » : un fonctionnaire terrien arriviste et plein d'ambition voit se libérer un poste de dirigeant sur une planète plus ou moins arriérée. Sans réfléchir plus avant il se précipite et devient roi. Était-ce vraiment une si bonne idée ?

Enfin, le thème du voyage temporel est traité, de façon très intéressante et peu optimiste (c'est le ton général de nombre de nouvelles ici présentes, en fait) dans « Vues en perspective du jardin des Plantes », qui met un certain temps à démarrer, puis nous conduit dans une subtile variation sur le temps et les conséquences d'une malencontreuse erreur.

J'aurais pu parler aussi de l'attaque systématique qui revient à travers les périodes contre les plus fortunés qui, souvent, écrasent de leur pouvoir ceux qui n'en ont pas les moyens : possibilité de ne pas aller faire la guerre, mais payer un pauvre pour qu'il y aille à votre place dans « La Guerre des riches » ; monopole des soins de pointe au détriment des plus démunis dans « le Syndrome de Fajoles » (heureusement qu'une pirouette finale sauve un peu la morale… quoique…) . Des critiques de la religion qui n'est qu'un paravent devant une prise de pouvoir ou d'autres buts plus ou moins bien intentionnés. On l'a vu dans « Celui qui parle aux morts », dans « Ismaël, Elstramadur et la destinée ». Mais cela apparaît également dans « le triptyque de Kohr » où un mystérieux artefact, jugé sacré, est au centre de prises de décisions capitales pour la société : les citoyens doivent-ils être guidés par le mensonge ? Toujours cette question et ses conséquences terribles.

Ensuite, j'ai trouvé que très souvent, les personnages principaux songeaient au suicide. La situation leur semble tellement désespérée, sans aucun espoir, qu'ils tombent dans une sorte d'hébétude et ne rêvent que de pouvoir se laisser aller. C'est le cas, un moment, dans « Les oiseaux d'Argyl » où un homme se trouve naufragé sur une planète peuplée d'oiseaux, lui qui a perdu la femme qu'il aimait en partie à cause de semblables volatiles. Et dans « le Dernier métro » (hommage très indirect à François Truffaut), celui dont on suit les tribulations manque terriblement de volonté, miné par la vie qui ne lui apporte pas grand-chose : il est prêt à se laisser aller, quand il se trouve embarqué dans un voyage qui pourrait bien être le dernier. Mais là aussi, il reste éminemment passif, en décalage avec les autres.

Enfin, je ne pouvais pas oublier d'évoquer l'omniprésence de la publicité agressive dans pas mal de nouvelles. « Fils de pube », comme son nom l'indique, est une satire de cette façon d'essayer de nous imposer une pensée qui n'est pas la nôtre. Ironique et violent. « L'ouvre-boîte » propose cette même intrusion permanente des messages pseudo bien intentionnés, véritables machines à vider décérébrer. le thème était à la mode depuis au monde les années cinquante, comme le montre brillamment le célèbre Planète à gogos de Frederik Pohl et C.M. Kornbluth. Et cela n'a jamais réellement disparu de la SF. Encore récemment, la trilogie Trademark de Jean Baret (au Bélial'), montrait tout le pouvoir de nuisance et de destruction d'une telle invasion de notre vie par la publicité.

Je n'avais pas suivi les publications des éditions Argyll en ce début 2024 et j'ai failli m'en mordre les doigts. Je n'aurais pas supporté de passer à côté de ce petit bijou. J'ai pris énormément de plaisir à lire ce recueil de nouvelles de Christian Léourier. Et j'ai été happé par pratiquement tous les textes. C'est dire, tant il est difficile souvent de rester immergé du début à la fin dans un tel type d'ouvrage. Attention cependant, si vous venez ici à la recherche de nouvelles du Cycle de Lanmeur, ce sera en pure perte. Les récits le traitant ont été écartés. Et c'est tant mieux : on peut ainsi se concentrer sur la richesse et la force de l'écriture de cet auteur que j'apprécie décidément toujours autant.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          314
Je le confesse souvent et volontiers : je suis un ignorant, un intellectuel raté dont l'égo peine à émerger sous une montagne de lacunes en tout genre. Ne venez pas me parler du syndrome de l'imposteur. Je suis simplement lucide.

La preuve : c'est la première fois que je lis Christian Léourier ! Si cela ne relève pas d'un manque de références dans le domaine de la science-fiction, je ne sais pas ce que c'est ! Sinon peut-être la preuve que les diverses occupations qui occupent notre temps et notre espace nous empêchent parfois de profiter de bonnes choses autant qu'une vie parfaite nous le permettrait…

Bref, trêve de nostalgie, après tout ma situation n'est pas si désespérée que cela puisque je viens précisément de lire Les Oiseaux d'Argyl.

Ce beau livre qui porte la signature graphique de Xavier Collette sur son envoutante couverture, est un recueil de presque trente nouvelles parues (ou pas) entre 1972 et 2021, soit un demi-siècle d'écriture et d'imagination fertile mises au service d'un véritable talent de conteur.

Il y en a plusieurs qui m'ont ébaubi :

Fils de pube (1975)
La peau bleue (1985)
Les hôtes (2016)
Celui qui parle aux morts (2018)
etc.
Les premières nouvelles qui ont donc été écrites alors que l'auteur n'avait pas encore trente ans portent la marque d'une clairvoyance cynique. Un regard impitoyable sur un système sociétal encore plus dépourvu de pitié que la vision de l'auteur. Ainsi, fils de pube, écrite il y a bientôt 50 ans, dénonce la façon dont la publicité investit la moindre de nos parcelles d'existence, nous privant de liberté sans plus même faire semblant de s'en cacher alors que nous en sommes les témoins muets, consternés mais consentants. Vous avez dit visionnaire ?

La peau bleue est la plus courte nouvelle du recueil, presque un poème, une ode au regard porté sur celui qui est différent sans prendre compte de cette différence, ou presque. Cette nouvelle est celle qui m'a le plus ému, sa puissance évocatrice m'a laissé sans voix et les larmes aux yeux.

Les hôtes a été celui qui a le plus fait fonctionner mon imagination, me permettant de créer un univers visuel, des paysages, des mouvements, des espaces. Une merveille.

Celui qui parle aux morts, enfin, que j'aurais presque évité en raison de son titre, m'a pleinement satisfait intellectuellement tant je suis tombé en harmonie avec la pensée de cet écrit sur les notions liées à la transmission, à la vérité et à la superstition et à la difficulté de jongler avec ces trois sphères d'incommensurable énergie.

J'ai eu le sentiment, mais peut-être n'est-il en rien doté d'objectivité, que l'écriture de Christian Léourier gagnait en luminosité dans le temps. La fougue de la jeunesse, un certain désir de dénoncer le poussèrent sans doute à écrire des nouvelles cinglantes, dérangeantes et accusatrices dans ses plus jeunes années. C'est très appréciable et l'ambiance est assez sombre.

La fin de l'ouvrage offre des nouvelles qui m'ont paru plus empreintes de subtilité et de pédagogie, la marque d'un auteur qui a appris à connaître son public et à lui faire confiance.

Je n'ai abordé que quatre nouvelles sur la trentaine, je pourrais en évoquer de nombreuses autres tant elles me restent présentes à l'esprit (Le dernier métro, le syndrome de Fajoles, Une faute de goût …) mais je préfère vous laisser les découvrir.
Lien : https://cequejendis.fr/2024/..
Commenter  J’apprécie          70
Christian Léourier et les éditions Argyll nous proposent ici 27 nouvelles classées par ordre chronologique de 1972 à 2021. Cela met en perspective, l'évolution du style de l'autre, mais surtout celle des attentes des éditeurs et indirectement des lecteurs.

En effet, j'ai retrouvais dans les plus anciennes des concepts et des thématiques développés par d'autres auteurs dans les mêmes années. Ce qui ne veut pas dire que les texte ici présents ne soient pas originaux. Loin s'en faut. Je veux simplement dire qu'à leur lecture on retrouve l'écriture de la SF de ces périodes. Pas besoin de regarder la date de première parution pour en avoir une bonne idée.

... Bon ! J'arrête là. Je pourrais dégoûter certains lecteurs qui considèrent que ce qui à plus de deux ans relève de l'archéologie.

En bref : C'est du Christian Léourier et comme à chaque fois, j'ai apprécié. Donc, je ne peux que vous conseiller de lire ce recueil de nouvelle à votre tour.
Lien : https://livres.gloubik.info/..
Commenter  J’apprécie          30
Des nouvelles allant des années 70 aux années 2010 qui m'ont permis de découvrir l'auteur. L'écriture est plaisante, les textes sont souvent pessimistes, décrivant des mondes dystopiques et détruits. Néanmoins, certains textes dans leur ère ou avant-gardistes à l'époque, semblent aujourd'hui dépassés par les thématiques ou leur traitement.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Syfantasy
10 avril 2024
Les futurs imaginés par Christian Léourier interrogent, ils extirpent nos ressentis les plus profonds pour nous mettre face à notre humanité. Dans toute sa faiblesse autant que dans ce qu’elle a de merveilleux.
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le ciel que vous admirez la nuit, vous savez qu'il mêle des lumières émises à des époques variables, séparées les unes des autres par des abîmes temporels, mais que votre œil rassemble dans ce qui parait être une simultanéité. Eh bien, dans ce lieu, il se passe la même chose : vous êtes à la croisée des fils temporels d'un arbre planté en 1734, d'une tortue éclose à l'aube du XXe siècle et d'un enfant né à son crépuscule. C'est vous, votre perception, qui nouez ces fils dans ce que vous nommez l'instant présent. Vous commencez à saisir la nature d'un nœud ?
Commenter  J’apprécie          10
Le monde est un cirque et le cirque est cruel.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Christian Léourier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Léourier
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Christian Léourier autour de son ouvrage "La lyre et le glaive. Volume 1, le diseur de mots" aux éditions Critic.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298808/christian-leourier-la-lyre-et-le-glaive-volume-1-le-diseur-de-mots
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Les évadés

comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Momo
Jean Ricard
Robert Brémont
Le Bhihan

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les évadés de Christian LéourierCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..