AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367190181
246 pages
Éditeur : Tristram Editions (02/01/2014)
2.76/5   19 notes
Résumé :
L’histoire se déroule dans ces faubourgs miséreux du Shanghaï contemporain, où les habitants vivent dans la peur d’être expulsés de leurs immeubles délabrés, voués à être rasés par les promoteurs. C’est la Chine de la croissance à deux chiffres, vécue du côté de ceux qui aimeraient croire au miracle économique, mais n’en seront jamais que les laissés pour compte.

Le personnage principal, Xiao Fei, est un jeune homme vivant avec ses deux sœurs et sa vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
MarianneL
  04 février 2014
Celia Levi a séjourné un an à Shanghai pour améliorer son chinois, la langue de sa mère. de ce séjour est né ce roman, un récit sur la disparition de la Chine d'avant et sur la cruauté de nos sociétés contemporaines entièrement soumises au pouvoir de l'argent.
Xiao Fei vit avec sa vieille mère, qui devient attachante en devenant sénile, ses deux soeurs Mei Mei et Bei Bei, et son neveu, rivé jour et nuit à son ordinateur, dans un quartier insalubre de Shanghai voué à la destruction.
Xiao Fei, rêveur désoeuvré et immobile, est incapable d'agir dans ce monde qui lui échappe ; alors il échafaude des rêves de grandeur ou d'amour -être reconnu comme un lettré, admiré pour ses calligraphies ou en tant que héros résistant face aux spéculateurs qui menacent le quartier, être aimé de sa cousine exilée en Amérique et qui revient en Chine pour étudier la langue-, et il oscille entre ses fantasmes et la colère ou l'humiliation de ne rien accomplir.
"Il ne savait pas de quoi il faisait partie, de rien sûrement, il n'était ni un prolétaire ni un bourgeois. Il sentait pourtant son âme tendre à de grandes actions, à de grandes idées."
Avant l'arrivée des communistes au pouvoir, ses parents étaient des lettrés, déchus au moment de la Révolution culturelle. Xiao Fei se rêve en grand homme de cette Chine d'avant imprégnée de culture et respectueuse de la nature, le pays de son enfance et de la grandeur de son père, tandis qu'il en voit les dernières traces disparaître sous ses yeux.
"Tandis qu'il rêvait Xiao Fei aurait voulu être sur la barque de son enfance, une longue barque fine qui l'aurait ramené sur cette rivière intacte, il aurait regardé les poissons, les algues, la nature lui souriant. Aujourd'hui se disait-il, il ne devait rien en rester, si ce n'était une rive boueuse où les usines pétrochimiques et les incinérateurs crachaient leurs déchets radioactifs."
Alors que ce monde s'émiette, encerclé par les pelleteuses et les spéculateurs, le dernier rempart de la tradition reste la cuisine, jusqu'à ce que même les aliments deviennent inaccessibles (Dix yuans le kilo de concombres), au fur et à mesure de l'écrasement des plus modestes par la société marchande.
"Les raviolis étaient particulièrement réussis, le jus était abondant, il brûlait la langue et se répandait délicieusement dans la gorge. La pâte était délicate, elle glissait entre les baguettes. C'est cela le bonheur, manger de bons xiaolongbao, le reste n'a pas d'importance. Il pensa à la peinture, aux stèles, à L Histoire, et se souvint que son père lui avait appris que le bonheur ne pouvait venir des parties basses du corps mais du coeur et de l'esprit."
Xiaolongbao : raviolis à la vapeur, spécialité shanghaienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Ingannmic
  06 avril 2014
Le père de Xiao Fei était un lettré, et sa famille a vécu confortablement et paisiblement jusqu'à l'avènement de la Révolution culturelle. Elle a alors été expulsée de sa maison, pour intégrer un misérable logement au sein d'un lilong -quartier fermé typique de Shanghai-, où il est décédé peu de temps après. Depuis, Xiao Fei y vit avec sa Vieille mère, ses deux soeurs, charmantes et de nature joyeuse, et un neveu accro aux jeux vidéo.
Habiter un lilong, c'est subir la vétusté, l'insalubrité, et la promiscuité, mais c'est aussi pouvoir compter sur la solidarité de ses voisins, et entretenir les souvenirs attachés aux lieux.
Toujours est-il que la destruction du quartier est prévue pour bientôt. La municipalité a assuré ses habitants qu'ils seraient relogés dans des appartements plus grands, au confort moderne, mais ces belles promesses tardent à se concrétiser...
Xiao Fei, autour duquel tourne le roman, est un individu perpétuellement insatisfait, qui vit dans l'amertume et les regrets. Il se languit d'une Chine d'érudits polyglottes et de sages philosophes. Il rêve de raffinement, d'élévation intellectuelle, mais ne se donne pas les moyens de réaliser ses ambitieux projets, paralysé par une constante indécision, plombé par une apathie quasiment maladive. Il supporte difficilement le comportement de la jeune génération, qu'il juge trop libre, et arborant des tenues trop dévergondées.
Il se pose en victime, et sans doute l'est-il en effet...
Héritier d'une culture considérée comme obsolète, il a reçu un enseignement inadapté à la vie moderne, et se sent décalé vis-à-vis des mutations qui bouleversent la société chinoise. Nostalgique d'un temps où la grandeur se mesurait au savoir, il n'a pas les moyens de se faire une place dans le nouveau monde, libéral et trépidant, qui se construit sous ses yeux.
Car l'opposition entre la Chine d'hier et celle d'aujourd'hui est tangible : Shanghai se pare, de manière irréversible, et parfois à quelques mètres des quartiers traditionnels dont les habitations sont faites de bric et de broc, d'étincelantes tours de verre, signes ostentatoires de richesse et de modernité.
Les tentatives de Xiao Fei pour prendre du recul vis-à-vis de sa situation, en s'essayant à une sagesse méditative, échouent : les soucis matériels, et ses préoccupations triviales -comme celle qui consiste à vouloir absolument épater sa cousine venue des États-Unis pour apprendre le chinois-, en s'imposant à lui, le ramènent constamment à sa piètre condition.
"Dix yuans un kilo de concombres" est un roman de la Chine d'aujourd'hui. Une chine post Mao, post révolution culturelle, qui mute, avec une précipitation effrénée, vers une économie de marché inique, en donnant l'impression de vouloir fouler, dans cet irrépressible élan, ses traditions et son identité séculaires.
Si le roman comporte quelques longueurs -dues à la personnalité de son héros, dont les tâtonnements et l'inertie donne le sentiment que l'histoire, parfois, tourne en rond-, j'ai dans l'ensemble apprécié cette lecture, et me suis attachée aux habitants du lilong, humbles individus écrasés par le rouleau compresseur du capitalisme...
Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BiblioJoy
  21 novembre 2020
Shanghaï de nos jours. Au milieu des quartiers pauvres, Xiao Fei vit avec sa vieille mère, ses soeurs, son neveu, la jeune cousine américaine en visite.
Issu d'une famille d'anciens lettrés il se sent humilié, déshonoré par un présent d'une situation sociale et financière qu'il subit.
Nostalgique, désabusé, il se raccroche à sa calligraphie et se perd dans ses pensées philosophiques et poétiques.
On découvre le quotidien des laissés-pour-compte de la société, c'est triste et frappant de réalisme. Décrépitude et misère. Une Chine meurtrie.
(Lecture interrompue au tiers.
Déçue j'aurais aimé apprécier le style, la narration, mais pour le moment, je n'y parviens pas. le sujet m'intéresse. Peut être reprendrai-je ultérieurement).
Commenter  J’apprécie          70
VanilleBL
  19 avril 2014
"Shanghai aujourd'hui. Des laissés-pour-compte du "miracle économique
chinois" tentent de survivre dans leurs logements insalubres,
en attendant d'être expulsés par les promoteurs.
Parmi eux, Xiao Fei, un homme épris de savoir et de tradition vivant
dans la nostalgie de la grandeur passée de sa famille. Des Chinois
lettrés qui avaient déjà tout perdu, une première fois, au moment de
la Révolution Culturelle.
Stoïque en apparence, mais chaque jour plus humilié par la situation
des siens, Xiao Fei se réfugie dans des rêveries plus vaines les unes
que les autres. Se remettre à la calligraphie. Devenir l'un de ces
"dissidents" dont raffolent les médias occidentaux. Connaître l'amour
avec leur jeune cousine américaine, une fille d'expatriés revenue à
Shanghai pour y apprendre le chinois.
Pendant ce temps, la destruction fait rage autour d'eux. Leur misère
s'accroît. Bientôt la solidarité entre voisins et parents ne suffira
plus. Tout cède. Et le pire est encore à venir."
La quatrième de couverture laissait espérer une chronique de la Chine contemporaine, entre description impitoyable mais superbement réaliste et portraits ciselés des personnages. Malheureusement, la narration se révèle d'une lenteur et d'une fadeur qui est loin de susciter l'intérêt. Et si le lecteur a envie de tourner les pages, c'est dans l'espoir qu'enfin il va se passer quelque chose ou que vont lui être offertes quelques réflexions ou révélations qui justifient sa persévérance. Las, on est soulagé lorsqu'apparaît le mot "FIN" et on referme le livre sans que l'esprit ne soit marqué par autre chose que par l'ennui et la déception ressentis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
photomum01
  18 mars 2014
A Shanghaï, le lilong de Xiao Fei et sa famille est cerné par la prolifération d'immeubles alentour et les bulldozers, qui vont bientôt détruire aussi sa maison... mais il faut continuer à vivre quand même, à rêver un peu malgré tout, à manger, à dormir, à survivre...
L'argent, les voitures, les buildings, les autoroutes envahissent le paysage chinois au détriment des plus démunis, qui sont sensés être relogés, sans savoir où ni quand...
Célia Levi dresse un portrait amer de la Chine contemporaine en pleine mutation, en décrivant dans un style très asiatique, la détresse de tous ces gens déplacés par la force du destin, perdant un pan de leur histoire déjà complexe; un beau regard cependant et une lecture non dénuée d'intérêt.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Telerama   29 janvier 2014
Redoutable portrait de la Chine contemporaine, violente, impitoyable aux faibles, formidablement inégalitaire, ce roman, aussi sensible qu'énergique, froid et brûlant tout à la fois, est plus généralement celui de notre monde globalisé, où l'homme a cessé d'être la référence.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   23 octobre 2020
Il se montait la tête; sa colère enflait et cherchait un exutoire. C'était la nouvelle génération. Ils ne connaissaient rien. Ils n'avaient pas vécu la Révolution Culturelle, ils étaient gâtés, alors que lui n'avait rien eu, maintenant c'était trop tard. Il était comme ces machines que l'on jetait à la casse. Il n'avait aucune compétence, aucun diplôme. Il comprit qu'il ne s'appartenait pas, il faisait partie d'un tout, son pays, une structure sociale à l'intérieur de laquelle il devait exercer une fonction. (...) il n'avait même plus assez de force pour comprendre quelles étaient ses aspirations. (p. 37)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   22 octobre 2020
Le Fou

Je suis l'Histoire que les hommes ne voient pas, je suis la haine que chacun porte en soi, je suis les enfants qui rient au bord des sources claires et je suis ces vieux qui meurent dans les hospices. Je suis sale comme une grande ville, les stigmates de la misère humaine sont ma sanctification, je suis fier car je ne suis rien mais je suis tout. (...) (p. 11)
Commenter  J’apprécie          90
laure1922laure1922   20 juin 2014
Une vie à bricoler, à remplir des tâches ménagères, c'était une vie perdue.Le cours rapide des choses l'avait emporté sans qu'il ait pu dire un mot.Il avait été jeune un jour. Qu'est-ce que ce jour avait de différent d'aujourd'hui,puisqu'il était la même personne?Son avenir alors semblait ouvert; il n'avait pas pensé au destin.Il ne s'était pas dit que tout se refermerait inéluctablement sur un quotidien qui n'était ni la vie ni la mort.(...) Le constat de la dissolution de sa vie et de son incapacité à y remédier le plongeait dans un état d'hébétude plus que de désespoir. Le désespoir lui eût peut-être donné cette force qui s'empare à certains moments des âmes faibles et leur insuffle l'instinct nécessaire à leur survie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   22 octobre 2020
Il passa devant la synagogue. Les juifs sont comme nous, ils ont eu Hitler, nous avons eu Mao, ils ont dû se cacher, fuir leur patrie. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          170
GekkouroseGekkourose   03 mars 2014
Il prendrait un taxi, au diable les économies. Il en arrêta un, un jeune homme lui passa devant. C'était comme dans la vie, il y avait toujours quelqu'un pour lui passer devant.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Celia Levi (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Celia Levi
Celia Levi vous présente son ouvrage "La Tannerie" aux éditions Tristram. Rentrée littéraire automne 2020.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2425626/celia-levi-la-tannerie
Note de musique : YouTube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre