AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Raphaël Carrasco (Traducteur)Claire Decaëns (Traducteur)
EAN : 9782864320760
170 pages
Éditeur : Verdier (01/03/1990)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Quatre jeunes gens traqués par la haine fratricide tâchent de survivre dans la montagne, cachés dans les cavernes et les bois. La guerre civile passe au fond de ce récit avec sa cohorte de détresse, de violence et de mort. Mais au fond seulement. L’histoire de ces hommes, de ces animaux nocturnes et solitaires, est plutôt celle d’un mauvais rêve, celle d’un voyage intérieur vers les sources mêmes du lyrisme et de la transfiguration poétique du réel. Loin de nous enf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  13 janvier 2019
Lune de loups est un coup de coeur. Pourtant, au premier coup d'oeil, il ne semblait pas destiné à figurer parmi mes préférés. Une livre plutôt court, 187 pages dans la présente édition, qui traite de la Guerre civile espagnole. Eh oui, un autre. Il faut croire que cet épisode de l'histoire a marqué l'imaginaire des artistes de ce pays, beaucoup sont ceux qui l'ont revisité à travers la littérature. Toutefois, aussi important qu'il puisse être, il ne m'interpèle pas particulièrement.
Mais il y a quelque chose avec ce Lune de loups. Il faut dire d'emblée que son auteur, Julio Llamazarès, est également poète. Ça paraît, ça transpire à travers le roman. Non pas qu'on y chante les gestes héroïques, loin de là, mais ceux qui se sacrifient par conviction pour une cause perdue méritent quelques louanges.
Donc, on y retrouve quatre compagnons : Ramiro et son frère Juan, Guildo et Angel.
Première partie : 1937. La guerre tourne définitivement en faveur des franquistes et les derniers rebelles de Galicie doivent se réfugier dans les montagnes. Parfois, ils se risquent à descendre au village pour y trouver des vivres ou donner de leurs nouvelles aux membres de leurs familles. D'ailleurs, c'est ce qu'était parti faire Juan avant qu'on n'entende plus parler de lui… Il ne reste plus que Guildo, Ramiro et Angel.
Dans le même ordre d'idées, il ne plus que trois parties au roman. Vous devinez comment chacune se termine. Les années passent. 1939. 1943. Quiconque connaît un peu l'histoire de la Guerre civile espagnole sait comment tout ça s'est clos. Ainsi, le roman s'achève en 1946 sur un dernier soupir. Un rêve ?
Lune de loups est dur par moment mais pouvait-il en être autrement ? Ce n'est plus la guerre, c'est une sorte de guérilla. Une chasse à l'homme. Une traque. Un univers presque exclusivement masculin. Quelques unes, les mères, les soeurs et les épouses, elles sont bonnes à se morfondre et à pleurer. Les hommes, ces grands garçons, vivent de peu de nourriture, cachés dans la forêt, dans des grottes. La faim et le froid sont omniprésents. Ils vivent comme des bêtes. Comme des loups. D'ailleurs, on les entend quelque fois la nuit… Il faut rester alerte.
Et il y a pire : la solitude, le défaitisme, le désespoir. Mais, à travers ces moments pénibles, la dureté de leur existence, il en ressortait quelque chose de beau, l'amitié, la solidarité. Parce que ce n'est pas un récit de guerre. Il y a bien quelques escarmouches mais l'essentiel du roman réside ailleurs. Plus dans une sorte de voyage intérieur. Ces quatre hommes ne pouvaient compter que sur eux-mêmes et, heureusement, ils étaient là les uns pour les autres. Ils deviennent des frères. Une famille. Et les départs sont d'autant plus poignants.
La poésie, elle était là, dans l'émotion à l'état brut, dans des élans de sympathie et d'un vague espoir de meilleurs lendemains. Les états d'âme d'Angel et de ses compagnons, je les ressentais aussi. À cela s'ajoute la description de l'environnement, du paysage. Je ne fais pas référence à de jolies fleurs sous un arc-en-ciel, non, la nature aussi est mystérieuse et violente mais surtout omniprésente. Chaque feuille automnale qui tombe a son écho quelque part dans la forêt, pareillement pour le ruisseau et l'agneau qu'on entend de loin, surtout le sifflement d'une balle.
Je me suis laissé porté par les mots de Julio Llamazarès (ah, comme je souhaite que mon espagnol soit suffisant pour les lire dans la langue originale !), par son histoire. Transporté ? Envouté ? Lune de loups est un roman que j'ai visiblement adoré et je le recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
TerrainsVagues
  27 novembre 2019
Existe-t-il une terre capable de pardonner quand un pays a sombré dans la guerre civile ? C'est une question qui vient à l'esprit au fur et à mesure que les pages se tournent. C'est une question qu'Angel se pose après neuf ans de cavale.
1937, dans ce coin d'Espagne, il ne fait pas bon être « Républicain ». Angel, Ramiro, Gildo et Juan sont en fuite et trouvent refuge dans les montagnes qui bordent leur village.
« Lune de loups » est un récit séparé en quatre parties. 1937, 1939, 1943 et 1946. Quatre périodes comme quatre ruptures, quatre déchirures, quatre griffures de l'Homme à la vie.
Neufs ans de traque, neuf ans de chasse à l'homme menée par une guardia civil avide de sang, avide de « rouge ».
Neuf années de survie entre forêt, montagne et grotte, neuf années à l'affut, sans aucun espoir de reprendre, un jour, l'histoire là où ils l'ont laissé.
L'odeur de la peur se mélange avec celle de la haine chapitre après chapitre. Vengeance et trahison s'invitent aux réjouissances.
Au premier abord, ce n'est pas le type de bouquin que je suis tenté de lire mais babel et un billet d'isanne sont passés par là et sitôt apprécié, sitôt commandé. Momox a tardé un peu mais reçu hier et lu dans la foulée l'après midi. Vous l'aurez peut être compris, j'ai vraiment aimé.
Etant complètement inculte quant à la guerre d'Espagne, je serai bien incapable de dire si ce bouquin tient la route ou pas, s'il traite bien d'une situation ou pas.
Par contre je sais que l'écriture de Julio Llamazares me parle. On sent le poète chez l'auteur et le ressenti a été très fort chez moi. le froid humide des brumes du petit matin m'a transpercé, j'ai erré de ronces en rocailles, me suis heurté aux nuits sans lune. J'ai eu ce goût plus ou moins familier du mépris pour le pouvoir, pour l'autorité, j'ai ressenti cette répulsion pour la persécution, pour tant de choses… Qu'aurais je fais à la place d'Angel et de ses camarades? Je n'en sais rien.
Bref, Julio Llamazares par sa poésie et son parti pris vient de laisser une jolie empreinte dans ma semaine. Une trace qui ne restera pas sans suite car j'ai bien l'intention de continuer à faire connaissance avec l'oeuvre de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466
isanne
  08 novembre 2019
Comment parler d'un livre qui m'a éblouie ? Comment restituer l'atmosphère de ce récit si beau et en même temps si terrifiant dans ce qu'il conte ?
La poésie habite chaque phrase, chaque mot choisi.
La nature - dont je me demande si elle n'est pas le personnage central autour duquel s'articule le livre - est présente dans chaque chapitre, chaque paragraphe accompagnant ces quatre hommes condamnés, par leurs choix d'idéaux, à la fuite et l'errance.
Pour autant, la montagne où ils espèrent trouver refuge et cachette, le ciel, les étoiles, la lune, le soleil, la pluie, la neige, le vent ne serviront pas toujours leur cause. Les éléments, comme les humains de ce roman, peuvent "faire" preuve de cruauté.
C'est un monde de désespoir, de solitude dans lequel ils avancent avec pour compagnes, la peur d'être découverts et la culpabilité d'exposer les êtres aimés à la violence du camp adverse.
Ce sont des êtres cherchant toujours à disparaître qui ne vivent plus et qui tentent seulement de survivre.
Il y a des solidarités magnifiques et des trahisons destructrices et il y a le regard des mâtins qui gardent les troupeaux et dont les yeux disent toute la folie des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2616
ivredelivres
  26 février 2011
J'aime remonter dans mes souvenirs lorsque je lis, en ouvrant Lune de loups je me suis demandée quel a été le premier livre que j'ai lu sur la Guerre d'Espagne. Ce fut un roman de Michel del Castillo Tanguy vers 12/13 ans puis beaucoup plus tard vint Malraux (que je n'aime pas du tout, voilà c'est dit) puis bien sûr Hommage à la Catalogne d'Orwell
Le sujet est toujours d'un grand intérêt pour moi et j'ai poursuivi mes lectures au fil du temps avec Laurie Lee
Ils sont quatre frères de combat en 1937, la guerre est presque perdue pour les républicains, ils ont pris le maquis dans la cordillère Cantabrique. Ils se sont réfugiés dans la montagne où ils savent pouvoir trouver nourriture, appuis, et échapper aux franquistes qui n'osent pas s'aventurer aussi loin, aussi haut.
Ils veulent encore combattre à leur façon, Ramiro et son jeune frère Juan, Gildo et Angel le narrateur, ils reviennent chez eux, sur leurs terres, là où ils connaissent les sentiers, les fermes, les granges, les caches possibles.
Il faut inverser les habitudes " le jour nous dormîmes cachés dans les fourrés. Et au crépuscule, lorsque les ombres commencèrent à s'étendre sur le ciel, affamés et fourbus, nous reprîmes la route. "
Les grottes, les vieilles mines vont leur servir d'abris, ils échappent aux embuscades tendues dans les villages.
s sont devenus invisibles même pour leurs familles qui en subissent les conséquences. Tout est dur, trouver de la nourriture, de l'argent, des armes, petit à petit les villages ferment leurs portes. La peur s'est insinuée partout " terrorisés, partagés entre la compassion qui les incite à nous venir en aide et la peur, chaque jour plus grande, des représailles. "
La lutte se poursuit de saison en saison, d'année en année. Ils utilisent les éléments pour se soustraire à leurs poursuivants " le brouillard nous ensevelit dans un blanc mugissement "
Qui pourrait résister à six hivers dans le froid, aux alertes au moindre bruit suspect, à l'humidité des caches "La grotte, malgré les plaques de tôles que nous avons apportées de la vieille baraque pour en tapisser la voûte et les parois, est humide et glacée."
1937, 1939, 1943 : Combien de temps les hommes peuvent-ils tenir ?
Ne plus faire partie de la communauté est insupportable, les frères et soeurs se marient, des enfants naissent, des parents meurent, il faut être toujours loin, toujours invisibles.
Julio Llamazares réussi un récit où l'amitié, les convictions, le désespoir, la solitude, se donnent la main. le récit est sombre, dense, d'une grande simplicité, les mots sont rugueux, ils ont le parfum du maquis.
Certaines scènes vous resteront en mémoire longtemps.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
claudialucia
  17 janvier 2019
Depuis toujours, me semble-il, je me suis intéressée à la guerre civile espagnole. Mon premier film sur ce sujet, quand j'étais enfant, a été Pour qui sonne le glas et j'ai, par la suite, lu le beau roman d'Ernest Hemingway. Il y eut aussi Tanguy de Michel del Castillo et puis Javier Cercas et les soldats de Salamine et actuellement le Monarque des ombres, et le crayon du charpentier de Manuel Rivas, Faut pas pleurer de Lydie Salvayre et maintenant Lune de loups de Julio Llamazares. Tous de très beaux livres que j'ai beaucoup aimés ! Et toujours la même émotion vis à vis de cette terrible histoire de meurtres et de sang qui divise un peuple, toujours le même sentiment de solidarité envers les républicains. Pourquoi ce sentiment si fort, naissant de ce moment si complexe de l'Histoire d'Espagne? Peut-être est-ce par ce que ceux qui représentaient la liberté ont été vaincus et que leur peine ne s'est pas arrêtée à la fin de la guerre mais a perduré : des années de franquisme, des années de dictature, de privation de liberté, de domination des valeurs fascistes sous la férule d'une église hypocrite et puritaine, mise au service du pouvoir et des riches, des années d'exil, de délation et de mort. Peut-être aussi parce que la guerre d'Espagne nous fait comprendre combien la démocratie est faible et combien il est difficile de la défendre.
Mais revenons au livre de Julio Llamazares. Lune de loups raconte l'histoire de quatre jeunes républicains, réfugiés dans les montagnes de Cantabrique, poursuivis par les fascistes qui les traquent jusque dans leurs ultimes refuges, dans les grottes où ils se réfugient, les cabanes de berger abandonnées, dans les maisons du village qui entrouvrent (rarement) leur porte pour leur donner une aide. La délation règne, les familles des maquisards subissent de dures représailles. La justice est expéditive, un coup de mitraillette règle tout, pas besoin de jugement !
Le narrateur est Angel, l'instituteur, et ses compagnons d'infortune sont Ramiro, Juan et son jeune frère Gildo.
Le roman est assez différent de ceux que j'ai lus jusqu'à maintenant. Il s'attarde moins à l'Histoire elle-même et parle plus largement des conditions de vie des quatre jeunes gens, réduits à l'état de bêtes, de leurs souffrances morales et physiques dans une nature belle mais hostile à l'homme.
Le récit pourrait se dérouler n'importe où, dans un noman's land de forêts, de neige et de froid, lors d'une errance qui déshumanise et préfigure l'antichambre de la mort, la porte des Enfers.
Et cette errance va durer environ dix ans. En effet, le récit commence en 1937 et se termine en 1946.
C'est avec poésie et émotion que Julio Llamazares décrit les affres de la solitude, l'aliénation de l'homme privé de sa famille, de ses semblables, la souffrance qui érode, qui sape chaque jour d'avantage ce qui le fait humain.
Le style imagé et lyrique donne un ton particulier au récit, entre rêve et réalisme, et la lune brille sans cesse dans la nuit de ces hommes sur laquelle pèse la menace de la Mort, omniprésente. Celle-ci s'incarne parfois comme dans ce passage où Angel prend la faux, dissimulé par l'obscurité, pour faucher le pré de son père.
La lune de loups, la lune des bêtes sauvages, rendues féroces comme eux par les mauvais traitements et qui sont, comme eux, solitaires et pourchassées.
Un beau livre qui éclaire d'une manière émouvante, brillante et poétique, un moment de la guerre civile espagnole.

Lien : https://claudialucia-malibra..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
sentinellesentinelle   26 juillet 2020
Devant la porte de ma maison, sous les parapluies, les gens attendent la dernière sortie de mon père. Ils sont comme des ombres noires, gommées par la pluie et la distance à travers les jumelles. Des ombres lointaines, sûrement en train de commenter à voix basse ce que tout le village doit déjà savoir : que moi, hier au soir, je suis allé là-bas. Que moi, hier au soir, pendant qu’ils dormaient, tandis que le vent frappait sur leurs carreaux et que les chiens hurlaient dans leurs étables, pressentant l’arrivée de la mort, j’ai abandonné ma cachette dans les entrailles de la forêt, j’ai traversé les cercles concentriques de la nuit et de l’oubli, et, subitement, je me suis présenté dans ma maison afin de dire un dernier adieu à cet homme qui en sort à présent, sur les épaules de ses voisins, pour n’y jamais revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
isanneisanne   07 novembre 2019
Quand on a oublié la couleur et le grain de la lumière, quand la lune se change en soleil et le soleil en souvenir, la vue se laisse plus guider par les odeurs que par les formes, les yeux obéissent au vent plutôt qu'à eux-mêmes.
Quand la nuit enveloppe tout, sans trêve et à jamais, pénétrant la terre et le ciel, débordant le coeur et le temps et la mémoire, seul l'instinct peut découvrir les chemins, traverser les ombres et les nommer, déchiffrer le langage des odeurs et des sons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
isanneisanne   08 novembre 2019
Il y a longtemps que les nuages ont crevé. A présent, une pluie mélancolique et douce frappe délicatement les feuilles de hêtres et le chiendent parsemé d'airelles ; dans leurs fruits rouges l'eau fait trembler ses froides transparences éphémères.
Commenter  J’apprécie          112
SachenkaSachenka   09 décembre 2018
Aujourd'hui, [le silence] est mon meilleur allié dans cette longue lutte contre la mort. Et, comme un chien, quand je rentre, il vient m'accueillir à l'entrée de la grotte.
Commenter  J’apprécie          150
EvlyneLerautEvlyneLeraut   15 décembre 2015
Ce qu'un homme seul, complètement seul, amèrement seul, est capable de demander et de désirer tout au long d'une nuit, Dieu lui-même ne parviendra jamais à le savoir.
Commenter  J’apprécie          50

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2021 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre