AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Maurice Couturier (Traducteur)Yvonne Couturier (Traducteur)
ISBN : 2869304870
Éditeur : Payot et Rivages (01/10/1991)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 575 notes)
Résumé :
Deux avions se croisent en plein ciel quelque part au-dessus du pôle Nord : l'un transporte un professeur américain brillant, spécialiste de Jane Austen, qui arrive d'une grande université de la côte Pacifique, l'autre un professeur anglais un peu médiocre qui vient d'une université des Midlands et n'a d'autre titre de gloire que de savoir concocter des épreuves d'examen. Ils ont décidé d'échanger leur poste pour une durée de six mois.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
latina
  11 juin 2018
Il est bon quelquefois de changer de décor, càd de lieu de vie, et par là –même de vie, même si ce n'est que temporaire. Heu...bon, avons-nous dit ? Peut-être que oui, peut-être que non.
C'est ce qu'ont fait respectivement Philip Swallow et Morris Zapp, deux professeurs de langue et littérature anglaises et américaines, habitant l'un à « Rummidge », ville imaginaire des Midlands, et l'autre sur la côte ouest des USA.
L'échange doit durer 6 mois, et ils partent seuls. Plus de femme, plus d'enfants. Seuls avec leurs rêves et leurs regrets. Seuls face aux tentations. Seuls avec leur caractère modelé par la vie ancienne, face à une nouvelle vie.
Le parallélisme de leur situation est flagrant, et David Lodge s'est bien amusé : les révoltes estudiantines de la fin des années 60, les épouses et leur envie de s'épanouir ailleurs que dans leurs casseroles, les nouveaux collègues et leurs querelles intestines, tout cela formera un bloc face à ces arrivants, bloc auquel ils devront faire face inévitablement.
J'ai dit que Lodge s'était bien amusé, mais moi, je me suis passablement ennuyée. Oui, j'ai ri quelquefois, j'ai souri à plusieurs reprises, là où l'humour anglais a encore frappé. Mais je m'attendais à m'amuser follement, comme dans « Thérapie », par exemple.
Lodge, à certains moments, a changé sa narration, et une des parties se transforme en roman épistolaire. C'est cette partie qui m'a vraiment bien plu, car on pouvait deviner derrière les écrits tous les non-dits. Une autre section du livre recense des extraits de journaux. Bof. Une autre encore est écrite sous forme théâtrale. Mieux.
Mais en général, j'ai été assez déçue.
Je n'ai pas envie de m'appesantir davantage sur un roman qui m'a déjà semblé assez lourd.
Et donc je vais m'empresser, après cette lecture, de changer de décor.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5614
huberpascale
  27 décembre 2013
Ce livre m'a été conseillé et prêté par un ami comédien qui le porte aux nues. Après l'avoir lu, je comprends bien pourquoi ! C'est une vraie comédie de moeurs burlesque et caustique, très théâtrale par moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Charlot et Buster Keaton pendant la scène de poursuite dans le 'paternoster', lorsque le professeur Masters, ancien soldat et grand chasseur de sanglier en Hongrie, poursuit Morris Zapp : "Paralysé par la peur, il laissa passer le huitième, le neuvième, le dixième et le onzième étages, et s'enfonça ensuite dans les limbes, ce fouillis de rouages grinçants et de lumières clignotantes qu'il y avait au sommet de la cage. La cabine dans laquelle il se trouvait fit une embardéede côté et amorça ensuite sa descente....Tandis que Morris était planté là, il vit apparaître devant lui, Masters qui descendait lentement, la tête en bas. Tous les deux se dévisagèrent, complètement médusés, et Morris vit Masters disparaître devant lui." Ce livre est truffé de petits intermèdes décalés résultant de la découverte d'un autre mode de vie par les deux protagonistes principaux, le britannique Philip Swallow, triste professeur de l'université poussiéreuse de Rummidge, et Morris Zapp, éminent professeur de la faculté réputée d'Euphasia, Californie, "où le soleil brille tout le temps". Ces 2 professeurs échangent leurs postes pour 6 mois et nous assistons à la superposition, au mélange de leurs deux mondes, de leurs deux vies "Imaginez, si vous le voulez bien, que chacun de ces deux professeurs de littérature anglaise reste lié à son pays d'origine, à son lieu de travail et à son foyer par un cordon ombilical infiniment élastique, un cordon fait d'émotions, d'attitudes et de valeurs, qui s'étire et s'étire jusqu'à devenir presque invisible, sans jamais atteindre toutefois son point de rupture" Cet échange a lieu en 1969 sur fond de mouvement contestataire étudiant et libération sexuelle et donne lieu à un prévisible quadrille amoureux. C'est un joyeux méli-mélo et différents styles d'écritures se succèdent : les récits entrelacés, une publication de "lettres aux épouses" restées au pays, un chapitre de petites annonces locales, un scénario de cinéma pour le dernier chapitre "Ce que je veux dire, c'est que, mentalement, vous sentez que vous arrivez au dénouement du roman et vous vous y préparez. en lisant, vous êtes bien obligés de constater qu'il ne reste plus qu'une page ou deux dans le livre, et que vous vous apprêtez à le refermer. Dans un film, en revanche, pas moyen de le savoir...." FIN. Pour connaître la suite, rendez-vous 20 ans plus tard dans "un tout petit monde" et "Jeu de société"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Pirouette0001
  26 décembre 2015
Un très bon moment de lecture que cet échange d'un professeur d'université anglais contre un homologue américain. La narration se déroule en 1969, c'est parfois un peu daté, mais vraiment plaisant.
Une histoire légère, pétillante et divertissante, qui me donne certainement l'envie de lire les deux autres tomes de la trilogie.
Commenter  J’apprécie          180
Vermeer
  13 novembre 2015
Avec David Lodge, on est sûr de passer un bon moment et de beaucoup rire (même s'il se répète un peu dans ses différents romans). Thèmes de prédilection : le microcosme universitaire, des intellectuels centrés sur eux-mêmes persuadés d'être indispensables et les Catholiques : ici les deux thèmes se rejoignent, les psys.
Fin années 1960 : deux professeurs aussi dissemblables que possible échangent leurs postes pour six mois. L'un est un dragueur impénitent, brillant, spécialiste de Jane Austen exerçant dans une Californie en pleine effervescence. L'autre exerce dans la triste région industrielle des Midlands en Angleterre, région beaucoup moins libérée que la Californie de l'époque, marié, catholique, coincé, terrifié à l'idée d'agrandir encore sa famille et qui n'a jamais rien publié.
Beaucoup d'humour, quiproquos, situations cocasses.
Commenter  J’apprécie          80
Aurorechan
  17 janvier 2013
Je suis assez mitigée au sujet de ce roman. L'histoire est la suivante : Philip Swalow, professeur anglais, et Morris Zapp, enseignant américain, échangent leurs postes respectifs pour 6 mois. Tout les oppose : leur carrière (l'un est un brillant universitaire, l'autre un petit universitaire sans envergure), leur famille, leur idées, leurs modes de vie, leurs ville d'origine (Rummidge est une petite ville anglaise perdue dans la grisaille et assoupie, Euphoria est au contraire une ville américaine bouillonnante et ensoleillée)… Ils vont être plongés dans des univers qui leurs sont totalement étrangers et vont s'adapter à leur manière.

Le début m'a paru très long (les 100 premières pages environ) car l'auteur y expose de manière plutôt statique la vie et la psychologie des personnages. Puis le roman avance davantage, l'action s'enchaîne relativement bien, et chaque partie est écrite dans un style propre (correspondance, articles de journaux, roman, script). Les personnages, quoique stéréotypés, sont finalement assez sympathiques. En revanche, je n'ai pas pleuré de rire comme le promettait la critique sur la 4ème de couverture. J'ai ri par moments, mais sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   11 février 2018
[1969- dans un avion volant pour l'Angleterre] : "Excusez-moi"
C'est la blonde à lunettes d'à côté. Elle a un magazine ouvert sur ses genoux, l'index appuyé sur la page comme pour marquer l'endroit.
"Puis-je vous demander votre avis sur une question d'étiquette ?"
Morris sourit en lorgnant le magazine. "Ne me dites pas que Ramparts tient maintenant une rubrique consacrée à l'étiquette ?"
- Si une dame remarque qu'un homme a la braguette ouverte, doit-elle l'en avertir ?
- Absolument.
- Votre braguette est ouverte, cher monsieur", dit la fille, et elle retourne à sa lecture, relevant son numéro de Ramparts pour se cacher le visage tandis que Morris s'empresse de rectifier sa tenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
hopla33hopla33   19 août 2010
Le plancher craquait, la plomberie geignait et hoquetait, les charnières des portes grinçaient et les fenêtres claquaient dans leurs cadres. Le bruit était assourdissant. Morris apporta sa contribution par un long pet qui faillit le soulever du matelas. S'était sa façon habituelle de saluer le jour nouveau ...
Commenter  J’apprécie          210
hopla33hopla33   19 août 2010
Chaque génération s'instruit pour gagner assez d'argent pour instruire la génération suivante, et personne en définitive ne se sert véritablement de son éducation.
Commenter  J’apprécie          320
NikozNikoz   06 janvier 2015
L’échange entre Philip Swallow et Morris Zapp avait cependant bouleversé le scénario habituel. Zapp était un professeur prestigieux et Swallow, lui, ne l’était pas. Zapp publiait déjà des articles dans le P.M.L.A. à l’époque où il préparait son doctorat ; lorsqu’il s’était vu offrir miraculeusement son premier poste par Euphoric State, il n’avait pas hésité à exiger le double du salaire normal et on le lui avait donné ; enfin, il avait publié cinq livres bougrement intelligents (dont quatre sur Jane Austen) avant d’avoir trente ans et avait obtenu une chaire à ce même âge précoce. Swallow, lui, était à peine connu en dehors de son département ; il n’avait rien publié hormis un tout petit nombre d’articles et de recensions, avait grimpé lentement l’échelle des salaires jusqu’au grade de Professeur et se trouvait maintenant bloqué à l’échelon supérieur avec des chances bien maigres de promotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nono19Nono19   24 janvier 2017
(même les critiques les plus stupides comprenaient que Hamlet n'était pas seulement l'histoire d'un type qui cherche à tuer son oncle ou encore que La Ballade du vieux marin traitait d'autre chose que de la cruauté envers les animaux, mais il était surprenant de voir le nombre de gens pour qui les romans de Jane Austen n'étaient que des simples guides pour trouver l'Homme Parfait).
Commenter  J’apprécie          70
Videos de David Lodge (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Lodge
David Lodge - Transfuge magazine .Entretien avec l'écrivain David Lodge, pour le magazine Transfuge, à l'occasion de la parution de sa pièce de théatre, "La Vérité toute nue", en janvier 2007. A 71 ans, David Lodge est connu dans le monde entier pour son érudition élégante teintée d'humour britannique, et sa capacité à épingler par le rire les travers et les onsessions de ses contemporains. A la fois romancier, dramaturge et essayiste, il a en outre gardé de ses années universitaires une passion pour la chose littéraire, dont il tente d'éclairer le procésus. Rencontre avec un joueur de mots.
autres livres classés : milieu universitaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

David Lodge

Avec David Lodge il vaut mieux avoir

La vie en berne
La vie en sourdine
La vie en lambeaux
La vie aux trousses

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : David LodgeCréer un quiz sur ce livre
.. ..