AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811221522
Éditeur : Milady (15/05/2019)

Note moyenne : 2.76/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Ottila McGregor est alcoolique, meurtrie par la mort de son père et la maladie mentale de sa soeur. Bien décidée à changer, elle vole un guide du bonheur à la bibliothèque, qu'elle annote avec des lettres, des courriels, des dessins ou des retranscriptions de séances de thérapie. Le témoignage à la fois drôle et tragique de son combat pour être heureuse. Premier roman.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
stokely
  10 mars 2019
Je n'ai vraiment rien trouvé de drôle dans ce récit, ni d'attachant il est question d'une sorte d'écriture d'un journal qui va aider Ottila à sortir de son addiction à l'alcool.
L'originalité de ce récit est qu'il est également composé de sms, de snapchat et d'autres documents tel que des tickets de caisses.
Ottila ne m'a pas paru une seule seconde attachante à cause de son énorme penchant pour l'alcool pourtant sa vie familiale est intéressante à suivre. Mais certains éléments m'ont fait rapidement décroché du récit, la scène de viol dans les toilettes comme mentionné dans d'autres avis mais aussi la partie avec les tampons hygiéniques.
Même pour sa vie amoureuse Ottila tombe comme de par hasard sur le frère d'une de ses précédentes relations, le récit était déjà bien tordu et tortueux mais la c'est la goutte d'eau….
De plus le livre est plutôt gros plus de 400 pages j'ai donc du prendre mon mal en patience pour arrivé au bout du tunnel….
Cela aurait pu être une belle découverte mais ce fût tout l'inverse pour mon cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
frconstant
  05 décembre 2018
Quand on ouvre un livre comme ce « Putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer », on se doute qu'on va avoir droit au combat quotidien (plus ou moins autobiographique) d'un héros qui va en baver des baquets entiers pour, in fine, triompher de ses démons et retrouver le bonheur. Pas vraiment besoin d'un énorme livre pour nous convaincre du courage qu'il y a à lutter pour vivre. Happy hand, clap de fin !
Alors, quel est l'intérêt d'une telle production ? J'avoue n'avoir pas vraiment saisi la pointe du sujet ! Ce titre et ce qu'en disait l'éditeur avaient un potentiel suffisant pour m'intriguer. Or, l'intrigue dans ce livre s'est révélée totalement absente ! Intriguer suppose susciter de la curiosité, de l'intérêt… Là, par son style, son traitement des idées, le livre a tout faux ! Il est totalement passé à côté de la place qu'il pouvait gagner dans ma bibliothèque.
Tout au plus, dans son acception signifiante d'obsolète, d'entremêlement, le récit peut revendiquer un pâle aspect intrigant tant il arrive à rassembler tout – et souvent n'importe quoi - selon une linéarité aussi caduque que confuse et des personnages ubuesques où il est impossible au lecteur que je suis de se reconnaître, ni en plein, ni en creux, tant ces personnages sont caricaturaux, déjantés, futiles et, le plus souvent (pas toujours, je le concède), vidés des valeurs humaines permettant le vivre ensemble.
Cet énorme livre, même avec une qualification de Putain (avec une majuscule, svp !) n'apporte rien, si ce n'est une allégeance bien inutile à une grossièreté moderne. Cet énorme bouquin ne livre aucune élévation de l'esprit et ne reflète en rien la possible qualité des relations humaines que laissait supposer l'utilisation de quelques belles citations d'humanistes connus (Khalil Gibran, Mère Teresa, Holbrook Jackson, Albert Camus ou encore Bouddha).
Difficile de caractériser l'écriture de l'auteure. Il n'y a aucun style, juste la juxtaposition de différentes notes, relevant tantôt d'une technique épistolaire, tantôt de la rédaction d'un journal intime, de courriels, de sms. Parfois, des notes éparses, des tableaux mémo, des caricatures ou des relevés d'entretiens thérapeutiques. Que tout cela m'est apparu brouillon, brouillon, brouillon ! Avec, en de nombreux endroits des ‘fôtes' grosses comme des maisons pour, peut-être, sembler mieux coller à la réalité de Ottila, le personnage central de ce roman qui se bat contre ses démons, l'alcool, le sexe, les relations bancales et les amitiés toxiques et même l'amour qu'elle pourrait accueillir.
Bref, un style d'écriture qui ne m'a pas nourri … ce qui ne veut pas dire pour autant que d'autres n'y trouveront pas du sens, du courage pour vivre et des sujets de réflexions profondes. En attribuant une cote très sévère, je ne prétends pas estimer la valeur de ce Putain d'énorme livre numérique de malheur que j'aurais envie de déchirer si j'en disposais en version papier… Je prétends encore moins jauger la valeur de l'auteure, Anneliese Mackintosh. Je souligne seulement l'inadéquation du livre avec mes attentes et le vire définitivement de ma bibliothèque.
En souhaitant, sincèrement, que d'autres l'apprécient à une plus juste valeur et passent un bon moment en sa compagnie. Merci aux organisateurs du Challenge NetGalley, France et à la maison d'édition Milady de m'avoir permis de le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Mikasabouquine
  05 juin 2018
Malheureusement ce livre et moi ne nous sommes pas trouvé. Il y a des livres qui sont pour nous, et d'autres pas. Je le déplore sincèrement car à première vue cet ouvrage avait tout pour me plaire. Cette critique ne va pas être des plus simples pour moi, mais je vais tout de même essayer de vous retranscrire le plus justement possible mon ressenti.

J'ai d'abord abandonné ma lecture à un quart du livre. Puis, prise de culpabilité vis à vis de NetGalley et des éditions Milady (que je remercie chaleureusement au passage pour ce service presse numérique) j'ai tenté de poursuivre jusqu'à un tiers. Cependant cela n'a pas suffit à aiguiser mon intérêt. J'ai donc lu la suite en grande diagonale et lu la fin. J'ai essayé, vraiment. J'aime lire un livre de feel-good de temps en temps ou encore de la chick-lit. Mais ce livre n'est pas pour moi.

Je ne me suis absolument pas attachée aux personnages, quels qu'ils soient. Je n'ai eu aucune empathie pour Ottila. Je dois avouer qu'elle m'a fortement agacé, je n'ai pas apprécié sa personnalité. de plus, elle part régulièrement dans de grandes tirades où elle s'imagine et s'invente des scènes futures qu'elle pourrait vivre. Je n'ai trouvé aucun intérêt à ces passages et j'avoue les avoir trouvé très ennuyeux car ils n'apportent absolument rien à l'histoire. Que la jeune femme « se tape des délires », pourquoi pas, mais pas autant et pas aussi longuement (plusieurs pages à chaque fois).

De plus, je n'ai pas été sensible à la plume de l'auteure que j'ai trouvé très (trop ?) familière. J'ai également manqué cruellement d'émotion à tous niveaux. Cette histoire n'a pas su me toucher.
Je pense que l'événement clef qui a définitivement mis des barrières entre moi et cet ouvrage est celui où Grace, amie de Ottila, raconte s'être fait violer dans les toilettes d'un bar et avoir aimé cela... Inenvisageable pour moi… je suis dans une complète incompréhension de ce livre.

Quelques point positifs tout de même: j'ai apprécié l'originalité de la mise en page. C'est un livre moderne dans lequel on lit des SMS et des mails. On y retrouve également des tickets de caisse ou encore des dessins.
J'ai particulièrement apprécié les citations choisies en guise de séparation de chapitre. Elles apportent une touche poétique à l'histoire (ce qui contraste avec le reste du contenu...), et j'ai également beaucoup aimé l'explication du titre.

Hormis cela, ce fût une lourde déception pour moi. Je ne vous le déconseille cependant pas puisque mon avis est bien évidemment très personnel. Comme on dit, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          126
Capridegh
  23 mai 2019
Décidément, je me retrouve en total contradiction avec la plupart des avis ici quant à mes dernières lectures... En effet, j'avais détesté Les gens heureux lisent et boivent du café que j'avais comparé à une New Romance d'aujourd'hui, les scènes érotiques en moins, la semblable pauvreté de l'écriture et de l'intrigue garantie. Et me voilà à adorer le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer alors que beaucoup de chroniqueurs n'ont clairement pas aimé leur lecture... Pourtant, pourtant !! le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer est une putain de bonne lecture qui déchire tout !
Alors oui, certes, Ottila, personnage principal, est un peu particulière, aussi atypique que le format du livre (sur lequel je reviendrai plus bas) : franche voire crue, attachante voire collante et égocentrique voire narcissique (dernier trait de caractère qui a peut-être été la seule ombre au tableau parfois). Et alcoolique, qui plus est. Mais elle se soigne ! Et c'est là tout le point de départ du roman, de son histoire, de son auto-biographie. Malgré son titre à rallonge à la mode, malgré sa couverture guillerette, le putain d'énorme livre est loin d'être un putain de feel good book ; et c'est tant mieux ! Parce que moi, les feel good books, j'en peux plus... Il n'y a plus que ça sur les tables dans les librairies, tous les romans finissant par se ressembler plus ou moins, et comme la New Romance à l'époque, comme les vampires jadis, la mode bat son plein en attendant d'être remplacée par un futur prochain courant littéraire envahissant. Je me risquais à acheter le putain d'énorme livre parmi les feel good books et je ne sais véritablement pas ce qui m'a encouragé à tenter l'aventure. J'avais dû le sentir, que ce roman allait me plaire énormément !
Avec le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer, nous avons la configuration de base du livre qui fait du bien : une poignée de personnages pas trop complexes, une écriture spontanée pratique, un petit peu de romance, une meilleure copine et un ton relativement léger. Mais finalement, Ottila, au fil des pages, verra la vie peser toujours un peu plus sur ses épaules : elle travaille auprès de personnes malades du cancer, elle se bat contre l'alcoolisme qui bousille sa vie, elle a perdu son père et sa mère a l'air relativement fragile. Et c'est déjà à la toute fin de la première partie que le roman devient bien plus grave que ses toutes premières pages, alors que l'héroïne s'interroge énormément sur sa soeur folle à lier qui se trouve dans une situation toujours des plus délicates et somme toute désespérée. L'annonce tombe comme un couperet, le putain d'énorme livre prend une toute autre allure et gagne en profondeur ; la légèreté nous glisse entre les doigts, Ottila devient plus intéressante et plus complexe, le putain d'énorme livre n'a plus rien, finalement, du feel good book léger et sans prétention qu'on prédisait. (Ca peut effectivement destabiliser certains lecteurs pas prêts à ce revirement de situation.)
Grace est la meilleure amie de l'héroïne et la relation que les deux filles entretiennent ne manque pas d'évoluer au cours du roman, l'addiction à l'alcool pesant lourd dans la balance. Grace est une fille culottée et débridée qui peut ne pas plaire à tous les lecteurs. La scène ultra choquante dont certains d'entre eux ont parlé dans leurs critiques (d'ailleurs, les spoils, c'est vraiment pas chic !!) et que relate le personnage dans le roman n'est pas apparu dans mon édition poche du livre ! Milady, censurez-vous vos publications ?! Quoi qu'il en soit, j'ai beaucoup aimé voir les personnages de l'auteure évoluer autant page après page. Anneliese Mackintosh les connait comme le dos de sa main et sait alors faire d'eux quelque chose de censé et d'intelligent. le roman donne cette impression rassurante de servir à quelque chose.
Le livre en lui-même est peu ordinaire dans sa construction. Bien décidée à prendre sa vie en main, Ottila se procure, sans trop croire en lui sans doute, un exemplaire du Petit livre du bonheur mais comme une revanche sur sa vie, comme pour signifier à quel point elle la prend en main, elle va déchirer des pages du livre de développement personnel pour y ajouter des mails et des lettres (car elle adore entretenir une relation épistolaire avec quelques uns des personnages qui l'entourent), des tickets de caisse, des enregistrements d'entretiens avec sa psy, etc. La narration est inhabituelle mais efficace, les dates des mails envoyés et reçus nous aiguillant quant au temps qui passe. Et l'aventure d'Otilla durera alors plusieurs mois durant lesquels des décisions doivent être prises, l'héroïne faisant preuve d'une ténacité et d'un sens de l'humour qui rendent la lecture captivante au point d'engloutir le roman pour finalement, à contre coeur, dire au revoir à des personnages qu'on a appris à aimer à travers les épreuves de leur vie.
J'accorde ★ ★ ★ ★ ★ à le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer. Ottila est une sacrée nana, un peu délurée mais pas moins remplie d'humanité et qui fait face à des problèmes qu'on pourrait malheureusement rencontrer dans la vraie vie. le putain d'énorme livre n'a de feel good que la positivité et l'optimisme qui finit par se dégager du roman malgré tout car il est bien plus puissant et porteur d'un message bien plus fort que la plupart des livres à la mode que l'on peut croiser en librairie aujourd'hui. Bravo Anneliese Mackintosh d'avoir créé un personnage aussi attachant et aussi évolutif. le putain d'énorme livre du bonheur est aussi réussi que les chroniqueurs divisés. C'est surtout, à n'en pas douter, une de mes lectures les plus passionnantes de cette année !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marlene_lmedml
  23 juin 2018
Et excusez le langage, mais je peux vous que c'était un putain de bon livre !
C'est la première fois que je lis un roman tel que celui-ci. Pas de doute, Anneliese Mackintosh a de l'audace, beaucoup même. Ce roman classé en feel good déroutera sûrement les lecteurs tant sur le fond que sur la forme. Ottila, notre héroïne, a décidé d'être heureuse… Et franchement, attention car elle a des manières assez peu conventionnelles pour y arriver.
Il faut savoir que rien ne va dans la vie d'Ottila. Elle est alcoolique, entourée de gens qui la tirent vers le bas mais une seule personne lui donne envie de sortir de ce merdier et c'est Thalès alors elle va prendre de grande résolution grâce au « Petit livre du bonheur » qu'elle va littéralement transformer en « Putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer ». Allez savoir pourquoi, dès les premières lignes j'ai su que ce roman allait me plaire. Il est absolument dingue, c'est un roman pas commun, il se lit super vite car Ottila agrémente son histoire de SMS, de mail, de ticket de caisse, etc… Ce livre c'est un journal intime couplé au livre du bonheur. Sauf que le bonheur selon Ottila ça dépote grave !
En lisant ce livre, je me suis dis qu'il plaira aux lecteurs qui aiment les récit hors normes. Ceux qui aiment les anti-héroïne, car c'est un peu le cas d'Ottila au début de l'histoire. Mais étant donné qu'elle a décidé de prendre sa vie en main, elle devient cette super héroïne qui aura je l'avoue quelques ratés lors de son parcours vers la sobriété mais j'ai admiré son personnage pour tout un tas de raison. Elle a une personnalité totalement borderline, mon dieu, en fait, j'ai adoré Ottila, elle m'a fait rire, mais elle a su me toucher aussi. Ottila n'était pas du genre à choisir de se démener pour s'en sortir, elle a toujours choisi la facilité mais voilà qu'elle se retrouve obligée de rester sobre pour un mois complet à cause d'une déconvenue sexuelle… Bref, tant qu'à arrêter de boire un mois… autant tenter d'arrêter totalement, non ? Et bien, c'est la décision que notre héroïne va prendre en gardant à l'esprit que sa récompense ultime pourrait être de se rapprocher de Thalès.
C'est comme cela que tout démarre dans ce roman totalement déjanté. Vu les thèmes abordés dans le roman, on pourrait croire que le récit va être démoralisant mais pas du tout. du moins, il n'a pas eu cet effet sur moi et bien au contraire. Ce roman est un peu cynique je ne vous le cache pas mais il y a aussi de l'autodérision, du lâcher prise, de la remise en question et un but à atteindre grâce à ce livre du bonheur qui va rendre folle Ottila.
Ce roman est hyper interactif, il nous immerge dans notre société et j'ai aimé qu'Ottila souhaite se démarquer de toutes ces pseudos règles que le monde nous impose. Qu'on se le dise, elle est particulière, cette femme est même un peu fêlée, on peut le dire comme ça mais elle assume et elle rebondit sur ses échecs. Savez-vous ce que cela demande de combattre une addiction ? Pensez-vous que l'on devient sobre du jour au lendemain lorsque l'on est alcoolique ? Et bien certainement que non, tout comme moi, car je n'ai jamais eu besoin de lutter contre l'alcool, le jeu ou tout autre addiction. Mais c'est ce que notre héroïne va entreprendre, elle va aussi rayer de sa vie tout ce qui la tire vers le bas… Terminé les liaisons avec des hommes mariés… Stop à l'alcool… C'est un long parcours du combattant qui s'annonce Ottila et c'est le lecteur qui en est le spectateur.
J'ai découvert l'autrice avec ce roman et que dire… J'ai adoré son style et son héroïne. le contexte est particulier et honnêtement ça passe ou ça casse. Personnellement, ce roman m'a vraiment divertie. J'ai adoré tous les aspects de l'histoire et le côté « no-limit » de notre héroïne. Il fallait oser écrire un tel roman, je crois que j'en garderais un sacré souvenir. Anneliese Mackintosh a choisi le cynisme et l'autodérision pour traiter des thèmes lourds de sens. J'ai aimé la construction de l'histoire et l'originalité surtout. J'ai pleurer de rire tout au long de ma lecture, et pourtant le fond de l'histoire est très sérieux. C'est cette dualité que j'ai préférée.
Je ne regrette pas une seule seconde de m'être intéressée à ce roman qui accroche directement avec ce titre de dingue. Je pense que ce genre de roman a un impact particulier sur les lecteurs, du moins sur ceux qui accrochent dès les premières pages. Cela remet en perspective notre propre vie, on a tendance à se plaindre un peu trop facilement à notre époque et il est parfois bon de se dire que tout le monde n'a pas la chance d'entrer dans la vie avec les mêmes cartes en main. Ottila a pris ses problèmes à bras le corps avec une motivation particulière ^^ Les rebondissements m'ont vraiment captivés car le récit ne perd jamais de sa vivacité. le contenu insolite surprendra les lecteurs et j'espère que vous aurez envie de vivre cette aventure aux côtés d'Ottila.
En bref, un roman totalement dingue qui illustre parfaitement les difficultés que rencontrent les personnes souffrant d'addictions. Ottila est une héroïne hors du commun qui a décidé de reprendre sa vie en main pour devenir quelqu'un de meilleur, elle a su me faire rire et m'émouvoir au fil des pages et je ne suis pas prête de l'oublier ^^ Ce roman est fun, décomplexé et hilarant. L'autrice a eu l'audace de mettre en scène des personnages atypiques qui ont envie de prendre leur revanche sur la vie.
Lien : http://www.lmedml.fr/2018/06..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   23 juin 2018
Cher Petit Livre de merde,

D’abord, qui a bien pu te baptiser Petit Livre du Bonheur ?

Quelle idée ! Tu sais aussi bien que moi que s’il existait un mode d’emploi pour être heureux, ça se saurait. Dès que j’ai repéré ta tranche prétentieuse sur la bibliothèque, je t’ai détesté.

Petit Livre du Bonheur. Comme si tout ce qu’il y aurait à dire au sujet du « bonheur » pouvait se condenser dans un « petit livre ». Et pourtant, je n’ai pas pu m’empêcher de te récupérer ce matin et de parcourir tes pages, saturées d’espaces blancs et d’aphorismes débiles. Tout comme je n’ai pas pu m’empêcher de te glisser dans mon sac à main, et de te dérober au travail. Pense donc à tous ces patients cancéreux qui ne connaîtront jamais les secrets menant au nirvana à cause de moi.

J’avoue que je ne regrette pas tant que ça de t’avoir subtilisé. Enfin, je suis un peu désolée d’avoir commencé à arracher tes pages. Mais bon, je ne fais pas cela sans raison : c’est un truc qu’on m’a appris à la Maison de Maggie, à l’époque où j’y allais en tant que patiente. Je vais composer un album de deuil. Sauf que personne n’est mort. Pas récemment, du moins. Cela dit, j’expérimente le deuil de l’alcool, ça justifie bien un album, non ?

Il me faudra plus qu’un bouquin merdique sur le bonheur pour me sortir du trou, alors je vais te monter en gamme. Je vais t’ajouter des jolies pages neuves et te faire raconter l’histoire de ma vie pendant quelque temps. Quand j’en aurai terminé avec toi, tu seras devenu le Putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer ! Et je n’aurai pas touché un verre d’alcool pendant toute une année. Tu vas voir ce que tu vas voir, mon petit gars. Tu vas voir ce que tu vas voir.

Ottila McGregor, qui s’apprête à faire sa révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CaprideghCapridegh   24 mai 2019
On reste ainsi un moment, ma soeur parallèle et moi, à nous enlacer pendant que les bus crissent et vrombissent autour de nous, que les garçons et les filles en uniformes flirtent, rient, se disputent et parlent comme des charretiers, et que tout le monde grandit, juste d'une fraction de temps de vie, se rapprochant à tout petits pas de la découverte ultime de qui nous sommes et pourquoi nous sommes là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 mai 2018
Sortir avec un mec sans l’alcool, c’est vraiment chaud. Normalement, je me bourrais la gueule et je me jetais sur le type. Je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi le sexe va pouvoir ressembler. Ça fait des lustres que je n’ai pas couché avec un mec à jeun. Le dernier en date, c’était Ben, et ça ne compte pas vraiment parce qu’on est restés ensemble deux ans, et qu’on avait l’habitude l’un de l’autre. Et puis, en général on était quand même soûls quand on faisait l’amour. Je ne crois pas avoir déjà couché avec un mec qui n’ait pas bu. Pas même quand j’avais quinze ans et que Dreadlock Dorian et moi, on s’est mutuellement déflorés. (Euh, est-ce qu’un homme se fait aussi déflorer ? Est-ce que ça se dit vraiment d’une femme ? Est-ce que l’hymen est censé être une fleur ? Beurk.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
SharonSharon   18 mai 2018
La relation la plus importante, c'est celle que vous entretenez avec vous-même.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   16 mai 2018
Partout dans le monde, sur une période d’un mois, des hommes et des femmes arrêtent l’alcool. 
Aux États-Unis, cela s’appelle Dryuary, en Finlande, Tipaton tammikuu, et au Royaume-Uni, on parle du « mois sans alcool », de la janvipause, du sobrathlon, ou encore de la janviabstinence. Qu’importe le nom, l’objectif reste identique : en arrêtant de boire durant les trente et un premiers jours de l’année, vous vous métamorphoserez en une personne plus saine, plus heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Anneliese Mackintosh (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anneliese Mackintosh
Anneliese Mackintosh: About Me!
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La Chick lit vous a-t-elle séduit?

Que signifie le terme de "chick lit" ?

littérature de jeunettes
littérature de femmelettes
littérature de poulettes
littérature de belettes

12 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : chick litCréer un quiz sur ce livre
.. ..