AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

René Novella (Autre)
EAN : 9782268001890
304 pages
Les Editions du Rocher (30/04/1989)
3.33/5   9 notes
Résumé :
Sang, Sodome et Gomorrhe, Une femme comme moi, sont trois recueils de nouvelles réunis ici pour la première fois. Ils rendent justice à un Malaparte méconnu qui, loin de la fureur et du bruit, se révèle être un enchanteur.
Que lire après SangVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ce livre se compose de trois recueils de nouvelles : Sang, Sodome et Gomorrhe, Une Femme comme moi, qui datent de la fin des années 30 et du début de la décennie suivante.
Le sang est le fil conducteur du premier recueil, précédé d'une "confession" en guise d'introduction, et il est possible de trouver des traits communs dans ses nouvelles : leur caractère plus ouvertement autobiographique ou l'observation directe des faits contés par l'auteur, dans ses péripéties biographiques, une certaine chronologie anticipée dès le premier récit - "Le premier sang" - jusqu'à l'avant-dernier - "Juin malade" - où le protagoniste peut être l'auteur sous pseudonyme. A noter que, contrairement à la facilité à laquelle on pourrait s'attendre, aucune nouvelle n'a trait au caractère sanglant de la Grande Guerre, ni à une férocité particulière : au contraire, la "trace sanguine" n'est parfois guère qu'une ombre...
Le deuxième recueil est totalement hétéroclite. Plus fictionnel, plus expérimental, caractérisé par une variété de lieux et de temps ; dans la nouvelle "La fille du pasteur de Börn" cette dernière est le narrateur à la première personne ; la nouvelle éponyme, qui est la dernière du recueil et la plus longue, est un véritable chef-d'oeuvre, un conte philosophique où Malaparte, en randonnée équestre près de Jérusalem rencontre un Voltaire représentant d'automobiles Ford et deux anges bibliques aux ailes rognées par les militaires britanniques ! J'ai pensé très fort à Boulgakov...
Enfin dans "Une femme comme moi", bien qu'il y ait aussi de l'expérimentation de différentes techniques du genre, y compris des nouvelles pratiquement sans action, l'auteur se laisse aller à son petit jeu de s'imaginer sous des traits ontologiques variés, également par : "Un chien comme moi", "Une ville comme moi", "Un jour comme moi", "Une terre comme moi", "Un saint comme moi".

Il m'est difficile d'émettre un jugement unique, puisque la variété technique et stylistique donne des résultats plus ou moins conformes à mes goûts et à mes intérêts. le talent littéraire de l'auteur me semble néanmoins tellement évident que toutes les considérations sur sa personnalité et en particulier sur ses inconstances politiques en deviennent résolument secondaires. Surtout dans ces nouvelles qui n'ont aucune prétention de "reportage" tout en étant pourtant très informatives sur des faits, époques, circonstances, réels et facilement repérables historiquement.

Petite considération liminaire sur le vieillissement de cette traduction de plus de trente ans : on s'étonnera qu'une certaine paysanne toscane porte le prénom français de Catherine, qu'il y ait à Rome l'enseigne de la boutique des "Soeurs Tenaille, modistes", que les bergers de l'île de Lipari produisent de la "recuite" d'autant que le vocable "ricotta" est attesté dans la langue française depuis 1911 !
Commenter  J’apprécie          30
Traité de l'OMBRE et de la LUMIÈRE.un ouvrage désuet, pourtant pouvant passer à la postérité
Passions, flammes dévorantes, tentatives de s'y soustraire
Une mise en lumière racontée sur un mode narratif " incendiaire" tant l'écrivain y excelle de par son talent
Ses analyses tout en finesse nous accompagnent et ne manqueront de nous marquer indéniablement
Ombres et lumières les versants indissociables des existences
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Ce qu'il y a de singulier dans le caractère des Italiens, c'est que leur conscience morale ne se manifeste qu'en présence du sang, car ils subordonnent tout au respect de la vie.


Commenter  J’apprécie          40
C'est l'heure de notre mort quotidienne, l'instant où chaque homme aperçoit son destin comme une loi étrangère à sa vie.
Commenter  J’apprécie          50
J'ai honte d'avoir été enfant.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Curzio Malaparte (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Curzio Malaparte
D'après un roman de Curzio Malaparte, voici une singulière histoire. En 1943, la guerre est perdue pour l'Italie. Les libérateurs américains débarquent, et les voleurs sillonnent la péninsule. Un soldat italien, Calusia, charge une énorme caisse sur le dos de son âne. Que contient cette caisse ? Mystère… Ce que l'on sait, c'est qu'il doit livrer la caisse à Naples puis rentrer chez lui, à Bergame.
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Mélanges littéraires (68)
autres livres classés : classiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (21) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
11105 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre

{* *}