AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848658247
160 pages
Sarbacane (19/08/2015)
3.5/5   56 notes
Résumé :
Pour échapper à la DDASS, Césaria, orphelin de 14 ans, se fait la belle. Il rencontre un clochard, Casper, qui deviendra plus qu'un père, un mentor. Avec lui, il apprend à survivre. Lorsque Casper meurt, Césaria décide alors de changer de vie et désire devenir une femme. La métamorphose s'accomplit. Elle rencontre Clovis, un braqueur qui sort de prison et qui veut à tout prix se venger.
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 56 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Le gardien bute sur son nom, Milan Klovisevitch. Ici, comme ailleurs, on l'appelle Clovis. 15 ans de taule et enfin le jour de la sortie. 15 ans derrière les barreaux à ruminer sa vengeance. Mais personne pour l'accueillir. Aussitôt, il prend le train pour Grenoble et va rendre une petite visite à Charles. Étonné de le voir à sa porte en ce jour. Pas le temps de s'attarder, encore moins celui d'ouvrir une bouteille ou manger un morceau. Clovis est juste venu récupérer ses affaires. Pas le temps de s'éterniser. Avant de partir, Clovis lui demande s'il sait où "il" est. Un non sorti bien trop vite lui fait penser que Charles ne lui dit pas la vérité. Alors qu'il s'apprête à partir, le vieil homme lui dit où il peut le trouver: dans un club, à Strasbourg. Il lui donne également les clés d'une voiture et d'un coffre. Cette fois-ci, Clovis s'en va pour de bon, sans se retourner. Direction Strasbourg...

Adapté du roman de Marcus Malte, "Carnage, Constellation", cet album, oscillant entre passé et présent, dresse le portrait sombre d'un homme assoiffé de vengeance. Un homme qui, visiblement, ne pardonne pas. Surtout après 15 ans passés en prison. C'était sans compter sur cette rencontre aussi inattendue qu'improbable qui risque de mettre à mal et ses plans et ses préjugés. Une rencontre contre-nature selon Clovis et pourtant évidente tant ces deux âmes esseulées semblent s'être trouvées. Une ambiance sombre et oppressante, des personnages à la fois durs et tendres, des dialogues soignés, une voix-off enivrante, de magnifiques aquarelles et des couleurs choisies au cordeau, allant du bleu nuit pour les scènes du présent au vert bouteille pour celles du passé en passant par le rouge passion. Un album juste, cruellement beau, tragique et bouleversant.

Commenter  J’apprécie          530

Une histoire de vengeance classique et claire comme de l'eau de roche. du moins en apparence. Après quinze ans derrière les barreaux, Clovis n'a qu'une idée en tête à sa sortie : dézinguer celui qui l'a trahi au cours d'une nuit de cavale. Pour retrouver sa trace, il se rend chez Charles, l'ancien camarade de lutte armée. Il y récupère ses affaires et son arme avant de se lancer dans un road trip qui l'amènera de Grenoble à Strasbourg en passant par Macon. Une histoire de vengeance donc, sombre et torturée, mais aussi une histoire d'amour. Un amour improbable, de ceux qui ne s'expliquent pas et qu'il ne vaut mieux pas chercher à comprendre. Un amour auquel on résiste alors que l'on sait la partie perdue d'avance, car le coeur a ses raisons…

Rhaaaaaaaa ! L'adaptation d'un roman de Marcus Malte en BD ! Avant même de commencer, la certitude que ça va gratter et piquer très fort. La certitude aussi que tout ne va pas nous tomber tout cuit dans le bec, qu'une certaine complexité narrative sera de mise avant que les fils se rejoignent et tissent un canevas sans fausse maille. Et puis le plaisir de savoir qu'il n'y aura pas de happy end parce que chez Marcus, les histoires d'amour finissent mal en général, et parce que chez lui, noir rime toujours avec tristesse et désespoir.

Cerise sur le gâteau, la mise en images de Pierre-Marie Gomont, talentueux dessinateur découvert avec l'excellentissime Rouge Karma, est d'une beauté époustouflante. Personne ne pouvait mieux que lui restituer l'atmosphère poisseuse d'un récit tendu comme un arc. Ses cases sans cadre aux aquarelles d'une rare expressivité, ses couleurs soigneusement associées pour souligner la différence entre le présent et les nombreux flash-backs, ce découpage au cordeau, ce mélange permanent de douceur, de nervosité à fleur de peau et de violence contenue… tout simplement magistral !

Un polar qui dépote et vous marque au fer rouge. C'est simple, l'association Mallte-Gomont vaut à mes yeux celle de Tardi et Manchette. Et franchement, je ne peux pas faire de plus beau compliment.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          60

Clovis retrouve la liberté après de nombreuses années passées en prison. Son obsession : se venger de l'homme qui l'a trahi. Il va rechercher sa trace dès le début de l'histoire mais son chemin va être parsemé d'embûches : des rencontres bouleversantes et une tout particulièrement. C'est Césaria, et elle est persuadée que Clovis et elle sont faits l'un pour l'autre. Toutefois, Césaria a une "particularité" physique qui va un peu rebuter Clovis...

Vont-ils être réunis ? L'amour sera-t-il plus fort que la vengeance ? Je vous laisse découvrir ça dans cet album qui m'a émue : j'ai trouvé l'histoire très belle, malgré la violence de certains passages.

Du coup, j'ai bien envie de lire le roman duquel cette BD a été inspirée :)

Commenter  J’apprécie          50

Cet album est arrivé entre mes mains à cause du nom de Marcus Malte apposé sur la couverture. En effet, si Pierre-Henry Gomont est bien le dessinateur et le scénariste de cette bande dessinée, il s'est inspiré d'un roman de Malte, Carnage, constellation. N'ayant pas lu ce titre, il me sera difficile de statuer sur la conformité de l'intrigue au roman, mais je peux vous dire que l'ambiance Malte est au rendez-vous.

Les personnages sont tourmentés, sombres et complexes. Pétris d'émotions contradictoires et refoulées, Clovis en est l'exemple le plus puissant. Face à lui, Cesaria et ses mystères apparaît comme lumineuse. La passion, elle la vit, elle la sent. Impossible pour elle de ne pas écouter ce que lui disent ses tripes. Car la passion, la folie, c'est un peu le thème de cette histoire de vengeance. Il ne s'agit plus de réfléchir, il s'agit d'agir à l'instinct.

Réalisées à l'aquarelle, les planches (pour certains très belles) nous font voyager aux côtés de Clovis, de Fresnes à Grenoble puis Strasbourg, mais aussi dans le passé. Une teinte verte colore celles relatives à l'évasion ratée, aidant le lecteur à se repérer dans la narration et la chronologie. le rouge témoignera des tourments de Clovis. Bref, un jeu de couleur parfaitement maîtrisé.

L'ensemble forme une histoire mélancolique et violente, dans laquelle l'humanité émerge au milieu des trahisons. Une poésie fabuleuse se dégage de cet album pourtant noir, et c'est en cela que j'ai retrouvé la touche Malte : de la noirceur, mais de la noirceur belle et subtile servie par une intrigue double.


Lien : http://croqlivres.canalblog...
Commenter  J’apprécie          40

Les nuits de Saturne ont failli avoir raison de ma patience. Cependant, j'ai tenu jusqu'au bout et je dois bien avouer que la dernière partie est bien la meilleure de ce polar grâce à un rythme assez effréné.

Nous suivons un personnage du nom de Clovis qui n'est guère sympathique ou plutôt désabusé. Il est vrai qu'il vient de sortir d'une longue détention en prison. Il s'est retrouvé dans de sales draps suite à une dénonciation quinze ans auparavant. Au cours de son enquête pour rechercher le traître, il va faire une rencontre d'un nouveau genre qui porte un nom à savoir Césaria. Cela ne sera pas la même que chante Stromae. Cette expérience peut paraître assez dérangeante mais il n'en saura rien.

On est emporté par le scénario qui se décline en long road-movie pour accomplir une vengeance. Trop long sans doute. En prime, nous aurons droit à des dialogues en italien qui ne seront pas traduits. On aime cela ou pas.

Au final, un polar sanglant avec une belle ambition graphique.

Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
BoDoi
04 avril 2016
Une belle ambiance crépusculaire, entre douceur et inquiétude. Décidément, Pierre-Henry Gomont s’impose comme un maître du genre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
06 octobre 2015
Sous ses allures de road-movie, Les nuits de Saturne sonne d’une justesse désabusée, pas forcément des plus morales, mais c’est ce qui en fait peut-être le charme.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation

Ils ont dansé comme se battent les marins ivres. Une danse sauvage, sans rythme. Sans autre musique que leurs soupirs féroces.

Ils ont volé ensemble, fauves célestes. Puis ils sont retombés. En travers. Les bras en croix. Comme tous les marins ivres morts finissent par le faire.

Commenter  J’apprécie          220

Elle sait maintenant ce que c'est que de porter un enfant.

Le poids qu'il pèse...

… et les ailes qu'il donne.

Commenter  J’apprécie          312

En le prenant dans ses bras, elle refait le compte.

Trois pour Faber...

Deux pour Clovis.

Une pour la femme.

Et pour l'enfant? Un petit clic misérable, et brutalement, tout s'éclaire. Elle sait maintenant ce que c'est de porter un enfant . p159

Commenter  J’apprécie          10

De Saturne, astre immobile, froid, très éloigné du Soleil, on dit que c'est la planète de l'automne et de la mélancolie. Mais Saturne est peut-être aussi l'autre nom du lieu de l'écriture – le seul lieu où je puisse habiter.

Commenter  J’apprécie          10

Clovis s'est tourné vers Césaria avec une lenteur infinie. Son arme pend au bout de son bras comme un oiseau mort.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marcus Malte (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcus Malte
Quand le livre se penche sur la figure de l'inventeur, matière à fiction et à recréation. Olivia Gesbert reçoit Marcus Malte, écrivain et auteur de Qui se souviendra de Philly-Jo ? (Zulma, août 2022), dont l'inventeur éponyme est le génial créateur de la FreePow. Et Miguel Bonnefoy qui publie quant à lui L'inventeur (Rivages, août 2022), qui se penche sur la figure de Augustin Mouchot, découvreur au XIXe siècle de l'énergie solaire.
#inventions #litterature #bookclubculture _____________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤9De La FreePow22¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

L'Echelle de Glasgow

Comment s'appelle l'adolescent dans le coma ?

Camille alias Kamo
Michaël alias Mika
Bastien alias Baba
Martin alias Tintin

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle de Glasgow de Marcus MalteCréer un quiz sur ce livre