AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354886370
144 pages
Éditeur : Gulf Stream Editeur (13/09/2018)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Il l'a entendue. Il dit même qu'il l'a vue, avec ses yeux petits et méchants. Mais au village tout le monde sait que le père Gustave boit un peu trop. Alors son histoire à dormir debout, qui ravive le souvenir de la fameuse Bête du Gévaudan, ça ne me fait pas peur, enfin presque pas... Et puis j'ai un problème plus urgent à traiter : organiser l'évasion de mon meilleur ami Maurice, qui a été arrêté par des SS. Mais comment moi et ma bande de copains, qu'une simple b... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  28 novembre 2019
En Aubrac, La Bête n'est jamais loin... Saint Chély, Prinsuéjols, Peyre...autant de villages qui ont vu ses attaques, entretenu sa légende d'effroi et de férocité.
La Bestia.
Celle qui a fait frémir d'angoisse tous les petits pâtres du Gévaudan et mis sens dessus - dessous tout le Gotha de la louvèterie du royaume!  J'ai lu , d'Henri Pourrat,  Histoire fidèle de la Bête,   bien sûr, mais  comme lecture à faire  au coin du feu à mes petits-enfants, c'était un peu ambitieux...
Alors, quand j'ai vu, sous la plume amie de Rabanne,  qu'il y avait un livre  sur la Bête en littérature de jeunesse, qu'il était joliment troussé, bien présenté et se passait non sous la monarchie absolue de droit divin mais dans la France de Vichy, aux heures sombres de l'occupation nazie, j'ai sauté sur l'occasion de faire d'une pierre deux coups: un peu d'histoire et beaucoup de frissons! J'ai donc lu le retour de la Bête avant de réunir mon petit monde au coin du feu.. Bonne pioche!
 La Bête a choisi  de faire son retour  en même temps que d'autres loups autrement plus féroces: les nazis ont franchi la ligne de démarcation, et se sont installés dans les petites villes de la zone ( autrefois ) libre. Oradour, Murat, Tulle s'en souviendront..
Quant à la Bête,  cette fois , ce n'est ni la Lozère ni la Margeride, ni l'Aubrac qu'elle vient hanter par ce terrible hiver 1942, mais un petit village du Cantal.
 Les enfants des fermes dispersées dans les collines enneigées vont à l'école à pied, tout tremblants que les propos terrifiants de l'ivrogne du village ne se vérifient et que ne surgisse tout à coup le mufle dentu et baveux du hideux prédateur dont on aurait repéré les traces dans la neige...
Mais le danger ne vient pas toujours d'où l'on croit.  Et la Bête - la fausse? la vraie?- , est peut-être la seule façon de faire pièce à la bestialité cruelle des hommes.. Quatre petits cantalous dégourdis et courageux vont en faire l'expérience. Quatre petits Justes en puissance, le Chambon-sur-Lignon n'est pas si loin...
Astucieusement relié au temps présent -les petits gars hardis de 1942 sont devenus de sages grands-pères qui racontent leur enfance à leurs petits-enfants- le livre est pourvu de jolies illustrations en noir et blanc,  et accompagné d'un "Pour en savoir plus" clair, simple, et documenté qui peut répondre aux questions des jeunes lecteurs.
À lire un soir d'hiver , quand la neige tombe à gros flocons , étouffant tous les bruits du dehors , que le poêle ronfle,  que le feu crépite, et qu'on se serre frileusement tous ensemble dans le grand canapé rouge!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          518
rabanne
  19 novembre 2019
Un bien joli moment passé avec ce roman jeunesse, que je recommande vivement (dès 10 ans).
Lozère, hiver 1942. Il y a soixante-treize ans, en pleine occupation allemande, des écoliers se retrouvent confrontés à la peur, au mal, à la monstruosité faite homme. Parmi eux, Jacques, tente un acte de bravoure insensé pour sauver son meilleur ami, Moshe. Et puis, il y a une bête terrifiante qui rôde dans les parages, aussi...
Une immersion non seulement dans les souvenirs d'enfance d'un grand-père, mais également dans la mémoire d'un village bercé par ses légendes macabres (des générations hantées, depuis le 18ème siècle, par celle de la "Bête du Gévaudan").
Un récit métaphorique, émouvant et positif, d'une portée universelle évidente. Une lecture nécessaire pour nos jeunes générations, qui transmet des valeurs humanistes telles que : le combat contre l'injustice et la haine, la résistance à l'ennemi, le courage, l'amitié, la solidarité, la liberté et la paix.
La plume de l'auteur est fluide et abordable, d'une remarquable qualité littéraire. Et je pense, à l'instar de blandine5674, que c'est mon ouvrage favori de la sélection (sur un total de six lus) !
NB : parmi la sélection du 31e prix des Incorruptibles (CM2 / 6è)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4612
Ichirin-No-Hana
  26 septembre 2018
Sous le regard acéré de la fameuse bête du Gévaudan, Jacques est un jeune garçon qui vit sous l'occupation. Bien que conscient des événements qui se jouent dans son pays, le jeune garçon est insouciant et aime traîner avec ses amis avec qui il aime parler des histoires qui concernent la bête. Bien que l'on soit en territoire « libre », les officiers SS vont se rappeler à son bon souvenir en déboulant dans sa classe pour emmener son meilleur ami Maurice (son vrai nom étant Moshe, un prénom juif) ainsi que son professeur qui le caché. Jacques, sa soeur Françoise et ses amis vont tout faire pour le sauver car, les jeunes enfants en sont conscients, ceux enlevés ne reviennent jamais.
Le Retour de la bête de Jean-Luc Marcastel est un roman à destination des jeunes lecteurs. J'ai énormément aimé cette histoire qui, en gardant la naïveté dû à l'enfance de ses protagonistes et aux publics ciblés, reste très intéressante et extrêmement didactique. En peu de pages et sans prendre ses lecteurs pour des idiots qui n'y connaissent rien, l'auteur arrive à nous planter le décor et à nous faire comprendre la dureté de cette époque. La scène de l'arrivée des allemands dans la salle de classe est assez prenante et choquante, telle qu'elle doit l'être. Les illustrations qui accompagnent le récit sont de grandes qualités et apportent réellement un plus à l'histoire.
En prenant pour appui la légende de la Bête du Gévaudan (dont je vous laisse découvrir le rôle dans cette histoire), Jean-Luc Marcastel nous prouve bien que le mal n'est pas forcément là où on le pense et qu'il n'est pas forcément caché au fin fond de la forêt. le retour de la bête est un roman très intelligent que l'on peut, sans aucun problème, mettre entre les mains des jeunes lecteurs curieux et/ou qui se posent des questions sur cette période sombre de l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
blandine5674
  27 septembre 2019
Bien écrit, bien construit, illustrations qui renforcent ce roman fort et émouvant. Une petite fille est surprise que son grand-père reste bouche bée devant la bête du Gévaudan empaillée. Il va remonter loin dans ses souvenirs et lui conter comment ils se sont servis de cette bête qui faisait si peur pour faire face aux allemands qui ont séquestré leur instituteur et leur ami après s'être introduits dans la salle de classe. Un roman jeunesse pour aborder l'histoire de la France occupée et la persécution des juifs. Un mélange réussi légende-histoire où la question est Qui est la bête la plus effrayante ?
Commenter  J’apprécie          362
Cigale17
  24 décembre 2019
Je n'avais jamais rien lu de Jean-Luc Marcastel, et ce roman est une vraie bonne surprise. Il se déroule en 14 chapitres numérotés et titrés, le premier et le dernier chapitres se situant de nos jours, au pavillon de paléontologie du Museum d'histoire naturelle de Paris que visitent un grand-père et sa petite-fille. Dans les douze autres chapitres, le grand-père raconte à la première personne une émouvante histoire arrivée dans son petit village du Cantal, en pays de Gévaudan, alors qu'il était enfant. Nous sommes en hiver, en 1942, juste après l'annexion de la zone libre par les Allemands. Comme dans plusieurs villages de cette région, un enfant juif est caché parmi les autres enfants, et les SS vont le découvrir en cherchant autre chose. Mais dans cette région d'Auvergne, quand on raconte une histoire, il est bien rare que la Bête n'y joue pas un rôle… Jean-Luc Marcastel présente des personnages attachants : Jacques, courageux, protecteur envers sa petite soeur comme envers son nouvel ami Maurice (Moshe) ; Gaston, un échalas bègue et généreux ; et Dédé, le gourmand plaisantin. L'auteur campe un village à la campagne en montrant ses habitants incontournables : le père Gustave, buveur et tireur déplorable, la Lulu, tenancière du bistrot, etc., et surtout monsieur Antoine, l'instituteur et maire de ce village si tranquille, relativement épargné par la guerre jusqu'à l'arrivée des SS. La légende est tenace : la Bête rôde toujours, des gens l'ont vue… L'auteur va filer la métaphore en assimilant les SS à des animaux féroces, au moins aussi féroces que la bête elle-même, même si…
***
Au cours du récit, Jean-Luc Marcastel réussit avec des explications claires, didactiques sans être pesantes, à présenter des situations complexes et une époque troublée sans mièvrerie ni condescendance. Quelques mots d'occitan sont insérés en italique dans le texte et, quand le contexte ne les rend pas immédiatement compréhensibles, ce qui est rare, ils sont clarifiés dans une note de bas de page. Une dernière partie (hors chapitres) intitulée « Pour en savoir plus » présente brièvement l'histoire de la Bête et les différentes hypothèses retenues pour expliquer les massacres qui ont eu lieu dans la région entre 1764 et 1767, ainsi que le déroulement du début de la Deuxième Guerre mondiale : la drôle de guerre, la France occupée, la zone libre, les enfants cachés, les massacres perpétrés par les SS dans cette région. Les illustrations de Cécile et Lionel Marty rendent bien l'époque et savent traduire les émotions des enfants. La couverture me séduit : elle représente Jacques et Françoise, visiblement inquiets, dans la neige, une énorme trace de patte devant eux : le neige s'étend sur la quatrième de couverture pour former la silhouette de la Bête. Un roman jeunesse intelligent et particulièrement réussi.
***
C'est incontestablement mon coup de coeur pour la sélection du prix des Incorruptibles, niveau CM2/6e !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232

critiques presse (1)
Ricochet   05 février 2019
D’habitude très disert, l’auteur-conteur simplifie son texte afin de le concentrer sur l’action et ses angoisses – la Bête, la vraie, est impressionnante. Les illustrations bienveillantes et soignées sont à l’avenant de la générosité du récit. Dès 10-11 ans.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   19 novembre 2019
Ce matin, à grelotter avec les autres sur cette place, alors que la mort ne tenait qu'à un mot tombé des lèvres de cet officier, je compris autre chose, quand il nous libéra... c'est que, dans la guerre comme ailleurs, partout, l'homme a toujours le choix , entre le mal et le bien, et qu'il n'y a pas de frontière ni d'uniforme pour l'un comme pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          242
RosenDeroRosenDero   13 novembre 2018
- Tu les reverras. Un jour tu les reverras...
À cela, il m'avait répondu, avec un calme terrifiant :
-Là où on les envoie, personne ne revient.
Je ne savais pas ce qu'il voulait dire alors, car aucun d'entre nous n'imaginait, à ce moment, la capacité de l'humain à devenir inhumain et à faire de la mort une industrie bien réglée...
Commenter  J’apprécie          180
rabannerabanne   18 novembre 2019
Il faut dire qu'entre nuit et jour, alors qu'un soleil triste pointait un bout de rayon sur les champs et les bois en habit pâle, les éclaboussait d'un peu de rouge et d'or, il y avait bien de quoi se faire mousser l'angoisse.
Commenter  J’apprécie          210
Enya75Enya75   03 octobre 2018
Notre plan, je m'en rend compte aujourd'hui, était plein de trous. Il fallait vraiment être des gosses pour croire qu'il marcherait. Mais parfois avec un petit coup de pouce du destin, même les choses plus improbables finissent par réussir...
Commenter  J’apprécie          80
Enya75Enya75   23 septembre 2018
A cet instant, dans ce mépris de la culture et de ce qu'elle avait de plus noble, je compris, toutes proportions gardées, que le règne des hommes en uniforme et de leur croix détestable, de tous leurs semblables, de toute époque, en tout lieu, c'était ça.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jean-Luc Marcastel (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marcastel
Jean-Luc Marcastel nous a accordé une interview aux Aventuriales 2019 dans le cas du Mois de l'imaginaire.
autres livres classés : bête du gévaudanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..