AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéphane Cabel (Antécédent bibliographique)Christophe Gans (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2743607076
Éditeur : Payot et Rivages (24/10/2001)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 23 notes)
Résumé :
1764. Le pays du Gévaudan vit dans la terreur de la bête qui tue et dévore hommes, femmes et enfants. Dépêché sur place pour dresser le portrait et empailler la "sale carne" après capture, le chevalier Grégoire de Fronsac (naturaliste et libertin) – accompagné de Mani (un Indien, son frère de sang)–  se heurte à la rudesse du climat, à l'hostilité des nobles et à l'effro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ladesiderienne
  28 février 2016
Ce roman n'est ni plus, ni moins que la novélisation du célèbre film de Christophe Gans, sorti en 2001 et inspiré librement de l'étrange histoire de la Bête du Gévaudan, monstre dont on ne sait pas encore actuellement s'il était d'origine animale ou humaine (ou l'alliance des deux) et qui a décimé les populations rurales dans les années 1760 dans ce coin reculé de la Lozère.
Bien sûr, j'avais aimé le film, tout en étant désarçonnée par tant de violence que je préfère lire que voir. Fascinée par les loups et leurs yeux hypnotisants, je n'ai pu qu'apprécier les magnifiques descriptions qu'en a faites Pierre Pelot et je suis tombée sous le charme de Mani, l'Indien, le "Dernier des Mohicans", celui qui parle aux loups, qui accompagne le naturaliste Grégoire de Fronsac. Quelle belle leçon d'humanité que l'amitié qui lie ces deux-là au grand dam des biens-pensants ! La sauvagerie de la nature, des animaux et des hommes donne à ce récit un aspect monstrueux et maléfique totalement révélateur de l'obscurantisme qui pouvait régner encore dans les campagnes pour le plus grand avantage de certains, fermement opposés au "Siècle des Lumières".
le mystère de cette "Bête du Gévaudan" reste passionnant à mes yeux et ce n'est pas la visite, il y a quelques années, du musée qui y est consacré à Saugues, petite commune de Haute-Loire près du Mont Mouchet, qui m'en a apporté la solution. J'ai bien aimé l'exploitation qu'en a faite le réalisateur du film même si elle frôle le surnaturel par certains côtés.
Quant au style de Pierre Pelot (que j'avais découvert et apprécié dans "Méchamment dimanche"), il m'a ici totalement déconcertée. Je ne peux nier qu'il touche parfois à une sublime poésie... pour se complaire l'instant d'après dans une débauche de sang ou de luxure. Mais, sans doute pour plus de réalisme l'auteur a utilisé tant de termes anciens ou de patois, de tournures de phrases alambiquées, qu'il a donné une telle âpreté au récit que j'en ai perdu mon latin et qu'il m'a été parfois difficile d'en comprendre toutes les subtilités d'où ma note finale de 14/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Mariloup
  14 août 2013
Copie conforme du film le Pacte des Loups de Christophe Gans à quelques exceptions près que j'ai adoré, que je connais par coeur après maint visionnages. Ma critique n'en est peut-être pas une et ne sera pas longue car je pense que seuls ceux qui auront vu le film auront lu le livre si tant est qu'il leur ait plu. Alors... beaucoup de descriptions pour plus de réalisme, pour nous transporter en Gevaudan où la plus célèbres des bêtes a semé la terreur et la mort pendant des années sans que personne n'ait pu mettre fin à son règne. Un roman fascinant, fictif (bien sûr!) mais basé sur des faits réels, un mystère jamais élucidé.
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable
  03 mars 2018
Roman d'horreur empreint de fantastique qui est extrêmement ressemblant avec l'adaptation cinématographique, mais avec une accentuation de l'univers onirique et presque poétique.
Commenter  J’apprécie          20
sld09
  28 juin 2017
lu en 2002Je me souviens d'avoir passé un bon moment avec ce roman d'aventures qui est la fidèle novélisation du film éponyme.
Commenter  J’apprécie          20
viridiane
  04 mai 2018
Au début j'avais peur de la bête du Gévaudan.Et maintenant après lu le livre je suis grave fans surtout du films,j'adore l'histoire et je pleure souvent a la fin même si j'en avait peur.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   21 février 2016
C'était un loup de forte taille, qu'à première vue les mois secs d'enfer n'avaient pas trop méchamment damné. La boue gantait de crottes baveuses ses pattes antérieures, jusques aux coudes. Son pelage épais, gris sur les flancs, fauve et sombre de l'échine au râble, lui faisait comme une cote d'écailles épaisses et lisses qui s'ajustaient à ses muscles raidis quand passait la bourrasque. La crinière drue qui lui pendait du garrot au poitrail en un collier de mèches filiformes découvrait, s'il tournait légèrement le cou vers la gauche, une estafilade sombre qui pouvait aussi bien avoir été ouverte par la griffe, le croc ou l'épine. Une égratignure, rien de grave, qui ne lui avait même pas fait tomber le poil et datait d'avant le retour des pluies.
Il regardait la brume écorchée par l'averse. Parfois, clignait d'un œil si une goutte s'écrasait proche des noires pupilles fendues sur son âme de loup ou becquait un peu fort une partie sensible de son museau.
Assis-là, sur le bord d'une trace depuis longtemps sans odeur, gardien et surveillant attentif des ombres camouflées dont le calvaire de granit rongé et déserté ne soupçonnait même plus la possible existence.
Ce n'était pas un loup solitaire, il n'en avait ni l'allure ni le peu de patience, à rester là comme sa propre dépouille pendue au-dessus de sa présence pétrifiée sous les coups en écharpe des ébrouements diluviens. Ce n'était pas un banni, rogue et abandonné. La marque de sa solitude n'avait pas imprimé son regard, ni son attitude. C'était un loup de meute, sans aucun doute un des meneurs. Probablement le mâle du couple meneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   27 février 2016
D'une voix monocorde presque basse, comme s'il ne voulait pas fissurer le cocon douillet tressé de musique cristalline, de rires roucoulants et des gratteries vaines du vent au carreau, le plus succinctement, le plus clairement possible, il raconta à Sylvia la "détestable soirée".
Qui avait pris vulgaire tournure au moment des hâtilles servies en milieu de repas, quand tomba de la bouche du comte maître des lieux, avec un fragment de toilette frite, la réflexion pas moins graisseuse :
- Tout de même, chevalier, comment avez-vous pu mêler votre sang à celui de ce sauvage ?
Ce qui augurait bien des finesses à venir...
Grégoire s'était cramponné à tout son savoir-vivre pour garder un semblant d'équilibre sur la corde tendue au milieu de la fosse. Il avait tenté d'expliquer, sous le regard imperturbable de Mani - qui bien sûr avait entendu et compris, contrairement à ce que supposait le comte -, comme il est simple de ne pas "regarder en sauvage" celui qui partage votre malheur, et comment, dans quel contexte, Mani lui avait sauvé la vie en le tirant de sous le feu des Anglais, à la bataille de Trois-Rivières... L'intendant Laffont, de l'autre bout de la table, avait lancé comme si l'aveu lui faisait grâce de son insolence :
- Par Dieu, croyez-moi si vous le voulez, je les croyais cannibales, ces animaux-là !
(...)
- Pourrait-il se reproduire avec une femme de notre race ?
Mani avait répondu lui-même, provoquant son effet, dans la langue de ses moqueurs, que la chandelle éteinte donnait à toutes les femmes et tous les hommes une même couleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   25 février 2016
Le grand loup gris et la louve se tinrent ainsi un moment, côte à côte, sur la levée de terre et de caillasse, tandis que les flammes de la lumière débordant par-dessus les lointaines montagnes brûlaient insensiblement leurs pupilles et tiraient du pied des choses de longues ombres filiformes qui rampaient dans leur direction.
Les oreilles bougées avec une parfaite simultanéité, comme si deux paires n'en étaient qu'une, les narines palpitantes, ils attrapaient les bruits et les effluves et les odeurs de tout ce qui tissait l'alentour perceptible.
Ils sursautèrent en même temps et tournèrent la tête vers le bruit feutré que fit le mulot sous les herbes, suffisamment proche pour que sa présence s'identifie à eux sur un souffle du vent. Le loup eut un mouvement esquissé en direction de la fuite sonore de la petite bête, et puis se figea.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CielvariableCielvariable   02 juin 2018
Sur les forêts vibrantes de septembre et sur les landes recuites par trois mois de sécheresse et sur les plaies croûteuses des ruisseaux, les pluies revenues déferlaient brusquement, cohortes safres surgies des brumes en ululant.

Les gens qui vivent sous le ciel de ce pays de pierres soiffeuses disent qu'il faut deux saisons, pas mieux, pour franchir l'année : neuf mois d'hiver et trois mois d'enfer. L'enfer consumé s'éteignait.

Seul un regard de bête, ou de spectre, ne se serait pas enlisé à plus de vingt pas dans la brouillasse qui faisait de la terre et du ciel une même sagne grise fourragée par le vent.

Le loup ne bronchait pas, son regard d'ambre étréci scrutant sans siller la grisaille.

Immobile, de pierre, comme le granit usé du calvaire à quelques pas duquel il se tenait assis dans la boue ruisselante de la sente, taillé dans un semblable bloc, pareil au crucifié et, comme lui, adressant aux deux courants du temps un même signe de souvenance et d'avertissement, il fixait par quelque entrebâillement de lui seul remarqué dans les rideaux de pluie, l'approche de quelqu'un, de quelque chose, l'apparition, sans doute, de chairs et de sang ou de ce que les loups savent seuls voir et entendre, qui proclamerait par des cris ou du silence à sa mesure la venue annoncée de l'eivar.

C'était un loup de forte taille, qu'à première vue les mois secs d'enfer n'avaient pas trop méchamment damné. La boue gantait de crottes baveuses ses pattes antérieures, jusques aux coudes. Son pelage épais, gris sur les flancs, fauve et sombre de l'échine au râble, lui faisait comme une cotte d'écailles épaisses et lisses qui s'ajustaient à ses muscles raidis quand passait la bourrasque. La crinière drue qui lui pendait du garrot au poitrail en un collier de mèches filiformes découvrait, s'il tournait légèrement le cou vers la gauche, une estafilade sombre qui pouvait aussi bien avoir été ouverte par la griffe, le croc ou l'épine. Une égratignure, rien de grave, qui ne lui avait même pas fait tomber le poil et datait d'avant le retour des pluies.

Il regardait la brume écorchée par l'averse. Parfois clignait d'un œil si une goutte s'écrasait proche des noires pupilles fendues sur son âme de loup ou becquait un peu fort une partie sensible de son museau.

Assis là, sur le bord d'une trace depuis longtemps sans odeur, gardien et surveillant attentif des ombres camouflées dont le calvaire de granit rongé et déserté ne soupçonnait même plus la possible existence.

Ce n'était pas un loup solitaire, il n'en avait ni l'allure ni le peu de patience, à rester là comme sa propre dépouille pendue au-dessus de sa présence pétrifiée sous les coup en écharpe des ébrouements diluviens. Ce n'était pas un banni, rogue et abandonné. La marque de la solitude n'avait pas imprimé son regard, ni son attitude. C'était un loup de meute, sans aucun doute un des meneurs. Probablement le mâle du couple meneur.

Les autres, ceux dont il savait l'odeur depuis l'instant de leur venue au monde, étaient ailleurs. Les femelles, les mâles, les anciens d'avant lui, les jeunes de longtemps après, les siens, qui étaient la harde, et, dans la harde, la femelle qui d'entre toutes portait à la fois son odeur à elle et la sienne de mâle aussi, sa compagne de tant de jour et de nuits et de saisons, de froidures à fendre les pierres et de chaleurs à les faire suer. Du ventre de cette femelle, les petits qui avaient pris leur taille et leur force, et qui avaient marché au centre puis à la traîne, puis à l'écart de la harde, ceux qui étaient encore là et ceux qui étaient partis - mais dont l'odeur était restée dans les marques du vent, parfois revenue au bord d'une trace et d'un moment.

Les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ladesiderienneladesiderienne   26 février 2016
La bonne moitié de cette cavalerie ne s'était probablement pas retrouvée en selle depuis des lustres et Grégoire aurait facilement parié un louis (c'était pour lui un jour de chance à ces jeux-là...) en les voyant prendre le départ du campement, deux louis après les avoir suivis au petit trot à travers prés et landes, trois louis maintenant, après une petite demi-heure au pas de promenade sur le chemin de charroi dans la forêt, que le quart de l’équipage finirait la journée dans le silence et les sourires crispés qui signifient indiscutablement, dans le langage caractéristiques des cavaliers de fortune, un profond mal de cul. Il en souriait, percevant les jacasseries qui flottaient derrière lui, par-dessus les frappements sourds des sabots sur la terre noire de la passée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Pierre Pelot (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pelot
A l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec Pierre Pelot autour de son ouvrage "Braves gens du Purgatoire" aux éditions Héloïse d'Ormesson.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2283222/pierre-pelot-braves-gens-du-purgatoire
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : 18ème siecleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre