AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Noir burlesque tome 2 sur 2
EAN : 9782505113997
128 pages
Dargaud (10/11/2022)
4.09/5   117 notes
Résumé :
Pour Slick, les choses ne s'arrangent pas. Jusqu'à présent, il avait affaire aux truands irlandais. Mais cette fois, il change de dimension : le voilà confronté à la mafia italienne. Rex, pour qui il n'avait travaillé qu'une seule fois, lui demande cette fois, sous la menace, de voler une oeuvre d'art. Et pas n'importe laquelle : outre sa très grande valeur, elle appartient à la mafia. Dans un monde idéal, Slick prendrait le large avec Caprice, la femme de sa vie. M... >Voir plus
Que lire après Noir burlesque, tome 2Voir plus
Wild West, tome 1 : Calamity Jane par Gloris

Wild West

Thierry Gloris

4.09★ (475)

4 tomes

Reckless, tome 1 par Brubaker

Reckless (Brubaker)

Ed Brubaker

4.22★ (227)

3 tomes

La venin, tome 1 : Déluge de feu par Astier

La venin

Laurent Astier

3.91★ (898)

4 tomes

Ladies with guns, tome 1 (BD) par Bocquet

Ladies with guns

Olivier Bocquet

4.23★ (874)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 117 notes
5
9 avis
4
14 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le premier tome de cette BD était un hommage magnifique aux films noirs des années 50, avec Slick le truand qui a du coeur et des muscles, la pègre omniprésente, et en arrière-fond New-York et les résidences luxueuses de la côte est.

On avait laissé Slick avec la mafia irlandaise, voilà qu'il roule désormais pour les Italiens. le capo Rex lui impose d'aller lui ramener une oeuvre d'art dans la villa d'un adversaire. Mission à mener avec des comparses pas très fins, dont un Amérindien complètement cramé du ciboulot. Évidemment tout va partir de travers, et Slick va regretter de ne pas avoir pu s'enfuir avec Debbie la rousse flamboyante, qui s'effeuille sur scène sous le nom de Caprice.

Visuellement les jeux sur les ombres et l'utilisation du rouge pour mettre en valeur Debbie ou certains excès d'hémoglobine font de l'album une vraie réussite. le scénario est un peu léger, après tout ce genre d'histoire a été raconté mille fois, mais le lecteur qui s'est pris d'affection pour Slick suit avec avidité ses aventures, qui s'achèvent avec de deuxième tome qui clôt son histoire.

Rien que la couverture vaut le détour...

Commenter  J’apprécie          140
Avec ce tome 2 de Noir Burlesque, Marini reprend tous les codes du polar noir et les amène un cran plus haut, vers de la démesure, de l'humour et un brin de folie.

Rex propose à Slick une affaire pour solder tous les passifs entre eux... Slick n'est pas dupe, il sait que ses jours sont comptés. le deal, c'est aller chez un parrain de la mafia sicilienne, Zizzi, et lui voler le portrait de sa mère. On raconte que les cendres de la dame ont été intégrés aux pigments. Et qu'un peintre célèbre a peint le portrait. Ils découvrent un portrait cubiste, façon Picasso période "rouge" (because Marini utilise le noir, le blanc et le rouge comme couleurs, comme dans le tome 1).

Les choses vont aller de mal en pis quand Slick se rend compte que les sbires de Rex kidnappe Pearl, la fille de Zizzi. A parti de là, Marini déroule les pelotes de grosses et fines ficelles pour le plus grand plaisir du lecteur. Boîte de jazz, scènes de sexe entre Caprice et Slick, talent de Pearl pour se débarrasser de ses geôliers, règlement de comptes à la sulfateuse, trahison et coups dans le dos, et happy ending... Une belle réussite en ce qui me concerne. le tout dessiné de main de maître.
Commenter  J’apprécie          180
Marini – Noir Burlesque (2) – Dargaud – 126 pages - Sorti le 10 Novembre 2022 -

Non je n'ai pas commencé par le début.

Les images sont magnifiques et le blanc /noir se dispute au rouge dans une sorte de tri colométrie.

On est loin du côté « enfantin » ou « fou fou » que je lis ou écris d'habitude.

Ils ont l'intention de tuer Slick une fois son travail achevé, la rousse qui chante de belles chansons pour Lui le prévient et lui fait l'amour dans une scène sensuelle mais pas du tout vulgaire…

L'objet du délit est le vol d'un tableau sentimental. Il s'agit d'une vengeance entre deux riches qui fait pas mal de dommages collatéraux.
Fusillades à gogo et thèmes de baston…

Une bonne petite BD !! le rythme et le tempo sont nickels. le suspense et les rebondissements aussi.

J'ai beaucoup aimé le côté gringe et vintage.
Phoenix
++
Lien : https://linktr.ee/phoenixtcgà)
Commenter  J’apprécie          240
Cette bédé est comme un vieux film noir des années 50. Tous les ingrédients sont réunis : un bel homme style bad boys, une beauté fatale, des gangsters mafiosi (pléonasme), des armes à feu, des grandes gueules,…

Slick est le bad boy qu'on aimerait croiser dans sa vie. Cheveux blancs, belle gueule, sensuel, qui sait se battre… Et Caprice, la belle rousse, est tout aussi sensuelle que lui. Quel couple ils pourraient former !

Enrico Marini est un excellent dessinateur et si son Slick a des faux airs du Scorpion, il tient la route (jeu de mot foireux avec son prénom).

Les seules notes de couleurs, dans ces deux albums sépia, seront le rouge et le roux. Cela attire l'oeil immédiatement. On a beau être dans une bande dessinée, on pense tout de suite à un vieux film, tant le découpage pourrait être cinématographique.

Le scénario est classique au possible, mais pourtant, il marche du tonnerre. Les personnages sont bien campés, réalistes. Les dialogues font mouches directement et les ambiances des années 50 sont fidèlement rendues.

Oui, ces deux tomes sont des odes aux romans noirs et aux films noirs américains, avec deux personnages qui se tournent autour, qui s'aiment, qui baisent, puis qui se séparent, toujours avec des mots violents.

On a beau se douter de la fin de ces deux tomes, on ne peut s'empêcher de tourner les pages, afin de voir si on a raison ou tort. Si le plat est composé d'ingrédients classiques, Marini a tout de même su en changer la présentation et le goût, parce qu'il n'est pas allé dans la direction que je pensais.

Et puis, le premier album commence presque par la fin… En tout cas, il commence par une scène hautement bourrée de suspense et on a hâte d'arriver au bout pour s'assurer que… Ben oui, on s'attache très vite à Slick et à sa belle petite gueule d'amour.

Une bédé qui fait mouche, autant par son scénario conventionnel qui ne l'est pas tout à fait, que pas ses magnifiques dessins et ses ambiances années 50 superbement rendues dans ces planches sobres, mais qui disent tout ce qu'elles doivent dire.

Un vrai roman noir hard-boiled.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          140
Slick, chlack, ratata !
Rex, parrain irlandais à qui Caprice semble sourire veut contrer les velléités expansionnistes du grand Zizzi, redoutable mafieux italien, avec l'aide de Slick, franc-tireur encombrant. Affublé d'abrutis triés sur le volet, Slick doit s'introduire chez Don Zizzi pour lui dérober une toile de maître peinte avec les cendres de sa défunte mère adorée. Slick sait que le forfait accompli, il sera abattu par les hommes de main de Rex. Evoluant dans un nid de serpents à sonnettes remontés comme des coucous suisses, le badass bad boy devra agir avec discernement et détermination s'il veut apprendre le baseball à son neveu.
Plus qu'un simple exercice de style, Enrico Marini s'approprie les codes du polar ultra référencé des années 1950 et les mouline à sa guise pour concocter une histoire qui tient la route et concentre son savoir-faire scénaristique et sa maestria graphique qui trouve à s'exprimer pleinement dans les planches de "Noir burlesque" où le nombre restreint de cases autorise les débordements et la liberté du trait. L'auteur suisse sait construire son récit en le suspendant à une détonation puis en déroulant une partie serrée et trépidante entre des personnages bien campés avec des règlements de compte à tous les étages. Les virevoltes et les ellipses tendent les relations, activent le suspense. Les femmes dégagent une belle sensualité. L'humour rehausse l'ensemble. Enrico Marini est plein de ressources et bourré de talent. Il peut faire cavalier solitaire. Il faudrait qu'un jour proche les éditions Bonelli le contacte pour lui proposer la réalisation d'un album de Tex Willer. Il y ferait des merveilles.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (4)
Sceneario
03 janvier 2023
Suspense, violence, ambiance, tout est là pour réussir cette deuxième partie et nous offrir un excellent moment de lecture. Marini, grâce à ce dessin noir, blanc, aux teintes grises et dont le rouge ressort, s'amuse avec les codes du polar. C'est vraiment bon. L'intrigue est réussie avec ses gueules de salopards, sa femme fatale canon, et des innocents en danger. Le final est à la hauteur de nos attentes. Marini frappe fort avec cette bande dessinée.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
20 décembre 2022
Enrico Marini pastiche habilement les romans noirs des années 1950 dont il recycle tous les clichés : criminels tirés à quatre épingles, femmes fatales et une abondance de péripéties. Pour tout dire, la trame narrative demeure secondaire dans ce qui se veut avant tout un exercice de style, au demeurant fort bien exécuté.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
21 novembre 2022
Marini s’empare des codes et des schémas mentaux que nous évoque ce genre pour en jouer avec virtuosité. Ses teintes de gris soulignées de rouge-sang, de rouge-passion, de rouge-amour nous font vivre l’American Way of Life à condition de dégainer plus vite que son ombre...
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LigneClaire
09 novembre 2022
Dessin au top évidemment, scénario carré bien qu’un peu téléphoné parfois.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
- Il est en train d’étendre son territoire. Ce macaroni pisse dans mon jardin. Il a besoin d’une leçon.
- Tu veux t’en prendre au clan de Zizzi ? Oublie tes noces et commence à organiser ton enterrement.
Commenter  J’apprécie          130
- Tu connais les ritals… Il n’y a qu’une seule femme qui compte pour eux. Leur mère.
Commenter  J’apprécie          211
La musique s'est arrêtée, Deb!
Commenter  J’apprécie          30
He suis tombé dans un foutu cartoon de Tom et Jerry.
.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Enrico Marini (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enrico Marini
Dans le 166e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente Les guerres de Lucas que l'on doit au scénario de Laurent Hopman, au dessin de Renaud Roche et qui est édité chez Deman. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie du nouveau tomes des aventures de Gaston Lagaffe baptisé Le retour de Lagaffe que l’on doit à Delaf et aux éditions Dupuis - La sortie du nouveau tomes des aventures d’Asterix baptisé L'iris blanc, un titre que l’on doit au scénario de Fabcaro, au dessin de Didier Conrad et qui est publié chez Albert René, éditions du groupe Hachette - La sortie de l’album Les indomptés, la nouvelle aventure de Lucky Luke vu à travers les crayons de Blutch, un titre sorti chez Lucky Comics, filiale des éditions Dargaud - La sortie du sixième tome de la série Les aigles de Rome, une série que l’on doit à Enrico Marini et aux éditions Dargaud - La sortie de l’album Les imbuvables que l’on doit à Julia Wertz et aux éditions L’agrume - La sortie du cinquième tome de l’intégrale Lucky Luke où l’on y retrouve le travail commun de Morris et René Goscinny, un album sorti aux éditions Dupuis
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (215) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5277 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}