AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B073QXTNVK
Éditeur : (13/07/2017)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Élisa est morte. Six mois après le suicide de sa femme, Paul sort de l'hôpital psychiatrique où il a dû se battre contre ses hallucinations. Comment reconstruire sa vie ? Que lui reste-t-il si ce n'est sa fille placée par un juge ? Quand il apprend que ce sont ses beaux-parents qu'il n'avait jamais vus qui ont la garde de son enfant, Paul vacille. Alors, lorsqu'une lettre de la banque lui annonce que sa femme avait un compte caché, son monde s'écroule. Dès lors, Pau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tostaky61
  17 février 2018
Allez savoir pourquoi, il y a des lectures qui monopolisent votre attention à tel point que l'horloge (enfin plutôt ses aiguilles) tourne sans que vous vous en aperceviez... Enfin, je dis ça,  mais la raison, on la connait. C'est un auteur qui fait tellement bien son travail que vous vous retrouvez avec, entre les mains, un plaisir de lecteur. Un roman addictif. Prenant. Inlachable.. (oui, ben même si ça existe pas comme mot, moi, je l'aime bien et j'ai envie de l'écrire...).
C'est ce sentiment que je viens d'éprouver à la lecture de le prix de la vérité de Florent Marotta.
Paul a pété les plombs. A la suite du suicide d'Elisa, sa femme, il se retrouve en Hôpital psychiatrique. Remis, il n'a qu'un objectif, récupérer Manon, sa petite fille de 14 mois qui a été placée dans une famille. A sa sortie, Paul va de mauvaise surprise en mauvaise surprise.
Pour lui, le combat pour trouver la réponse à ses questions et retrouver une vie normale, ne fait que commencer.
Et le lecteur de plonger au coeur de l'énigme, partagé entre raison et folie. Parce que Florent Marotta sait y faire pour vous manipuler et vous interroger.
Face à l'adversité son personnage torturé se révolte.
Et vous, en plein doute, trouveriez-vous la force de vous battre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
Anaislectrice
  14 juillet 2017
J'ai découvert ce livre complètement à l'aveugle, je n'avais ni lu la quatrième couverture, ni aucun résumé de l'histoire sur les réseaux sociaux, mais après avoir découvert un de des livres de Florent Marotta l'an dernier à la même époque, le visage de Satan, je n'ai pas eu besoin de plus pour vouloir découvrir celui-ci.
L'auteur revient aujourd'hui avec un livre plus posé, plus orienté vers le thriller psychologique que son précédent opus, et vous savez que j'adore me faire du mal en lisant ce genre de thriller, parce qu'au fond quand on gratte un peu le vernis de la lectrice barbare, j'ai une énorme sensibilité qui fait que je ressors souvent égratignée de ce genre de bouquin.
Ce livre concoure pour le Prix des Plumes Francophones d'Amazon, il paraît donc en autoédition. J'ai d'ailleurs déjà prévenu les autres auteurs d'arrêter d'écrire pour ce concours car j'avais déjà trouvé le gagnant de la prochaine édition, et ça sera celui-ci 🙂
C'est un réel gros coup de coeur que ce livre; après une traversée du désert et X livres lus qui ne m'ont pas vraiment emballée récemment (ou que j'ai carrément arrêtés car je n'arrivais pas à rentrer dedans).
[Un envoûtement dès les premières pages]
Il y a des procédés d'écriture qui font que l'auteur arrive à capter toute votre attention dès les premières lignes. Ça a été le cas ici : 5 premières lignes courtes et écrites en italique, et paf, le vif du sujet : un drame familial, on assiste tout de suite à une mort violente, utilisation du « je » un très court instant, qui nous immerge directement, tête sous l'eau dans les rouages de l'intrigue, et puis tout de suite prise de distance, la focale prend du recul, s'ajuste, on passe sur une narration à la troisième personne. On est pris à témoin, on assiste impuissant à l'anéantissement d'une vie, à cette seconde où tout bascule, où cette femme basculera dans le vide et son mari dans l'errance, la souffrance et la folie. Et là moi je suis dedans, pour en ressortir plusieurs heures plus tard lessivée lorsque la dernière page sera achevée.
Ce début de livre a provoqué en moi une sorte d'arrêt sur image : lecture d'une traite, sans me préoccuper de ce qui m'entoure, comme si le temps s'était arrêté tant j'étais désireuse de connaître le dénouement. Et puis le dénouement arrive, et c'est un peu le vide après. On attend le lendemain pour commencer sa prochaine lecture, il faut s'en remettre d'un bouquin comme celui-là, un livre dans lequel tu as pris part intégrante à l'histoire et que tu as eu l'impression de vivre de l'intérieur. J'ai eu besoin d'un sas de décompression, pas de lecture le soir-là, on s'abrutit devant la télévision, et puis on se demande « mais comment est-ce que je vais faire pour retranscrire ce que j'ai ressenti?« .
Le sujet m'a touchée. A partir du moment où je suis dans un thriller psychologique aux côtés d'un personnage qui a perdu sa raison de vivre, je souffre avec lui, parce que je sais ce qu'est ce manque et qu'ici en plus l'auteur le décrit avec finesse et justesse. On n'est pas dans l'apitoiement ni dans le mélodrame, et ce qui fait que cet ouvrage a une histoire poignante, c'est qu'il est profondément réaliste et rend ainsi crédible cette intrigue. On s'identifie, on se demande comment nous affronterions cette situation terrible, ce vide qui a envahi notre vie, et puis ces doutes qui submergent ce pauvre homme qui a tout perdu. Et c'est aussi grâce à cette identification que nous adhérons autant à notre lecture. Parce que sans empathie, pas d'adhésion de la part du lecteur.
[Trop prise dans l'histoire pour en analyser le style]
J'aime bien ce sentiment d'appartenir au texte et de ne pas réussir à en dérocher, cependant j'aime moins quand je n'ai rien à dire au sujet de l'écriture. Comme le disait un de mes profs de littérature comparée dans une ancienne vie « ça veut rien dire, « j'aime son style », expliquez-vous, argumentez!« . Ben oui, mais là, je sèche, je n'ai pas du tout prêté attention au style narratif de l'auteur tellement j'ai été obnubilée par l'histoire, que je me suis laissée bercer par les pages… Bercer n'est peut-être pas le mot approprié ici, parce que ça va vite, très vite. La rage qui anime Paul le pousse dans sa quête de vérité, ça ne s'arrête presque jamais, et les rares moments de répits qui lui sont octroyés n'en sont pas pour les lecteurs qui continuent à être pris dans le tourbillon de l'intrigue.
Je pars du postulat que si rien ne m'a sauté aux yeux, c'est que j'ai été séduite par l'écriture sans fioriture qui m'a permise de rester concentrée sur mon texte et de mener mon enquête en même temps que Paul.
Par contre, ce qui m'a frappée, c'est que Florent prend ici un malin plaisir à se jouer de ses personnages et de ses lecteurs, les emmenant sur divers chemins tortueux histoire de semer le doute, la confusion et le soupçon dans leur esprit. J'ai accusé à peu près tous les personnages d'avoir un lien avec la mort d'Elisa et j'ai éprouvé une grande méfiance envers chacun d'eux jusqu'à la fin de ma lecture.
[Le mot de la fin]
Clairement, je ne m'attendais pas un livre comme ça après avoir découvert le Visage de Satan l'an dernier. Je l'ai aimé ce précédent livre, il était violent et il tabassait, j'aime ça vous le savez, mais j'ai découvert aujourd'hui une autre facette de la plume de Florent Marotta et force est de constater que c'est encore meilleur.
C'est avec un grand enthousiasme et une certaine émotion que je termine cette chronique, parce que je me suis attachée à Paul, à sa sensibilité et à son besoin viscéral de faire la lumière sur la vérité. J'ai été particulièrement touchée du rapport qui le lie à son enfant, encore bébé, et auquel il se raccroche comme à une bouée de sauvetage.
Lien : https://anaisseriallectrice...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fabie13600
  27 juillet 2017
J'ai découvert Florent Marotta avec "Le visage de Satan" que j'avais adoré donc je me suis lancée dans cette nouvelle histoire toute confiante et une nouvelle fois j'en ressors ravie, et même plus, car ça a été un vrai petit coup de coeur.
Donc nous découvrons Paul à un moment très difficile de sa vie puisqu'il est perdu. Perdu dans son existence, son histoire et dans sa tête. En effet suite au suicide de son épouse Elisa, son internement en hôpital psychiatrique durant six mois et le placement de sa fille, il sort avec pleins de questions restées en suspens.
Pour essayer de comprendre les causes de cette mort inexpliquée, retrouver son droit de garde mais surtout essayer de reprendre le cours de sa vie, Paul va se lancer dans une enquête afin de trouver un apaisement ou au contraire la confirmation de ses doutes.
J'ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Paul qui est très touchant par plusieurs aspects. La détresse de cet homme qui voit sa vie basculer du jour au lendemain sans en avoir vu les prémices. Sa remise en question face à ses choix, ses attitudes, ses comportements et les conséquences qui peuvent en découler. Mais surtout son entêtement à vouloir découvrir la vérité quoi qu'il advienne.
C'est donc un personnage à la fois fort et fragile, qui nous fait perdre parfois le fil de notre propre raisonnement. Tout au long du récit je n'ai eu de cesse de me dire : voilà c'est ça ! Et hop l'auteur introduit un nouvel élément et on repart sur d'autres pistes.
D'autres personnages sont également là pour enrichir l'histoire et deviennent très importants comme Eva, Renzo ou encore Grégory mais qui apportent des ressentis contradictoires pour certains.
Donc pour moi, l'auteur signe là un très bon thriller psychologique et jusqu'au bout on reste dans l'expectative et la tête pleine de questions.
J'ai littéralement dévoré ce livre puisque je l'ai lu en une journée tellement prise par l'intrigue mais surtout grâce à la fluidité de l'écriture, le suspense qui nous tient, la maitrise de l'histoire et des intrigues mais aussi la crédibilité des personnages.
Donc si vous voulez passer un très bon moment et découvrir une histoire haletante et bien allez-y !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aubazaardeslivr
  03 août 2017
Comme beaucoup, j'ai découvert Florent Marotta avec "le visage de Satan" qui avait été un énorme coup de coeur. Entre temps j'ai lu Yzé et le Palimpseste ainsi qu'un roman pas encore sorti mais qui est prévu en septembre "Le meurtre d'O'Doul Bridge". Et chaque fois j'ai pris un énorme plaisir à le lire. Aussi quand Florent m'a proposé de lire son tout nouveau bébé, je n'ai pas hésité une seule seconde.
Le prix de la vérité est un thriller psychologique au rythme haletant et sans temps mort.
En ouvrant ce livre, d'entrée de jeu vous êtes dans le bain. Une femme se donne la mort en sautant de la fenêtre. Tournez la page. C'est à présent Paul qui entre en scène. Paul est le mari de cette femme, Elisa. Il vient de passer 6 mois en hôpital psychiatrique suite à des hallucinations et une violente dépression. Aujourd'hui il est libre de rentrer chez lui. Il n'y a qu'une chose qui le raccroche à la vie : sa fille Manon, placée par le juge lors des faits. Aussi quand il apprend que ce sont ses beaux-parents qui en ont la garde, il est plus que surpris. En effet, il ne les connaît pas, ils ont toujours refusé de le rencontrer. Il est d'autant supris d'apprendre qu'ils habitent près de chez lui alors qu'il les croyait en Italie. Alors quand il découvre une lettre de la banque qui lui annonce que sa femme avait un compte caché, rien ne va plus. Paul ne comprend plus du tout. Enfin si, il comprend surtout que quelque chose ne va pas. Il va alors tout mettre en oeuvre pour découvrir la vérité autour du meurtre de sa femme, au prix de sa propre vie.
Voilà, l'histoire est posée. Place à mon avis. Bon sans vous faire attendre, j'ai adoré. C'est donc le 4ème livre que je lis de Florent Marotta, et une fois de plus il arrive à me surprendre. A chaque roman, je découvre un style différent et c'est en çà que l'auteur est très fort : il arrive à nous happer dans ses histoires peu importe le genre littéraire. On retrouve avec plaisir par contre le style d'écriture de Florent : fluide, vif, parfois incisif et sans fioritures. Les mots choisis sont justes. Quant aux personnages, ils sont habilement travaillés. Comment ne pas souffrir avec Paul ? Cet homme complètement perdu qui doit faire le deuil de sa femme mais qui ne comprend pas le mystère qui rode autour. Mais le Paul du début, fragile, va se révéler au fil des pages pour devenir un Paul courageux, têtu et qui ira au bout, quoiqu'il lui en coûte.
Le prix de la vérité est un polar efficace. En effet, dès les premières pages, vous êtes pris dans l'histoire et au fur et à mesure que vous tournez les pages, vous ne pouvez plus lâcher le livre. Comme si celui-ci possédait un pouvoir d'attraction. C'est là le super pouvoir de Florent Marotta : captiver le lecteur du début à la fin. Alors quand on sait le temps qu'il a fallu à Florent pour sortir ce livre, je n'ai qu'une seule chose à dire : Bravo !!
Alors honnêtement, si vous cherchez un bon polar pour cet été, foncez !!
Le prix de la vérité participe au concours Amazon Les plumes francophones, et je lui souhaite bonne chance, car il mérite vraiment de le remporter.
Lien : https://aubazaardeslivres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AndreeLaPapivore
  15 août 2017
Le prix de la vérité est un thriller psychologique efficace et palpitant qui vous tiendra en haleine jusqu'aux dernières pages. En tout cas, c'est l'effet qu'il m'a fait ! Une fois la lecture commencée j'ai eu du mal à m'arrêter. Je l'ai dévoré d'une traite, emportée par l'envie irrépressible de connaitre la vérité...
Sa femme s'étant donnée la mort sous ses yeux, Paul a sombré dans la dépression, l'alcool puis la folie, ce qui a nécessité son internement d'office. Quand il quitte l'hôpital psychiatrique où il a passé les six derniers mois de sa vie, son unique désir est de récupérer sa fille. Et là, les révélations surprenantes commencent ! Ses beaux-parents, que sa femme disait vivre en Italie, n'habitent pas très loin de chez lui depuis plus de vingt ans et ont obtenu la garde de son enfant ; en triant le courrier qui s'est accumulé en son absence, il découvre que son épouse détenait un compte bancaire secret qu'elle avait clôturé deux jours avant son suicide. Paul tombe des nues après ces découvertes et décide de mener l'enquête. Qui était réellement son épouse ? Quels secrets a-t-elle emporté dans sa tombe ?
J'ai énormément apprécié cette lecture qui joue sans cesse sur l'ambiguïté des situations : il est parfois difficile de deviner si les faits rapportés par Paul sont réels ou s'il est en pleine crise de paranoïa. le suspense est ainsi constant, et l'intrigue se dévoile au fur et à mesure de l'avancée de la lecture. Les surprises sont nombreuses, jusqu'aux dernières pages, impossible de s'ennuyer. le découpage en courts chapitres est nerveux, le rythme induit est rapide, la lecture est facile est agréable. Mon seul regret concerne la présence de quelques coquilles qui ont échappé à l'oeil vigilant des correcteurs, mais il n'y a là rien de rédhibitoire, surtout si vous n'êtes pas aussi maniaque que moi.
J'ai déjà eu l'occasion de lire d'autres romans de Florent Marotta qui écrit aussi bien du thriller que du fantastique. J'ai aimé à chaque fois, pour des raisons différentes, et la lecture du Prix de la vérité me conforte dans mon opinion : quand un nouveau roman sort, je peux y aller les yeux fermés ! (Mais les yeux ouverts, c'est quand même plus pratique pour lire 😉).
Lien : https://andree-la-papivore.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2017
Je veux le quitter, tout plaquer, mais j’ai peur de ne pas en avoir la force. Quelque chose en moi sabote ma volonté. Pourtant, je ne peux plus vivre avec quelqu’un qui ne me considère pas.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2017
Depuis qu’il la connaissait, il ne lui semblait pas l’avoir jamais vu en jean. C’était une femme toujours très élégante qui ne revêtait presque qu’exclusivement des jupes ou des tailleurs.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2017
L’alcool devait l’aider à parler des choses qu’il préférait taire d’habitude.
Paul trouva ce réconfort bienvenu et se déversa sans état d’âme.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2017
La peur avait cette faculté à altérer des mouvements maintes fois effectués, la plupart du temps sans même réfléchir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2017
Le mal était profond, insidieux. La jalousie, c’était le mental dans sa folie.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Florent Marotta (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florent Marotta
« le Meurtre d'O'Doul Bridge », la bande-annonce. Un roman de Florent Marotta. Disponible depuis le 7 septembre 2017 (papier & numérique).
San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable. Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l'emporte. Réveillant les douleurs du passé.
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Le visage de Satan" de Florent Marotta.

Qui est Fabienne pour Gino ?

sa mère
sa consierge
sa voisine
une cliente

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le Visage de Satan de Florent MarottaCréer un quiz sur ce livre