AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782369142850
250 pages
Éditeur : Libretto (02/05/2016)
3.42/5   32 notes
Résumé :
Angleterre, fin du XIXe siècle. Rescapée d'une enfance terrible, durant laquelle elle fut martyrisée par son père, Mary Reilly est aujourd'hui servante dans une respectable demeure victorienne.
Le maître de maison est médecin, c'est le docteur Jekyll. Les qualités humaines de la jeune femme, ses attentions et son ouverture d'esprit la font remarquer. Touché par sa loyauté, Jekyll lui accorde peu à peu sa confiance. Le comportement parfois étrange du maître de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,42

sur 32 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Mladoria
  23 juin 2016
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Libretto pour cet envoi. Je connaissais la nouvelle de Stevenson et je suis heureuse de découvrir le pendant féminin si j'ose dire de cette histoire.
Mary est une jeune domestique dans une maison un peu particulière puisque son maître n'est autre que l'éminent Dr Henry Jekyll. Mais ce maître tout compatissant et ouvert soit-il cache de sombres secrets et son "assistant" Mr Hyde est loin d'être aussi amène que lui-même.
Servie par une galerie de personnages ancrés dans leur époque, celle de la domesticité à l'époque victorienne, cette histoire nous plonge dans une atmosphère brumeuse à souhait où le mystère est roi.
Cependant, j'ai eu du mal à accrocher au style de l'auteur. En effet, on est bien loin de l'efficacité quasi chirurgicale de l'écriture de Stevenson qui nous dépeint en peu de pages une image claire de cette affaire. Ici, le rythme est lent, très lent (trop lent ? peut-être), le personnage de Mary même si la psychologie torturée et en proie au doute se place d'emblée dans les personnalités dépeintes chez les auteurs du XIXème, le demoiselle est quand même bien mollassonne. Les autres domestiques sont un peu trop caricaturaux à mon goût. Niveau personnage, seule la dualité du Docteur reste intéressante et brossée avec un tant soit peu de finesse. Niveau action, comment dire ce n'est pas le calme plat mais presque et là où certains auteurs compensent leur manque d'action par un bel effort psychologique et des personnages qui tiennent le lecteur en haleine, ce livre fait un petit flop car rien ne vient vraiment compenser ce manque de mouvement et on s'ennuie ferme voire on s'enlise.
La base est intéressante et si vous ne connaissez pas Stevenson ou bien le film éponyme, il peut être intéressant de vous lancer dans la lecture de Mary Reilly. Si tel n'est pas le cas, je vous conseille une bonne dose de caféine et de courage pour arriver à en venir à bout. Un peu déçue mais c'est le jeu de la lecture, on ne peut pas tout aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
cecilit
  05 juillet 2016
Mary Reilly est une jeune femme dont l'enfance a été cauchemardesque, ce que nous découvrons en ouverture par une scène terrible de violence et de perversité. Devenue servante, elle entre au service du Docteur Jeckyll, un riche savant vieillissant, et ne tarde pas à être attirėe par lui et confrontė à son double, Mister Hyde.
Orfèvre des mots , Valérie Martin distille l'intrigue à pas comptés jusqu'au clap final ; le lecteur accompagne Mary de l'office à la chambre du Maître, de la chambre du Maître au perron qu'il faut récurer, du perron qu'il faut récurer pour mieux observer la porte du Laboratoire où elle n'a pas le droit d'entrer å la bibliothèque, de la bibliothèque riche de livres mystérieux qu'elle sait pourtant déchiffrer malgré sa condition à la solitude de son lit pourtant partagé par une semblable qui n'a rien de semblable , car Mary n'est pas une servante simple et résignée, Mary est une rescapée. Échappée de l'enfer, elle est marquée au fer rouge du malheur et se persuade de son incapacité d'être heureuse.
Traumatisée par son enfance désastreuse , elle s'est détachée d'elle même, et se retrouve face à un homme qu'elle reconnaît comme son double, si dangereux que cela puisse être.
il y a mille romans dans ce roman qui n'est pas loin du chef d'oeuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Yanoune
  29 juin 2020
Mary Reilly.. Ou le bouquin que pendant la lecture, t'as une chanson qui tourne en boucle ♫ Hello docteur Jekyll... Mon nom est Hyde, Mister Hyde...♫ … et c'est amusant autant qu'un peu saoulant il faut bien le dire... c'est mon cerveau, il est chiant des fois...
Pitch :
Nettoyer, frotter, récurer, faire le feu, les marches, le charbon, le jardin... et là aussi j'ai une chanson en écrivant ces lignes... rhalalalala... Donc Mary est femme de chambre, ou bonne, ou bonniche.. c'est de toute façon la même chose ( à peu choses près, une histoire niveau lexical)... elle est heureuse de bosser là, dans cette belle maison, pour ce bon docteur Jekyll... un bon maître qui semble la considérer un peu... qui discute avec elle, mais c'est peut-être parce qu'elle a un peu d'instruction allez savoir...
L'histoire de Stevenson, vu par un autre angle, un autre point de vue...
Waaahhh comment j'ai peiné... Alors que l'idée est ma foi plutôt intéressante...
Mais j'ai peiné, un truc de fou vu l'épaisseur du bouquin, c'est plat, c'est neutre, là où la nouvelle de Stevenson était si magnifique, remplie d'une tension sous-jacente, remplie de brouillard et de stress...
Ici même si y a du brouillard Londres oblige, y a pas tout ça...
Un ennui qui a faillit avoir raison de moi, et où j'ai lutté pour le finir...
J'ai ronchonné dans mon lit « waaaah comment ça m'ennuie... » mon chéri à fond lui dans son Expense «  bin pourquoi tu continues ? Lache l'affaire » moi «  j'aime pas abandonner des livres tu sais bien » et je me suis replonger dans le livre mode têtue pire qu'un âne...
C'est mou du genou, faut dire ce qu'y est...
C'est mou autant dans le style, que dans l'action à proprement dite...
Il y a quelques fulgurances, quelques images mais si peu sur la totalité, qu'elles en deviennent anecdotiques, c'est un peu triste...
Il ne reste de cette lecture, une fois le livre refermé, qu' une envie de me replonger dans celui de Stevenson, on pourrait dire c'est déjà ça...
♫ Hello docteur Jekyll.... je ne suis pas le docteur Jekyll.
Hello docteur Jekyll... Mon nom est Hyde Mister Hyde... ♫
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Xian_Moriarty
  08 juillet 2019
Sympathique.

Mary Reilly, je connaissais le film avec Julia Roberts et John Malkovitch. Un film que j'adore, bien malsain et glauque. J'étais donc curieuse de découvrir le roman. Et il est assez sympathique.

Le récit se fait à la première personne. Mary Reilly, la femme de chambre d'un certain docteur (son nom vient assez tard dans le récit, merci la 4e de couverture), raconte son quotidien auprès de ce personnage étrange.
Une grande partie du récit se consacre à sa vie de domestique. J'ai trouvé ces moments, parfois un peu redondant, intéressants malgré tout pour découvrir la routine et le quotidien d'une domestique dans une « grande » maison. Dans les récits, l'accès est souvent mis sur les maîtres et peu sur le personnel de maison. Nous avons donc ici une originalité assez agréable.
Ensuite, il faut noter que Mary offre un récit assez « simple ». Bien qu'elle ait reçu une petite instruction à l'école, elle n'en reste pas moins une femme simple. Cela se ressent dans sa manière de rédiger ces carnets, mais aussi dans certaines de ces remarques. Et j'avoue que son côté « naïf » rend la lecture plaisante.

Pour ce qui est de l'histoire, c'est un peu compliqué de donner un avis. En effet, je connais bien le film qui n'a pas axé sa narration de la même manière. En effet, un livre ne peut pas se transposer comme un copier-coller. le film a donc ajouté des choses. du coup, cela faisait parfois bizarre de ne pas les retrouver. de plus, les relations Mary-Jekyll et Mary-Hyde sont moins poussées (moins perverse) dans le livre. Normal puisque la narratrice nous donne son point de vue. Mais aussi qu'au final, Monsieur Hyde est peu présent. du coup, le récit n'a pas été aussi haletant que ce que j'aurai souhaité. Cependant, comme j'ai dit, je suis biaisée à cause du film.
De manière générale, le film a bien repris les éléments du livre, sa trame générale. À vrai dire, j'avais parfois l'impression de voir juste une transposition d'un passage en image.

Le livre se lit tout seul. Malgré ma connaissance de l'intrigue (merci le film) et quelques différences par-ci par-là, le roman coule tout seul sans véritable anicroche. Cependant, je me dis qu'il ne conviendra peut-être pas à tout le monde. Ce n'est pas tellement un récit d'aventures et l'aspect fantastique est largement relégué au second plan puisque là n'était pas le sujet (mais rassurez-vous, le roman de Stevenson n'est pas dénaturé pour autant).

À découvrir pour les amateur·trices de récits victoriens et celles et ceux qui aiment redécouvrir des classiques d'un autre, pointe de vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kreen78
  28 juin 2016
Je remercie fortement Babelio et Libretto de m'avoir permis de lire ce roman. J'avais vu le film avec Julia Roberts et John Malkovitch à sa sortie et je tenais vraiment à lire ce livre.
C'est sans conteste que je lui mets la note maximal car l'ensemble est envoûtant. J'étais une grande fan de l'adaptation cinématographique, et j'ai ressenti les mêmes choses à la lecture des événements. Mary Reilly raconte son histoire très personnelle avec Dr Jekyll et Mr Hyde, le fameux et l'unique que l'on connaît de Robert Louis Stevenson. Découvrir cette version peut être surprenant, mais cela offre une touche d'humanité à cette "bête". Valerie Martin réussit à nous faire entrer dans l'esprit de la narratrice, c'est à la fois sensuel dans ses pensées et remarques vis à vis de son Maître et à la fois angoissant car elle ne comprend pas ce qu'elle ressent et quel est l'homme qui lui procure considération et frayeurs. Qui est cet assistant qui cherche à prendre la place de son Maître la nuit ? Pourquoi ce dernier se sent de moins en moins bien ?
J'ai adoré ce roman, j'ai été totalement envahie par l'esprit de Mary Reilly. C'est finement écrit, passionnant, et cela correspond totalement au style de livres que j'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NATBNATB   07 août 2017
Je ne suis pas naïf au point de croire qu'on peut résoudre les problèmes qui agitent ce monde simplement en créant une école, mais ne sommes-nous pas dans l'obligation de soulager la souffrance dans la mesure de nos moyens ? Et l'ignorance est une souffrance, même si les pauvres brutes qui sont à nos portes ont tendance à l'ignorer. L'école, par sa simple existence, doit être une force au service du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilitcecilit   01 juillet 2016
A ce qu'il me semble, bien des gens, spécialement ceux des classes supérieures, passent leur temps à s'efforcer de repousser la tristesse hors de leur vie, et dépensent pour ça beaucoup d'argent, mais sans aucun résultat parce que cette tristesse est là, que l'on soit riche ou pas, et qu'il faut bien l'accepter.
Commenter  J’apprécie          90

Video de Valerie Martin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valerie Martin
Daewoo de François Bon au Livre de Poche .Valérie Martin, de la librairie Voyelle (75015 Paris), partage avec vous ce roman-enquête passionnant et toujours actuel. Un roman sur les gens, sur les femmes, un roman sur la crise sociale, écrit dans un style unique.http://www.livredepoche.com/livre-de-poche-3114311-francois-bon-Daewoo.html
autres livres classés : domestiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1491 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..