AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sophie Mayoux (Traducteur)
EAN : 9782264035851
266 pages
Éditeur : 10-18 (05/09/2002)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 1002 notes)
Résumé :
"Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C'est, je l'ai dit, une question de "dignité"."
Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (174) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  16 juillet 2015
Ah, que j'aime les romans merveilleusement écrits… !
Quel plaisir de lire des phrases extrêmement bien construites, avec de jolis mots, des tournures stylisées mais pas trop, des sentiments nobles, de la retenue, aucune vulgarité…
Petite parenthèse : j'ai acheté ce livre l'été dernier dans un « village du livre » dans l'est de la France.
Mais qu'est-ce donc qu'un village du livre, vous demandez-vous ? (ou pas).
Ce sont généralement de petits villages dans lesquels on trouve une forte concentration de bouquinistes. Il y a huit en France et on en trouve aussi à l'étranger.
Au Pays de Galles, un de ces villages accueille plus de 35 librairies !
Bref, quand j'ai découvert que près de mon lieu de vacances il y en avait un, je suis allée y faire une razzia de romans, de polars, de classiques, de petites pépites etc...
Mais revenons à ce roman.
Mr Stevens est majordome, cela est plus qu'une profession, à ses yeux, c'est une vocation, c'est le sens de sa vie, c'est ce qui gouverne chacun de ses actes, de ses pensées.
Pendant une semaine, il va effectuer un petit voyage en voiture en Angleterre, et cela va faire rejaillir une foule de souvenirs tous liés à sa condition de majordome.
Il a servi un Lord anglais pendant plus de 35 ans et aujourd'hui, la propriété a été rachetée par un américain, lequel n'a pas les mêmes exigences ni la même façon de concevoir le rôle d'un majordome au sein d'une grande maison.
Entre souvenirs personnels et familial, anecdotes liées au service, rencontres avec des personnes influentes ou soucis dans les rapports avec les autres domestiques, Mr Stevens nous fait pénétrer son univers, ses pensées, ses failles, mais nous montre aussi sa force, sa dignité et laisse finalement apercevoir un homme derrière le majordome.
Une lecture magnifique, à la fois classique et surannée mais très touchante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13315
Merik
  01 septembre 2018
Suivre un majordome anglais dans ses pensées aveuglées de dévouement envers Sa Seigneurie, prêt à disserter sur la dignité en coupant les poils qui dépassent en quatre (dans le sens de la longueur de préférence), j'aurais jamais cru que ce sujet aurait pu autant me passionner. Et pourtant, quel livre. Difficile de mettre en avant un point fort il me semble, à ce niveau cela ressemble à un petit miracle d'alchimie entre ton, style, narration et consorts. Il doit y avoir des mots pour ça, un peu galvaudé comme chef d'oeuvre, des expressions convenues comme quoi je n'en serai pas sorti indemne. Bon moi ça va, juste un début de p'tit rhume à la fin.
Mr Stevens, par contre, ne semble pas en être sorti indemne, de sa longue plongée rétrospective initiée par la traversée en Ford d'une Grande Bretagne dont on apprendra pourquoi elle est grande (si vous ne le savez pas déjà), pour retrouver des années après son ancienne intendante Miss Kenton, avec qui les interactions étaient si nombreuses, parfois vives et piquantes. Hystériques presque pourrait-on dire, surtout à l'aune de l'univers de réserve feutrée imposée par la servitude dévouée. Un Mr Stevens mis en avant par son rôle de narrateur aveugle, dont l'existence a été formatée à se mettre derrière. Derrière Sa Seigneurie, derrière sa propre vie. L'effet de mise au premier plan est ensorcelant (et oui un majordome ça pense énormément), il est difficile de quitter ce page turner introspectif à l'élégance so british, à l'émotion latente derrière la vitrine lustrée, émotion qui monte qui monte, lente et inévitable. Un superbe roman de 1989, qui ne manque pas en plus d'ancrer la petite histoire dans la grande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1087
latina
  21 janvier 2018
Fichtre ! Voilà que je vais devoir prendre congé d'un authentique gentleman, rempli de dignité et peu apte au badinage, majordome d'une grande maison anglaise puis vendu « avec le lot » à un Américain s'installant en Grande-Bretagne...
J'ai nommé Mr Stevens, serviteur en tout point maitre de lui, dans tous les cas de figure, même les plus inattendus, même les plus graves, même les plus émouvants.
Ce cher Monsieur Stevens m'a totalement bluffée dès le début de sa narration, qu'il entame en 1956 lors d'un trajet effectué dans l'automobile prêtée par son maitre pour quelques jours de congé.
Il se rend à la rencontre de l'ancienne Miss Kenton, ex-intendante dans le même domaine que lui dans les années 20 et 30, et pour cela doit traverser l'Angleterre.
Sa vision des paysages verdoyants l'inspire et le révèle à lui-même, comme si ceux-ci étaient véritablement le reflet de sa propre intériorité : « C'est justement l'absence de tout caractère dramatique ou spectaculaire qui est le trait distinctif de la beauté de notre terre anglaise. Ce qui compte, c'est le calme de cette beauté, cette retenue. C'est comme si la terre connaissait sa propre beauté, sa propre grandeur, et n'éprouvait aucun besoin de les clamer ».
Car l'absence d'exclamation, l'absence d'effusion, le manque total de spontanéité caractérisent Mr Stevens. Une politesse extrême l'a modelé, ainsi qu'une loyauté à toute épreuve à l'égard de ses maîtres, en particulier de Lord Darlington, expert (ou se voulant expert) dans la politique internationale, qu'il a servi pendant plusieurs dizaines d'années. Une vie entière au service d'un maitre qu'il respecte et révère.
Dignité, maitrise de soi...Ce cher Monsieur Stevens m'a bluffée, oui, dans le sens où mon idée du majordome anglais s'est incarnée en lui d'une façon sublime, quoique discutable à plusieurs reprises.
Discutables. Ceci concerne sa relation avec son père, mais aussi et surtout avec Miss Kenton, dont je ne vous révèlerai rien. Je peux juste vous dire qu'il y aura des larmes refoulées et de la colère à peine montrée.
Une prose distillée avec componction, tout à l'opposé du badinage, mais paradoxalement éclatante dans sa simplicité et où j'ai éclaté de rire à plusieurs reprises, m'a emmenée dans cette sphère à la fois éloignée de mon monde et pourtant très proche puisqu'il s'agit de l'Homme et sa quête d'idéal.
J'ai adoré suivre Mr Stevens dans sa pérégrination laborieuse (plusieurs pannes, plusieurs conversations difficiles avec des autochtones) et dans ses souvenirs, à tel point que je peux qualifier ma lecture d'exceptionnelle. Mr Stevens est un gentleman mais Mr Stevens m'a lestement bousculée !
« le seul fait de s'éloigner en partant en voyage amène à adopter un point de vue nouveau et surprenant sur des sujets qu'on croyait avoir explorés depuis longtemps de fond en comble ».
Effectivement.
Le problème, c'est de pouvoir adapter son comportement à cette remise en question.
Ce cher Monsieur Stevens en sera-t-il capable ?
Le badinage, finalement, n'est pas « un centre d'intérêt si stupide, c'est peut-être la clé de la chaleur humaine »..., n'est-ce pas Monsieur Stevens ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9620
Sylviegeo
  22 janvier 2019
Remarquable. Une écriture tout en finesse, une syntaxe parfaite, clarté, limpidité et un charme totalement maîtrisé. Discret comme son auteur, le majordome de "Les vestiges du jour" se livre au soir de sa carrière plus que de sa vie je dirais. N'est-ce pas un magistral tour de force que de pouvoir, sur plus de 200 pages, intéresser le lecteur aux réflexions d'un majordome qui revient sur ses années de service et sur son quotidien de domestique d'un aristocrate ? Il faut dire que Mr Stevens, le majordome, a servi chez un grand ! Un lord qui entre deux guerres recevait le "grand monde" chez lui dans son domaine de Darlington Hall tel Herr Ribbentrop, Chamberlain, Lord Halifax pour ne mommer que ceux là. Kazuao Ishiguro a su distiller de précieuses et très intéressantes informations sur cette société britannique de l'entre deux guerres. Ces édiles politiques, cette aristocratie qui ont flirté avec le nazisme, cet ennemi connu. L'auteur a su par le biais de l'instrospection de ce majordome sans trop d'états d'âme, nous servir un juste portrait du véritable climat social de cette période des années 1920-1930. Mr. Stevens nous livre ses devoirs de serviteurs, son dévouement, sa compréhension de la dignité et de la loyauté toujours teinté de ce flegme tout britannique, sans conviction ou plutôt sans opinion. Il ne faut pas passer outre cette lecture ne serait-ce que pour la beauté des mots, leur éloquence, leur grâce et leur joliesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          975
HORUSFONCK
  22 janvier 2021
C'est avant le lever du jour que j'ai, ce gris matin, achevé à regret la lecture de Les vestiges du jour.
J'ai lu un très grand roman, fort minutieusement écrit et traduit. Un de ces livres qui dissèquent la personnalité et l'âme d'un personnage.
J'ai apprécié, avec le chef d'oeuvre de Kazuo Ishiguro, un travail d'orfèvre en littérature. Un ouvrage délicat d'aiguille, sur un canevas aux couleurs d'une époque révolue.
Fils de majordome et majordome lui-même, Mr Stevens habite son costume et vit son rôle qu'il refuse de seulement "jouer". Il est fidèle au maître qu'il a choisi et chez qui il dit atteindre le sommet et la plénitude de son métier de majordome. Cette dignité, cette perfection quotidienne au service d'un lord pourrait sembler pathétique, quand elle dénote d'une conscience professionnelle surélevée et d'une abnégation quasi-constante du serviteur.
Et Mr Stevens, narrateur de ces vestiges du jour, de dérouler ses souvenirs du Darlington Hall d'avant… du temps où Miss Kenton était l'intendante de la demeure ; à l'époque pendant laquelle s'y déroulaient de grandes réceptions et d'importantes réunions.
…Puisque Mr Stevens, pendant quelques jours, va prendre de vraies vacances à travers le sud de l'Angleterre au volant de la Ford obligeamment prêtée par Mr Farraday, le nouveau maître de Darlington Hall.
Vacances que le majordome mettra à profit pour revoir Miss Kenton, devenue Mrs Benn, avec qui il est resté en contact épistolaire.
De ce livre magnifique, émane une douce atmosphère des choses passées et compassées. Il s'en dégage aussi l'imperceptible amertume de la souvenance des occasions perdues ou manquées. le regret, aussi, de s'être parfois leurré.
Et il m'a particulièrement touché de voir ce strict majordome entamer une réflexion sur l'art, inattendu, du badinage auquel il s'essaie sans trop de succès… de le voir aussi confronté aux autres, loin du microcosme de Darlington Hall.
Voilà.
Le livre mérite, à mes yeux, sa constellation d'étoiles comme le film de James Ivory vu déjà voici longtemps. Et j'envie déjà ceux qui n'ont pas encore lu Les vestiges du jour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          879

Citations et extraits (95) Voir plus Ajouter une citation
PolomarcoPolomarco   16 mai 2021
(...) Le paysage anglais dans son excellence -tel que j'ai pu le voir ce matin- possède une qualité qui manque inévitablement aux paysages des autres nations, si spectaculaire que soit leur apparence. C'est, je crois, une qualité qui fait du paysage anglais, aux yeux de tout observateur objectif, le plus profondément satisfaisant du monde, et la meilleure définition que l'on puisse donner de cette qualité est sans doute le terme de "grandeur". Car en vérité, lorsque ce matin, debout sur la crête, j'ai regardé le pays qui s'étalait sous mes yeux, j'ai éprouvé distinctement cette impression rare mais impossible à confondre avec une autre : la sensation d'être en présence de la grandeur. Nous nommons Grande-Bretagne cette terre qui est la nôtre, et il se peut que d'aucuns y voient un manque de modestie. Mais j'oserai avancer que son paysage justifierait à lui seul l'emploi de cet adjectif imposant.
Mais qu'est-ce que précisément que cette "grandeur" ? En quoi, au juste, réside-t-elle ? Je suis conscient qu'il faudrait une intelligence bien supérieure à la mienne pour répondre à pareille question, mais si j'étais forcé d'émettre une hypothèse, je dirais que c'est justement l'absence de tout caractère dramatique ou spectaculaire qui est le trait distinctif de la beauté de notre terre (Prologue - page 37).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SylSyl   09 mai 2013
"En verrouillant la porte, je remarquai que Miss Kenton était toujours là à m’attendre, et je lui dis :
– J’espère que vous avez passé une bonne soirée, Miss Kenton.
– Oui, je vous remercie, Mr. Stevens.
– J’en suis ravi.
Derrière moi, le bruit des pas de Miss Kenton s’arrêta brusquement, et je l’entendis dire :
– Ne vous intéressez-vous absolument pas à ce qui s’est passé ce soir entre ma connaissance et moi, Mr. Stevens ?
– Je ne veux pas me montrer grossier, Miss Kenton, mais vraiment, je dois remonter sans attendre. C’est que les événements d’une importance mondiale ont lieu dans cette maison en ce moment même.
– Comme d’habitude, n’est-ce pas, Mr. Stevens ? Très bien ; si vous devez partir en courant, je vous dirai simplement que j’ai accepté l’offre de ma connaissance.
– Je vous demande pardon, Miss Kenton ?
– Sa demande en mariage.
– Ah oui, Miss Kenton ? Dans ce cas, permettez-moi de vous présenter mes félicitations.
– Merci, Mr. Stevens. Bien sûr, j’effectuerai volontiers mon préavis…
– Je ferai de mon mieux pour assurer votre remplacement le plus tôt possible, Miss Kenton. Et maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je dois retourner là-haut…
– Mr. Stevens.
Je me retournais à nouveau. Elle n’avait pas bougé…
… Ce fut donc quelques minutes à peine après ma brève rencontre avec Miss Kenton que je me retrouvai de nouveau dans le couloir… En arrivant près de la porte de Miss Kenton, je vis à la lumière qui filtrait tout autour qu’elle était toujours là. Et c’est ce moment-là, j’en suis maintenant sûr, qui est resté gravé de façon si durable dans ma mémoire, ce moment où je me suis arrêté dans la pénombre du couloir, le plateau dans les mains, une conviction de plus en plus forte se faisant jour en moi : à quelques mètres de là, de l’autre côté de la porte, Miss Kenton pleurait."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gwen21Gwen21   15 janvier 2017
- Pardonnez ma curiosité, monsieur, demanda Mr. Andrews, mais quelle sorte d'homme est Mr. Eden ? Je veux dire, au niveau personnel. J'ai toujours eu l'impression que c'était un chic type. Le genre à parler volontiers avec n'importe qui, haut placé ou humble, riche ou pauvre. Est-ce que j'ai raison, monsieur ?
- Dans l'ensemble, à mon avis, c'est une description exacte. Cela dit, je n'ai pas vu Mr. Eden depuis des années, et il se peut que les charges qu'il a dû assumer l'aient beaucoup changé. J'ai constaté que la vie publique pouvait changer les gens en quelques années au point de les rendre méconnaissables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
SAINT-JAMESSAINT-JAMES   11 mai 2016
Montrez-moi le volume que vous tenez, je vous en prie, Mr. Stevens, dit Miss Kenton tout en continuant d’avancer, et je vous laisserai aux plaisirs de votre lecture. Qu’est-ce que vous pouvez donc bien vouloir ainsi dissimuler ?
─ Miss Kenton, que vous découvriez ou non le titre de ce volume, cela n’a pour moi pas la moindre importance. Mais sur le plan des principes, je proteste contre votre intrusion dans ma vie privée.
─ Je me demande… est-ce un volume parfaitement respectable, Mr. Stevens, ou avez-vous entrepris de me protéger de ses effets répréhensibles ?
Elle arriva alors jusqu’à moi, et tout à coup, l’atmosphère se modifia singulièrement ─ presque comme si nous avions, tous les deux, été projetés subitement jusqu’à un mode d’existence radicalement autre. Je crains qu’il ne soit difficile de décrire clairement ce que j’entends par là. Tout ce que je peux dire, c’est qu’autour de nous, tout s’immobilisa subitement ; il me sembla que l’attitude de Miss Kenton se modifiait aussi, et tout aussi rapidement ; son expression était empreinte d’une gravité étrange, et j’eus l’impression qu’elle aussi avait peur.
« Je vous en prie, Mr. Stevens, laissez-moi voir votre livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GuylaineGuylaine   03 décembre 2017
Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume : il ne laissera ni des malfaiteurs ni les circonstances le lui arracher sous les yeux du public ; il s'en défera au moment où il désirera le faire, et uniquement à ce moment, c'est-à-dire, invariablement, lorsqu'il se trouvera entièrement seul. C'est, je l'ai déjà dit, une question de "dignité".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Kazuo Ishiguro (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kazuo Ishiguro
La librairie a présenté son "coup de coeur" dans le cadre de l'émission de RTL "Les Livres ont la Parole" le 12 avril 2015. Gaëtane a évoqué "Le Géant Enfoui" de Kazuo Ishiguro.
autres livres classés : domestiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
819 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..