AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226326154
Éditeur : Albin Michel (04/05/2016)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Venise, automne 1732. Les uns après les autres, des acteurs de la Commedia dell'arte disparaissent en pleine représentation.

Pour Zorzi Baffo, le chef de la police criminelle, ce nouveau mystère pourrait être lié au destin tragique d'une jeune comédienne de passage dans la ville. Egaré dans les arcanes des scènes et des coulisses vénitiennes, l'enquêteur fait appel à Carlo Goldoni, dramaturge en pleine gloire, qui fut autrefois son adjoint à la chanc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Fantine
  15 mai 2016
Une sombre histoire de vengeance dans la Venise de Goldoni.
Comme toutes les enquêtes ficelées à souhait, celle-ci se lit d'une seule traite tout en distillant les indices petit à petit afin de découvrir le nom dans les toutes dernières pages ainsi que le motif qui l'ont poussé à commettre cet acte.
C'est aussi l'occasion de se balader dans le dédale des ruelles de la Venise décadente du XVIIIe siècle, et, de découvrir le travail du dramaturge Carlo Goldoni.
Au fil des pages, c'est le tout petit monde du théâtre qui est ainsi mis à l'honneur avec ses travers, ses codes, et, surtout à course au cachet, si l'on veut survivre.
Il s'agit de la troisième enquête mettant en scène Goldoni, et, son comparse, le sulfureux poète Zorzi. Ce dernier donne l'impression d'être un "monstre" impitoyable", mais au final, il se révélera être un "monstre" au coeur tendre tout en imposant ses conditions.

Goldoni, tout en étant admiratif devant les méthode d'enquêteur de Zorzi, et, tout en étant un "génial" auteur de théâtre est, et, restera, par certains aspects ainsi que devant des faits et gestes de Zorzi coulant de sources, un personnage naïf.
Comme les deux précédents titres (La Septième nuit de Venise ; Noire Belladone), cela se lit - je dirais même mieux, cela se dévore - à la vitesse TGV, tellement on est pris par l'intrigue, les personnages ainsi que le contexte, le lieu, et, c'est avec beaucoup de regrets que l'on referme le bouquin.
Enfin bref, une excellente série que l'on découvre au fur et à mesure de la parution des titres, et, dans laquelle, on plonge avec bonheur, voire avec délice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
tiri_noiret
  11 octobre 2017
J'avoue dès qu'il s'agit de Venise, je craque. Faiblesse romantique je suppose. donc Maugenest sait me prendre par les sentiments avec les enquêtes de Goldoni.
Bien que mieux charpentée que la Septième Nuit, l'intrigue de ce roman-ci est attirante mais brasse moins de thèmes fondamentaux de notre Histoire (avec un grand H). On y retrouve par contre quelques belles réflexions sur le monde du théâtre du XVIIème siècle et la composition des pièces de Goldoni.
Commenter  J’apprécie          70
Biancabiblio
  08 août 2016
Automne 1732, Luca Grisotti, un plumitif vénitien, est le traducteur attitré de Voltaire mais aussi le confidente de Zorzi Baffo, le chef de la police criminelle de la Sérénissime. L'écrivain lui apprend que le marquis Brighelli a été enlevé.
Baffo s'étonne qu'il n'ait pas eu vent de l'enlèvement d'un marquis et rejoint ses hommes afin d'en avoir le coeur net. En interrogeant ses confidente, il se rend compte que le Brighelli en question est un rôle et l'homme enlevé, son interprête.
Le lendemain, un autre acteur de la Comedia dell'arte se volatilise. Ses deux crimes ne sont pas revendiqués et aucune rançon demandée aux théâtres concernés. Pourquoi s'en prendre à ses comédiens ? D'autant que le coupable prévient Baffo qu'un troisième comédien va subir le même sort.
Pendant ce temps-là, à Pise, Carlo Goldoni, peaufine sa toute dernière pièce : le tricheur, après avoir été victime d'un tricheur justement et d'une bastonnade. Il regagne sa chère Venise et retrouve son ancien chef, Zorzi Baffo qui lui demande une fois de plus son aide.
Troisième volet des enquêtes de Goldoni, La cité des loges, fut pour moi un vrai bonheur de lecture et je compte bien me procurer les deux premiers opus très vite. Il faut dire que ce genre de roman a tout pour me plaire : un policier historique qui a pour cadre Venise au 18è siècle avec, cerise sur le gâteau, Carlo Goldoni, l'un de mes auteurs dramatiques préférés, que demander de plus ?
Goldoni est auteur que j'ai beaucoup pratiqué, j'ai lu ses mémoires et un très grand nombre de ses pièces. Ce précurseur, c'est lui qui fait abandonner ses masques aux comédiens vénitiens, fait partie de mon panthéon littéraire et j'ai été ravie de le retrouver ici.
Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 juillet 2017
– Pourquoi ? Publier des romans est-il si différent que faire jouer des comédies ?
– Contrairement à la littérature, le fiasco ou le triomphe sont immédiats au théâtre. Dans une heure, nous serons applaudis ou hués. Encensés ou conspués. Et c’est très bien ainsi. Jamais je n’aurais eu la patience d’attendre le succès ou l’échec d’un livre pendant des mois ou des années.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 juillet 2017
Vous savez comme moi que la République de Venise est la plus hypocrite qui soit en Europe. La débauche est ici répandue plus que nulle part ailleurs, mais les hommes au pouvoir feignent de l’ignorer. Chacun y trouvant d’ailleurs son content. La plupart des sénateurs et des inquisiteurs d’État mènent comme moi une vie dissolue, leurs mœurs sont corrompues, mais nul ne s’en vante ouvertement. Toutefois, dès lors que le libertinage s’affiche dans les arts ou les belles lettres, il est aussitôt passible du cachot et…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 juillet 2017
Je me fous des directives, des arrêtés et des règlements qui changent chaque semaine. Je n’ai nul besoin de loi pour savoir que le meurtre, la torture, l’enlèvement sont interdits. Tout comme le viol. Est-il d’ailleurs un plus grand crime que celui de prendre une femme par la force, alors qu’il est si beau de la séduire, de la charmer, de la voir s’abandonner à l’amour en riant ou en écoutant un poème, un conte… Allons, concentrons-nous sur les faits importants, tout le reste m’ennuie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 juillet 2017
Mes idées ne germent pas dans ma tête. Pas plus qu’elles ne tombent du ciel. Elles fermentent dans les parties les plus intimes de mon corps, puis elles se chargent de désirs, de passions, alors seulement, elles infusent jusqu’à l’esprit.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 juillet 2017
Je n’ai pas quitté mon poste un seul instant. On me paie pour cela et nul ne s’est jamais plaint de mon travail. Chaque soir, des spectateurs essaient de s’introduire dans les coulisses. Certains pour parler aux comédiennes, d’autres pour en découdre : la plupart du temps, ils sont envoyés par des patriciens, des banquiers ou que sais-je encore, bref, des hommes qui se sont reconnus dans l’un des personnages tournés en ridicule sur la scène et qui…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Thierry Maugenest (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Maugenest
Payot - Marque Page - Thierry Maugenest - L'odyssée d'Amos
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Venise.net" de Thierry Maugenest.

Comment Alexandro Baldi et le professeur Jeffers correspondent-ils ?

par lettres
par mails
par téléphone

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Venise.net de Thierry MaugenestCréer un quiz sur ce livre