AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782377221097
234 pages
Jigal (23/09/2020)
4.06/5   9 notes
Résumé :
Le commissaire Stavros Nikopolidis est un électron libre et désabusé, charmeur invétéré, amateur d'ouzo et de rebetiko, au caractère bien trempé et à l'instinct aiguisé. A peine remis de la traque de son ennemi intime, il se retrouve, sur ordre de sa hiérarchie et de Bruxelles, à devoir collaborer avec les Turcs - ennemis jurés des Grecs depuis toujours - en vue d'interpeller en mer Egée un terroriste embarqué dans une caravane de migrants à destination de l'Europe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  30 octobre 2020
Les éditions Jigal publient un des auteurs de polars français les plus originaux et talentueux, Maurice Gouiran, et sont souvent l'occasion de faire de belles découvertes (Janis Otsiemi, Pierre Pouchairet, Gérard Lecas...). Aussi lorsque ce Stavros contre Goliath de Sophia Mavroudis a été proposé lors d'une opération Masse critique, je n'ai pas hésité à candidater.
Stravros contre Goliath est le deuxième tome d'une série conçue autour d'un commissaire grec un peu désabusé, entouré d'une équipe de fortes personnalités. Les personnages ont du être longuement présenté durant le premier tome, car dans ce deuxième roman, les liens entre eux sont sous-entendus et l'auteure se contente de renvois en note de bas de page.
Dans ce tome, l'équipe de Stavros est chargée d'intercepter un terroriste islamique qui s'est mêlé à un navire de migrants partis de côte turque vers une île grecque. L'opération rate. le terroriste s'enfuit quelque part dans la nature, peut-être dans un camp de migrants proche d'Athènes, dans l'attente de poursuivre son voyage vers les pays d'Europe de l'Ouest. Face à cet échec, le chef de Stavros accepte d'associer à l'enquête un officier turc, vieille connaissance de Dora l'équipière de Stavros. La tension monte entre policiers grecs et intervenants étrangers.
L'intrigue se limite à ce que je viens de résumer, sans gros développements. Lorsque Stavros est bloqué dans son enquête, la situation se dénoue miraculeusement grâce aux découvertes de son spécialiste informatique... Pas vraiment d'intrigue, pas de construction d'enquête à proprement parler.
Sophia Mavroudis préfère insister sur la gastronomie grecque, les réactions caractérielles de ses héros, et le sens de l'hospitalité grec, confronté à l'arrivée massive de migrants pris en charge pour le compte de l'Europe, sans que l'Union ne mette les moyens qui s'imposeraient pour traiter dignement les émigrés.
La forme est franchement décevante. La scène d'ouverture avec l'interception en mer du bateau des migrants est bâclée. de manière générale, Mavroudis s'abstient de toute description détaillée des lieux (oubliez toute idée de visite d'Athènes, et les camps de migrants ne sont, selon elle, que des assemblements de tentes). Sur le sujet sensible des migrants, ce livre montre bien la position inconfortable des Grecs, en première ligne par rapport à l'Europe, mais démunis au quotidien. Par contre, on ne sent pas beaucoup de réalisme dans le traitement des migrants eux-mêmes. On est loin du quasi-reportage qu'est d'Entre deux mondes d'Olivier Norek. Les pages s'enchaînent de façon décousue. Mavroudis tient à placer très régulièrement des expressions grecques et des chansons populaires, en version originale, avec renvoi en bas de page pour la traduction. Procédé assez insupportable (la traduction suivant immédiatement la citation serait beaucoup plus digeste). A l'arrivée, l'ouvrage laisse l'impression d'un empilement de notes sur la Grèce contemporaine, placées à l'arraché dans un contexte de roman policier. Tout cela est un peu lourd. Un peu comme un excès de moussaka...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cavistelecteur
  13 novembre 2020
J'attendais avec assez d'impatience la sortie du deuxième tome des aventures du commissaire Nikopolidis STAVROS. Il n'est jamais facile d'enchaîner et après un premier opus fort réussi, je peux vous dire que l'essai est largement transformé et même plus. Sophia Mavroudis marche ici avec talent sur les traces d'un maître du genre, grand observateur de la société grecque, j'ai nommé Petros Markaris.
Elle nous immerge dans la Grèce actuelle sans aucune complaisance, mais avec un regard juste et affuté sur les maux qui la secouent, la divisent, la martyrisent. Ce n'est pas celle touristique des eaux cristallines et plages de sables fins, c'est celle d'un pays vivant en sortie de crise, moribond, épuisé et rincé !
Sophia Mavroudis c'est la Grèce chevillée au corps jusqu'au plus profond de son âme et de ses racines. Cette histoire sur fond de géopolitique, d'exode migratoire, et de terrorisme, donne l'occasion à notre auteure de pointer du doigt un système européen à l'agonie où l'on a mis la charrue avant les boeufs.
Stavros amateur d'ouzo et de victuailles typiques finement cuisinées est accompagné dans son enquête par une équipe bien hétéroclite. Il y a toujours Dora, fidèle adjointe 100% dévouée, boule de nerf toujours prête à exploser, Glykas, un gros bras sympathisant de L'Aube Dorée et aimant casser de l'étranger, et Zervénis, l'homme de l'ombre, calme et malin comme un singe. Ajoutez Eugène, le geek à qui aucun système informatique ne résiste, et un supérieur du nom de Livanos, coincé entre la bureaucratie européenne, les obligations de résultats, et la gestion des ressources plutôt limitées.
Tout ce joli monde va devoir collaborer avec l'ennemi turc de toujours sur ordre de Bruxelles en vue d'appréhender un dangereux terroriste.
Plume acérée et débordante d'humanité par moment et de mélancolie parfois, ce scénario habile nous livre quelques scènes incroyables comme le dialogue de sourd entre Stavros le grec et Cengiz le turc. Et que dire de la description de misère et de violence délivrée par l'écrivaine lorsqu'elle nous fait pénétrer de plein pied dans les camps de migrants. Ce pays magnifique est à bout de souffle et submergé par l'arrivée massive des populations en fuite. La mer Egée est un carrefour dangereux où se croisent toutes sortes d'individus et de trafics. Comble de l'ironie, l'Europe de Bruxelles, après avoir étouffé le peuple grec, laisse les autorités du pays se démerder avec les moyens du bord. C'est un constat sans appel et criant de vérité que seul quelqu'un comme Sophia Mavroudis pouvait délivrer. Elle le fait avec empathie mais aussi avec force et conviction. C'est profond, noir, et elle nous emmène dans ce grand tourbillon que personne ne sait comment aborder ou résoudre.
De la Turquie aux îles grecques, c'est une course endiablée et hardie qui va semer son lot de turpitudes et de cadavres. Stavros et son flair légendaire, bien épaulé malgré tout par ses coéquipiers arrivera à tirer son épingle du jeu malgré une multitude d'obstacles et de leurres. La romancière en profite pour nous faire découvrir la cuisine grecque, ses vins, ses chanteurs, et ses citations ; bref tout ce qui fait de ce pays, une contrée particulièrement riche et attachante que l'on aime fréquenter. Sans oublier la légendaire fierté des habitants qui restent dignes même dans la plus infâme des tourmentes.
La deuxième enquête de Stavros est un total régal et bien plus que ça. J'ai retrouvé avec plaisir cette Grèce ou je n'ai pas pu me rendre cette année à cause du Covid, mais j'ai découvert d'autres facettes de ce pays et j'ai compris bien des choses grâce à l'exposé de l'auteure.
Bravo pour cette expertise sous forme de roman noir, je vais attendre la suite annoncée (3 autres romans à venir) avec un énorme plaisir.

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cassiopee42
  28 février 2021
Sophia Mavroudis est gréco-française, elle a grandi en Grèce. Elle est docteur en Sciences Politiques, spécialiste de géopolitique et des conflits en Europe et à sa périphérie. C'est sans aucun doute pour cela qu'elle parle si bien de la Grèce, de ses souffrances, de ses errances, des difficultés pour la politique européenne à gérer les migrants.
Cette fois-ci, la mission du commissaire Stavros et de son équipe est claire, c'est un ordre de Bruxelles. Il faut coincer un terroriste et l'arrêter avant qu'il fasse des dégâts. Sauf que pour l'attraper, il est nécessaire de collaborer avec les voisins turcs, les ennemis de toujours. En effet, l'homme en question s'est caché au milieu de migrants sur un bateau en pleine mer Égée.
Stavros n'aime pas qu'on lui donne des ordres, comme ça de loin, sans que ceux qui exigent n'aient conscience de la réalité du terrain. Mais il est bien obligé d'agir, aidé de sa coéquipière Dora. D'ailleurs cette dernière semble s'impliquer encore plus que d'habitude dans cette quête, pourquoi ? Il faut qu'il la garde à l'oeil car elle est impulsive. Quand elle a une idée en tête, elle fonce sans réfléchir aux conséquences. Il y a aussi le geek de l'équipe, Eugène et son drone, il voit tout ou presque mais il ne dit que ce qu'il veut. Quant à Glykas, un autre collègue, il n'est pas toujours très clair… pas facile de coopérer, de cohabiter et d'aller tous dans le même sens pour mener à bien la tâche qui leur a été confiée. D'autant plus que les relations avec les turcs ne sont pas cordiales et que certains font de la rétention d'informations.
Sous couvert de cette nouvelle enquête pour le policier, l'auteur présente la Grèce et ses habitants. Un pays meurtri, fatigué, exsangue, où beaucoup cherchent à donner du sens à leur vie tant ils ne se reconnaissant plus dans les actions et les choix des hommes politiques. On découvre les camps de migrants, les enfants malmenés, les conditions de vie précaires et horribles. Mais Sophia Mavroudis glisse ça et là des expressions typiques, un plat du coin, un poème, un jeu (le tavli) et cela sent bon le terroir, l'amour de ses racines. Cela donne un peu d'air aux propos. Non pas qu'on oublie la douleur des personnes dans les camps et les exactions qu'ils subissent mais ça remet un peu d'humanité au milieu de tout ça.
Stavros est comme son pays, il a enduré des choses terribles mais il s'est relevé. Dans ce livre il continue de lutter contre l'injustice, il essaie de garder la foi, de croire en d'autres possibles. C'est un homme à la fois hanté et aidé par son passé. Il se souvient de son enfance et les passages qu'ils évoquent en pensées sont d'une tendresse infinie.
Avec une écriture précise, incisive, ne cachant rien, l'auteur nous entraîne à la suite de Stavros et de son groupe. Elle nous confronte à la réalité et nous oblige à ouvrir les yeux. La Grèce, ce n'est pas que le soleil et le tourisme… Stavros et Dora ne lâcheront rien, jamais. Ils seront les résilients et par eux, des voix seront entendues, respectées. Bien sûr, parfois, ils flirtent avec la loi, dépassent les limites mais c'est à ce prix-là qu'ils peuvent avancer.
J'aime lire cet écrivain. Au-delà de l'intrigue, elle me bouleverse par l'approche très juste, très fine et surtout très courageuse et sans jugement qu'elle fait de la Grèce.

Lien : https://wcassiopee.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YvPol
  22 octobre 2020
Stavros et son équipe sont des flics hors contrôle. Lui, électron libre désabusé, aimant la bonne chère, les bons vins -la liste de ceux qu'il boit est en fin de volume, très tentante, je ne connais pas les vins grecs- et les alcools en général. Eugène, ex-hacker reconverti en adjoint qui n'hésite pas à renouer avec ses démons pour le bien de ses collègues. Dora, ex des forces spéciales au parcours douloureux, totalement incontrôlable sauf par Stavros. Glykas, partisan de l'aube dorée, part d'extrême droite, déteste les migrants. Zervenis, flic discret, silencieux et taciturne. Ils vont devoir trouver le terroriste qui fait le vide sur son passage et menace la Grèce d'un attentat. Dans un contexte particulier : le pays sort à peine d'une crise sans précédent qui l'a laissé affaibli et doit faire face à des arrivées nombreuses de migrants, étant aux portes et aux frontières de l'Union Européenne. Union qui laisse la Grèce se débrouiller seule, la sommant même de régler le problème. Des fois que des migrants viendraient jusque chez nous en nombre... La Grèce entre ses difficultés économiques, sa dette à payer et les conflits qui naissent fatalement d'une arrivée massive de réfugiés est une véritable pétaudière. Et la Turquie, en face, qui joue avec l'Europe, qui menace et marchande et c'est encore son plus proche voisin européen qui trinque.
Sophia Mavroudis écrit un roman dur, noir, très noir. Un polar qui va vite, totalement ancré dans une situation géopolitique tendue et explosive. Ses personnages sont eux-mêmes abimés et sentent que l'ambiance n'est pas au beau fixe. Ils doivent faire avec leurs petites ressources et avec le chapeautage de l'Europe très bureaucratique, qui juge sans apporter de moyens supplémentaires. Ça part parfois vite, c'est violent. Même entre les flics : Stavros a de plus en plus de mal à bosser avec Glykas, le facho qui ne se contente pas de proférer des propos haineux -ce qui est déjà insupportable. Aucun d'eux n'a de vie personnelle ressourçante. Chacun est nostalgique à sa manière de la Grèce antique ou ancienne, des traditions, des us et coutumes. C'est sans doute la raison pour laquelle, Stavros s'arrête souvent au restaurant et que l'autrice nous détaille les vins et mets qu'il déguste, une manière pour lui de garder racines (il m'invite quand il veut
Sophia Mavroudis n'omet ni n'amoindrit les défauts et côtés obscurs de ses personnages et du pays dans lequel ils vivent, elle n'en trace pas des portraits angéliques, loin s'en faut, et c'est cela qui donne à son roman une force et une crédibilité incroyables. J'avais aimé le tome 1, sobrement intitulé Stavros, j'ai davantage apprécié Stavros contre Goliath et trois autres sont promis.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lalitote
  17 octobre 2020
Qui de mieux que Sophia Mavroudis pour nous parler de la Grèce. C'est à travers Stavros Nikopolidis, son personnage principal, commissaire à Athènes que nous allons avoir une vision de la situation économique et politique de la Grèce. le thème de cette nouvelle enquête est l'immigration incessante que la Grèce doit gérer, seule ou presque. A quelques jours de l'incendie du camp de Moria, à Lesbos, la réalité rejoint la fiction. Son supérieur l'inspecteur Livanos va le charger d'une mission extrême. Mettre la main sur un terroriste en pleine mer Egée qui se dissimule parmi les migrants en partance pour l'Europe. Pour cela, ils vont devoir collaborer avec leur voisin Turc. Nous retrouvons toute l'équipe avec en tête Dora, qui a des raisons plus personnelles pour arrêter ce terroriste et sort parfois du cadre. Eugène, le jeune hacker toujours aussi talentueux et utile. Je n'oublis pas Matoula dont la présence est un repère essentiel pour Stavros. C'est un vrai plaisir que de se plonger dans les petits détails culinaires et musicaux proposés par l'auteure. Encore de nombreuses notes de traduction pour les expressions, les poèmes et les chants. Heureusement qu'il y a ce côté et la culture grecque parce que sinon on pourrait se laisser submerger par la désolation des camps, les trafics humains et la triste place des enfants. C'est un point de vue unique qui permet de mieux comprendre les enjeux de cette vague d'immigration sur un pays qui se relève à peine de la crise. Avec quelques rappels historiques non négligeables pour la compréhension. Tout cela enveloppé dans un polar captivant. Les rebondissements s'enchainent à un rythme soutenu, n'épargnant ni les personnages, ni le lecteur. J'ai aimé la dernière page clin d'oeil sous forme de liste, excellente idée. Bonne lecture et ευχαριστώ .
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
umezzuumezzu   31 octobre 2020
La solitude est rampante et silencieuse comme un reptile. Au début, elle est sournoise, imperceptible. Puis, l'habitude, la lassitude s'insinuent dans le quotidien. Elles altèrent nos comportements, érodent nos passions, modifient nos attentes. Les mots deviennent désuets, les reproches muets, le désir absent. Quand on prend conscience de l'éloignement, il est déjà trop tard.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Sophia Mavroudis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophia Mavroudis
JIGAL POLAR LES NOUVEAUTÉS Pierre Pouchairet, Nicolas Zeimet, Cédric Cham, Sophia Mavroudis.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






.. ..