AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070658169
240 pages
Gallimard Jeunesse (16/10/2014)
4.36/5   25 notes
Résumé :
Cambodge, avril 1975. Quand les soldats arrivent à Battambang, sa ville natale, Arn n'est qu'un gamin de 11 ans qui danse au son d'Elvis Presley et vend des glaces avec son frère. Arrivés au pouvoir, les Khmers rouges envoient tous les habitants du village en longues marches forcées vers des camps de travail. Séparé de sa famille, Arn travaille dans les rizières sous une chaleur accablante et rongé par la faim. Autour de lui, des enfants meurent d'épuisement, des ou... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 25 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

orbe
  23 décembre 2014
Arn nous raconte sa vraie histoire, celle d'un enfant ballotté dans le Cambodge des Khmers Rouge.

La faim, la peur, la maladie, l'horreur quotidien sont décrits avec des phrases brèves comme des coups de couteau.
Le pire est toujours l'obligation, pour espérer survivre, de perdre soi-même toute trace d'humanité.
Et pourtant, c'est la croyance en une chance incroyable qui permet au tout jeune garçon de se battre et de continuer à vivre.
Pour cela, il tente tout : apprendre la musique en cinq jours ou encore devenir champion de Volley en un rien de temps, il rend possible l'impossible tant son désir de vivre est fort.

Une trajectoire terrible qui dessine un chemin sinueux où paradoxalement c'est une forme de solidarité qui rend la vie tout juste supportable.

Un portrait fort et implacable à lire même si l'écriture hachée peut, au début de la lecture, être une gêne pour le lecteur. Elle est en définitive un signe d'authenticité pour nous faire entendre la voix de l'enfance maltraitée, torturée.
A entendre !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          206
Nikouette
  16 avril 2020
Ce récit est le témoignage d'Arn Chorn-Pond recueilli par l'auteur Patricia McCormick. A l'époque où les khmers rouges ont pris le pouvoir il était encore enfant et vivait dans la pauvreté avec sa tante, ainsi que ses frères et soeurs. le jour où les khmers rouges les ont forcés à quitter leur ville et à travailler dans les champs, la vie de tous les habitants a basculé dans l'horreur. Les plus aisés ont été supprimés ainsi que tous ceux qui résistaient ou étaient trop faibles, tous (même les enfants) ont dû se tuer au travail avec presque rien à manger, les familles ont été séparées, le temps de sommeil et la nourriture toujours réduits etc
L'auteur retranscrit un phrasé particulier, les phrases sont brèves, parfois tronquées, le rythme est haché. L'effet de style insistant sur l'oralité correspond bien au narrateur, ne maîtrisant sans doute pas bien l'anglais et retranscrit tel quel. Il a beaucoup de souvenirs de l'époque et ceux-ci sont vraiment glaçants. Malgré tout il les raconte avec un certain recul, il revient dessus et on sent qu'il n'a plus besoin de ne plus voir, de ne plus entendre et de ne plus rien ressentir pour rester en vie, d'être un « fantôme ». A l'époque il ne pensait qu'à survivre, la faim et la peur de mourir étaient omniprésentes. Il n'a malgré tout jamais perdu sa profonde humanité et elle s'exprime pleinement dans son récit. Il doit certainement sa survie en partie au fait d'avoir été engagé par les khmers rouges comme musicien et danseur, mais il a toujours essayé de prendre soin des autres, et il a résisté par de petits actes (néanmoins courageux).
Lorsque la guerre avec le Vietnam commence il s'engage dans l'armée khmer rouge, où il réussira à survivre miraculeusement. Il réussit enfin à rejoindre la Thaïlande, où il est recueilli dans un camp d'orphelins. Là il sera adopté par un riche américain engagé pour la cause du Cambodge. Arrivé aux Etats-Unis il a encore beaucoup de haine et de souffrance dans son coeur, comme un tigre, mais en parlant de ce qu'il a vécu il réussira petit à petit à guérir sa culpabilité et sa colère. Il réussira à vivre.
Le récit est éprouvant : la mort et la souffrance sont omniprésentes, les descriptions sont crues et le traitement infligé par les khmers rouges à la population est vraiment inhumain. Les épreuves qu'a dû traverser Arn sont terribles et il est incroyable qu'il ai réussit à survivre. La fin, plus rapide, montre bien qu'un homme, surtout un enfant, ne peut ressortir indemne de cette aventure là. Arn a eu de la chance, mais il s'est aussi montré intelligent et humain. Par la suite il s'est engagé, comme son père adoptif, pour le Cambodge en témoignant et à travers divers organismes, et c'est sans doute aussi cela qui l'a sauvé. le livre est à réserver aux plus âgés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Virgule-Magazine
  06 octobre 2016
Cambodge, avril 1975. Arn, 11 ans, est un petit garçon pauvre, et débrouillard. Pour gagner un peu d'argent, il chante devant le grand cinéma de la ville, ou bien vend des glaces. Au loin, dans la jungle, c'est la guerre. Un jour, des camions pleins de soldats arrivent en ville. Les soldats crient dans des mégaphones qu'ils sont les Khmers rouges, et que la population doit quitter la ville. Des milliers de gens se mettent en marche, conduits vers des camps de travail forcé, où les Khmers rouges font régner la terreur. Les familles sont séparées. Arn est envoyé dans un camp pour enfants, une rizière où il faut travailler de l'aube à la nuit. Beaucoup d'enfants meurent de faim et d'épuisement : « Ils tombent, ils ne se relèvent jamais. » Alors Arn ne pense plus qu'à survivre, et il se répète sans cesse la même chose : « ne tombe jamais. »
L'avis de Nils, 15 ans : Un des livres les plus poignants et forts que j'aie jamais lus, sûrement parce que c'est un roman biographique. L'auteure a parfaitement réussi à faire ressentir les émotions du jeune Arn subissant les horreurs commises par les armées rouges. 
L'avis de la rédaction : Pour faire ce livre, Patricia Mc Cormick a recueilli, lors de longues interviews, le témoignage d'Arn Chorn-Pond, rescapé d'un génocide qui a fait près de deux millions de morts. Et elle a su saisir et respecter cette voix, nous transmettant ainsi un récit à la fois terrible et bouleversant, profondément marquant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
vieuchamp
  17 mai 2019
Cette histoire vraie est terrible.
Elle retrace la vie d'Arn, jeune cambodgien plein de vie qui prend de plein fouet l'arrivée au pouvoir des Khmers rouges.
Tout le monde est enlevé, séquestré, condamné aux travaux forcés et pénibles, sans nourriture ou presque, luttant tous les jours, les heures, les minutes contre la mort presque inéluctable.
Arn, lui, réussit malgré tout à rester en vie, dans des conditions effroyables.
C'est ce récit que Patricia McCormick adapte ici en écrivant les paroles d'Arn.
Je n'ai pas adhéré à cette écriture, et pourtant le sujet est grave et mérite beaucoup d'attentions, mais je n'y suis pas vraiment arrivé.
Je vais donner une note un peu contraire à la majorité des lecteurs, non pas pour le sujet, mais par la narration.
Commenter  J’apprécie          60
mymybenji
  27 octobre 2015
Un récit cru, violent, viscéral et déstabilisant. La vie d'un enfant lors d'une guerre sauvage, d'une agressivité inouïe. Survivre et puis vivre, c'est ce que ce livre magistral nous martèle â chaque page.
Il mêne, de soi, à une réflexion profonde, sur nos valeurs et notre engagement envers autrui.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Ricochet   14 avril 2015
Très fin et attentif à son sujet sans tomber dans la compassion, cet ouvrage marque durablement les esprits à propos d'une période méconnue et d'un pays loin géographiquement.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   17 décembre 2014
"Faites ce qu'ils vous disent", elle chuchote. "Soyez comme l'herbe. Courbez-vous, bas, très bas, et encore plus bas. Le vent souffle dans un sens, vous penchez dans ce sens-là. Il souffle dans l'autre sens, vous aussi, vous changez de sens. C'est comme ça qu'on survit."
Commenter  J’apprécie          173
liradolirado   29 décembre 2014
Vous pensez que vous ne pourrez jamais vous habituer à une chose aussi triste, des enfants qui meurent, mais vous vous y habituez. Vous pensez que peut-être vous voulez mourir aussi, mais vous ne mourez pas. Vous n'êtes pas vivant. Et vous n'êtes pas mort. Vous êtes un mort vivant.
Commenter  J’apprécie          60
haykohayko   10 août 2019
" Maintenant, il se reveille . Pour la première fois une lueur dans ses yeux ."

"Maintenant je comprend. On est pas des vrai soldats . Juste des appâts ."

" Toi ! Elle dit encore .
C'est à moi quelle parle - moi , je suis un Khmer rouge.
Alors elle se met à pleurer.
S'il te plaît, elle dit .Tue-moi."

" Et finalement , le tigre dans mon coeur il s'allonge et il se repose "
Commenter  J’apprécie          30
Maude_MichMaude_Mich   05 janvier 2016
Soyez comme l'herbe . Courbez-vous ,bas ,très bas ,et encore plus bas. Le vent souffle d'un sens ,vous penchez dans ce sens-là . Il souffle dans l'autre sens, vous aussi ,vous changez de sens . C'est comme ça qu'on survit .
Commenter  J’apprécie          30
judiejudie   27 mai 2015
Un jour, j'entends un enfant demander où est sa sœur. Le Khmer rouge rit et dit qu'elle travaille toujours dans le champ de riz. "Mais maintenant, seulement comme engrais."
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : enfants soldatsVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus

Autres livres de Patricia Mccormick (1) Voir plus




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1069 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre