AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Balsamo (Éditeur scientifique)
ISBN : 2253067229
Éditeur : Le Livre de Poche (01/07/1995)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 588 notes)
Résumé :
L'auteur peint la Corse d'autrefois, ses mœurs antiques et farouches, ses vendettas implacables.
L’œuvre est dominée par l'inoubliable figure de Colomba, héroïne sauvage, gardienne des traditions. Dans la lutte à mort qui oppose les siens à une autre famille de l'île, son frère se laisserait peut-être adoucir. Mais elle est là qui veille, le presse, le harcèle, et... il faudra bien que vengeance s'accomplisse.

Orso della Rebbia, jeune lieutenan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  30 janvier 2019
Colomba (1840).
Un roman qui m'a toujours donné envie de visiter la Corse, tant la prose de Prosper Mérimée l'évoque à merveille. Ajoutons à cela une intrigue romanesque à souhait ; basée sur un fait réel. Et cette opposition entre deux femmes que tout oppose : Miss Lydia, sophistiquée, so british, hautaine, superficielle … Colomba, tellement méditerranéenne, enracinée dans son île et dans ses traditions …

Colomba est orpheline de père, un père qu'elle adorait. Il a été assassiné par une famille rivale.
Une chance : son frère, le lieutenant Orso della Rebbia, de la garde impériale en demi-solde après la défaite de Waterloo revient sur l'île ; une promesse de vengeance. Un souci : il a rencontré la si charmante Miss Lydia … Il est farouchement opposé à la vendetta, la forme corse de la vengeance pour l'honneur.
Sans doute, une des lectures imposées au collège qui m'aura le plus touché à la relecture, adulte : un style fluide, une histoire d'honneur ancrée dans la terre, une île…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
PhilippeCastellain
  19 janvier 2017
Je ne connais pas la Corse ni les Corses, mais j'ai toujours soupçonné Colomba d'être moins partial envers eux qu'envers les Anglais ! L'image qu'il donne de l'île est-elle caricaturale ? Sans doute un peu, mais l'histoire se base sur des faits réels. Romancés certes, mais même si la vrai Colomba avait cinquante ans et non vingt, il semble qu'elle ait bien été l'âme de la vendetta en question.
Ce petit roman si célèbre est novateur par bien des points. L'écriture de Mérimée est simple, colorée, vivante ; les descriptions précises et réalistes, se basant sur sa connaissance du pays. le héros n'est pas un aristocrate riche et ténébreux. Il n'est pas promis à un grand avenir, au contraire : c'est un « demi-solde », autrement dit un ancien soldat ayant montré sa fidélité à Napoléon, et pour cette raison mit en « pré retraite » par les Bourbons. Il ne peut espérer ni élévation sociale ni montée dans la hiérarchie.
Il ne vit pas dans un château mais dans une grosse ferme, mêlé aux paysans et au peuple, dont il porte le costume. La seule chose qui l'en distingue, c'est la noblesse de ses origines et de ses intentions. En cela il s'oppose également aux Barricini, parvenus ralliés aux Bourbons et se comportant sans honneur.
Mérimée est également l'un des premiers à se moquer du snobisme. En quelques petites phrases pleines d'ironie il ridiculise Miss Lydia, ses grands airs, ses efforts pour passer pour originale et ses fausses indifférences. Défauts qu'il juge superficiels du reste : elle révélera vite son bon fond.
Il l'oppose à Colomba, incarnation de la vengeance, de la beauté et du tempérament latin. Il souligne son courage, son sang-froid et sa présence d'esprit. Face au brave Orso transi d'amour, elle apparaît indubitablement comme « l'homme de la famille » : celui qui gère les affaires, prend ses responsabilités et veille au grain. du reste, ce sont les fonctions qu'elle a assumées seule avant que son frère ne revienne. Elle rappelle Napoléon s'exclamant au sujet de la princesse Marie-Thérèse « voici le seul homme de la famille des Bourbons ! »
Elle représente donc l'irruption dans la littérature d'une figure féminine forte, volontaire, ayant barre sur les événements. Pour la première fois ou pas loin, le féminisme sort des salons à la mode et s'incarne dans une femme du peuple. Nous sommes en 1840. Bien des changements sont à venir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
aouatef79
  02 juillet 2016
Cette nouvelle a pour cadre, l' île de la Corse, l' île de la Beau
-té .
Les principaux personnages sont :
-Colomba- Orso della Rebbia, frère de Colomba.
-L' avocat Barricini et ses deux enfants .
En 1839, l' auteur, Prosper Mérimée en tant qu' inspecteur
des monuments historiques visita la Corse et cours de ses
différentes pérégrinations dans l' île , il s' intéressa à l' archi-
tecture des maisons, aux habitants, leurs habitudes et leurs
moeurs . Ce récit de la vendetta lui est rapporté par les habitants de la région et il rencontra même Colomba mais
un peu vieillie car la vendetta s' était déroulée quelques années plutôt .
La vendetta est le thème de cette nouvelle .La jeune fille a
assisté à l' assassinat de son père par les Barricini. Tout le
monde savait qui est le meurtrier mais personne, n' osa le
dénoncé aux autorités.Colomba, étant une femme ne peut
recourir à la vendetta, seule. La vendetta est une tradition
bien enracinée, elle est tenace et personne n' y peut
échapper car il s' agit d' une " guerre privée" de vengean-
-ce entre familles qui se faisaient elles-mêmes justice sans
aucun procès.
La famille dont un membre avait été offensé se devait
d' exercer sa vengeance contre la famille de l' offenseur.
Colomba tenait à la vendetta et elle comptait sur son frère
Orso pour l' accomplir mais ce dernier, devenu officier de
marine et ayant vécu à Paris, ne veut plus de ces méthodes barbares. Maintenant, il a une autre conception
de la justice. Orso a fait la connaissance d' une jeune
Anglaise, miss Lydia et les jeunes s' aiment. Orso a
promis à Lydia de ne point accomplir de vendetta .
A son retour, il refuse de se venger. Colomba ne
néglige rien pour le faire changer d' avis. Parviendra-elle
à le convaincre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Neneve
  25 juin 2017
Je me suis laissé facilement porté par la plume fluide de Mérimée qui m'a fait voyagé jusqu'en Corse. Île de beauté, mais qui cache de bien sombres secrets. Ce petit bouquin mets en scène Colomba, fille endeuillée de son père qu'elle aimait, qui manipulera son cher frère Orso afin de le venger. J'ai d'autant plu été captivée par ce récit qu'il est, semble-t-il, basé sur une histoire vraie. Mérimée profite également de ce récit pour se moquer des gens snobs, notamment par le personnage de Miss Lydia, jeune anglaise faussement désabusée de tout, et qui est un tantinet énervante. Bref, un bon petit moment de lecture, qui se lit rapidement, facilement et avec intérêt.
Commenter  J’apprécie          262
rabanne
  29 décembre 2015
Un classique lu adolescente. Je l'avais trouvé bien écrit mais l'héroïne m'inspirant une certaine crainte et antipathie.
Colomba incarne la fierté, l'honneur et les traditions familiales de la Corse. Elle est dure et inflexible, ordonnant que la vendetta s'applique pour venger la mort de son père. Son frère Orso, lui, est par malheur tombé amoureux de la fille de la famille ennemie...
Cela aurait pu être une sorte de Roméo et Juliette transposé dans la Corse du XIXème siècle, où l'amour aurait été crucifié par le droit du sang et l'honneur d'un nom, mais le destin sera plus clément pour les amoureux.
Commenter  J’apprécie          254
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   02 juillet 2016
Au thé, le capitaine charma de nouveau miss Lydia par une
histoire de vendetta transversale ( c' est la vengeance que
l' on fait tomber sur un parent plus ou moins éloigné de
l' auteur de l' offense ), encore plus bizarre que la première,
et il acheva de l' enthousiasmer pour la Corse en lui décri-
-vant l' aspect étrange, sauvage du pays, le caractère origi-
-nal de ses habitants, leur hospitalité et leurs moeurs pri-
-mitives .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
genougenou   23 septembre 2013
Le médecin vient toutes les semaines, et il dit qu'il n'en a pas pour
longtemps.
- Ah ! il est condamné ? dit Colomba. Dans sa position, c'est un bonheur d'en finir.
- Vous devriez, mademoiselle, lui parler un peu corse ; cela le ragaillardirait peut-être d'entendre le langage de son pays.
- Il faut voir ", dit Colomba avec un sourire ironique.
Et elle s'approcha du vieillard jusqu'à ce que son ombre vînt lui ôter le soleil. Alors le pauvre idiot leva la tête et regarda fixement Colomba, qui le regardait de même, souriant toujours. Au bout d'un instant, le vieillard passa la main sur son front, et ferma les yeux comme pour échapper au regard de Colomba. Puis il les rouvrit, mais démesurément ; ses lèvres tremblaient ; il voulait étendre les mains ; mais, fasciné par Colomba, il demeurait cloué sur sa chaise, hors d'état de parler ou de se mouvoir.
Enfin de grosses larmes coulèrent de ses yeux, et quelques sanglots s'échappèrent de sa poitrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   16 mars 2014
- Tu t'es endormi plein de jours - au milieu de ta famille, - préparé à comparaître - devant le Tout-Puissant. - L'orpheline pleure son père, - surpris par de lâches assassins, - frappé par-derrière ; - son père dont le sang est rouge - sous l'amas de feuilles vertes. - Mais elle a recueilli son sang, - ce sang noble et innocent ;
Commenter  J’apprécie          110
popie21popie21   17 janvier 2018
L'adjoint ne quittait pas son écharpe ; mais, sauf les "archere" aux fenêtres des deux maisons ennemies, rien n'indiquait la guerre. Un Corse seul aurait remarqué que sur la place, autour du chêne vert, on ne voyait que des femmes.
Commenter  J’apprécie          140
lilimarylenelilimarylene   14 juin 2010
" Il me faut la main qui a tiré, l'oeil qui a visé, le coeur qui a pensé... "
Commenter  J’apprécie          360
Videos de Prosper Mérimée (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Prosper Mérimée
Payot - Marque Page - Prosper Mérimée - Carmen
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7600 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..