AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226450289
288 pages
Éditeur : Albin Michel (31/03/2021)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Sur les pentes abruptes du mont Kujira-yama, au milieu d'un immense jardin, se dresse une cabine téléphonique : le Téléphone du vent. Chaque année, des milliers de personnes décrochent le combiné pour confier au vent des messages à destination de leurs proches disparus.
En perdant sa mère et sa fille, emportées par le tsunami de 2011, Yui a perdu le sens de sa vie. C'est pour leur exprimer sa peine qu'elle se rend au mont Kujira-yama, où elle rencontre Takes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Lexx54000
  20 avril 2021
"Ce que nous confions au vent" est l'histoire d'une cabine téléphonique installée dans la préfecture d'Iwate au Japon, dans un jardin nommé Bell Gardia. C'est donc l'histoire d'un lieu, d'une humanité, de personnes qui osent prendre le combiné pour laisser des messages a leurs proches disparus.
C'est ainsi que Yui et Takeshi se rencontrent, apprennent à se connaitre, se rapproche grâce à cet endroit. A travers des visites mensuelles à Bell Gardia, ils parlent, se confient, se comprennent, créent des liens. Car il n'est pas toujours facile d'abandonner la douleur, pour se livrer et retrouver le bonheur.
L'endroit est précieux pour Yui, et il risque de disparaitre à cause d'un ouragan. Yui décide de défier les forces de la nature, au prix de sa propre vie. Elle découvrira alors que l'amour peut être un vrai miracle...
Laura Imai Messina livre un roman beau et délicat, dédié en parti aux victimes du tsunami du 11 mars 2011. Un roman extrêmement émouvant car chacun peut retrouver une partie de sa propre histoire à travers les pages de ce livre.
La plume de l'auteure est douce, subtile, poétique, qui tend vers la lumière du soleil levant, comme pour nous montrer une manière différente de gérer la souffrance de la perte, du chemin du deuil, avec délicatesse et respect.
Laura Imai Messina nous emmène dans un lieu réel et nous offre une parenthèse hors du temps, dans un monde fragile mais plein d'espoir. Une merveilleuse histoire de courage et de résilience qui touche au coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Emmas_books
  06 mai 2021
Yui a perdu sa fille de trois ans et sa mère lors du tsunami de 2011. Depuis, sans se l'avouer, elle survit plus qu'elle ne vit. Un jour, elle entend parler du Téléphone du Vent de Bell Guardia. Là, les gens y vont comme en pèlerinage pour décrocher ce combiné téléphonique qui n'est relié à rien d'autre qu'au vent. Ils parlent à leurs défunts en faisant confiance aux éléments pour leur transmettre leurs paroles. Yui veut s'y rendre sans pour autant trouver la force de prendre le téléphone. Elle fait la connaissance de Takeshi, un veuf, qui tente également l'expérience pour la premier fois. C'est là que débute une douce histoire d'amitié et d'amour.
Le roman s'inspire d'un lieu japonais bien réel dont la puissance qui semble s'en dégager est impressionnante. En tout cas, c'est ce qui ressort de ce livre. On trouve un jardin apaisant entretenu par M. Suzuki et sa femme. Ils sont passionnés, mais on surtout l'oreille attentive envers les visiteurs de leur sanctuaire. Les mots de l'autrice rendent un hommage bienveillant à ce lieu.

Côté histoire, on aborde le deuil, l'impuissance face à la fatalité, la reconstruction (qui va de paire avec le doute), mais aussi la famille, l'amitié... Et tout cela d'une manière très humble. C'est un roman qui fait du bien malgré la difficulté des thèmes abordés. Les mots sont merveilleusement bien choisis pour donner des chapitres courts et poétiques.
Les personnages sont profonds et on ne nous sert pas toute leur personnalité sur un plateau, non, on apprend à les découvrir avec une pudeur certaine. de celle que l'on retrouve toujours dans les récits japonais et qui me plait tant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
blackbookspolar
  11 avril 2021
Et voilà, pour la deuxième fois cette année, ma lecture se tourne vers le Japon. Ce que nous confions au vent est un roman fort, sincère et poétique. Un roman qu'on ouvre sans vraiment savoir à quoi s'attendre si ce n'est l'envie de prendre des vagues et des vagues d'émotions. Ce fût le cas, oh oui ce fût vraiment le cas, croyez-moi. Je n'avais encore jamais de livre qui met en avant des thèmes tel que le deuil, la douleur, l'amitié et l'amour. D'autant plus qu'avec cette histoire de Laura Imai Messina, il n'est pas question de roman à l'eau de rose gnan-gnan ou improbable. En fait il n'a rien à voir avec n'importe quel autre roman.
Vous allez entrer dans la vie de Yui, femme brisée, dévastée après avoir perdu sa petite fille et sa maman lors du Tsunami du 11 mars 2011. Comment guérir après un tel drame ? Comment vivre après cette tragédie ? Je n'ai pas la réponse mais l'auteure est là pour m'éclairer.
En plus de l'histoire personnelle de Yui, nous allons rencontrer de nombreuses personnes perdues, qui tentent, tant bien que mal de se relever après la perte d'un être cher. Ce roman est une ode aux sentiments, aux émotions, à l'amitié et l'amour. L'écriture est fluide, entière. Rien n'est édulcoré, c'est brut sans fioriture car c'est inutile. Les mots choisis parlent d'eux-même, il délivre un message universel. le deuil est personnel.
Cet endroit étonnant à Otsuchi, ce téléphone si particulier est une idée venue d'un japonais qui n'imaginait pas l'ampleur bienfaitrice qu'il allait prendre. Comme une thérapie, un soutient, une béquille, il suffit de décrocher le combiner pour dire à notre proche disparu ce qu'on a sur le coeur, car c'est de ça qu'il s'agit : ouvrir son coeur en espérant réussir à panser ses plaies. le vent porterait le message dans l'au-delà. C'est magique et ce qui m'a le plus touché c'est cet état d'esprit et ce partage de douleurs, d'histoires, d'anecdotes qui se créé autour de cet objet. le soutien, l'accompagnement, l'écoute sont si présents et de façon si authentique que c'est bouleversant.
La relation qui se construit page par page entre les personnages est le fil conducteur vers la résilience de chacun. Avec délicatesse, l'auteure nous ouvre les portes de leur chagrin, de leur peur, de leur espoir. Contrairement à ce qu'on peut imaginer, on ne voit pas les chapitres passer, tout s'enchaîne, le coeur serré, il m'a été impossible de laisser Yui, Takeshi, Hana, M. Suzuki et tous les autres. J'ai eu besoin de les accompagner, de ne pas les laisser seuls en fermant mon livre pour faire autre chose. J'ai été admirative, parfois un peu envieuse par cette capacité à croire à ces choses aussi spirituelles. Cette culture si éloignée de la mienne qui je trouve, est fascinante. L'approche qu'ils ont vis-à-vis de la mort ou de leurs défunts est réconfortante. Je ne peux pas vous dire qu'il me serait impossible d'aller moi-même décrocher ce téléphone pour y chuchoter les quelques mots qui partiront dans le vent rejoindre un être cher. Quand on lit le bien que cela fait, difficile d'être insensible.
Aucun rebondissement, ils sont inutiles. Juste des mots sur des maux. Une mélancolie écrite pour nous mener vers la paix, ou du moins quelque chose qui s'en approche. Les petits billets qui se glissent entre deux chapitres rendent l'histoire d'autant plus intime, plus confidentielle. Je me suis sentie privilégiée de connaître tous ces petits détails sur la vie de chacun.
En conclusion, vous l'aurez compris, Ce que nous confions au vent de Laura Imai Messina est un roman unique, bouleversant ( de part les émotions qu'il décrit et les témoignages des victimes du Tsunami). Il fait réfléchir, il donne de l'espoir, de la confiance en l'autre, il aide, dans un certain sens pour au moins un petit moment. On n'a pas envie de le refermer et pourtant il se lit vite, très vite.
Un grand merci aux Editions Albin Michel pour cet ouvrage magnifique qui m'a complétement sorti de ma zone de confort, de mes lectures habituelles bien qu'elles soient de plus en plus variées. C'est un livre à offrir, à s'offrir, à garder.
Lien : https://black-books.fr/2021/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LisezEnMoi
  23 avril 2021
Je ne connaissais pas l'auteure de ce roman.
Je me suis fiée à la quatrième de couverture qui me promettait un joli moment de lecture.
J'aime découvrir de nouveaux auteurs et me fier à mon instinct pour choisir des livres et c'est ce que j'ai fait avec celui-ci.
Il m'a poussée vers l'histoire de Yui qui a perdu sa mère et sa fille, emportées par le tsunami de 2011 au Japon.
Elle fait difficilement son deuil quand un des auditeurs de la radio pour laquelle elle travaille évoque le Téléphone du vent.
Situé au mont Kujira-yama, il permettrait aux vivants de confier au vent des messages à destination de leurs proches disparus.
Elle décide donc de s'y rendre et y fait la rencontre de Takeshi, également en deuil suite au décès de sa femme.
Yui se retrouvera incapable de parler dans le Téléphone du vent mais elle trouvera, en la personne de Takeshi, une personne avec qui partager et surmonter son deuil.
Le Téléphone du vent existe réellement et Laura Imai Messina s'en est inspiré pour écrire ce joli roman sur la résilience.
Elle nous dit, à la fin du roman : « [...] en écrivant ce livre, j'ai compris à quel point il était important de raconter l'espoir, que le devoir de la littérature est de suggérer de nouvelles façons d'être au monde, de relier l'ici-bas à l'au-delà ».
Je peux vous assurer qu'elle nous raconte très bien l'espoir.
Je me suis facilement laissée emporter par cette histoire emplie de douceur et d'amour.
La mort est un sujet difficile et pourtant, ici, le thème est abordé de façon à le rendre aussi léger qu'une brise d'été.
On s'imagine faire les trajets en voiture avec Yui et Takeshi, on se balade dans les jardins de Bell Guardia, on prend le thé avec Monsieur Suzuki, le jardin du Téléphone du vent, on écoute l'histoire de vie des personnes venues parler à leurs proches disparus.
La personnalité aussi discrète que forte des personnages fait qu'on s'attache à eux.
Chacun vient avec son vécu, avec ses douleurs, mais aucun ne baisse les bras et ne cesse de croire en l'avenir.
Ce roman nous rappelle que la vie nous impose parfois de la peine mais qu'il ne faut pas pour autant oublier les petits bonheurs qu'elle nous procure chaque jour.
Je l'ai beaucoup aimé et je pense qu'il touchera de nombreux coeurs comme il l'a fait avec le mien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tuica
  03 mai 2021
Ce livre est un hommage rendu aux victimes du tsunami de Fukushima. L'auteur nous fait découvrir un lieu de résilience absolue : le téléphone du vent situé sur les pentes du Kujira yama, installé par un japonais pour permettre aux personnes de parler à leurs chers disparus. Ces sujets lourds de la perte d un être cher, du deuil, de la résilience, de la re construction sont traités avec une délicatesse admirable mais les douleurs de la perte des êtres aimés ne sont pas édulcorées ce qui rend ce roman poignant. Il parle aussi d'amitié, de rencontres, d'amour ....Les personnes sont extrêmement attachants . Ce livre est tout simplement magnifique, j'en ressors bouleversée comme jamais.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tuicatuica   03 mai 2021
« Mais en écrivant ce livre, j’ai compris ...que le devoir de la littérature est de suggérer de nouvelles façons d’être au monde, de relier l’ici-bas à l’au-delà. À mes yeux le téléphone du vent est essentiellement cela, une métaphore rappelant qu’il est précieux de s’accrocher aussi bien au bonheur qu’ a la peine. Que même face aux pertes que la vie nous impose, nous pouvons nous ouvrir à tous les cadeaux qu’elle nous fait ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lexx54000Lexx54000   06 avril 2021
« On reste parents, même quand nos enfants ne sont plus. »
Commenter  J’apprécie          40

Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quiz autour de Ma Réputation de Gaël Aymon

Quel est l'objet à la base du harcèlement de Laura ?

un texto
une photo
un post sur facebook

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Ma réputation de Gaël AymonCréer un quiz sur ce livre

.. ..