AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782350877891
240 pages
Editions Héloïse d'Ormesson (18/08/2022)
4.01/5   158 notes
Résumé :
Le caporal Lucien Guyader, dit Lulu, quarante ans, a toujours démontré une fiabilité rassurante pour ses hommes comme pour ses chefs. Aussi, quand ce père de famille disparaît à dix jours d’un départ en opération, le sergent Marouane s’inquiète et alerte Stéphane, leur ex-adjudant. Secoué par la nouvelle, Stéphane se laisse embarquer par Marouane, aux côtés du caporal et du lieutenant de la section. Frères d’armes aux trajectoires contrastées, transformés en détecti... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 158 notes
5
22 avis
4
19 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

LaBiblidOnee
  20 octobre 2022
Emouvant dans sa retenue, ce récit dédié à Ceux qui restent. Son titre vous évoque peut-être les familles de militaires attendant leur retour dans le manque et l'angoisse, ou encore les militaires renouvelant leurs contrats tandis que d'autres retournent à la vie civile ; Mais dans notre histoire, Ceux qui restent sont aussi et surtout ceux qui demeurent en vie quand leurs frères d'armes sont morts en mission : Ceux qui vivent avec la culpabilité du survivant, les images de l'enfer, les cauchemars. Certains espèrent s'arrêter à temps, d'autres se font soigner, certains désertent, d'autres préfèrent en finir... Certains encore font juste semblant d'aller bien, parce qu'on doit se montrer solide et tenir pour les autres. Jusqu'à ce que l'horreur les rattrape.

Un matin comme un autre, Lulu, un caporal-chef d'expérience sur qui tout le monde s'appuie, disparaît de la maison familiale où il passait sa permission. Sa femme s'inquiète et ses collègues encore plus, qui savent d'une part que Lulu n'est pas homme à déserter, mais d'autre part… qu'ils revenaient tous d'une opération qui s'est mal finie, par la mort de l'un d'entre eux. La cellule psychologique mise en place a estimé que Lulu avait des mécanismes de protection faisant encore assez illusion pour être autorisé à achever la mission sur place, mais qu'il devait être suivi par la suite. Sauf qu'entre temps Lulu a disparu. Et tout le monde espère qu'il n'a pas fait de connerie. Accident ? Alcool ? Bagarre qui a mal tourné ? Désertion ? Problème de couple ? de famille ? Escapade ? Est-il mort ou vivant ? Et où le trouver ?

Parce que ça ne ressemble pas à Lulu, et qu'il a beaucoup donné à tous, 4 de ses frères d'armes sont autorisés à prendre quelques jours pour le chercher et le ramener. Commence alors la recherche d'indice auprès de la famille, dans la lecture de ses carnets personnels dont personne n'avait connaissance… Jean Michelin construit son récit autour de l'alternance judicieuse des chapitres de la recherche avec celle de la vie en opération et particulièrement de la mission ayant mal tourné. En nous décrivant tour à tour ce que les militaires ici ont dans la tête, puis ce qui s'est passé là-bas, il finit par lever le voile sur la disparition de Lulu.

L'auteur ayant été militaire, il nous offre un roman qui fleure bon le réalisme, l'expérience et le vécu, parvenant à nous faire toucher du doigt la situation. Son écriture sans fioriture nous met rapidement dans l'ambiance. Cependant, j'ai ressenti une certaine distance avec les personnages qui a manqué de me décourager vers le milieu. Je pense que mon ressenti est dû pour un tiers à l'écriture factuelle d'une apparente froideur ; pour un tiers au fait que l'auteur nous fait tour à tour approcher chacun de ses personnages principaux, ce qui maintient le suspense mais, au début du moins, nous empêche d'en approfondir un en particulier, de qui on se sentirait vraiment proche ; et pour un tiers au fait que les personnages, portraits réalistes sans aucun doute, demeurent toujours un peu dans la réserve lorsqu'il s'agit de se livrer. On perçoit la différence entre le masque qu'ils montrent aux autres et ce qu'ils ressentent, mais jamais dans la démesure puisqu'ils tentent toujours de rester dans le contrôle.

Au début, les non-dits créent une tension bienvenue et prometteuse, mais lorsqu'on piétine avec eux sur l'enquête, on aimerait soit qu'ils se livrent plus, soit que l'enquête avance : Cette apparente froideur, que ces hommes sont habitués à conserver pour masquer et maîtriser la tempête intérieure, a failli me lasser malgré la complicité virile qui les lie. Heureusement arrive à point nommé une révélation qui va tout changer. Elle ravive l'intérêt, fait redémarrer l'enquête, mais surtout elle amène l'émotion. Et ça, ça fait du bien. Je ne l'avais pas vue venir malgré les indices laissés par l'auteur. J'ai trouvé ça vraiment très beau même si je voudrais bien discuter d'un détail en MP avec ceux qui l'ont lu (je crains un peu le revirement pour le revirement... sauf si un truc m'échappe, je laisse le bénéfice du doute). Bref, j'ai finalement passé un bon moment de lecture, sensibilisant au sens du devoir et du sacrifice de ces hommes (puisque les femmes dans cette histoire ont le second rôle), à l'importance des codes dans l'armée et leurs dérives, la vie difficile que mènent ces corps de métier et leurs familles. J'avais Jonquille du même auteur dans mon pense-bête, ça me rappelle de l'en sortir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6920
Zakuro
  11 septembre 2022
L'attente. L'attente d'un vol pour une opération militaire extérieure. L'attente du retour à la maison. Et le silence obligé qui s'abat comme le vide.
Heureusement, la belle écriture du métier exigeant et amoureusement poétique de l'Officier-écrivain Jean Michelin nous raconte à coeur ouvert la vie entre les lignes. de ceux qui partent. Ceux qui restent. A travers une enquête privée d'une compagnie de soldats menée par Stéphane, un officier en retraite, à la recherche d'un des leurs porté disparu à la fin d'une mission qui a tourné au drame.
Dans ce livre agréablement surprenant, Il y a ces hommes en patrouille de la défense civile avec toute la chaîne de commandement et de hiérarchie qui fait peser lourdement le sens des responsabilités aux plus gradés. Les deuils à faire. C'est la première fois que je lis un roman en littérature française sur les troubles du stress post-traumatique des soldats en retour de mission. J'ai été touchée par la manière de l'aborder, qui est complétement humaine et sincère, non institutionnelle.
Et tous ces lieux lointains et dangereux. Nous respirons l'atmosphère lourde de la jungle tropicale de Guyane où serpente plein de mystère le fleuve Maroni. le sable du désert qui colle aux semelles. Tous ces passages du roman magnétisent la lecture.
Il y a ces hommes soldats. Et il y a les autres. Toutes les autres, Mathilde, Aurélie. Leurs enfants. Comme Pénélope, elles tissent leur attente. Ce que j'ai aimé particulièrement dans ce roman à la fois viril et au féminin, c'est la belle lumière sur toutes les anonymes du foyer conjugal. Elles sont fortes ces femmes et soudées entre elles.
Jean Michelin témoigne avec réalisme du métier de soldat lors des patrouilles civiles mais aussi dans la vie de tous les jours avec leurs sentiments et des parcours personnels tous différents.
L'auteur témoigne avec talent de ce qu'il connaît et j'ai été très curieuse de connaître tous ces sigles et jargon militaire qui m'ont fait entrer pleinement dans l'action.
L'écriture comme une source creuse avec art ce qui se passe à l'intérieur des familles pendant la longue absence et au retour, la peur, les doutes, l'amour.
La narration des missions et la famille sont sur le même plan d'égalité sans blindage des émotions. Et c'est très réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Didjmix
  04 octobre 2022
D'un côté, direction le front, les ordres, les missions, les fusillades en bas, les hélicoptères en renfort dans les airs. Et des pertes, une de plus. de l'autre, les femmes, les familles, qui attendent le retour d'entre-deux, la vie rythmée par les absences, mais encore plus par la présence fantomatique de ceux qui sont abîmés. Difficile de faire sa place quand on ne fait pas partie du Corps, qu'on est seulement les corps d'a côté. Alors quand Lulu, soldat chevronné, disparaît sans laisser de trace, ce sont les prises de conscience qui s'éveillent de part et d'autre sur ces traumas. Pourquoi a-t-il fugué ? Et où ? Avec des mots simples, notre auteur, militaire de carrière, touche du doigt la pesanteur de la vie civile passée sous silence. Sans parler de ceux qui tombent, quand la Nation par un drapeau, une médaille, une cérémonie, tente de consoler la famille laissée irrémédiablement dans la douloureuse intimité du deuil. Ceux qui restent ne sont pas ceux qu'on croit. Ce roman remporte le Prix Talents Cultura 2022.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Litteraflure
  17 octobre 2022
On parle peu des hommes qui rentrent du front, traumatisés, empêtrés dans leurs obsessions (p108 « Non, on ne s'habitue pas, doc » ; p190). Ceux qui frôlent la mort ne peuvent l'oublier. Pire, ils ont la tentation de l'approcher à nouveau parce que le danger leur a procuré des sensations extrêmes au point – ce grand paradoxe – de se sentir vivants comme jamais. Comment surmonter l'épreuve du feu ? Comment revenir à la banalité du quotidien ? Pour l'évoquer, il y a cette scène, dans le film « The hurt locker », du démineur de retour au pays, désemparé devant le rayon corn flakes d'un supermarché. Et il y a le roman de Jean Michelin.
Ancien militaire, l'auteur décrit le théâtre des opérations avec une acuité rare, une authenticité acquise sur le terrain. Ce sont des choses qu'on ne peut inventer. Dans le même genre, il y a eu « Yellow birds » de Kevin Powers.
On suit donc une compagnie dont l'un des membres, Lulu, s'est volatilisé dans la nature. Ses camarades décident de le pister, avant qu'il ne soit déclaré déserteur et qu'un moment d'égarement n'entache une vie de bons et loyaux services. Égarement, vraiment ? Pourquoi Lulu a-t-il disparu ? Quel secret a pu le mener à une telle folie ?
Stéphane, Romain, Charlier et Marouane vont tenter de percer le mystère, au risque de réveiller leurs démons, quitte à déterrer leur turpitude et briser les liens indicibles qu'ils ont noué au plus fort des combats.
Ceux qui partent… et celles qui les attendent. Jean Michelin parle aussi très bien des femmes de soldat, un enfant pendu à leur bras, l'angoisse rivée au corps, la douleur enfouie, exercées à se résigner, incapables de regarder l'avenir droit dans les yeux.
Bilan : 🌹🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
calypso
  05 novembre 2022
Tout part d'une disparition, celle de Lulu, un caporal-chef irréprochable. Pour la première fois de sa carrière, Lulu manque à l'appel et n'a prévenu personne de son absence. Sa femme elle-même ignore où il est et ce sont quatre frères d'armes qui vont remonter les heures précédant sa disparition afin de la comprendre et de le retrouver.
Ceux qui restent est assurément un bon roman que j'ai pris plaisir à lire mais si mon avis est mitigé une semaine après avoir tourné la dernière page, c'est que je ne sais pas trop ce qu'il me restera de cette histoire dans quelques années. Or, les grands, très grands romans vous marquent à vie. C'est donc un bon roman. Un roman écrit par un militaire et parlant de militaires, mais pas seulement de ces hommes qui honorent leur patrie et partent au combat, il s'agit aussi et surtout des hommes qu'ils sont au retour, lorsqu'ils sont désarmés, dans tous les sens du terme, et de leurs proches qui vivent inlassablement les départs et les retours, qui sont ceux qui restent. C'est un roman qui explore la sensibilité de l'homme sous l'uniforme, les failles cachées sous la force apparente, le formidable esprit de corps. Une belle écriture, simple et efficace, et un sujet maîtrisé, on n'en attendait pas moins.

Lien : http://aperto-libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
ILLEILLE   27 novembre 2022
Il perçut l'émotion dans la voix du colonel lisant l'ordre du jour, puis se laissa envelopper par le silence assourdissant lors de la sonnerie aux morts, clairon solitaire léger au-dessus du râle sourd des tambours. Le cérémonial militaire, sobre, la certitude réconfortante des mouvements d'ensemble.
Commenter  J’apprécie          30
ILLEILLE   27 novembre 2022
Quand Lulu n'était pas venu bosser le vendredi matin, il avait vite compris que quelque chose clochait. Il s'était fait violence pour ne pas appeler Stéphane dans la seconde et avait embrouillé le nouveau lieutenant sans trop de difficultés pour gagner du temps.
Commenter  J’apprécie          00
ILLEILLE   27 novembre 2022
Romain n'était pas au niveau de son prédécesseur et il le savait, mais il avait l'expérience du combat et cela suffisait. La greffe prit peu à peu, malgré cette impression tenace d'être un imposteur qui le taraudait à chaque départ en patrouille.
Commenter  J’apprécie          00
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   19 octobre 2022
Au fond, Marouane ne savait pas vraiment expliquer pourquoi retrouver Lulu était si important. Ce con avait fait son choix, après tout, il était déserteur, il reparaîtrait peut-être un jour ou l'autre, assumerait les conséquences qu'il y aurait à assumer avec sa famille, avec l'armée, avec la loi. On devrait s'en foutre, on aurait dû s'en foutre depuis le début. Et pourtant, il n'arrivait pas à dire au lieutenant ou à Stéphane de lâcher l'affaire. Il ressentait cet espoir diffus qui continuait à le pousser vers l'avant, et il était sûr que les autres le ressentait aussi. Peut-être qu'il y avait encore un truc à sauver. Peut-être que retrouver Lulu lui permettrait aussi de faire amende honorable pour toutes les fois où il avait laissé tomber quelqu'un. Peut-être qu'il avait des choses à régler lui aussi. Peut-être qu'il avait besoin de se remettre en confiance avant la prochaine mission. Il lui restait peu de temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Plumes39Plumes39   05 septembre 2022
"C'est les retours qui sont durs, vous savez, plus que les départs. Chaque fois, mon mari est rentré un peu plus seul, un peu plus en colère, un peu plus triste. Surtout les dernières années quand...". Elle s'interrompit, le souffle suspendu, en quête du mot juste. "Quand tout est devenu plus tragique. On sait que c'est pas facile pour vous, mais personne ne nous demande comment c'est pour nous. Nous, on n'a pas de médaille à la fin, on se débrouille, mais c'est dur aussi. Surtout avec des enfants. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jean Michelin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Michelin
Les Vertueux de Yasmina Khadra aux éditions Mialet Barrault https://www.lagriffenoire.com/les-vertueux.html • Ceux qui restent de Jean Michelin aux éditions Héloïse d'Ormesson https://www.lagriffenoire.com/ceux-qui-restent.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsmialetbarrault #editionsheloisedormesson
+ Lire la suite
autres livres classés : arméesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Autres livres de Jean Michelin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2719 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre