AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070333059
240 pages
Éditeur : Gallimard (30/03/2006)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 79 notes)
Résumé :
En 1968, la guerre du Vietnam bascule. La violence parvient à son paroxysme lors de l'offensive du Têt : Saigon est à feu et à sang. Au-delà de certains faits réels, j'ai tenté de donner à voir et à sentir le Vietnam de mon enfance. Ce roman m'a été inspiré par l'histoire authentique de Tan, que j'ai connue au lycée, et de Tao, deux sœurs de quinze et seize ans arrêtées, torturées puis internées dans le bagne de Poulo Condor, au large de Saigon, à la fin des années ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  10 avril 2019
On connaît bien le riz qui peut se présenter sous plusieurs couleurs mais Anna Moï nous parle du « Riz noir ».
Écrivaine née à Saïgon, elle nous offre un ouvrage sur le Vietnam des années 1960, au milieu des horreurs de la guerre et la beauté des paysages. de cette seconde guerre d'Indochine, il est certain que l'on ne sait pas tout avec les multiples intrigues politiques.
Ici on découvre deux soeurs, Tan et Tao dont l'une, Tan, est la narratrice et explique ceci  : « Au milieu de la nuit, j'ai fini par identifier la nature du bruit. (…) Mais ce n'est pas un rêve, puisque je ne dors pas. (…) Derrière le silence, j'ai entendu le bruissement. Il est presque inaudible, et cette insignifiance même le rend obsédant : il faut tendre l'oreille. (…) Je n'ai pas fini de m'interroger sur le sens de tout ce qui m'arrivait, mais cette nuit-là, la première nuit, je cherchais seulement à comprendre l'origine de la pulsation. (…) C'est ma première nuit dans une cage à tigres du bagne de Poulo Condor, et le bruit que j'entends est celui de l'océan Pacifique. »
L'histoire se passe donc après l'offensive du Têt. C'est un récit inspiré d'un fait réel car l'auteure a recueilli le témoignage de deux soeurs vietnamiennes. De ce fait, cela ressemble à une biographie.
Pour expliquer ce fameux « riz noir », et ce n'est pas spoiler, c'est parce qu'il est recouvert de mouches noires – le repas servi dans des bols, à même le sol devant les cages.
Dans ce récit, on rencontre d'un côté la richesse et de l'autre, l'asservissement des pauvres. Ce sont deux univers bien distincts où les deux soeurs, ayant connu une enfance agréable et sans soucis (on lit les souvenirs dans leur vie familiale si agréable, passent à l'état de prisonnières).
Elles se remémorent « le bon temps » et rêvent d'un avenir meilleur. Mais d'abord, elles souffrent de la faim, de séances de tortures… Cet ouvrage est un voyage certes : on revoit les images du Vietnam de cette époque (dans mon cas j'ai revu les paysages du magnifique film « Vietnam" avec les images superbes de la Baie d'Along») mais il est accompagné de souffrances. C'est aussi un travail sur la Mémoire en se souvenant de cette guerre du vingtième siècle – une guerre qui a dépassé les frontières. C'est aussi une fiction historique mais Anna Moï relate des souvenirs très douloureux.
Il faut découvrir ce que nous décrit Tan : son voyage intérieur ; son arrestation ; son emprisonnement et ce qui a fait de cette guerre une apocalypse.
Tan est restée enfermée dans ce bagne de Poulo Condor pendant vingt-deux mois, durant lesquels elle était entourée de cris, de bruits de chaînes, de coups : « Dans le silence revenu, quelques heures plus tard, des traces de ces sons subsistent, faisant vibrer les murs de leurs ondes discontinues et inachevées. Je sais déjà que la cellule sera, tout le temps que je resterai ici, un incubateur d'échos. » (p.22)
C'est donc la description d'un Vietnam guerrier mais aussi, de temps en temps, une description par les sens : parfums de caramboles, cris des singes, incroyables couleurs de la soie laquée…
Tout y est et le talent de l'auteure est de ne pas entrer dans le pathétique. Elle écrit avec une certaine pudeur malgré la dureté des faits.
Conclusion ? Roman bouleversant qui ne peut qu'émouvoir à la lecture de nombreux événements pendant que régnait le régime communiste de Hô-Chi-Minh.
L'auteure décrit les faits, tout simplement et c'est au lecteur de se faire son avis : ressenti d'empathie ou pas ? Cela dépend de la façon dont on appréhende le récit.
Pour ma part, c'est de l'horreur que j'ai ressentie avec cette histoire qui, pourtant, est véridique – horreur de voir comment des dirigeants politiques peuvent agir ainsi et horreur de connaître tout le vécu des victimes innocentes. Mais c'est aussi une grande leçon de courage que donne la narratrice (par le biais de l'écrivaine), une leçon qui nous colle à la peau (comme le riz gluant).
Je félicite donc Anna Moï qui a dédié ce premier roman à « toutes les femmes vietnamiennes, filles de dragon selon la tradition, filles d'eau et de feu, fragiles et invincibles. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
nadejda
  02 octobre 2011
«Au milieu de la nuit, j'ai fini par identifier la nature du bruit. Moins qu'un bruit, ce qu'on entend est un bruissement à peine perceptible, régulier, comme les échos d'un rêve. Mais ce n'est pas un rêve, puisque je ne dors pas.
(...) Combien d'entre nous l'ont écouté cette nuit-là, et ensuite, toutes les nuits, pendant cent nuits, trois cents nuits, ou mille trois cents nuits ?
(...) C'est ma première nuit dans une cage à tigres du bagne de Poulo Condor, et le bruit que j'entends est celui de l'océan Pacifique.
Ainsi débute «Riz noir».
Tan et Tao deux soeurs, lycéennes de 15 et 16 ans, se sont engagées dans la lutte contre le gouvernement corrompu du Sud Vietnam allié aux américains. Elles sont arrêtées et torturées avant d'être internées au camp de Poulo Condor où elles vont demeurer 22 mois dont 18 mois dans les cages à tigre. Anna Moï a recueilli le témoignage de ces deux soeurs qui ont existé mais son roman va au-delà. A la fois retour sur toute la vie traditionnelle de ce pays qu'elle aime et roman historique retraçant les combats et événements politiques qui se sont déroulés au cours des années 60.
A la violence du présent 
«Les tortionnaires sont des fonctionnaires. Ils torturent aux horaires d'ouverture des bureaux. le matin, les séances commencent vers sept heures, pour s'achever vers onze heures. Comme tous les autres employés, ils repartent chez eux déjeuner et faire la sieste.»p 26
va répondre l'évocation par Tan de ses souvenirs d'enfance et d'adolescence. 
La mère des deux adolescentes,Van, enfant adoptée, veuve, va sortir de sa condition en innovant dans la teinture de la soie noire laquée. Sa soie aux dessins originaux va être convoitée par les femmes de la caste dirigeante de Saïgon et elle, qui est illettrée, va ainsi permettre à ses deux filles d'accéder à l'école française de Cholon et ensuite au lycée Marie Curie réservés à l'élite de la nation.
Elle dit à ses filles : « Vous voyez, les filles... Il faut toujours aller chercher la différence. Soyez différentes, ne vous conformez pas, méprisez le confucianisme (pour Confucius l'absence de talent, chez une femme, est synonyme de vertu), allez le plus loin possible.»
La révolte des moines bouddhistes qui s'immolent par le feu de 1963 à 1967 va entraîner la chute du régime corrompu mais le déchaînement de violence atteindra Saïgon lors de la fête du Têt de 1968 pendant laquelle auront lieu les combats les plus violents.
Que ce soit dans le bagne de Poulo Condor ou enfermée dans la maison à Saïgon les sons, les odeurs prennent une importance primordiale pour Tan puisqu'elle ne peut pas voir directement ce qui se passe.
p118 Si un jour je dois créer un parfum, il aura la douceur poudrée du riz Nang Huong (variété de riz parfumé), l'astringence de la carambole, la suavité de la goyave, l'amertume du pamplemousse.
p 123 Quand les canons se taisent, les chiens hurlent et ces hurlements sont les premières balises de la vraie nuit. le confinement resserre les sensations. Tout est ressenti comme le balbutiement d'autre chose, d'un nouveau départ. Une branche de pêcher en fleur, comme le début du printemps.
Ce roman de Anna Moï est écrit dans une langue sobre sans aucune passion ni emphase et malgré la violence de certaines scènes il n'y a pas de plaintes ni d'explosion de haine et la poésie affleure souvent.
Paradoxalement ce qui demeure après cette lecture qui est aussi un retour sur un pan d'histoire tragique du Vietnam c'est toute la richesse de la vie, le grouillement de vie, les odeurs, les couleurs qui en envahissant la mémoire de Tan nous paraissent comme à elle présentes, gage d'une renaissance à venir après la destruction :
«Les Américains ont le rêve d'une plaine nue où toute végétation tropicale aura été annihilée. Sans flore, il n'y a plus de bêtes, ni hommes, ni ennemis.
Une longue plaine désolée où il n'existera nul abri pour se cacher, ni aujourd'hui, ni demain, ni aucun jour futur. Nul endroit où panser ses plaies, se coucher et fermer les paupières.
Ô mon amour, allonge-toi auprès de moi.
Les Américains ont des rêves de morne plaine. Je n'ai pas le même rêve. Dans mes rêves les rizières verdoient, les forêts sont impénétrables, les bêtes sont féroces et les fleurs carnivores.» p 234
Et une grande compassion et admiration pour toutes ces femmes "filles de dragon selon la tradition, filles d'eau et de feu, fragiles et invincibles".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
kuroineko
  04 juin 2017
Deux soeurs adolescentes enfermées dans l'enfer des cages à tigre du bagne de Poulo Condor. Nous sommes dans le Vietnam des années 1960, après l'offensive du Têt. Ce pays qui évoque luxuriance végétale, fragrance de cuisine exotique et majestueuse baie d'Along avec sampans de carte postale est alors déchiré par la guerre depuis des années. Les adversaires ont changé entre temps, l'Indochine est devenue nation indépendante mais son coeur reste embrasé par les combats, la guerre et ses fléaux collatéraux.
Le titre tire son nom de la couche de grosses mouches noires agglutinées sur la portion de riz distribuée en pitance aux prisonnières de ces infâmes geôles.
Anna Moï dépeint les conditions de vie des deux soeurs et de leurs comparses. La chaleur, le soleil accablant entre les barreaux des cages, les révoltes étouffées sous des jets de poudre blanche, le sang. Elle retrace aussi l'histoire familiale avec les velléités de leur mère de leur fournir une bonne éducation, le tissu teint et la laque noire qu'elle confectionne et qu'on retrouve jusque dans les hautes sphères politiques, les traditions, la place de la religion ... Et bien sûr comment Tan et Tao se sont retrouvées emprisonnées.
Anna Moï recourt à une écriture sobre pour son sombre récit. Pas de grands étalages, voire une certaine froideur. L'horreur de la situation n'en ressort qu'avec plus de crudité.
Une lecture bouleversante qui ne peut laisser indemne ni indifférent. Anna Moï nous offre un noir riz qui se colle à la mémoire dans un bourdonnement lancinant de l'Histoire vietnamienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
soleil23
  04 septembre 2012
Le récit commence dans une cellule de prison, où, quand, et qui est le narrateur ? On le découvre peu à peu. Une fillette raconte sa propre histoire de vietnamienne du sud pendant la guerre. Ma gorge se noue, je sens que son récit va être dur : l'horreur vécu et raconté de la bouche d'une enfant. Les scènes de torture dans le bagne de Poulo Condor sont époustouflantes et nous laissent des images qui marquent. Mais à peine, le premier chapitre passé, le charme est rompu ! La fille revient sur son passé et semble détachée de ce qui arrive autour d'elle et du drame qui se joue dans sa vie. Elle se complait à décrire son petit confort personnel et le lecteur ne sent plus cette ferveur communiquée par les premières phrases, le malaise s'installe alors.
En poursuivant ma lecture (je lui laisse encore une chance), j'ai vite déchanté. le style est perturbant et les phrases entrecoupées donnent l'impression d'être collées l'une à l'autre pour former un patchwork de mots qui finissent par tuer l'âme de ce récit. En effet, plusieurs passages me semblent « futiles ».
Ce roman qui se voulait pourtant « chaud » par les émotions des personnages, la guerre et ses souffrances reste froid !! le lecteur ni ressentira ni compassion, ni curiosité, ni horreur … il lit juste des mots qui ne laisseront pas d'écho dans sa tête ni dans son coeur.
Par contre, je me dois de vous donner l'explication de « riz noir » et on la trouve à la page 23, Anna moi écrit : « … Dans le corridor, des bols sont posés par terre. A cause de l'éblouissement, je les crois remplis de riz noir. Mais c'est du riz blanc, recouvert de mouches noires. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
saphoo
  13 décembre 2017
Je suis mitigée pour ce récit, qui semblait m'intéresser pour le pan historique d'un récit qui semble rapporter par l'auteur.
Nous découvrons la vie de deux soeurs tenues prisonnières dans des conditions déplorables, toutes les horreurs de la guerre, tortures etc…
Je n'ai pas trop compris certains passages, je me demande encore qu'est ce qu'ils pouvaient apporter au récit. Comme un effet hachoir, ma lecture semblait perdue, puis quand l'histoire revenait sur le sujet, je reprenais plaisir à poursuivre.
Touchant émouvant de connaître ce pays qui a tant souffert, un style parfois dans mes goûts et puis parfois pas du tout, style Wikipédia, j'ai horreur de ça.
Donc un roman en demi-teinte, malgré tout je ne regrette pas de l'avoir lu, j'étais loin de me savoir ce qui se tramait dans les prisons du Vietnam.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   22 mai 2012
[...] ... Vers midi, une voiture bleu clair, de marque américaine, débouche lentement sur le carrefour. Elle a accompli un long périple depuis Huê, où s'est effectué le départ dès l'aube. Le conducteur, un bonze, immobilise son véhicule, ouvre la portière, soulève le capot. La foule s'écarte. L'apparition de cette voiture américaine au capot relevé a quelque chose d'inquiétant. Ses passagers en descendent, tous revêtus de la toge safran. L'un d'eux, le plus âgé, s'avance lentement jusqu'au milieu du carrefour. Un disciple dépose sur le macadam en fusion un mince coussin sur lequel le premier s'assied dans la position du lotus, tenant dans sa main gauche un chapelet de prière. Il s'appelle Thich Quang Duc, il a soixante-six ans et il pratique des retraites zen dans les montagnes de Nha Trang à la recherche de l'illumination. Il en est sorti pour venir s'asseoir au milieu d'un carrefour, à Saïgon, un jour de juin 1963, à l'heure où le bitume se liquéfie.

Sur un imperceptible signe de sa tête, des gestes tragiques s'enchaînent inexorablement. Le deuxième disciple débouche le bouchon d'un jerrican d'essence et, sans attendre d'autre signaux, en déverse le contenu sur la tête rasée du Vénérable Thich Quang Duc. L'essence glisse rapidement sur le crâne, gicle, imprègne la robe safran. Ensuite, tout se passe très, très vite. D'une main, Thich Quang Duc continue à égrener le chapelet de prière, et de l'autre, il craque une allumette qui met immédiatement le feu à sa robe de moine. Le vent embrase les pans drapés, les bras nus, les doigts osseux, les perles de bois.

Le troisième disciple marche le long du cordon de spectateurs tout en clamant dans un mégaphone : "Un bonze brûle à mort !" La phrase, répétée inlassablement, couvre à peine les pleurs des femmes et les échos sourds du gong de Xa Loi. Un cinéaste filme. Des appareils photo crépitent.

Le vent courbe les flammes et, par éclipses, le visage est dégagé. Thich Quang Duc reste immobile, dans la position du lotus, les mains posées sur ses pieds repliés. A l'exception de quelques infimes frémissements autour de sa bouche, son corps est aussi figé et serein que le brasier est séditieux. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
art-bsurdeart-bsurde   17 décembre 2014
L'étroite sente aboutit à un terre-plein, longé par une rivière. Le jour a commencé à baisser. La fumée de l'incinération prolifère en torsades toujours plus épaisses et plus noires contre le ciel orangé.
Je me suis assise sur l'herbe, tournant le dos aux volutes tourbillonnantes. Les traînées sonores d'un gong frappé quelque part au loin percutent la surface de l'eau. Le bruit ricoche puis s'étale, suivit d'une autre secousse, et d'une autre encore. Un rappel, puis un autre rappel, et un rappel encore, de quelque chose d'essentiel, mais je ne sais pas de quoi. Je reste et j’attends.
La lumière défaille à chaque coup de gong, Puis elle cède par endroits à la pénombre. Un frémissement rompt à peine le silence. Plus qu'un bruit, une migration imperceptible dans le ciel. Je lève les yeux et je les aperçois, les oiseaux blancs déployés de toute leur envergure. A l'approche de l'eau, les oiseaux planent, leurs ailes immobiles jetant des ombres en forme d'origami sur l'eau calme. Des grues à tête rouge, Grus antigone, une espèce en voie de disparition. Les pointes de leurs ailes effleurent à peine mes épaules, avant de se rabattre, sur l'autre rive, lieu de leur halte nocturne. Indifférentes au gong, les grues affluent, reparties sur les deux branches imaginaires d'un "V".
Je reste en quête d'un message de délivrance, mais rien ne vient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadiouchkanadiouchka   10 avril 2019
Des gens ordinaires.
Les tortionnaires sont des fonctionnaires. Ils torturent aux horaires d’ouverture des bureaux. Le matin, les séances commencent vers sept heures, pour s’achever vers onze heures. Comme tous les autres employés, ils repartent chez eux déjeuner et faire la sieste. On ne connaît pas leurs sujets de conversation, à table. Ils reprennent le travail vers deux heures de l’après-midi et s’arrêtent à six heures. Une existence assez ordonnée, car ce sont des militaires, habitués à la discipline.
P.25
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchkanadiouchka   11 avril 2019
Tout en organisant le retrait des troupes américaines, Nixon inflige au Nord des orages d’acier. Le terrain est utilisé par la presse américaine, et retraduit en vietnamien dans le journal Lao Dong. (…) S’il en est ainsi pour apprécier la beauté de la guerre et de ses grésillements d’acier et de feu, je n’en fais pas partie. Je suis complice de ceux qui guettent obstinément les éclats rougeoyants des fourmis géantes sur le tronc des noyers de cajou ou des lents déplacements des nuages transpercés d’orages.
De grandes pages d’histoire s’écrivent pendant notre captivité.
P.139
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WolandWoland   22 mai 2012
[...] ... Le Café du Souvenir était un café-cimetière. Il se signalait par des lampions en papier blanc. Le portail s'ouvrait sur des tombeaux anciens couverts d'une mousse légère qui ne cachait pas tout-à-fait les sculptures diaboliques des stèles. Ils occupaient tout le devant du café. Il y avait juste la place, sur le côté gauche, pour les quelques mobylettes des clients. Le gardien du cimetière - ou du café - distribuait des tickets de parking. Autrefois, les tombeaux étaient simplement prolongés d'un terrain en friche, réservé sans doute aux morts à venir. Puis, par quelque hasard du destin, le terrain avait été vendu avec ses stèles et ses cadavres enterrés. Les propriétaires, demeurant à l'étranger, avaient incorporé dans l'acte de vente une clause faisant de l'entretien des tombes une obligation sacrée. Les tenanciers du Café du Souvenir la respectaient scrupuleusement tout en aménageant le terrain vague en deux loggias symétriques le long d'une allée centrale bordée de bananiers nains. De chaque côté de l'allée, des auvents abritaient plusieurs petites tables en bois, et les murs étaient décorés de poèmes calligraphiés à l'encre de Chine. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anna Moï (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Moï
Anna Moï vous présente son ouvrage "Douze palais de mémoire" aux éditions Gallimard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2419440/anna-moi-douze-palais-de-memoire
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : viêt-namVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2296 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..