AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756080640
Éditeur : Delcourt (13/09/2017)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 173 notes)
Résumé :
La Saga de Grimr est une quête d’identité tragique dans un décor grandiose. Le héros y est confronté à chacun des piliers de la culture islandaise : le prestige de la généalogie, le culte de la loi et la superstition.
1783. L’Islande, accablée par la misère, doit encore subir le joug du Danemark. Et le sort de Grimr, devenu orphelin, est plus cruel encore dans ce pays où l’homme se définit d’abord par son lignage. Doté d’une force impressionnante, il se sait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  26 février 2019
Grimr est orphelin dans l'Islande de la fin du XVIIIè siècle. C'est une vie rude qui offre par contraste la beauté des paysages. Gimr devient un robuste gaillard, éduqué par un voleur qui lui apprend la ruse. Mais Grimr le surpasse car il est valeureux. Personne ne l'épargne dans ce pays où les lois de l'Islande sont faites pour les escrocs, où le volcan a détruit son enfance, le laissant démuni du prestige de la généalogie et de sa terre. Pourtant il peut devenir quelqu'un, un personnage hors du commun, une légende.
Orphelin presque craché par le volcan, Grimr en détient la force, l'âme. Il devient l'enfant du volcan, lui l'enfant de personne.
De magnifiques dessins rendent cette épopée grandiose. Une saga tragique pour s'évader aux couleurs de l'Islande, de son histoire et des ses légendes d'antan.
Commenter  J’apprécie          451
Vexiana
  02 avril 2019
Savez-vous que le mot saga, passé aujourd'hui dans le langage courant, est un mot islandais pour un genre littéraire typique de l'île consistant en un récit historique en prose, ou bien une fiction ou légende.
Ici, nous avons donc à faire à une saga dans son terme originel, l'histoire remarquable d'un homme sur la dure, aride, cruelle mais magnifique terre d'Islande.
Quelle histoire extraordinaire nous pouvons vivre dans ces quelques pages. Quel destin édifiant que celui de Grimr, fils de personne, homme trahit, délaissé, bafoué...
Nous sommes entraînés à sa suite dans les détours d'une aventure tragique mais belle qui s'ancrent dans les traditions et l'histoire islandaise.
Côté dessin, je ne suis pas vraiment fan du graphisme proprement dit mais qui fait parfaitement son travail. La palette chromatique est irréprochable et les vues d'Islande sont juste magnifique.
Une très belle découverte
Commenter  J’apprécie          220
som
  18 février 2019
Dans l'esprit des sagas les plus sombres et féroces d'Islande, Jérémie Moreau compose un album impressionnant pour ne pas dire hallucinant.
Comme dans tous contes et légendes, il est question ici d'ogres, de meurtres et de vengeances, de personnages aux pouvoirs extraordinaires, de bannissement et de puissances surnaturelles.
Au-delà de la cruauté des aventures de Grimr, jeune homme qui a le double malheur d'être orphelin et rouquin ( ?), l'album donne la part belle à la nature islandaise, non pas pour en célébrer sa pureté et sa beauté, mais bien au contraire sa force et sa sauvagerie, plus forte que tout, particulièrement des hommes. Jérémie Moreau impressionne en l'exprimant par un traitement graphique affirmé et un choix sophistiqué de couleurs. Un album doté d'une grande force narrative et d'une beauté plastique marquante.
Commenter  J’apprécie          160
Peteplume
  08 décembre 2018
Je ne suis pas sortie de cette BD avec le même enthousiasme que la plupart des lecteurs. Bien sûr, il ya des qualités indéniables —entre autres, le rendu de la rudesse du pays et des caractères —sur lesquelles je ne m'appesantirai pas car elles ont été très bien vantées par d'autres. Le tout manque, à mon goût, d'unité, de liant. En d'autres mots, il m'a manqué quelques tenants pour que les aboutissants me convainquent définitivement.
Il semble que le talent de l'auteur soit unanimement reconnu. J'y crois pour ma part aussi et j'attends avec hâte ses prochaines productions.
Commenter  J’apprécie          130
svecs
  18 février 2019
En Islande, les patronymes ne se transmettent pas comme chez nous. D'une génération à l'autre, le père transmet son prénom à ses enfants, avec le suffixe "son" pour les graçons et "dottir" pour les filles. Björk Gudminsdottir signbifie dont littéralement Björk, fille de Gudmund. Il est également essentiel d'assurer sa réputation. Ceux qui ont la chance d'avoir une ascendance perstigieuse et de bénéficier d'une réputation flatteuse auront peut-être la chance de devenir le sujet d'une saga, ce récit épique qui célèbre le courage et la vaillance. Les plus belles sagas sont celles qui s'inscrivent dans une tradition plus faste, bénéficiant de l'aura de ses ancêtres, et qui sera complétée par les exploits de sa descendance. Ce sont aussi celles qui naissent dans les périodes fastes.
Grimr Enginsson n'a rien d'un héros de saga. Engisson signifie "fils de personne". Ses parents dont morts alors qu'il n'était un enfant. Il ignorait le prénom de son père. Pour le petit Grimr, il n'était que "papa". Il est recueilli par un roublard qui vit en marge de la société, alors que l'Islande vut sa période la plus misérable, écrasée sous le joug danois.
La saga de Grimr ?
Quelle blague.
S'il est fort comme un boeuf, il reste un gamin mal dégrossi, peu à l'aise avec ses semblables. Vite condamné à la solitude, sa vie n'a rien d'enviable.
Et pourtant, il connaîtra un destin aussi tragique que grandiose.
je dois avouer avoir mis du temps à entrer dans cette histoire, trouvant le sujet au départ un peu court. Mais au fil des pages, Jérémie Moreau met en place une conclusion d'une force imparable. Son récit est traversé de quelques personnages forts, de scènes puissantes et de paysages grandioses de la campagne islandaise. Une belle réussite à juste titre récompensée à Angoulême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (7)
ActuaBD   24 janvier 2018
Un album puissant d’une belle densité émotionnelle.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Culturebox   14 décembre 2017
"La Saga de Grimr" raconte le passage à l'âge adulte de ce garçon étrange, un récit initiatique qui se déploie dans les décors impressionnants de la sauvage Islande. Le graphisme, pictural, est d'une beauté éblouissante.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bedeo   03 novembre 2017
Ce one shot de Jérémie Moreau nous fait voyager dans l’Islande du XVIIIème siècle, sur les pas de Grimr, orphelin au destin tragique.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   20 octobre 2017
Liant étroitement les hommes et le lieu, Jérémie Moreau livre un album touchant avec un héros émouvant qui connaîtra une vie palpitante, d'une intensité rare à défaut de correspondre à un destin totalement digne de ses attentes.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   03 octobre 2017
Entre aventures historiques et quête d’identité, le nouveau roman graphique de Jérémie Moreau confirme tout le bien que le public et la critique pensent de ce talentueux auteur de seulement trente ans.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BoDoi   18 septembre 2017
On souffre, on tremble, on pleure avec Grimr, on s’énerve aussi contre lui. Mais on ne peut au final que chanter haut et fort la beauté de sa saga, et le talent de Jérémie Moreau.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaFabriqueaBulles   11 septembre 2017
Grimr, c’est la puissance sauvage et la beauté rude de l’Islande, le sublime tragique de ses sagas ancestrales, transmis avec modernité et brio.
Lire la critique sur le site : LaFabriqueaBulles
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   25 février 2019
Les voyageurs m'agacent. Ils sont pareils à des moutons égarés.
Ou bien ils ont soif, ou bien ils ont faim, ou bien froid, ou bien sommeil.
Moi c'est bien simple, je ne voyage pas. Le monde défile pour moi.
Les ciels se remplacent, les jours et les nuit se succèdent, les saisons passent, la neige laisse place à la boue de laquelle pousse l'herbe, qui devient foin...
Le monde est une immense roue en mouvement. Il faut être idiot pour courir dans une roue.

p.148
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
gouelangouelan   26 février 2019
Dis, Vigmar, en vrai tu t'appelles pas Vigmar le valeureux...

Non... On m'appelle Vigmar le voleur... parce que j'ai dû me servir de ma ruse pour survivre, mais maintenant, tout ça va changer.
Tant qu'on n'est pas mort, il n'est jamais trop tard pour rattraper sa situation.

p.40
Commenter  J’apprécie          110
LaurenebLaureneb   02 mai 2018
Nos vies sont faites de métal incandescent. Tant qu'elles rougeoient, nous en restons les forgerons. Créateurs et inventeurs de nous-mêmes. Mais comme le métal du forgeron qui refroidit, comme la coulée de lave qui atteint l'extrémité de son expansion, nos vies se figent. Ce n'est qu'à cet instant précis que l'on peut dire qui on a été. Quand la coulée de la vie a pris sa forme définitive.
Commenter  J’apprécie          30
mimouskimimouski   28 avril 2019
Je n'ai pas de nom, pas de famille, pas de terres, pas de possessions. Pour eux, je ne suis personne.

Mais je vais leur montrer qui je suis. Le temps d'une vie. Chacun de mes actes comme autant de pierres posées pour construire l'édifice final.

Car ce qu'ils ne savent pas, c'est que j'ai un volcan dans l'âme.
Commenter  J’apprécie          30
ArthoreArthore   20 mars 2019
Nos vies sont faites de métal incandescent.
Tant qu'elles rougeoient, nous en restons les forgerons.
Créateurs et inventeurs de nous même.
Mais comme le métal du forgeron qui refroidit, comme la coulée de lave qui atteint l'extrémité de son expansion, nos vies se figent.
Ce n'est qu'à cet instant précis que l'on peut dire qui on a été. Quand la coulée de la vie a pris sa forme définitive.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Jérémie Moreau (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémie Moreau
Penss est un jeune homme est un peu à part dans sa tribu : la chasse n?est pas son fort. Or à son époque, c'est l?un des rares moyens de se nourrir. Petit à petit, il découvre les secrets de la germination, et les supers pouvoirs de la nature... Jérémie Moreau explique ici comment il s'y est pris pour le dessiner. Plus de BD : https://www.franceinter.fr/culture/bande-dessinee-quelle-bd-lire-a-la-rentree Plus de leçons de dessins : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : islandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3521 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..