AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jérémie Moreau (Autre)
EAN : 9782901000464
104 pages
Editions 2024 (22/10/2020)
4.13/5   268 notes
Résumé :
Ouvrage récompensé pour ses illustrations du prix BolognaRagazzi 2021, à la Foire du livre de jeunesse de Bologne. (catégorie Comics - Young Adult)

Un buffle pousse de toutes ses forces sur la paroi, enfonçant sa tête dans la roche pour déplacer une île ; c'est qu'une comète, qui file dans le ciel, viendra bientôt heurter la surface et exploser ce bout de terre. Il le sait, il l'a vu dans ses rêves, c'est ce qu'il dit au varan qui le rejoint dans so... >Voir plus
Que lire après Le Discours de la panthèreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 268 notes
5
25 avis
4
12 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
"Il existe probablement une conscience de la mort chez certaines espèces de primates ."Sabrina Krief, primatologue au Musée de l'Homme. Et chez d'autres, comme les éléphants...
Qu'est-ce que le deuil? Qu'est-ce que la mémoire?

Dans cette belle BD, des questions existentielles dans les actes et discours d' animaux, comme chez Esope.

Un varan mord un buffle qui meurt ... le buffle poussait une montagne afin de déplacer son île qui risquait d'être détruite par un astéroïde. La varan va aider le buffle puis ( au lieu de le dévorer ) enterrer son ami, à sa mort, au grand dam des vautours!

Homo, un petit primate doit aller écouter le discours de Sophia, la panthère noire, sur ce sujet brûlant. Les animaux ont convoqué le grand Conseil!
- "Mais maman, tu es malade, je ne peux pas te laisser!
- Je vais mourir de toute façon, Homo."
Commenter  J’apprécie          874
Jerémie Moreau propose ici, une suite de fables animalières : un buffle qui pousse une île pour éviter la comète, une autruche qui se trouve laide, un étourneau qui ne veut pas suivre le même chemin que tout le monde, un vieil éléphant qui apprend le récit de la vie à son petit fils avant de mourir, un bernard l'hermite qui recherche la plus belle demeure et enfin une panthère qui conclut par un discours sur l'évolution. le trait est régulier, un peu froid, les couleurs se focalisent sur l'immensité des décors, de grands dégradés qui résonnent avec le grain du papier. Il y a une certaine distance avec les personnages, ils sont perdus face à l'évolution, se posent trop de questions, trahissant leur propre nature au risque de s'égarer. Ces fables, entre La Fontaine et Yves Coppens, nous racontent une certaine évolution où les origines se perdent et où les objectifs dérapent. C'est tout en simplicité, à nous d'en découvrir les paraboles, les allégories, avec un ton de poésie à savourer, à méditer.
Encore une très belle bande dessinée de Jérémie Moreau.
Commenter  J’apprécie          290
J'aurais tant aimé avoir à nouveau un coup de coeur, comme lors de ma découverte de Penss du même auteur-illustrateur...

Cette bande dessinée est composée de plusieurs histoires courtes, à première vue sans lien, dont les personnages sont des animaux. Mais tout finit par prendre sens, les personnages se croisent et se retrouvent tous ensemble pour écouter le discours de la sage panthère.

J'ai d'abord été désarçonnée par les illustrations. La couverture me plaisait tellement, j'espérais retrouver à l'intérieur ces couleurs flashy. Ce ne fût pas le cas, certaines vignettes étant même assez ternes. J'ai tout de même retrouvé avec plaisir le style si particulier de Jérémie Moreau : des vignettes de tailles et formes différentes agencées de manière surprenante, des associations de formes géométriques, une histoire en "chapitres".

J'ai aussi été surprise par la dimension allégorique de cet ouvrage. Même si cela est parfois très poétique, que le propos fait réfléchir, j'ai terminé ma lecture en me disant que le message n'était au final pas très intelligible. Personnellement, je n'ai pas compris le sens du discours de la panthère. Mais j'ai retenu la beauté de la nature et des êtes vivants peuplant la Terre, la plénitude que l'on peut ressentir à s'ouvrir à la beauté du monde. C'est déjà un beau programme n'est-ce pas ?

Le discours de la panthère restera dans mon souvenir comme une bande dessinée sous forme de conte philosophique et écologique, cherchant à retrouver la nature originelle de notre belle planète.
Commenter  J’apprécie          250
Perdu au milieu des eaux, sur un littoral de sable, un buffle pousse la montagne centrale d'une île avec sa tête. Un dragon de Komodo le mord à la patte et une discussion s'engage alors. le Buffle explique qu'il doit sauver l'île de la chute d'une comète et le varan a faim. C'est la première des six histoires que nous raconte Jérémie Moreau. Une autruche se trouve trop laide et se cache la tête, un oiseau migrateur voudrait quitter les siens pour découvrir le monde, un éléphant a peur de perdre la mémoire de son peuple et on termine par la panthère promise par le titre.
Le Discours de la Panthère explore un genre peu utilisé par les auteurs de BD, la fable philosophique. Ou comment La Fontaine rencontre Platon, comment Ésope croise Montaigne dans des contes pertinents qui interrogent sur l'hérédité de nos comportements, sur l'estime de soi, le libre arbitre, la tolérance, l'émancipation, mais aussi sur la sélection naturelle, sur le cycle de la vie… Je dis interroge car la grande force de cet album, c'est qu'il ne fait que poser les questions, implicitement, à travers des contes qui semblent destinés aux enfants. Aucune réponse. Cette absence de réponse, de pensée toute faite ou de morale apporte de la fraîcheur en même temps qu'une vrai réflexion sur la nature des choses.
Une BD a plusieurs degrés de lectures. Ces contes animaliers riches en couleurs plairont aux enfants et le questionnement philosophique fera réfléchir les plus grands.
Les dessins aussi ressemblent à des illustrations réussis de livres pour enfants. La forme correspond parfaitement au fond. Certaines planches à l'aquarelle sont superbes et on prend plaisir à les observer longuement pour mieux les apprécier. Ces dessins aux nombreuses nuances ont un effet apaisant indéniable.
Un album tout en poésie qui donne de l'énergie et qui fait du bien.
Commenter  J’apprécie          200
Conte philosophique et écologique zoomorphe nimbé de poésie sur la préservation de notre monde et des relations humaines.
La compassion du varan et l'implacable force des instincts primaires, la pugnacité du buffle, la voracité des vautours, l'acceptation de soi nécessaire à l'autruche, la volonté d'indépendance d'un seul étourneau, la vie, l'amour, la mort… font de cet album magnifique un grand puits de sagesse utile pour écouter et entendre, accepter d'être un animal parmi les autres, accepter de faire partie de la nature toute entière et - enfin - affronter dignement la mort ce qui nous permettra peut-être de sauver ce qui à fait notre humanité.
Saurons-nous entendre la voie de la grande prêtresse - ici Sophia la panthère noire - mais ce pourrait être aussi aussi bien Greta Thunberg ou Yann Arthus-Bertrand ?
Commenter  J’apprécie          182


critiques presse (6)
LeSoir
07 décembre 2020
Dans «Le Discours de la Panthère», les animaux libérés de toute présence humaine cherchent un sens à la vie et nous réconcilient avec les forces invisibles de la nature.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Telerama
23 novembre 2020
Solitude, mémoire, beauté… Des questions philosophiques pleinement abordées dans cette œuvre prometteuse.
Lire la critique sur le site : Telerama
LigneClaire
18 novembre 2020
Le Discours de la panthère est un conte animalier, philosophique qui n’emprunte rien à personne. Jérémie Moreau que l’on avait découvert à Sérignan avec Le Singe de Hartlepool, suivi avec Penss et les plis du monde, puis avec La Saga de Grim, part avec son nouvel album à la découverte de la création du monde.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
FocusLeVif
12 novembre 2020
Jérémie Moreau, un des grands talents de sa génération, creuse sa veine philosophique dans un envoûtant recueil de contes animaliers.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
ActuaBD
10 novembre 2020
Dans un ensemble de courts récits qui finissent par se rejoindre, Jérémie Moreau, lauréat en 2018 d'un Fauve d'or à Angoulême, dresse le tableau d'un monde espiègle et serein, sage mais pas sans surprises.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi
03 novembre 2020
On retrouve dans ce grand format soigné son sens du découpage et du cadrage, moins cinématographiques qu’à l’accoutumée mais sans doute plus poétiques aussi. Jérémie Moreau n’a pas fini de surprendre et d’emmener les lecteurs vers des territoires inconnus, lumineux.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
- On ne peut exister sans laisser de trace.
C'est une règle absolue. Toute chose marque son passage.
Les rivières creusent les canyons, les gorges et les grottes ! Les océans façonnent les côtes ! Le vent sculpte les dunes...
Les odeurs, les déjections, les marquages, les dépouilles, les rugissements, les chants d'oiseaux, toutes ces choses restent gravées dans le monde d'une manière ou d'une autre.

- Et jusqu'où peut-on remonter les traces ?

- jusqu'à la naissance du monde.
Commenter  J’apprécie          20
Le jour où l'on sortira les corps de la chaîne du vivant, où l'on bâtira des palais aux morts glorieux, où l'on vengera les morts auxquels on s'identifie, où l'on cachera les morts gênants...le monde sera perdu.
Commenter  J’apprécie          40
"-Dis moi, que connais-tu de l'origine du monde ?
-Le fromage qui explose, tout ça ?
-Euh... Pour toi la création c'est un fromage qui explose ?
-Ben oui tout le monde sait ça.
-Mince alors... Je l'ignorais moi ! Tu peux m'en dire plus ?"
Commenter  J’apprécie          20
- Dis-moi petit poisson, est-ce que tu sais ce qu'il s'est passé le 8 888 888 882e jour ?
- Si tu veux je peux te dire ce qu'il s'est passé il y a une dizaine de secondes.
- Oh non merci j'étais là.
- Tu étais là-bas sur le sable, mais moi j'étais ici dans l'eau, on n'a sûrement pas vécu les mêmes choses.
- Effectivement. Alors vas-y raconte-moi.
- (...)
- Il s'est passé tant de choses en 10 secondes ?
(...)
- Tout ce que je viens de raconter est majeur. Tu n'imagines pas les répercussions sur les océans, la faune, la flore, l'avenir du climat.
- (...)
- Crois-en mon expérience de poisson. Il n'y a pas d'événement mineur.
Tout est interconnecté !
Commenter  J’apprécie          00
- On ne peut exister sans laisser de trace.
C'est une règle absolue. Toute chose marque son passage.
Les rivières creusent les canyons, les gorges et les grottes ! Les océans façonnent les côtes ! Le vent sculpte les dunes...
Les odeurs, les déjections, les marquages, les dépouilles, les rugissements, les chants d'oiseaux, toutes ces choses restent gravées dans le monde d'une manière ou d'une autre.

- Et jusqu'où peut-on remonter les traces ?

- Jusqu'à la naissance du monde.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jérémie Moreau (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémie Moreau
Plongée dans deux récits en plein coeur de la nature, où l'homme et l'animal se confondent : le Book Club reçoit les auteurs de bande dessinée Jérémie Moreau et Xavier Mussat.
#bookclubculture #bd #bandedessinee ____________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4UoUgqvApxm5Vrqv ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : fablesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (474) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..