AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072927539
Éditeur : Joëlle Losfeld (07/01/2021)
3.86/5   22 notes
Résumé :
31 décembre 1962. Rollie Fletcher et Will Drake, agents de police corrompus au flair de chien de chasse, se lancent aux trousses de l’assassin d’un Marine. Au fur et à mesure de leur progression, émaillée de guerre du Viêtnam, d’assassinat de Kennedy, de Dexamyl et d’alcool, les protagonistes découvrent une affaire d’État qui ne les laisse pas indemnes. L’enquête devient pour eux quasiment métaphysique, une partie indissociable de leur être qui les pousse à chercher... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 22 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

DoubleMarge
  11 mars 2021
"Ce roman, c'est une expérience dont on ressort avec des courbatures. C'est une écriture incroyable, à la fois déjantée, poétique, coq-à-l'ânesque, drôle parfois et noire comme la coulée de goudron qui clôt l'une des scènes de folie dont ce roman est farci.
Fasciné par les images, les ambiances et le mode opératoire de ces deux flics américains d'El Paso, Texas, des pourris qui cherchent à se remplir les poches parce que plus salauds qu'eux y a pas, on suppose que l'histoire n'est qu'un prétexte et que la scène de crime qui ouvre le roman, un ex-Marine assassiné, ces deux gars perdus s'en foutent complètement. (...)
L'argent, ils l'amassent par paquets, mais c'est à se demander ce qu'en font ces deux moines soldats au service d'une religion sans paradis et sans adeptes, déjà qu'ils ont du mal à tenir jusqu'au lendemain à force de drogue, d'alcool, de malversations et de violences qui leur servent de passe-temps et qui sont de nature à générer des balles dans le dos.
Ils sont pris comme nous par la spirale de l'enquête, ils s'y laissent glisser, aspirés par les événements qu'ils provoquent, et comme ils ont de sacrés éclairs de lucidité parmi de multiples flash hallucinés et autres pensées confuses où le passé est plus brumeux que le futur, ils avancent et trouvent des réponses, pèlerins laborieux appliqués à faire respecter la loi d'une façon que les pères de la Constitution n'avaient certes pas prévue. (...)
L'enquête sur la mort du Marine prend une ampleur démesurée, mais nos deux gars paraissent de taille à combattre les pires salopards, vu qu'ils ont de la répartie aussi bien en tortures variées qu'en puissance de feu, et en plus ils n'ont rien à perdre, pas de femmes, pas d'enfants et si peu d'espoir, reste l'amitié à la vie à la mort qui les unit.
Et le roman devient plus intense, plus fou parce qu'en face de nos deux flics allumés, il y a d'autres gars, des professionnels qui font plus attention à la brillance de leur chevelure qu'au respect de la vie humaine, et même si certains « question quotient intellectuel, faisaient égalité avec les amibes et les boutons de braguette », ce n'est pas le cas de tous, et l'histoire qu'on nous raconte est tellement énorme et plausible, qu'on ferme le livre avec une espèce de sidération.
Cimetière d'étoiles est sans aucun doute un excellent roman."
François Muratet dans Double Marge (Extrait)
Lien : https://doublemarge.com/cime..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          995
Pecosa
  23 février 2021
Mal réveillée, j'ai choisi Cimetière d'étoiles de Morgiève dans le cadre de l'opération Masse Critique. Pendant plus de la moitié du roman, j'ai cru qu'il s'agissait de la traduction d'un roman américain, tellement il est américain. Dans sa démesure, dans sa manière d'envisager l'espace, le territoire, dans sa violence, avec son tandem de flics qui permet aux deux personnages principaux d'alimenter leur folie, leur violence, leurs conversations surréalistes. On se croirait dans un film de David Lynch, Blue Velvet ou Mulholland Drive .
L'action du roman se déroule à El Paso fin 62 et 63, année de l'assassinat de Kennedy. Il y a deux crimes, un Marine décomposé, une femme assassinée, une enquête dans une Amérique de cauchemar vérolée par l'alcool et la drogue qui pue le crime, la conspiration , la laideur.
Cimetière d'étoiles n'est pas une traduction, on le doit à un Français, Richard Morgiève, que je ne connaissais pas, elle est une suite du Cherokee (mais on peut le lire indépendamment). La langue est belle, s'affranchit de tous les carcans de genre, et des normes syntaxiques, offrant ainsi aux lecteurs de belles fulgurances avec en ectoplasme le visage du Christ de Philippe de Champaigne. « "Laid et dingue tel le personnage d'un roman gothique écrit avec un Bic qui fuyait » »
Cimetière d'étoiles est un triste roman noir, poétique et cru. Je remercie les éditions Joelle Losfeld pour la découverte .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          615
JIEMDE
  13 février 2021
J'avais pas lu le Cherokee. On m'avait dit que j'avais tort. Peut-être. Pas grave.
Se rattraper avec Cimetière d'étoiles. Merci Babelio. Et Joelle. Bon créneau, j'ai du temps. Pas de ski cette année. T'as voulu voir Megève et t'as lu Morgiève. On me dit que c'est pas drôle. Peut-être. Pas grave.
Cimetière d'étoiles, c'est du Canada Dry. Ça se passe en Amérique. Ça a le goût du bon polar noir US. Sauf que c'est français, Monsieur. Et que j'aime pas le Canada Dry. On me dit qu'on s'en fout. Peut-être. Pas grave.
Imagine le Texas, la frontière, El Paso, Ciudad Jerez. T'y es ? Bah j'te présente Fletcher, flic. Non, zombie plutôt, ombre vivante du frère décédé. Shooté au LSD, aux cristaux et aux cachetons. Et à la Bible. Fasciné par la peinture et le Christ aux outrages de Philippe de Champaigne. Ecce Homo, voilà Fletcher. On me dit que ça fait pas un livre. Peut-être. Pas grave.
Forcément tu veux l'histoire. Des patrouilles avec Drake dans le Cercueil. Un corps dans le désert. Un Marine. Une enquête. Vengeance. Tout est noir, tout est sombre. Sauf Holly-Howell. Cartels, FBI, petites frappes. Sortir les sacs plastiques fait délier les langues. On me dit que c'est pas clair. Peut-être. Pas grave.
C'est vrai qu'il est fort le Morgiève. Que son histoire embarque. Qu'il a tout compris à l'entame et à la chute. Que le flingue à phrases qui tuent défouraille à tout va. Équilibriste surdoué du style. Te fait tourner la tête. T'embarque dans une lecture en mode essorage. Brillant mais long pendant 450 pages. Pas assez préparé. On me dit que c'est dommage. Peut-être. Pas grave…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
Bazart
  15 juillet 2021
La parution du Cherokee il y a tout juste deux ans avait consacré son auteur Richard Morgiève, qui avait pourtant quelques romans à son actif avant ce coup de maitre.
Grand Prix de Littérature Policière 2019 et le Prix Mystère de la Critique 2020, le Cherokee embarquait le lecteur dans une histoire de vengeance et de mort où culpabilité, désir , quête éperdue de vérité et de pardon se joignent et plongent ce shérif dans des tourments existentiels complexes .
Celui qui est souvent considéré comme le grand styliste du roman noir revient avec une histoire qui commence précisément huit ans après la disparition du Dindon, effroyable tueur en série dont la traque par le shérif Nick Corey constitue la trame du Cherokee.
Ici c'est un duo de flic totalement aziumuté Fletcher et Drake, qui vont suivre à la trace ce tueur de Marines à la frontière mexicaine.
Souvent sous l'emprise de substances illicites nos gardiens de l'ordre éructent des versets de la Bible quand ce ne sont pas des génériques de films, c'es vous donner un peu l'étendue des dégâts et du style d'un Richard Morgiève qui ose tout ou presque pour embarquer son lecteur

Vous avez aimé le Cherokee ? Avec Cimetière d'étoiles, enquête furieuse et lumineuse sur les routes du Texas., magnifiquement bien écrit, halluciné et hallucinant. vous ne devriez pas être déçus le moins du monde !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Jazzynewyork
  28 janvier 2021
Cimetière d'étoiles, c'est tout à fait le genre de livre que tu n'as pas envie de finir mais que tu ne peux pas t'empêcher de dévorer puisque dès les premières pages t'es déjà complètement accro. En même temps c'était à prévoir, le Cherokee, précédent roman de l'auteur t'avait déjà fait cet effet.

Quand t'es comme moi accro à certaines séries policières assez borderlines où les flics n'ont pas peur de sortir des limites imposées par leur hiérarchie et le règlement pour obtenir des résultats, tu ne peux que tomber sous le charme de ce duo déjanté. Que ce soit l'albinos qui philosophe à longueur de journée nous faisant partager ses pensées ou son collègue et son répertoire musical et cinématographique, il y a de la culture entre ses deux-là, même si à première vue, ça crève pas les yeux.
Le casting qui les accompagne est plutôt corsé dans le genre dérangé.
“ Par ici à El Paso, les gens se faisaient tellement chier qu'ils cancanaient un peu plus que partout ailleurs, trouvaient des surnoms aux gens et aux choses pour meubler leur ennui, distraire le temps. ”
Les personnages se suivent, se bousculent au portillon d'El Paso. On y croisera hélas, tôt ou tard “ le Dindon ” ce serial killer qui avait déjà fait parler de lui dans le Cherokee, mais aussi Burt, le Lama, accompagné de son pote El Gnono, un nain armurier, le Fisc, Henry “ le dépiauteur ” mais aussi deux autres flics du FBI, surnommés “ Les Aspirateurs ” clin d'oeil à HOOVER.
De quoi vous faire passer de sacré moment de rigolade où même l'amour pointera le bout de son nez au milieu de cette enquête où les cadavres tombent comme des mouches.
Richard Morgiève possède une verve extraordinaire, un humour caustique qui ferait pâlir certains scénaristes qui ne lui arrivent pas à la cheville, un style unique, où tu te surprends à sourire malgré la noirceur de l'histoire ou la dureté de certaines scènes.
“ – […] Mens pas… Raconte dans l'ordre sinon je t'arrache une dent… Souris, que je choisisse laquelle. ”
Est-ce un western, un polar, un roman noir ? un peu tout ça en fait. C'est pas américain et pourtant c'est tout aussi bon.
T'as à peine terminé, que t'as juste envie de rembobiner l'histoire et de te te refaire une deuxième séance, histoire de voir si t'as pas oublié un truc en route et retrouver ces deux vautours pour une nouvelle chevauchée fantastique, car dans cette ambiance poussiéreuse et déglinguée c'était pas toujours simple de les suivre.
Je pourrais poursuivre les éloges pour te convaincre ou pointer le tueur sur ta tête pour te pousser à filer en librairie, et t'acheter ce Cimetière d'étoiles, mais je te fais confiance, car toi aussi t'as besoin de te changer les idées avec une bonne dose d'encre noire, alors n'attend pas le couvre-feu, fonce chez ton dealer.
Chronique complète sur mon blog Dealerdeligne sur WordPress lien ci-dessous
Lien : https://dealerdeligne.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   27 janvier 2021
Dans les années 20, le gouvernement des States avait développé le Zyclon B. Ils l'avaient essayé dans la zone frontalière El Paso/ Ciudad Juárez . Sans fanfaronner, sans pub, ni déclaration publique. En théorie pour éradiquer le choléra et le typhus. Ils passaient les chicanos, les Mexicains, au DDT, et leurs vêtements, les wagons dans lesquels ils avaient voyagé au Zyclon B. Très efficace. Les nazis en avaient entendu parler. Ils avaient drôlement aimé. Un de leurs médecins, en 38, avait écrit un article dans le genre: "Le Zyclon B à El Paso , la solution d'éradication".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
JIEMDEJIEMDE   09 février 2021
Moss n’avait gardé qu’une seule chambre froide. Il l’avait fait couper en deux pour désinvestir, claquer le moins possible de fric en électricité. Si les macchabées avaient pu pédaler pour produire leur courant, il les aurait installés sur des vélos.
Commenter  J’apprécie          130
PecosaPecosa   26 janvier 2021
Plus de portefeuille, plus de montre. Pas d'alliance, de bijou. C'était normal -par ici les manchots volaient des deux mains.
Commenter  J’apprécie          177
JIEMDEJIEMDE   07 février 2021
Il avait deux gros ganglions dans le pli de l'aine et des morpions. Fletcher l'a reculotté. Les morpions allaient de nouveau se retrouver dans le noir. Ils n'avaient qu'à s'acheter des phares.
Commenter  J’apprécie          91
JIEMDEJIEMDE   09 février 2021
La vérité C’est que les histoires des livres n’ont rien à voir avec les histoires de nos vies. Les écrivains sont lâches et cupides... On peut leur pardonner car nous les lisons tant on s’ennuie de vivre.
Commenter  J’apprécie          72

Videos de Richard Morgiève (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Morgiève
Richard Morgiève vous présente son ouvrage "Le Cherokee" aux éditions Joëlle Losfeld.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2281977/richard-morgieve-le-cherokee
Notes de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2171 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..