AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782800114446
46 pages
Éditeur : Dupuis (11/05/1988)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Sous le ciel de l'Ouest est le quatrième album mettant en scène le personnage de Lucky Luke, sorti en 1952. L'auteur est Morris. En voulant participer à une course de chevaux, Luke se fait voler le sien par un hors-la-loi nommé Joe la gachette ; il récupère Jolly Jumper, gagne la course et arrête le bandit. Dans une autre aventure, il est embauché par un éleveur pour ramener son troupeau ; c'est le round-up. Dans la dernière aventure, Luke aide un colosse nommé Beld... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  29 août 2016
Trois petites histoires sont réunies sous ce numéro. Toutes ont été écrites et dessinées par Morris entre 1949 et 1950 et publiées dans Spirou.
La première a pour titre : le retour de Joe la Gâchette.
Aux abords de Nugget-Gulch, Lucky Luke rencontre un étranger dénommé John Smith ou John le philanthrope, comme il aime à s'appeler. En ville c'est l'effervescence, une course de chevaux est organisée avec cinq cents dollars de prix : concurrents et parieurs sont au taquet. Des dessins bien sympas avec une histoire bien en rythme rendent cette BD agréable.
La deuxième a pour titre : Jours de round-up.
Lucky Luke est embauché pour réunir et convoyé du bétail pour le compte d'un fermier. Une histoire un peu simplette avec quelques gags visuels : rien de super passionnant.
La troisième a pour titre : le grand combat.
Lucky Luke rencontre Percival Belden, fort comme un turc, capable d'assommé un taureau d'un coup de poing. Arrivé en ville, Luke montre à Percival, qui ne sait pas lire, une affiche réclamant des volontaires pour combattre Killer Kelly, champion de boxe. Une récompense de 10 000 dollars au vainqueur.
Une très bonne histoire avec pas mal de gags, malgré des dessins qui ne sont un peu hésitants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Alfaric
  12 février 2018
Dans "Le Retour de Joe la Gâchette" publié entre 1949 et 1950, le détournement se Jack Palance se fait passer pour John le Philanthrope et chipe Jolly Jumper à Lucky Luke pour remporter les 500$ de la course de Nugget-Gulch, et nous assistons à une compétition loufoque dans la tradition de "Wacky Races" / "Les Fous du volant"... Mais on ne la fait pas à Lucky Luke qui récupère Jolly Jumper, ce qui oblige John le Philanthrope / Joe la Gâchette à exécuter son Plan B qui est de braquer la recette des bookmakers... du coup on assiste à une énième poursuite entre le lonesome cowboy et un coyote pistolero : déjà 4 tomes et ce schéma me saoule car j'ai déjà vu, revu, et rerevu tout cela je ne sais pas combien de fois dans les cartoons yankees ! (mais Morris développe son propre humour, notamment avec les fameux panneaux indicateurs qui ont contribuer à la popularité de la série)
Dans "Jours de Round-Up" publié en 1950, on retombe avec énormément de naïveté avec tous les classiques de la gestion de ranch : rodéo, lasso, maîtrise du troupeau et marquage des veaux... Évidemment il faut retrouver des voleurs de bestiaux, et on n'oublie pas les clichés sur les Chinois et les Mexicains...
Dans "Le Grand Combat" publié aussi en 1950, Lucky Luke organise un combat entre le gentil géant Percival Belden qui ne pense qu'à sa fiancée Rosita et la machine de guerre Killer Kelly qui ne pense qu'à détruire ses adversaires... J'ai aussi déjà vu, revu, et rerevu tout cela je ne sais pas combien de fois dans les cartoons yankees ! (Morris abandonnant le développement de son style propre pour en recopier absolument tous les gimmicks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
jamiK
  04 avril 2019
Cet album est composé de trois histoires.
Dans la première, le Retour de Joe la Gachette, Lucky Luke va participer à une course de cheval où évidemment, Jolly Jumper est le plus rapide. Dans la seconde, Jours de round-up, Lucky luke s'engage comme cow boy dans un ranch, on découvre la vie de ces vachers, capture et marquage des veaux, vol de bétail… Et dans la troisième, le Grand Combat, Lucky Luke va coacher Percival Belden dans un combat de boxe.
C'est sans doute l'album le plus “cliché” de la série, le western où le bon gagne toujours à la fin, il a le meilleur cheval, il tire le plus vite et en plus il est gentil et généreux. L'humour de Morris est loin de la finesse de celui de Goscinny, et le graphisme manque encore de finesse, à noter tout de même le soin apporté aux représentation de chevaux, et aux points de vues dynamique inspirés de ce qui se fait dans le cinéma. On sent d'ailleurs l'influence du cinéma américain encore très pesante, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Ces trois histoires on été publiées en 1950, la fascination pour le western passe avant le reste, mais c'est aussi pour cela que cette bande dessinée a beaucoup vieilli. Découvert pour la première fois au début des années 70, je l'ai relu avec une certaine nostalgie et c'est principalement là que se situe l'intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bdelhausse
  24 février 2018
Trois petites aventures de Lucky Luke, très ancrées dans l'Ouest américain. On sent que Morris bossait pas mal le contexte. On a
- une course de chevaux où un candidat vole Jolly Jumper pour gagner,
- un éleveur qui embauche Lucky Luke pour regrouper ses bêtes (le round-up, qui n'est pas seulement un herbicide néfaste),
- Lucky Luke devient le coach d'un boxeur amoureux au grand coeur et au punch d'acier.
La mise en place des situations est assez souvent finement observée. le dessin n'est pas encore définitif, mais Morris sait y faire question mouvement, dynamisme, courses, bagarres... Par contre, le déroulement et surtout la fin des histoires sont très "cliché". Et ne parlons pas du découpage en petits carrés identiques, de taille plutôt réduite, qui ne laisse pas vraiment la place à quelque chose d'ampleur.
Mais le plus gros bémol, c'est la nature même de Lucky Luke. On sent que Morris tâtonne encore un peu. Son héros n'a pas encore complètement ce sens de l'humour très personnel, il en est encore à gagner de l'argent, à chercher la compétition, la gagne, etc. On n'a pas encore ce héros au grand coeur qui s'en ira sur l'air du Poor Lonesome Cowboy qui marquera définitivement le héros qui tire plus vite que son ombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Kenehan
  05 avril 2013
Trois nouvelles histoires rassemblées ici, le dessin est inégal mais on retrouve quelques bases visuelles pour la suite. On notera quelques incohérences avec les aventures précédentes tout de même.
Le retour de Joe la Gachette :
Beaucoup d'éléments déjà vu pour cette bande dessinée mais se laisse lire. Sans plus. On s'étonnera cependant que Jolly Jumper se laisse monter par Joe la Gachette, alors qu'il a toujours rué dès qu'un autre que Lucky Luke le chevauchait...
Jours de round-up:
Peut-être l'une des plus intéressantes premières aventures où Lucky Luke va aider un propriétaire de ranch à s'occuper de son troupeau. On découvre pas mal de vocabulaire propre à ce métier et sa pratique globale. le tout avec humour et quelques brigands.
Une nouvelle incohérence à noter, Lucky Luke, excellent cavalier même lors des rodéo dans les précédents tomes, use ici d'un petit stratagème pour ne pas chuter... Un Luke plus si infaillible que cela.
Le grand combat :
Une histoire de combat de boxe. On se demande un peu ce que Lucky Luke vient faire là-dedans...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   21 février 2018
Eau empoisonnée. Buvez-en une fois et vous n'aurez plus jamais soif.

Danger ! Eau non potable ! Faites votre testament avant de boire.

Eau alcaline non potable ! Pour vos funérailles, couronnes, etc., adressez-vous à Tom O'Sullivan (maison fondée en 1800)

Eau empoisonnée. Guérit tous les maux.

Eau non potable ! Buvez et allez voir votre arrière-grand-père...
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   24 février 2018
- J'ai moi-même boxer pendant vingt ans, après quoi j'ai abandonné le ring... Me faire abîmer la figure pour quelques maudits dollars ? Oh ! Non, pas moi... Et finir mes jours à moitié cinglé, par pour tout l'or du monde...
Sale métier, la boxe... Ces gars finissent par avoir des tintements dans les oreilles, ils entendent des cloches et des sonnettes à longueur de journée...
Commenter  J’apprécie          100
domisylzendomisylzen   29 août 2016
Attendez ici … Kelly n'aime pas les spectateurs pendants ses heures d'entrainement … Vous comprenez … Quelqu'un pourrait l'accuser de meurtre …
Commenter  J’apprécie          160
KenehanKenehan   11 septembre 2015
Un boxeur parlant de son sport sous le soleil du Far West :
- Dans le métier de boxeur, il faut savoir s'arrêter à temps... J'en ai vu qui finissaient par voir éternellement des taches blanches grouiller devant leurs yeux... ça alors ! Voilà qu'il recommence à neiger ! Quel sale temps nous avons...
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   21 février 2018
- Dites donc ! Qu'attendez-vous pour payer vos taxes ?
- Tout de suite monsieur le receveur.
- Où sont les bookmakers ?
- Au revoir, monsieur le receveur.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Morris (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Morris
Morris et Goscinny - Lucky Luke (1971)
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les albums de Lucky-Luke ( BD).

...................de Dick Digger.

la jambe
la mine d'or
le cheval
la mine d'argent

30 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : MorrisCréer un quiz sur ce livre