AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021363272
Éditeur : Seuil (01/02/2018)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Finie la crise ! La Grèce va mieux ! Hélas, il s'agit d'une fiction. Désormais la Grèce est aux mains d'un parti ni-de-droite-ni-de-gauche que dirigent de fringants quadragénaires, amis des patrons et des banquiers. Et l'argent coule à flots. Mais d'où vient l'argent ? Aux yeux du commissaire, tout ça est louche. Comme le triple assassinat d'un cadre supérieur de l'office du tourisme, d'un armateur, d'un journaliste à la retraite sur lequel il enquête. Et ces immigr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  22 mars 2019
Polar d'ambiance intéressant, qui me donne envie de lire d'autres livres de l'auteur. Ca me fait un peu penser à "Cyber China" de Qiu Xiaolong, mais sur la Grèce moderne, la crise, la sortie de crise, le matérialisme, la corruption, l'amitié, le sens du devoir, la police ... A lire
Commenter  J’apprécie          401
Mimeko
  11 décembre 2019
Après dix ans de crise et de restrictions budgétaires, la Grèce redevient attractive et, ce qui semblait une illusion, se réalise enfin, les investissements et l'argent affluent dans le pays et permettent des augmentations de salaires, et prochainement ceux du secteur public...Le commissaire Charitos reste sceptique d'autant plus qu'il est sur deux meurtres, survenus à quelques jours d'intervalle. Une première victime, gérant d'une marina et rapidement une deuxième, armateur; dans les deux cas, ce sont des migrants qui sont arrêtés et étrangement, sans réelle de volonté pour se défendre, à croire qu'ils y gagnent quelque chose...Charitos reste dubitatif d'autant plus que le milieu dans lequel évoluait les deux victimes est particulièrement convoité par les investisseurs et l'argent coule à flot, évoquant une Grèce nouvelle qui pourrait être la nouvelle plaque tournante du blanchiment d'argent. C'est ce que doit éclaircir le commissaire et ce n'est pas simple car son supérieur Guiskas qui pensait être promu a été évincé et c'est Dimitriadis, un responsable qui représentait la police Grecque à Schengen, qui lui a damé le pion, un chef qui veut des résultats rapides, faisant preuve d'interventionnisme et s'immisçant constamment dans l'enquête.
Un nouvel opus dans une politique fiction on l'on assiste au redressement économique et surtout financier de la Grèce, les salaires sont augmentés, Katerina a trouvé un contrat bien rémunéré et les entreprises investissent...Cet afflux d'argent reste suspect et va s'immiscer dans l'enquête sur les deux meurtres, puis un troisième, celui de Sotiropoulos, le journaliste qui avait pris sa retraite mais enquêtait sur les mouvements d'argent.
Une enquête du débonnaire Charitos, qui n'est pas la meilleure mais qui a l'avantage de le replonger dans son cher dictionnaire pour éclaircir les termes financiers, suivre ainsi les transferts et mieux comprendre les montages financiers qui fleurissent en cette période de reprise économique. Une enquête où l'on renoue toujours avec l'humour, et un peu plus d'optimisme, même si le commissaire perd un de ses plus vieux compagnon de route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
morin
  23 mars 2019
Offshore est le cinquième roman que je lis de Pétros Markaris, le quatrième dans lequel le commissaire se voit confier en même temps 3 enquêtes pour morts violentes (le cinquième roman lu compte quatre morts) : on ne lésine pas en Grèce sur le nombre de morts !
Revenons à Offshore. C'est avec plaisir que je retrouve la famille du commissaire, Adriani l'épouse, excellente cuisinière, Katérina, la fille avocate, Phanis le gendre ainsi que les amis Mania, Uli, Zissis...
La Grèce est sortie de la crise, un nouveau gouvernement ni-droite, ni-gauche, est au pouvoir, l'argent rentre, les salaires augmentent, les grecques retrouvent leur voiture et les embouteillages. En dehors d'Adriani tout le monde semble se réjouir de la situation.
Le premier mort est directeur de l'office du tourisme, le second est armateur et le troisième journaliste en retraite.
Comme à son habitude le commissaire Charitos enquête consciencieusement, il cherche non seulement qui a tué les victimes mais surtout le pourquoi ils ont été tués ... démarche qui ne plaît pas à sa hiérarchie, il sera suspendu.
Roman policier un peu décevant par rapport aux livres précédemment lus de l'auteur. J'ai trouvé le démarrage du récit un peu lent, puis le suspens arrive et l'intérêt du lecteur se réveille. La deuxième moitié de l'ouvrage se dévore.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Rodin_Marcel
  16 octobre 2018
Markaris Petros – "Offshore" – Seuil, 2018 (ISBN 978-2-02-136327-2) – copyright 2016 pour l'original en grec.

Ce roman est triplement nul.
D'abord parce que l'écriture en est particulièrement pauvre,
ensuite parce que l'intrigue – purement linaire – n'offre aucun tension,
enfin parce que l'auteur ne se sert de son récit que pour faire une démonstration pseudo économico-politique de ce qu'il croit être l'origine de la "nouvelle" prospérité de la Grèce.

Rappel : après une crise économique (2008-2015) qui faillit mettre en péril le fragile édifice monétaire européen, ce pays se vit infliger une période de réformes économiques drastiques surveillées – enfin ! – par les bailleurs de fonds, sensés représenter le contribuable des autres pays européens.
Les grecs réagirent en élisant un gouvernement dirigé par un mouvement dénommé "Syriza" dirigé par un dénommé Tsipras qui prétendait rien moins que ne rien rembourser et sortir de l'Euro. Après moult négociations tumultueuses, Tsipras se vit contraint de se plier aux exigences édictées par les prêteurs et de mettre en oeuvre une cure d'austérité drastique, tout à fait inhabituelle pour la population grecque, et surtout pour sa mafia dirigeante corrompue jusqu'à la moelle, habituée à dilapider les sommes colossales reçues des andouilles siégeant à Bruxelles depuis son adhésion en 1981 (sommes dont les trois quarts au moins se trouvent sur des comptes privés grecs en Suisse).
le gouvernement aurait réussi à rétablir la situation à partir de 2016, et la Grèce est donc plus ou moins sortie cette année des contraintes imposées. L'auteur – Markaris – se pose avec raison la seule question intéressante : d'où vient donc l'argent qui semble de nouveau couler à flots ?

Il aurait pu ouvrir au moins deux pistes :
d'une part les prêts de nouveau accordés par les braves instances européennes piochant dans la poche des contribuables,
d'autre part la vente des "bijoux de la couronne", par exemple à la Chine, qui s'est ainsi offert le port du Pirée (le plus grand port commercial de Méditerranée, vendu à Cosco) en janvier 2016 pour mieux envahir l'Europe avec ses marchandises produites à très bas coup.

Markaris imagine une toute autre réponse, qui s'avère malheureusement inintéressante, voire idiote.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Fantine
  15 septembre 2019

Lu avec curiosité.
Bof, bof !!!!
Il est vrai que ce polar est facile à lire. L'intrigue tient la route (enfin, façon de parler et/ou d'écrire), mais, elle me semble quelque peu légère, sans grand intérêt, et, les différents protagonistes, je les trouve inconsistants, fades, et, sans aucune personnalité, ni aucun caractère. Peut-être est-ce dû qu'il s'agit du tout premier romancier grec que je lis, et, que je n'ai pas l'habitude de la mentalité grecque.
En tout cas, Petros Markaros a suivi l'actualité de près lorsqu'il a écrit son roman. En effet, Offshore a été publié au moment où la Grèce sortait de la crise financière qui l'a mené vers la faillite. Ce qui donne une atmosphère particulière avec des personnages quelque peu désabusés, et, cherchant par touts les moyens à s'en sortir.
Un roman policer qui ne laissera pas un souvenir impérissable dans mes lectures.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   20 mars 2019
- C'est vraiment délicieux. Les Italiens cuisinent très bien.
- Je vais t'offrir un livre de recettes italiennes, dit Mania.
- Ma chérie, ne gaspille pas ton argent. Il resterait dans le placard. Moi je sais cuisiner à la grecque et je ne veux pas imiter les Italiens. Si je voulais apprendre des recettes, je regarderais tous les matins à la télé ces chefs qui vous font de ces plats, une vraie folie (...)
Comment a-t-on fait pour passer du souvlaki à la cuisine thaïlandaise ? Il est vrai qu'on a quitté la charrette pour le 4x4. C'est pareil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MimekoMimeko   09 décembre 2019
Quand je lui ai demandé comment pouvaient collaborer deux mafias dont les pays sont à couteaux tirés, il a éclaté de rire. Il m'a dit : Attends, pendant la guerre en Yougoslavie, alors que la Serbie, la Bosnie et la Croatie s'entr'égorgeaient, toutes les mafias du coin travaillaient ensemble à briser l'embargo et fournir Milosevic en pétrole clandestin.
Commenter  J’apprécie          100
SachenkaSachenka   09 octobre 2019
- [...] Il y a deux choses qu'il faut enterrer dans tous les cas : les morts et les magouilles. Le monde autour de nous va puer si on laisse les morts sans sépulture. Et l'argent pue aussi quand on n'enterre pas les magouilles.
Commenter  J’apprécie          160
MimekoMimeko   08 décembre 2019
- Quand la direction du Parti prenait une décision et que l'un de nous avait des objections, le secrétaire général lui disait : "C'est ça la ligne, camarade" ce qui voulait dire : "Ferme-la et fais ce qu'on te dit". C'est précisément ce qu'a fait ton sous-chef.
Commenter  J’apprécie          110
petitsoleilpetitsoleil   21 mars 2019
Il est évident que ce Poséidon a suivi la conférence de presse du ministre. Et non moins évident qu'il a les mêmes doutes que Sotiropoulos et moi.
Première question : En sait-il davantage et va-t-il tout déballer plus tard, ou pêche-t-il au hasard, un peu comme nous ? S'il a des choses à nous dire, alors nous devons attendre. Il le fera quand il le jugera bon.
Deuxième question : Pourquoi ces messages ? Là aussi, deux réponses, une simple et une complexe.
La simple, c'est qu'il ne sait rien, qu'il lance des appâts sur Internet, sachant que le poisson peut mordre.
La complexe, ce serait qu'il a intérêt à le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Pétros Márkaris (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pétros Márkaris
Pétros Márkaris - Liquidations à la grecque .À l'occasion du Festival International Quai du Polar, Pétros Márkaris vous présente "Liquidations à la grecque" aux éditions Seuil. Traduit du grec par Michel Volkovitch. Lauréat du prix le Point du Polar européen 2013. http://www.mollat.com/livres/petros-m%C3%A1rkaris-liquidations-grecque-9782021053517.html Notes de Musique : "Morning Emerges From Night" by Ergo Phizmiz (http://www.ergophizmiz.net)
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1977 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..