AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757833919
330 pages
Points (06/06/2013)
3.52/5   108 notes
Résumé :
Harmonie et probité: à en croire les médias officiels, le modèle chinois est une réussite. Mais sur Internet, la colère des cyber-citoyens se déchaîne. Zhou, un cadre de la municipalité de Shanghai, est la cible rêvée de cette chasse à la corruption d'un nouveau genre. Une photo de lui en possession d'un paquet de cigarettes de luxe, emblème des Gros-Sous sans scrupules, enflamme la toile. Deux semaines plus tard, on le retrouve pendu. Suicide? Assassinat? Sous l'œi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 108 notes

Crazynath
  19 mars 2022
Cyber China est la huitième enquête de Chen Cao, l'inspecteur créé par Qiu Xiaolong.
Une fois de plus, je suis retournée avec plaisir en Chine en compagnie de ce personnage si particulier et attachant.
En effet, si les talents de de l'inspecteur sont reconnus et avérés, il ne faut pas oublier qu'il est aussi un poète talentueux, ce qui lui permet d'avoir un regard tout en mesure et nuances sur son pays qui évolue à une vitesse vertigineuse. Il continue à mener se enquêtes dans un Shanghai où la démesure avec sa croissance exponentielle croise les vieux quartiers traditionnels.
Une fois de plus, c'est la corruption de certains membres du gouvernement qui va être au coeur de cette histoire.
Avec l'arrivée d'internet et donc d'une nouvelle forme de communication, certains internautes font la chasse aux politiques véreux. L'un de ces politiques va se retrouver pendu. Meurtre ou suicide, comme semblent l'affirmer ses supérieurs ?
Une enquête qui semble compliquée dès le début, surtout que l'un des collègues de Chen chargé de cette enquête va décéder de manière accidentelle…ou pas ?
J'avoue que ce n'est pas mon enquête préférée de la série.
Autant j'avais vraiment apprécié le tome précédent, « Les courants fourbes du lac Tai », autant, j'ai eu de la peine à m'intéresser cette enquête ci.
Ceci dit, je poursuivrais avec plaisir mes lectures en compagnie de Chen Cao, car il me reste encore quelques tomes à découvrir.
Challenge Mauvais Genres 2022
Challenge ABC 2021/2022
Lecture polar thématique mars 2022 : polar qui se déroule dans un pays asiatique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
sandrine57
  03 janvier 2017
Zhou Keng, le directeur de la commission d'urbanisme de Shanghai est retrouvé pendu dans un hôtel huppé de la ville où il était assigné à résidence après une vaste campagne anti-corruption menée contre lui par les internautes. Si les autorités du Parti penchent en faveur d'un suicide, pour plus de transparence, elles demandent tout de même l'aide de la brigade criminelle dirigée par l'inspecteur Chen. L'inspecteur Wei est donc chargé de confirmer cette thèse tandis que Chen, fraîchement promu vice-secrétaire et membre du Comité municipal du Parti, fait office de conseiller spécial. Mais le suicide n'est pas la seule option possible et quand Wei meurt renversé par une voiture, Chen pense à un meurtre. Décidé à faire la lumière sur cette affaire, Chen, aidée de la belle journaliste Lianping, poursuit l'enquête, quitte à mettre sa carrière en péril.
Dans cette nouvelle enquête de son inspecteur poète Chen Cao, Xiaolong Qiu aborde une nouvelle fois la corruption qui gangrène le ''socialisme à la chinoise''. Une composante du paysage politique chinois qui mine la confiance des citoyens de plus en plus outrés par les signes ostensibles de richesse affichés par les gros bonnets du Parti. Un Parti qui a longtemps nié les faits puis, sous la pression du peuple, a mis en place un système de répression des fraudes en tout genre. le présumé corrompu est dorénavant isolé, interrogé et condamné. Car le peuple dispose désormais d'une arme toute puissante pour dénoncer les injustices : internet. Forums et blogs se multiplient et provoquent de véritables chasses à l'homme contre les nantis qui profitent de leur situation pour s'enrichir sans vergogne. Si l'Etat tente de contrôler la toile, la tache est ardue et certains réussissent à échapper au système pour créer des espaces de libre expression.
Toujours à la lisière de l'obéissance et de la recherche de la vérité, tenaillé entre son idéal et les passe-droits que lui offre sa position, Chen navigue en eau trouble, les deux pieds dans cette Chine moderne qui rêve de réussite sociale et matérielle et la tête emplie de poèmes de la Chine ancienne. C'est toujours un plaisir de le suivre dans les rues de Shanghai, des buildings ultra-modernes de Pudong aux shikumen traditionnels. Cette enquête est un peu longuette, elle prend son temps pour aboutir mais reste un bon moment de lecture pour les fans de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
mh17
  02 février 2021
C'est mon premier "Inspecteur Chen". L'auteur Qiu Xialong est un universitaire, traducteur et poète shanghaïen émigré aux Etats-Unis. Il écrit ses romans policiers en anglais. A travers ceux-ci, il analyse les bouleversements de la société chinoise contemporaine qu'il juge pervertie par l'argent. Dans Cyber China ( 2012), Qiu Xialong s'attaque à la corruption immobilière qui accélère les carrières des dirigeants à condition bien-sûr de ne pas gêner le parti. Mais Internet offre des possibilités car malgré une police spéciale, il est très difficile pour le gouvernement de tout contrôler.
Zhou, Directeur de la Commission d'urbanisme de la ville de Shanghai est retrouvé pendu dans une chambre de la villa Moller, un hôtel luxueux. Zhou y était placé sous "shuanggui", c'est-à-dire sous détention illégale, par le Département de Contrôle de la Discipline du Parti. Cette procédure n'est pas du ressort de la police. le célèbre inspecteur Chen nouvellement promu est mandaté comme conseiller spécial pour sauver les apparences. Zhou était la victime d'une chasse au corrompu sur le web. Une photo le montrant avec un paquet de cigarettes de luxe et surtout un discours expliquant qu'il ne souhaitait pas que les prix de l'immobilier baissent avait mis toute la toile des cyber-citoyens en émoi. Les autorités demandent à l'inspecteur de conclure à un suicide, mais la mort de son assistant, renversé par une voiture, le conduit à mener à bien une véritable enquête.
Dans ce roman policier, n'y a pas de scènes de violence, de poursuites en voiture ni de sexe. L'inspecteur Chen est un gentil policier politiquement correct. Il porte un regard lucide plus que désenchanté sur la société. il essaye de demeurer intègre malgré tous le honneurs qui lui tombent dessus et malgré les gros cadeaux que lui offrent les Messieurs "Gros sous" auxquels il a rendu service dans les épisodes précédents. Il boit du thé ou du café, rend visite à sa vieille mère malade. Il est féru de poésie, fin gourmet. Il plaît aux dames sans leur sauter dessus. Un bon petit. Et puis c'est surtout notre guide suprême à Shanghai, il explique, décrypte, pour nous le système et récapitule souvent la situation sur son carnet. L'auteur est professeur, cela se voit. C'est du polar didactique, bien ficelé. Il manque simplement de profondeur psychologique et d'émotion. A défaut, l'auteur incruste des citations de poètes ou d'érudits chinois. Mais ne soyons pas trop sévère avec le professeur Qiu. J'ai passé un bon moment avec cette enquête de l'inspecteur Chen et je poursuivrai l'expérience certainement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
babel95
  04 janvier 2020
Cyber China, est un roman policier qui met en scène l'Inspecteur principal Chen Cao, de Shanghai.
Zhou Keng, directeur de la Commission d'Urbanisme de Shanghai, a été la cible de cyber-citoyens qui ont dénoncé sa corruption : la publication d'une photographie de lui, en possession de cigarettes de luxe a mis le feu aux poudres ; placé sous shuanggui (détention en isolement, hors du cadre policier) à l'Hôtel Villa Moller, il s'est pendu. La mission de Chen, telle que Li, membre haut placé du Parti, la lui définit, est de conseiller Wei, l'enquêteur, chargé de conclure au suicide. Car Zhou était avant tout un cadre éminent du Parti… Une mission somme toute assez simple, si Wei ne succombait pas brutalement, victime d'un accident de la circulation. Faux suicide… et peut-être vrais crimes. L'inspecteur Chen va devoir s'attaquer à démêler un écheveau de pistes, et trouver rapidement qui se cache derrière cette chasse à l'homme et qui avait intérêt à la mort de Zhou. La sécurité intérieure est déjà à l'oeuvre et souhaite mettre un terme rapide à cette affaire.
Cyber China (dont le titre original est Enigma of China) dénonce de manière documentée la corruption dans le domaine de l'immobilier. Par ailleurs, Xiaolong Qiu décrit la façon dont internet est utilisé par les cyber-citoyens pour dénoncer cette corruption des «Gros-Sous», hommes politiques profitant du développement économique pour s'enrichir et comment sont organisées de véritables chasses à l'homme virtuelles.

Comme le remarque Chen, l'internet chinois fait l'objet de contrôles étendus et efficaces et il existe même une police spécialisée pouvant faire fermer les sites et les blogs à tout moment. L'internet chinois, grâce aux cyber-cafés, représente un espace de liberté de tout premier ordre aux bloggeurs et à ceux qui les suivent, offrant informations non censurées, suscitant la réflexion et favorisant les échanges.
Cyber-China est pour moi un roman policier de grande qualité, qui m'a permis de me plonger dans le monde foisonnant de Shanghai ; l'énigme policière relativement simple permet à Xialong Qiu de nous donner à voir une Chine complexe. Grâce à des personnages réussis, le romancier offre une vision réaliste de la vie quotidienne des habitants de Shanghai, les conditions de vie extrêmement difficiles, la pauvreté criante qui côtoie le luxe insensé. Il dépeint les repas simples en famille comme les restaurants de grand luxe. Chen l'inspecteur-poète cite la poésie classique, se réfère à Confucius, et dénonce la culture fast-food…
Une vraie réussite.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MELANYA
  28 juin 2021
Qiu Xiaolong, écrivain chinois né à Shanghaï surnommée « La Cité de la poussière rouge », après plusieurs polars à succès, a écrit « Cyber China » ayant pour thème le cyber-harcèlement.
Avec Internet, ce réseau informatique mondial et son utilisation sont devenus de plus en plus plus importants. Cet ouvrage a pour thème une chasse à l'homme par des cyber-citoyens contre Zhou, un membre influant du parti, retrouvé mort après avoir été pris en flagrant délit de corruption.
C'est le récurrent inspecteur Chen Cao, un policier poète qui est chargé de l'enquête.
Zhou a été retrouvé dans une chambre d'hôtel où il était assigné en shuanggui (résidence surveillée) suite à une dénonciation sur son train de vie plus somptueux que la normale car il aurait du vivre de façon plus simple conformément aux lois du parti communiste.
Chen Cao, en qualité de conseiller principal, doit superviser l'inspecteur Wei, ce qui va gêner quelque peu les responsables du parti, les services de renseignements de la police du net (wang guan) mais cela va lui permettre de faire connaissance d'une jolie journaliste, Lianping.
Avec cette cyber-révolution, Chen va se retrouver pris dans la Toile car elle enflamme le pays. Mais notre héros ne manque pas de garder son calme, n'oublie jamais de citer des poèmes chinois traditionnels et nous entraîne dans un voyage bien dépaysant, au milieu de la révolte des citoyens par l'intermédiaire des réseaux sociaux.
Avec Qiu Xiaolong c'est toujours un plaisir de lire ses ouvrages. Il faut signaler qu'il a quitté son pays suite aux événements de la Place Tian'anmen pour se réfugier aux États-Unis.
Ses ouvrages portent sur l'évolution sociale et culturelle de la Chine et ont également souvent pour thème la corruption due à l'argent.
Nous assistons donc à cette « chasse à l'homme  sur le web », déclenchée soudainement à cause d'une photo. On peut lire :
« - Zhou. Une chasse à l'homme sur Internet. A cause d'un paquet de cigarettes.
- Un paquet de 95 Majesté Suprême, précisa Li. Une photo publiée sur Internet a lancé la chasse à l'homme et fait éclater un terrible scandale. (…)
Mais Chen ne possédait aucune information, il n'avait fait qu'entrevoir un gros titre dans un journal local. Ce n'était que par curiosité naturelle qu'il avait retenu l'expression « chasse à l'homme ». Une histoire de traque sur Internet, c'était tout ce qu'il savait. Un nombre incalculable de termes empruntés au réseau avaient surgi dans le langage courant et leur sens restait souvent à peine intelligible pour les non-initiés comme lui. Donc réaction ultra-violente, démesurée...
L'enquête va conduire Chen à Shaoxing, au sud de Shanghaï – parsemer le récit de vers tirés de poèmes – faire aussi parvenir certains de ses poèmes à Lianping – nous faire connaître la gastronomie locale – nous tenir en haleine car finalement, c'est à Shanghaï, dans une pièce contiguë au bureau de Zhou que des preuves seront trouvées. Oui, mais quelles preuves ? Et comment finit cette enquête ?
« Cyber China » (publié en 2012) est un excellent polar sans avoir besoin d'intégrer des descriptions morbides. Bien au contraire. On suit notre inspecteur poète allègrement tout en constatant les ravages causés par le Net, démontrant que l'évolution du progrès n'est pas toujours bonne.
Encore un excellent ouvrage de cet écrivain qui ne faillit pas à sa réputation.
Trois critiques relevées parmi de nombreuses autres  : « Un polar chinois réussi sur la corruption à l'heure d'Internet. Une excellente cuvée. » (Rue 89).
«Un portrait passionnant et sans concessions de la Chine contemporaine.»( L'Hebdo).
«Une écriture transparente permet de saisir un paysage d'une profonde complexité.» (Alternatives internationales).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   04 janvier 2020
La photo du paquet de cigarettes a été prise lors d'un colloque important auquel Zhou participait. Savez-vous ce qu'il a dit ce jour-là ?
Peiqin poursuivit sans attendre la réponse.
- Il a parlé de l'absolue nécessité du maintien de la stabilité du marché immobilier. Qu'est-ce que cela veut dire ? Que les prix ne peuvent pas baisser. Aujourd'hui, un mètre carré dans le quartier de Lujiazui vaut cent trente mille yuans. En d'autres termes, il faudrait que je travaille quatre ou cinq ans sans dépenser un centime pour m'offrir un mètre carré. Yu et moi jouissons encore d'une situation assez confortable, grâce à la pièce et demie qui nous a été allouée dans ce quartier bien situé lors de la dernière attribution du comité du logement, et ce, grâce à votre intervention. Mais comment ferons-nous quand Qinqin aura son diplôme ? Il aura besoin d'un appartement. Si les prix ne baissent pas, nous ne pourrons jamais en acheter un. Il risque fort d'être obligé de vivre dans les mêmes conditions que nous avant notre emménagement ici. Vous vous souvenez, nous avons passé des années avec le Vieux Chasseur, à trois générations entassées dans une pièce commune.
- Ne t'en fais pas trop pour l'avenir, Peiqin, dit Yu en lui offrant un piètre sourire.
- Toi, tu ne penses qu'à tes enquêtes, mais moi, je dois penser à notre fils. Dans la société d'aujourd'hui, un jeune homme sans espace à lui n'a aucune chance de pouvoir sortir avec une femme, encore moins d'en épouser une. En cette époque matérialiste, les gens sont très terre à terre, ajouta-t-elle en fronçant les sourcils….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FortunaFortuna   07 mars 2014
- Au fait, on va bientôt ériger une nouvelle statue de Confucius sur la place Tian'anmen, à ce qu'il paraît. Je me demande si les gens iront brûler de l'encens là-bas.
-Impossible, dit Chen. Songez au mouvement du 4 mai et aux attaques de Mao contre le confucianisme.
- Rien n'est impossible dans notre miraculeuse République. Vous vous souvenez du proverbe ? Le vrai malade n'a plus le loisir de choisir son médecin, qu'il s'appelle Confucius ou autrement. Croyez-vous qu'une ancienne idole ressuscitée puisse guérir le pays de sa crise idéologique ?
Elle haussa les sourcils. Une lueur d'humour cynique brillait dans ses yeux et cela plaisait à Chen.
Quelles qu'aient été les offrandes jetées dans le brasier de la cour du temple, le feu les avait dévorées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
babel95babel95   04 janvier 2020
les autorités du Parti choisissaient de punir leurs cadres au cas par cas, "sans tambour ni trompettes", et surtout, sans en avertir le peuple.
Chen essaya de trouver des renseignements sur internet. A son grand étonnement, plusieurs sites étaient bloqués. Les portails mentionnant Zhou affichaient le message "erreur". Il n'obtint que des extraits de médias officiels résumant l'affaire en deux ou trois lignes. Le contrôle d'internet n'était pas un phénomène inconnu de Chen, mais son étendue et son efficacité l'effrayaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
babel95babel95   04 janvier 2020
Zhou avait connu une ascension spectaculaire, à l'image de la transformation fulgurante de la ville, et avait gravi les échelons depuis les années soixante-dix où il occupait un poste de simple employé dans un petit centre de production industrielle jusqu'à sa dernière position. Il fallait le reconnaître, son mandat avait donné naissance à un nombre incroyable de projets immobiliers qui avait radicalement modifié le paysage urbain. Même pour des Shanghaiens de naissance comme Chen, il était parfois difficile de retrouver son chemin au milieu des nouveaux gratte-ciel, jaillis en masse comme les pousses de bambou après une averse de printemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GrouchoGroucho   18 décembre 2014
- Votre amitié m'est précieuse Lianping. Je vais vous demander de faire une chose pour moi, mais vous êtes libre de refuser.

- Dites moi.

- Quand je donnerai les pièces à conviction laissées par Zhou à la commission centrale du contrôle de la discipline de Pékin, ils décideront peut-être de ne rien en faire, en fonction de leurs intérêts politiques du moment et pour diverses raisons, bonnes ou mauvaises.
Pour eux la justice est comme une balle de couleur dans la main d'un magicien, elle peut disparaître et se transformer d'un instant à l'autre.
C'est pour cela que j'ai pensé à vous. Si ma tentative chimérique coule en silence comme un pavé jeté dans l'océan, pourriez-vous faire éclater la vérité.
Vous maîtrisez suffisamment Internet pour savoir comment vous y prendre efficacement, sans courir de risque.

- Après tout ce que vous m'avez dit, dit-elle d'une voix chancelante, les yeux rivés aux siens, je ferai tout ce que vous voudrez.

- Et vous le ferez sans vous mettre en danger ; promettez-le moi, Lianping.

- Oui, je sais comment faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Xiaolong Qiu (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xiaolong Qiu
L'auteur chinois Qiu Xiaolong, connu pour sa série en langue anglaise ayant pour héros l'inspecteur Chen Cao, est venu nous présenter sa première adaptation en bande dessinée : La Danseuse de Mao. Une affaire entre la Chine de la fin des années 90 et celle de la Révolution Culturelle, où la vérité sur l'histoire d'une supposée maîtresse de Mao n'est pas forcément celle qu'attendent ses supérieurs.
Vidéo réalisée par Yves Czerczuk. Cadrage et montage : Yves Czerczuk.
Découvrir "La Danseuse de Mao" : https://www.hachette.fr/livre/la-danseuse-de-mao-9782811620400
Voir la vidéo sur Hachette.fr : https://www.hachette.fr/videos/qiu-xiaolong-presente-la-danseuse-de-mao
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre