AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757833919
330 pages
Éditeur : Points (06/06/2013)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Zhou, un cadre de la municipalité de Shanghai, est retrouvé pendu dans une chambre d’hôtel. Il y avait été « shuanggui », c’est-à-dire enfermé illégalement à la suite d’une photo parue dans la presse. On l’y voyait fumant des cigarettes de luxe, et affirmant sa position sur l’augmentation des loyers, attitude incompatible avec la moralité du pays. L’inspecteur Chen Cao ne croit pas au suicide. Engagé en tant que « conseiller », il se retrouve pris entre la Commissio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  03 janvier 2017
Zhou Keng, le directeur de la commission d'urbanisme de Shanghai est retrouvé pendu dans un hôtel huppé de la ville où il était assigné à résidence après une vaste campagne anti-corruption menée contre lui par les internautes. Si les autorités du Parti penchent en faveur d'un suicide, pour plus de transparence, elles demandent tout de même l'aide de la brigade criminelle dirigée par l'inspecteur Chen. L'inspecteur Wei est donc chargé de confirmer cette thèse tandis que Chen, fraîchement promu vice-secrétaire et membre du Comité municipal du Parti, fait office de conseiller spécial. Mais le suicide n'est pas la seule option possible et quand Wei meurt renversé par une voiture, Chen pense à un meurtre. Décidé à faire la lumière sur cette affaire, Chen, aidée de la belle journaliste Lianping, poursuit l'enquête, quitte à mettre sa carrière en péril.
Dans cette nouvelle enquête de son inspecteur poète Chen Cao, Xiaolong Qiu aborde une nouvelle fois la corruption qui gangrène le ''socialisme à la chinoise''. Une composante du paysage politique chinois qui mine la confiance des citoyens de plus en plus outrés par les signes ostensibles de richesse affichés par les gros bonnets du Parti. Un Parti qui a longtemps nié les faits puis, sous la pression du peuple, a mis en place un système de répression des fraudes en tout genre. le présumé corrompu est dorénavant isolé, interrogé et condamné. Car le peuple dispose désormais d'une arme toute puissante pour dénoncer les injustices : internet. Forums et blogs se multiplient et provoquent de véritables chasses à l'homme contre les nantis qui profitent de leur situation pour s'enrichir sans vergogne. Si l'Etat tente de contrôler la toile, la tache est ardue et certains réussissent à échapper au système pour créer des espaces de libre expression.
Toujours à la lisière de l'obéissance et de la recherche de la vérité, tenaillé entre son idéal et les passe-droits que lui offre sa position, Chen navigue en eau trouble, les deux pieds dans cette Chine moderne qui rêve de réussite sociale et matérielle et la tête emplie de poèmes de la Chine ancienne. C'est toujours un plaisir de le suivre dans les rues de Shanghai, des buildings ultra-modernes de Pudong aux shikumen traditionnels. Cette enquête est un peu longuette, elle prend son temps pour aboutir mais reste un bon moment de lecture pour les fans de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
nadiouchka
  14 avril 2018
Qiu Xiaolong, écrivain chinois né à Shanghaï surnommée « La Cité de la poussière rouge », après plusieurs polars à succès, a écrit « Cyber China » ayant pour thème le cyber-harcèlement.
Avec Internet, ce réseau informatique mondial et son utilisation sont devenus de plus en plus plus importants.
Cet ouvrage a pour thème une chasse à l'homme par des cyber-citoyens contre Zhou, un membre influant du parti, retrouvé mort après avoir été pris en flagrant délit de corruption.
C'est le récurrent inspecteur Chen Cao, un policier poète qui est chargé de l'enquête.
Zhou a été retrouvé dans une chambre d'hôtel où il était assigné en shuanggui (résidence surveillée) suite à une dénonciation sur son train de vie plus somptueux que la normale car il aurait du vivre de façon plus simple conformément aux lois du parti communiste.
Chen Cao, en qualité de conseiller principal, doit superviser l'inspecteur Wei, ce qui va gêner quelque peu les responsables du parti, les services de renseignements de la police du net (wang guan) mais cela va lui permettre de faire connaissance d'une jolie journaliste, Lianping.
Avec cette cyber-révolution, Chen va se retrouver pris dans la Toile car elle enflamme le pays. Mais notre héros ne manque pas de garder son calme, n'oublie jamais de citer des poèmes chinois traditionnels et nous entraîne dans un voyage bien dépaysant, au milieu de la révolte des citoyens par l'intermédiaire des réseaux sociaux.
Avec Qiu Xiaolong c'est toujours un plaisir de lire ses ouvrages. Il faut signaler qu'il a quitté son pays suite aux événements de la Place Tian'anmen pour se réfugier aux États-Unis.
Ses livres portent sur l'évolution sociale et culturelle de la Chine et ont également souvent pour thème la corruption due à l'argent.
Nous assistons donc à cette « chasse à l'homme  sur le web », déclenchée soudainement à cause d'une photo. On peut lire :
« - Zhou. Une chasse à l'homme sur Internet. A cause d'un paquet de cigarettes.
- Un paquet de 95 Majesté Suprême, précisa Li. Une photo publiée sur Internet a lancé la chasse à l'homme et fait éclater un terrible scandale. (…)
Mais Chen ne possédait aucune information, il n'avait fait qu'entrevoir un gros titre dans un journal local. Ce n'était que par curiosité naturelle qu'il avait retenu l'expression « chasse à l'homme ». Une histoire de traque sur Internet, c'était tout ce qu'il savait. Un nombre incalculable de termes empruntés au réseau avaient surgi dans le langage courant et leur sens restait souvent à peine intelligible pour les non-initiés comme lui. » (pages 16/17). Donc réaction ultra-violente, démesurée...
L'enquête va conduire Chen à Shaoxing, au sud de Shanghaï – parsemer le récit de vers tirés de poèmes – faire aussi parvenir certains de ses poèmes à Lianping – nous faire connaître la gastronomie locale – nous tenir en haleine car finalement, c'est à Shanghaï, dans une pièce contiguë au bureau de Zhou que des preuves seront trouvées. Oui, mais quelles preuves ? Et comment finit cette enquête ?
« Cyber China » (publié en 2012) est un excellent polar sans avoir besoin d'intégrer des descriptions morbides. Bien au contraire. On suit notre inspecteur poète allègrement et tranquillement, tout en constatant les ravages causés par le Net, démontrant que l'évolution du progrès n'est pas toujours bonne.
Encore un excellent ouvrage de cet écrivain qui ne faillit pas à sa réputation.
Trois critiques relevées parmi de nombreuses autres  :
« Un polar chinois réussi sur la corruption à l'heure d'Internet. Une excellente cuvée. » (Rue 89).
«Un portrait passionnant et sans concessions de la Chine contemporaine.» ( L'Hebdo).
«Une écriture transparente permet de saisir un paysage d'une profonde complexité.» (Alternatives internationales).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
babel95
  04 janvier 2020
Cyber China, est un roman policier qui met en scène l'Inspecteur principal Chen Cao, de Shanghai.
Zhou Keng, directeur de la Commission d'Urbanisme de Shanghai, a été la cible de cyber-citoyens qui ont dénoncé sa corruption : la publication d'une photographie de lui, en possession de cigarettes de luxe a mis le feu aux poudres ; placé sous shuanggui (détention en isolement, hors du cadre policier) à l'Hôtel Villa Moller, il s'est pendu. La mission de Chen, telle que Li, membre haut placé du Parti, la lui définit, est de conseiller Wei, l'enquêteur, chargé de conclure au suicide. Car Zhou était avant tout un cadre éminent du Parti… Une mission somme toute assez simple, si Wei ne succombait pas brutalement, victime d'un accident de la circulation. Faux suicide… et peut-être vrais crimes. L'inspecteur Chen va devoir s'attaquer à démêler un écheveau de pistes, et trouver rapidement qui se cache derrière cette chasse à l'homme et qui avait intérêt à la mort de Zhou. La sécurité intérieure est déjà à l'oeuvre et souhaite mettre un terme rapide à cette affaire.
Cyber China (dont le titre original est Enigma of China) dénonce de manière documentée la corruption dans le domaine de l'immobilier. Par ailleurs, Xiaolong Qiu décrit la façon dont internet est utilisé par les cyber-citoyens pour dénoncer cette corruption des «Gros-Sous», hommes politiques profitant du développement économique pour s'enrichir et comment sont organisées de véritables chasses à l'homme virtuelles.

Comme le remarque Chen, l'internet chinois fait l'objet de contrôles étendus et efficaces et il existe même une police spécialisée pouvant faire fermer les sites et les blogs à tout moment. L'internet chinois, grâce aux cyber-cafés, représente un espace de liberté de tout premier ordre aux bloggeurs et à ceux qui les suivent, offrant informations non censurées, suscitant la réflexion et favorisant les échanges.
Cyber-China est pour moi un roman policier de grande qualité, qui m'a permis de me plonger dans le monde foisonnant de Shanghai ; l'énigme policière relativement simple permet à Xialong Qiu de nous donner à voir une Chine complexe. Grâce à des personnages réussis, le romancier offre une vision réaliste de la vie quotidienne des habitants de Shanghai, les conditions de vie extrêmement difficiles, la pauvreté criante qui côtoie le luxe insensé. Il dépeint les repas simples en famille comme les restaurants de grand luxe. Chen l'inspecteur-poète cite la poésie classique, se réfère à Confucius, et dénonce la culture fast-food…
Une vraie réussite.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Fortuna
  10 mars 2014
Zhou, le directeur de la Commission d'urbanisme de Shanghai, est retrouvé pendu dans la chambre de l'hôtel où il était maintenu sous surveillance à la suite d'accusations de corruption lancées contre lui sur internet.
L'inspecteur principal Chen, poète et policier, va mener l'enquête dans une ville où la richesse côtoie la misère, où le prix du mètre carré a atteint des sommets, où les privilèges sont une réalité que quelques blogueurs sur le net, déjouant la censure, commencent à dénoncer.
Qiu Xiaolong a une écriture très poétique, s'inspirant de la poésie chinoise traditionnelle. L'enquête est prétexte à la découverte d'un pays contrasté, tenté par la liberté et la modernité mais au passé lourd et douloureux. Après "Le Chinois" de Mankell, voici une autre approche de la Chine moderne à travers un roman policier, plus authentique peut-être, car bénéficiant d'une réelle connaissance de sa culture ancestrale. Un auteur à découvrir sans tarder si ce n'est déjà fait !
Commenter  J’apprécie          120
Pirouette0001
  25 février 2014
Ce livre est fidèle à l'atmosphère des précédentes enquêtes de l'inspecteur principal Chen. Celui-ci fréquente toujours assidûment les restaurants, aime le café, reste poète et, tout à la fois, résout l'énigme policière à la base du livre : qui a tué l'important cadre Zhou, dont une photo est apparue sur internet le montrant doté d'une série de signes extérieurs de richesse des plus malvenus aux yeux de Pékin. Etait-ce un gros-sou sans scrupule ?
Qiu n'épargne pas les dessous et les mauvais côtés de la société chinoise d'aujourd'hui comme à son habitude. Le rythme est toujours un peu lent et c'est sans doute la marque chinoise de son écriture. L'histoire est moins ouvragée peut-être que les précédents, mais cela reste un très agréable moment de détente que je n'ai pas boudé.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   16 avril 2018
- Achetez un modèle de calligraphie de Shahoxnig, un poème de Lu Xun ! l’apostropha un marchand à longue barbe frisée, semblable à un vieux professeur. Le calligraphe est un artiste méconnu, mais dans quelques années, le parchemin vaudra une fortune. Croyez-moi.
Le quatrain était tracé en larges caractères Wei.

Comment garder l’élan heureux des anciens jours ?
Fleurs japonaises ou fleurs fanées, que m’importe !
La pluie du Sud, parmi mes larmes, je n’en sais rien.
Il faut encore pleurer un héros de la Chine ;

C’était un poème que Lu Xun avait composé en l’honneur de Yang Quan, un intellectuel progressiste assassiné par une faction du Guomindang.
P.187
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchkanadiouchka   17 avril 2018
Les utilisateurs se font appeler cyber-citoyens car l’espace public d’Internet est le seul endroit où ils peuvent encore agir en tant que citoyens, malgré une liberté d’ expression limitée. Quant à l’expression « chasse à l’homme », elle a d’abord été utilisée pour décrire une recherche qui n’était pas menée seulement par des moteurs informatiques, mais par des humains en chair et en os.
P.38
Commenter  J’apprécie          150
babel95babel95   04 janvier 2020
La photo du paquet de cigarettes a été prise lors d'un colloque important auquel Zhou participait. Savez-vous ce qu'il a dit ce jour-là ?
Peiqin poursuivit sans attendre la réponse.
- Il a parlé de l'absolue nécessité du maintien de la stabilité du marché immobilier. Qu'est-ce que cela veut dire ? Que les prix ne peuvent pas baisser. Aujourd'hui, un mètre carré dans le quartier de Lujiazui vaut cent trente mille yuans. En d'autres termes, il faudrait que je travaille quatre ou cinq ans sans dépenser un centime pour m'offrir un mètre carré. Yu et moi jouissons encore d'une situation assez confortable, grâce à la pièce et demie qui nous a été allouée dans ce quartier bien situé lors de la dernière attribution du comité du logement, et ce, grâce à votre intervention. Mais comment ferons-nous quand Qinqin aura son diplôme ? Il aura besoin d'un appartement. Si les prix ne baissent pas, nous ne pourrons jamais en acheter un. Il risque fort d'être obligé de vivre dans les mêmes conditions que nous avant notre emménagement ici. Vous vous souvenez, nous avons passé des années avec le Vieux Chasseur, à trois générations entassées dans une pièce commune.
- Ne t'en fais pas trop pour l'avenir, Peiqin, dit Yu en lui offrant un piètre sourire.
- Toi, tu ne penses qu'à tes enquêtes, mais moi, je dois penser à notre fils. Dans la société d'aujourd'hui, un jeune homme sans espace à lui n'a aucune chance de pouvoir sortir avec une femme, encore moins d'en épouser une. En cette époque matérialiste, les gens sont très terre à terre, ajouta-t-elle en fronçant les sourcils….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadiouchkanadiouchka   14 avril 2018
… cette eau printanière sous le pont
Qui avait alors reflété sa silhouette féminine.
Il secoua la tête comme pour se moquer de lui-même. Comme An le lui avait fait remarquer en plaisantant, il n’était peut-être pas fait pour être flic, lui qui récitait des vers romantiques avant de se rendre sur les lieux d’une enquête capitale.
P.18
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchkanadiouchka   15 avril 2018
Il était surprenant qu’une chasse à l’homme pour un simple paquet de cigarettes ait ébranlé un Goliath tel que Zhou.
D’après le secrétaire du Parti Li, cette traque avait entraîné une cascade de révélations sur d’autres déboires de Zhou, lesquels avaient donné lieu au shuanggui (雙規).
P.27
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Xiaolong Qiu (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xiaolong Qiu
L'auteur chinois Qiu Xiaolong, connu pour sa série en langue anglaise ayant pour héros l'inspecteur Chen Cao, est venu nous présenter sa première adaptation en bande dessinée : La Danseuse de Mao. Une affaire entre la Chine de la fin des années 90 et celle de la Révolution Culturelle, où la vérité sur l'histoire d'une supposée maîtresse de Mao n'est pas forcément celle qu'attendent ses supérieurs.
Vidéo réalisée par Yves Czerczuk. Cadrage et montage : Yves Czerczuk.
Découvrir "La Danseuse de Mao" : https://www.hachette.fr/livre/la-danseuse-de-mao-9782811620400
Voir la vidéo sur Hachette.fr : https://www.hachette.fr/videos/qiu-xiaolong-presente-la-danseuse-de-mao
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
74 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..