AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Pinchot (Traducteur)
ISBN : 2203002026
Éditeur : Casterman (01/01/2007)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 660 notes)
Résumé :
James n'a que 12 ans lorsque sa vie tourne au cauchemar. Placé dans un orphelinat sordide, il tourne à la délinquance. Il est alors recruté par CHERUB, une mystérieuse organisation gouvernementale. James doit suivre un éprouvant programme d'entraînement avant de se voir confier sa première mission d'agent opérationnel . Sera-t-il capable de résister 100 jours ? 100 jours en enfer...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (153) Voir plus Ajouter une critique
scrambledspirit
  03 août 2007
Un nouveau concept, un véritable roman d'espionnage pour les enfants, où les enfants sont de véritables espions presque plus fort que James Bond (tiens le héros principal s'appelle justement James...).
Un histoire bien menée, On découvre que les services de
renseignements anglais pourraient engager des enfants pour
mener des enquêtes.
Jolie ruse pour berner les plus grands malfrats,
bref, au programme : des entrainements de "ouf!".
James, le nouvel arrivant à l'académie cherub aura d'ailleurs bien du mal à revenir de sa surprise.
Mais je ne vous en dit pas plus parce que bon... tout ça c'est top
secret et vous n'arriverez pas à me tirer les vers du nez!
Alors bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          260
c.brijs
  19 octobre 2012
James Choke a l'art de se mettre dans de mauvais draps, c'est plus fort que lui! Et, lorsque sa mère décède, les choses ne font qu'empirer... le voilà séparé de sa soeur, placé dans un orphelinat où il se laisse entrainer par une bande de voyous dans une histoire de vol... Après un sermon du policier et de la psychologue du centre, c'est le trou noir. Il se réveille dans un endroit inconnu... L'ado se demande s'il ne se trouve pas dans un centre de redressement destiné aux jeunes délinqants récidivistes ! En réalité, il vient d'être recruté par CHERUB, un département ultrasecret des services de renseignement britannique composé d'agents âgés de 10 à 17 ans ! Est-il prêt à intégrer leurs rangs?
Voilà des années que mes élèves me tannent pour lire cette série. J'ai enfin franchi le pas et ne regrette nullement cette entrée dans l'univers de CHERUB même si je me suis posée énormément de questions tout au long de ma lecture...
Sur la forme, rien à redire. le style de l'auteur est particulièrement agréable. On entre très vite dans l'action et les péripéties se suivent sans se ressembler puisqu'il y a quasi trois grandes parties dans ce premier épisode: les déboires de James qui le conduisent à l'orphelinat et aux portes de la délinquance, son intégration et sa formation initiale à CHERUB et sa première mission au sein d'une communautée hippie où se cachent des écoterroristes. Les personnages sont particulièrement attachants. A la fois intelligents, robustes et ultra entrainés, ils n'ont rien à envier aux agents secrets de sa majesté. Pourtant, ils n'en restent pas moins des enfants et, une fois que la tension retombe, on a droit à un florilège de blagues, de batailles de chatouilles et autres chamailleries de gosses.
C'est justement ce point qui m'a interpellée : ce ne sont que des gamins! A suivre l'entrainement initial particulièrement rude de James et de ses amis ainsi que les dangers qu'ils encourent lors de leurs missions, on ne peut que s'interroger sur la crédibilité d'une telle utilisation d'enfants par les services secrets britanniques, qui plus est à notre époque où les droits de l'enfant sont particulièrement défendus ! Vous me direz sans doute qu'on est dans la même veine que les Alex Raider ou, plus récent, Les Effacés. Mais, ici, ce qui est peu envisageable et complètement amoral à mon sens c'est le nombre (plusieurs centaines) et le fait que ce soit l'Etat qui les utilise. Comme le dit James, on ne les a pas forcés mais avaient-ils vraiment le choix: entre l'orphelinat, la délinquance voire la prison et tout ce que leur propose le programme CHERUB (infrastructures ultra-modernes, encadrement de qualité, apprentissages variés et motivants, ...), il n'y a pas photo! Ce qui peut choquer également, c'est le recours à la violence. Les recrues sont entrainées à se battre, à mentir, dissimuler, etc. Comme le dit le directeur lors de sa première entrevue avec James:
"Certaines de tes tendances pourraient te valoir la prison dans le monde normal. Ici, nous les considérons comme des qualités."
Mais, bien sûr, il s'agit là de réflexions d'adulte. le jeune lecteur se laissera, quant à lui, entrainer sans retenue dans cette aventure palpitante qui flatte son gout du risque et lui propose un savant coktail de bravoure, dépassement de soi, entraide, amitié et amour...
A vous de jugez si le coeur vous en dit !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SharkSherkan
  10 mars 2015
Robert Muchamore, avant de pleinement se consacrer à la littérature jeunesse, était détective privé. Cause de la trame de tous ses livres publiés ? Ce n'est pas exclu. Toujours est-il que cet auteur a su créer une saga culte chez bon nombre d'adolescents ; à titre personnel, mon entourage est constitué de nombreuses personnes ayant lu au moins trois tomes de la série CHERUB, alors qu'ordinairement se passer la corde au cou leur serait plus agréable que de lire une seule page de bouquin. Cette série très populaire, encore inachevée à ce jour, comporte une horde de lecteurs assidus toujours à l'affût du prochain tome (j'avoue n'en plus faire partie).
Soyons clairs avant tout : moi-même auparavant fan de la série CHERUB, il est exclu de dire du mal gratuit de cette série.
Mais hélas, c'est inéluctable, nous grandissons... Et ayant relu quelques tomes, ma conclusion personnelle est que l'âge fait l'appréciation littéraire.
14 ans : Waouh, c'est génial, des enfants-espions, punaise, j'aimerais trop leur ressembler ! je veux être pris à CHERUB !
17 ans : hmmm...
De prime abord, à la première lecture le style demeure en filigrane de l'intrigue, première raison pour laquelle un enfant de 13/14 ans achète ce livre. Et là, soyons bonne langue : ce livre est intéressant. Muchamore sait rentrer dans l'esprit des jeunes, et offre le récit du rêve de ce dont tout un chacun a toujours rêvé, tout du moins envisagé, étant enfant : devenir un agent secret. Dans CHERUB, exit les missions d'infiltration en territoire ennemi dans une base super protégée au fin fond des montagnes enneigées et les poursuites effrénées en motoneige pour échapper à des fous furieux encagoulés vous déversant des salves de fusils automatiques. Être un agent secret mineur, c'est se comporter en enfant normal, sinon en salle gosse vandale ; une réalité qui, malgré son côté désillusoire, n'en demeure pas moins un rêve pour nous, enfants et ados en manque de sensations fortes et dont l'existence terne nous ennuie. Et l'on découvre que tous les criminels et autres malfrats de la planète ne sont pas des milliardaires véreux aux grandes mallettes noires pleines de billets. CHERUB le monde onirique de l'espionnage sous un tout autre angle que celui auquel nous sommes habitués : un réalisme impressionnant, cependant ponctué de certains irréalismes notoires (difficile de concevoir qu'une telle agence d'espionnage puisse exister et recevoir un tel financement, ou que des jeunes puissent si bien maîtriser les arts martiaux, nonobstant la discipline de fer et les conditions martiales d'entraînement).
Mais ensuite, le style retient tout de suite d'un cran supplémentaire notre attention : et malgré son fond très intéressant, 100 jours en enfer se révèle très pauvre de ce côté-là. Des simplicités d'écriture, des facilités, des répétitions... N'arguez pas comme excuse le public auquel cet ouvrage est destiné : tout en restant dans le compréhensible pour les plus jeunes, on peut aisément éviter toutes ces faiblesses (vous ne me croyez pas ? relisez donc Roald Dahl). En définitive, cette tare gâche la qualité d'ensemble du livre, dont la lecture s'en trouve effectivement recommandée aux plus jeunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aelynah
  21 janvier 2014

Tout d'abord je dois dire que j'ai eu entre les mains l'édition collector en tirage limité.
En quoi consiste-t-elle ?
Elle a une couverture un peu plus rigide qu'un livre de poche normal avec ... Tada... un compartiment secret qui inclut les documents confidentiels pour la mission et la bonne compréhension et mise en situation du lecteur :
- le plan du campus, bien pratique pour suivre l'évolution de notre héros et visualiser les différentes scènes du livre,
- un ordre de mission, pour vous identifier au héros et
- quelques scènes coupées.
J'ai d'abord hésité longtemps à me demander si je les lisais pendant ou après avoir fini et je ne l'ai su qu'au moment où j'en arrivais aux pages concernées.
Je dirais donc sur ce point que libre à vous de vous laisser tenter ou non. Chacun peut faire à sa guise car leur lecture n'apporte pas vraiment de plus à l'histoire mais ils sont tout de même sympathiques à lire. Vous ne serez pas lésés pour la suite si vous les "oubliez".
Autre détail qui va peut être en faire sourire plus d'un : j'ai adoré le papier utilisé, il est lisse, doux, fin et rien que son toucher donne envie d'y passer les doigts et de tourner les pages unes à unes.
Alors quand, en plus, il apparaît que le contenu attire autant que le contenant, je dis "ahhh bonheur !!!"
L'histoire : James, 12 ans, se retrouve renvoyé du collège pour avoir blessé accidentellement une camarade dans un accès de colère. Cette peste insultait sa mère et même si c'était habituel, cette fois-là fut celle de trop. Il avait voulu la bousculer un peu pour la faire taire et elle s'était retrouvée blessée.
Le voici donc de retour à la maison entre une mère, trafiquante et receleuse de tout et n'importe quoi qui tient un réseau de cambriolage et a l'habitude de boire et une demi-soeur, Lauren, 9 ans, enfant surdouée semblant vouloir se rebeller contre le monde entier.
Et pour arranger le tout, le frère de sa "victime", petit caïd de son état de 16 ans a décidé de lui en faire baver.
En résumé, tout va bien dans le meilleur des mondes.
Et voilà que pour couronner le tout, sa soeur et lui se retrouvent orphelins, dirigés vers un centre pour finalement se retrouver séparés à nouveau par le destin.
Après plusieurs incartades l'ayant conduit au commissariat, James se réveille dans une chambre presque luxueuse comparée à celle du centre . Une tenue propre l'attend au pied de son lit. Sur le Tee-shirt orange une inscription, Chérub, et un logo, un bébé armé d'un arc assis sur un globe.
Une nouvelle page de la vie de James se tourne.
Le voici donc à Cherub, et pour lui commencent trois semaines d'adaptation avant les 100 jours d'entraînement intensif pour devenir un agent Cherub.
Comme le dit le titre et ces futurs nouveaux camarades, 100 jours en enfer en compagnie du froid, de la boue, de la faim, des fractures, des blessures recousues à vif et des exercices poussés jusqu'à la limite de la perte de connaissance.
James est perplexe. Rumeurs pour l'effrayer ou réalité ?
Il le saura bientôt... et nous aussi.
Je dois me rendre à l'évidence arrivée là. Ce livre est addictif : les aventures de James, son entraînement, tout est décrit pour nous imprégner de son atmosphère.
On vit James, on souffre James, on est James !
L'écriture est actuelle, les jeunes, public principalement visé, ne peuvent que s'identifier à notre héros. de plus l'histoire est passionnante, bourrée d'actions et d'humour, de camaraderie et de challenges.
Car il faut dire que le système d'éducation de Cherub est tout sauf orthodoxe. Et parfois nous souffrons avec ces jeunes héros dans leur entraînement de tous les jours tout en appréciant en leur compagnie ces moments de franche rigolade que l'on connaît si bien à 12 ans.
Le style ouvert, les personnages attachants et ce contexte assez atypique d'organisation secrète luttant contre les escrocs les plusieurs retors en font un livre plus qu'attrayant.
Il est prenant, ne demandant, à chaque page tournée que d'en lire la suite.
C'est simple ! Il m'a énormément rappelé l'enthousiasme qui était le mien, beaucoup plus jeune, à lire les Lieutenant X et son Langelot. Premiers livres d'espionnage à mon actif, qui, à eux seuls, ont su ouvrir la voie de ma passion pour cette catégorie de romans. Même encore maintenant je m'en souviens avec nostalgie et émotion. Et Robert MUCHAMORE et son Cherub sont de la même veine.
Je comprends grandement l'engouement des jeunes lecteurs pour les aventures de James et ses amis. Je le recommande même aux adultes pour un bon moment de lecture.
Lien : http://www.auboudoirecarlate..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissBennett
  21 mars 2016
Cherub fut le premier roman d'espionnage jeunesse que j'ai lu... Premier d'une longue série. Je dois avouer que je me suis forcée à ouvrir ce livre pour le livre, tellement le sujet (des enfants et ados recrutés par des services secrets) me rebutait. Et l'insigne de Cherub (un angelot armé) y était aussi pour beaucoup. Mais ne voulant pas critiquer un livre sans l'avoir lu, et voulant surtout pouvoir argumenter ma position, je l'ai lu malgré tout.
Et au bout du premier chapitre, non seulement j'avais révisé ma position, mais en plus j'étais littéralement "happée" par l'histoire.
Je craignais un fort manque d'éthique (Quoi? Des enfants embrigadés par des services secrets??? Et qu'on envoie au-devant du danger, une arme à la main???), j'ai en fait vite découvert que ce n'était absolument pas le cas, qu'un règlement intérieur strict est posé et que tout est fait pour protéger au maximum les adolescents devant mener à bien une mission. Ceux-ci ne sont jamais livrés à eux-même, les adultes ne sont jamais bien loin.
On découvre ce cadre et les règles qui régissent Cherub en suivant le personnage principal, James Adams, jeune adolescent en passe de devenir délinquant, et pour qui Cherub est une seconde chance pour s'en sortir dans la vie.Les adolescents peuvent facilement s'identifier au héros, ado rebelle et souvent réfractaire à l'autorité.
En un mot, j'ai aimé ce premier tome et dévoré les suivants. C'est un bon roman d'espionnage pour adolescents qui se lit facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   03 mars 2014
Cette scène figurait à l’origine à la fin du chapitre 35 de 100 jours en enfer. Elle se déroule après la bagarre qui a opposé James à Stuart et Gareth. Elle explique la colère d’Ewart dans la scène suivante. Malheureusement, le roman étant trop long, ce
passage a dû être supprimé.
James, Gareth et Stuart patientaient à l’extérieur du bureau de la prof principale.
Le nez de Gareth portait des traces de contusions et de brûlures. Stuart, visiblement
mort d’inquiétude, contemplait fixement la pointe des baskets. Les bras croisés, James considérait les deux garçons avec un petit sourire amusé. C’était l’un des avantages de
travailler pour CHERUB : la possibilité de commettre des actes répréhensibles sans devoir en affronter les conséquences.
Joanna passa la tête à l’extrémité du couloir. S’étant assurée qu’il n’y avait pas de profs en vue, elle s’approcha de James et l’embrassa fougueusement sur la bouche.
— Tu es un vrai bad boy, gloussa-t-elle. Toute l’école ne parle que de toi.
James jeta un regard méprisant sur Gareth et Stuart.
— Ces connards méritaient une bonne branlée.
— Tu vas voir ce que tu vas prendre, répliqua Stuart.
— Toi, ferme-la, si tu ne veux pas que je t’achève.
Joanna tendit à James un Coca et un Bounty.
— Tiens, j’ai pensé que tu devais crever la dalle, dit-elle. À tout à l’heure, dans le bus.
James s’assit sur une chaise en plastique et retira l’emballage de sa barre chocolatée. Alors, il remarqua que des larmes roulaient sur les joues de Stuart.
— Wow, lança-t-il. On dirait que tu fais moins le malin.
Ulcéré, le garçon se rua sur lui. James lui tordit le poignet derrière le dos.
— Tu veux que je te casse le bras, pauvre nain ? rugit-il.
S’étant assuré de la soumission de son adversaire, il le libéra puis lui adressa un violent coup de pied aux fesses.
— Franchement, les mecs, vous ne tiendriez pas cinq secondes dans un collège de Londres.
Stuart s’effondra sur le sol en pleurnichant. S’il ne lui avait pas marché sur la tête deux jours plus tôt, James aurait presque eu pitié de lui. La prof principale ouvrit la porte à la volée.
— C’est pas un peu fini, ce vacarme ? Allez, entrez, vous trois.
Les trois garçons prirent sur les chaises alignées sur devant le bureau. James saisit un stylo à plume qui traînait à portée de sa main et se mit à le tripoter nerveusement.
Le directeur, le proviseur et le surveillant était présents. Stuart versait toutes les larmes de son cœur, provoquant les ricanements de James.
— Ross, lança la prof générale, les lèvres pincées. Peux-tu me dire ce que tu trouves si amusant ?
Dans son ancienne vie, James s’était fréquemment trouvé dans de telles situations.
Cette fois, il s’en fichait royalement.
— Vous vous faites quoi, comme salaire ? demanda-t-il.
— Je ne vois vraiment pas ce que ça a à voir avec cette réunion.
— Je me demandais simplement si vous aviez les moyens de vous payer une opération de chirurgie esthétique. Parce que, franchement, y a du boulot.
La femme semblait au bord de la crise de nerfs.
— Tu sais, Ross, dit-elle, j’enseigne depuis trente ans, et c’est le pire dossier que j’aie jamais vu.
Au cours de la préparation de l’opération, Amy avait confié à James que le faux dossier qui avait été transmis à Gwen Morgan lui faisait une réputation de gibier de potence.
— Exclus de quatre établissements, incendie volontaire sur la personne d’un prof de sciences naturelles, meurtre et actes de barbarie commis sur la mascotte du collège, une tortue, en l’occurrence. Ta place n’est pas ici, mais en prison.
— Finalement, vous seriez peut-être pas mal si vous perdiez vingt ou trente kilos.
À ce moment précis, le stylo plume que James était en train de manipuler se brisa en deux, et l’encre gicla sur le bureau.
— Oups, la boulette, lâcha-t-il.
La femme bondit de sa chaise et se mit à hurler :
— Hors de ma vue, immédiatement !
James quitta la pièce d’une démarche nonchalante, ravi d’en avoir fini pour toujours avec le collège Gwen Morgan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CherubMartCherubMart   06 mars 2011
-Tu peux m'expliquer ce que tu fais? demanda Amy.
-Jamais de la vie. Tu te moquerais de moi.
Elle agita rapidement les doigts.
-Ne me force pas à te chatouiller à mort.
-OK, mais promets-moi de ne pas rire.
-C'est juré.
-C'est la qu'on s'est embrassés pour la première fois, Joanna et moi.
-Oh , c'est trop mignon.
Ewart mit deux doigts dans sa bouche et fit mine d'être sur le point de vomir.
-Vous aviez promis, protesta James, indigné.
-Moi? Je n'ai pas dit un mot.
-J'ai hâte de raconter à Kerry ta petite aventure avec Joanna, lança Amy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
CherubMartCherubMart   20 mars 2011
- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Par quoi je commence ?
Lauren haussa les épaules.
- Je m'en fous. Allez, vide ton sac.
- La mauvaise, c'est que ton père est à la maison. La bonne, c'est que maman m'a filé du fric pour acheter à dîner. Il devrait s'être barré avant notre retour.
Commenter  J’apprécie          270
orbeorbe   09 novembre 2013
J'ai connu des centaines de garçons comme toi. ça commence toujours pareil. Au début, ce n'étaient que des gamins turbulents qui faisaient beaucoup de bêtises. Puis il leur a poussé des boutons et des poils au menton, et ils se sont mis à collectionner les embrouilles, mais rien de vraiment sérieux. Et puis un jour, ils ont commis un acte vraiment stupide. Un coup de couteau, un deal de shit, un vol à main armée, j'en passe et des meilleures. A seize ou dix-sept ans, ils se sont retrouvés en cabane pour sept longues années. Tu peux encore t'en sortir, mais si tu ne commences pas à réfléchir à tes actes, tu passeras la moitié de ta vie en prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LalynxLalynx   16 mars 2011
- Ferme les yeux, dis Kerry, les mains dans le dos
- Pourquoi ? Demanda James
- J'ai une surprise pour toi.
Il entendit ses autres amis chuchoter dans le couloir
- Pas question. Qu'est-ce que vous me voulez ?
- Si tu ne fermes pas les yeux, ce ne sera plus une surprise.
Tout ça sentait le coup fourré à plein nez, mais ils avaient l'air de s'amuser comme des fous, et James ne voulait pas casser l'ambiance
- OK, ils sont fermés.
James entendit des pas discrets sur la moquette, puis des litres d'eau froide inondèrent son torse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Robert Muchamore (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Muchamore
Robert Muchamore - Cherub. Volume 17, Commando Adams
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Cherub Tome 1:100 jours en enfer

Comment s'appelle le personnage principal?

John
Bruce
Ewart
James

16 questions
143 lecteurs ont répondu
Thème : Cherub, tome 1 : 100 jours en enfer de Robert MuchamoreCréer un quiz sur ce livre
. .