AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marielle Morin (Traducteur)
ISBN : 2877308685
Éditeur : Editions Philippe Picquier (25/08/2006)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Quand un jeune écrivain anglais débarque dans le sud du Kerala pour rencontrer Koman, un célèbre danseur de kathakali, il pénètre dans un monde de masques et de sentiments réprimés. Koman et sa nièce Radha sont vite séduits par le charme de l'écrivain voyageur avec son violoncelle et ses incessantes questions sur le passé. Un triangle qui exclut rapidement Shyam, le mari de Radha, qui n'a su gagner ni l'amour ni l'estime de sa femme. L'arrivée de Chris va révéler la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Dixie39
  25 septembre 2014
Si le moteur de votre lecture est l'histoire d'amour entre les 2 protagonistes, vous passerez à côté de l'essentiel : L'ivresse de la danse, des couleurs et des odeurs de l'Inde Installez-vous confortablement et laissez-vous porter.
le Kathakali, danse indienne, vous ouvrira les mystères des neuf visages du coeur. le personnage de Koman est une merveille de retenue, de passion, le feu et la glace, tel un danseur en équilibre transcendé par son art. le temps de la danse est le temps de la vie. Tout le reste n'est que mirage...

Commenter  J’apprécie          131
VALENTYNE
  18 avril 2016
Chris arrive en Inde où il est accueilli par Shyam, Radha et Koman.
Les narrateurs tout au long de ce roman seront les trois derniers. La voix de Chris est inaudible et pourtant il est important dans l'intrigue.
Radha a une trentaine d'années et est mariée depuis 8 ans à Shyam. le lecteur sent tout de suite que son mariage avec Shyam ne la rend pas heureuse. Elle méprise son mari, trop matérialiste à ses yeux.
Shyam, le mari, est le propriétaire de l'hôtel où Chris a choisi de rester pendant deux mois, le temps de rédiger un livre sur le troisième personnage Koman.
Koman est sexagénaire et est célèbre en Inde dans le domaine du Kathakali : une danse traditionnelle très appréciée en Inde mais peu connue en Occident.
Ce roman alterne entre le présent et le passé de Koman en commençant en 1937 avant la naissance de Koman puis sa naissance, son enfance et ses débuts dans le Kathakali.
Il y a donc alternance de 3 points de vue et de plusieurs époques : Shyam, jaloux de Chris, sent que Radha lui échappe, Radha tombe amoureuse de Chris et Koman observe le trio et se remémore son enfance.
L'alternance passé présent est régulière et je dois dire que la partie « passé » m'a totalement captivée alors que la partie « moderne » est moins intéressante (plus attendue sur l'usure d'un couple et l'adultère )
Comme Chris n'est pas un des narrateurs on se demande ce qu'il pense de tout cela.
Une lecture en demi teinte donc : passionnante par moment – la rencontre de Sethu, le père (hindou) de Koman avec Saadya (musulmane) est magnifique – et assez convenue par d'autres. Rien que pour la découverte du Kathakali, danse exclusivement masculine, ce livre vaut le déplacement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kalimera
  30 mai 2015
Une danse sacrée...
Voilà le fil conducteur d'un roman magnifique, d'une histoire de l'amour sur plusieurs générations.
Oui, une histoire de l'amour et non pas D'amour.
Tout ça sur une partition indienne, bercée par la musique des sentiments, les différentes strates du sentiment amoureux et surtout, rythmée par les pas de danse du danseur de Kathakali, lui-même investi, habité, sacralisé par le pandémonium, le monde des dieux, déesses et héros indiens, lorsqu'il invoque les neufs visages du coeur:
Srigaram l'amour,
Hasyam la joie,
Karunam le chagrin,
Raudram la fureur,
Viram le courage,
Bhayanakam la peur,
Bibhatsam le dégoût,
Adbhutam l'émerveillement et
enfin Shantam la sérénité.
Anita Nair nous fait découvrir un art sans équivalent pour nous Européens mais nous retrouvons à chaque étapes de ces neufs visages du coeur quelque chose d'universel et d'intemporel.
Commenter  J’apprécie          50
plume58
  26 décembre 2016
On pourrait aussi donner ce titre : les 9 émotions du Kathakali car c'est de cet art, de théâtre dansé originaire de la province du Kérala dont il est question dans ce superbe roman.
Toutes les émotions qui sont traduites dans cet art sont aussi toutes les facettes d'un amour difficile entre une jeune indienne mariée et son amant occidental.
On vit à travers tous les personnages : Radha la femme, Shyam, son mari, Chris son amant écrivain voyageur, et Koman son oncle, danseur de Kathakali.
Et toutes les subtilités du jeu des danseur , toutes les nuances des caractères sont décrites avec minutie et délicatesse.
De page en page on décode un peu plus l'Inde aux mille visages, le poids des traditions laïques ou religieuses, la condition féminine et par petites touches, l'auteure distille le cheminement de cet amour, la superposition de ces vies.
Un bel hymne à l'Inde et à son art de la danse.
Commenter  J’apprécie          20
jfponge
  19 avril 2015
Un voyage au Kerala (un des états du sud de l'Inde), au pays du kathakali, sorte de théâtre dansé traditionnel représentant les scènes de la mythologie hindoue. Chris, un écrivain joueur de violoncelle, est venu à la rencontre de Koman (l'Oncle), un célèbre interprète de ce spectacle total, qui touche autant au corporel qu'au spirituel. Koman va petit à petit lui raconter sa vie et celle de ses proches, en la mêlant inextricablement aux scènes qu'il a interprétées tout au long de sa carrière. Un mystère plane autour de ces deux personnages, qui éprouvent une étrange attirance l'un pour l'autre malgré l'éloignement de leurs cultures. Chris va tomber amoureux de la nièce de Koman, Radha, qui s'ennuie très fort dans les bras de son mari, un homme d'affaires trop avide de richesses matérielles et peu attiré par le spirituel et la culture. Anita Nair joue sur les contrastes entre les multiples facettes de ces personnages, partagés entre modernité et tradition, entre désir et réalité. Ce roman psychologique, à la construction particulièrement soignée, se lit en fait comme un roman policier, tant on est avide de connaître la face cachée des personnages, de leur passé, qui se dévoile petit à petit pour le plus grand bonheur du lecteur. Une réussite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   18 avril 2016
Il baisse le regard puis le relève pour croiser le mien.
« Je ne sais pas encore comment je vais utiliser les informations que je vais réunir. Mais je sais que pour comprendre l’artiste, j’ai besoin de mieux connaître l’homme…Je connais tellement d’artistes, qu’ils soient écrivains, peintres, musiciens, danseurs, qui parlent de leur art comme s’il agissait d’un être vivant. Un être qui les accapare à l’exclusion de tout le reste.
– Oui, dis-je. L’art peut être une maîtresse jalouse »
Chris tapote son crayon sur la table d’un geste impatient. « Je crois que je ne pourrais comprendre ce que l’art représente pour vous qu’en mesurant la place qu’il a tenu dans votre vie. Vos rêves, vos espoirs, vos compromis, vos sacrifices. Tout ce que l’art a exigé de vous. »
Radha retient son souffle. Elle sait à quel point je rechigne à parler de moi. « Je ne sais pas si Oncle sera…. » dit-elle en se précipitant à mon secours comme elle l’a toujours fait.
Je lui souris, un sourire qui lui dit de ne pas s’inquiéter. L’honnêteté de la réponse de Chris me plaît. L’homme et l’artiste. Je n’ai jamais pensé à cette dualité. Existe-t-elle ?
« Avant de commencer, il faut que vous sachiez que le Kathakali a une particularité. Il exige du danseur, le veshakaaran, qu’il soit aussi un interprète, qu’il dépasse le ….comment dites-vous déjà, le livret du poète ….Dans mon histoire, ce que je prends pour la réalité est peut-être imaginaire et vice-versa. Vous comprenez ? Car il faut non seulement que je réinvente et que je rejoue ma vie, mais aussi la vie de tout ceux qui, à un moment ou un autre, y ont tenu un rôle. Je me tromperai peut-être dans les faits, des détails risquent de faire défaut, mais je ne vous cacherai rien. De cela, vous pouvez en être sûr. Et à la fin, vous pourrez me dire si l’homme et l’artiste ne font qu’un ou pas. Vous pourrez me dire qui l’emporte, l’homme ou sa maîtresse. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gteisseire2gteisseire2   30 septembre 2008
La terre engloutit la pluie comme un nourrisson affamé avale le premier lait de sa mère, à gorgées gloutonnes. Elle avait soif de ces fines gouttes de pluie régulières. Puis, rassasiée, elle eut comme un renvoi et exhala une fragrance forte et humide. Celle de la terre mouillée, chargée du souvenir des jours où le soleil l'avait calcinée, craquelant sa surface. L'humidité de la pluie, de la délivrance. On aurait dit qu'un dieu avait lancé sur moi des milliers de flèches venues transpercer mes pores et stimuler mes sens par leurs picotements, leurs fourmillements, leurs bourdonnements. Peut-être cela n'avait-il rien à voir avec la pluie. Peut-être fut-ce la première vision quej'eus d'elle. Dans ma mémoire, elle restera à jamais associée à l'arrivée de la mousson. Et son parfum restera celui de la terre sombre et humide.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dixie39Dixie39   25 septembre 2014
Quand parfois le démon qui vient hanter tous les artistes se pose sur mon épaule et murmure à mon oreille que personne ne comprend ce que je fais, je lui tapote la tête en disant : ça n'a pas d'importance. Moi si.
Commenter  J’apprécie          60
gteisseire2gteisseire2   30 septembre 2008
Par où commencer ? Par le visage. Oui, c'est ça, commençons par le visage qui détermine les voies du coeur.
Commenter  J’apprécie          20
gteisseire2gteisseire2   30 septembre 2008
Les mots jaillissent en cascade, roulades et pirouettes de clowns meublant les intervalles dans un cirque.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Anita Nair (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anita Nair
La chronique de Gérard Collard - Compartiment pour dames
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre