AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246248817
Éditeur : Grasset (23/09/1981)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 11 notes)
Résumé :

L'amour entre un homme fait et une femme réputée trop jeune pour lui" ; l'amour d'un peintre pour son travail : tels sont les deux pôles de cette histoire. Burgonde est une vedette de l'"abstraction lyrique". Victoire est une de ces jeunes femmes inimaginables il y a trente ans : libres de ton et d'allure, capables de choisir ou de quitter un homme et d'élever seules un enfant que nulle convention ne leur a imposé. Que se passe-t-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
brumaire
  29 septembre 2018
Les affres de la création en pas moins de 700 pages (Dans l'édition du Livre de poche). Nourissier a fait fort.
Burgonde (la sonorité du nom déjà augure bien du caractère maussade de l'artiste), est un peintre reconnu, un pape de l'abstraction lyrique , mouvement pictural en vogue dans les années 1950-60. François Nourissier nous le montre à l'orée de la fameuse crise de la cinquantaine. L'inspiration a déserté l'artiste ; il se répète disent de lui les marchands d'art. " l'empire des nuages" c'est " L'oeuvre" de Zola , avec Burgonde à la place de Cézanne.
C'est un roman plutôt touffu qui pourra en décourager certains. A son tour peintre des humeurs de l'artiste, Nourissier , en toile de fond, brossera la France du début de la "vraie" modernité. de 1962 , fin de la guerre d'Algérie, aux années 1970 où l'argent suppléera au talent dans tant de domaines, en passant bien sûr par mai 1968 dont je vous laisse deviner ce qu'en pense l'auteur (par la voix de Burgonde évidemment...).
J'ai dit que c'était un roman touffu car peu soutenu par une linéarité visible. On suit Burgonde de pages en pages ; ses états d'âme ( très développés ses états d'âme...trop peut-être) , ses amours, ses déboires avec ses deux enfants, sa passion pour Victoire , une jeune femme de trente ans plus jeune que lui, ses griefs envers les galeristes, les mécènes, tout ce monde de l'Art déconnecté du réel . D'une année l'autre on le voit en Suisse chez un fortuné mécène, en vacances à Uzès dans le Gard, à New-York pour un vernissage, dans son atelier parisien....L'effet produit sur le lecteur est une perte de repères. Tout se mélange et perd sa temporalité. Ne reste qu'une lancinante descente , non pas aux enfers -Nourissier le pathos c'est pas son genre- mais vers une sorte d'aboulie, de résignation et de dépouillement.
Au terme du roman Burgonde a perdu toutes ses illusions et n'aspire plus qu'à la paix de l'âme .
Nul n'a mieux décrit la comédie humaine que François Nourissier , trop lucide et jamais dupe des petits arrangements qui permettent à l'homme de continuer à vivre. Comme Flaubert avec Emma Bovary , je crois que Nourissier aurait pu dire : " Burgonde c'est moi". C'est au moins son double. Car les angoisses de l'écrivain devant la page blanche valent bien celles du peintre devant la toile vierge.
L'empire des nuages est aussi, me semble t-il, un roman à clefs. Trop de noms de peintres (l'auteur mélange les "vrais" peintres et des peintres "fictifs"), trop de références à de généreux et ombrageux mécènes ; Nourissier joue avec les noms , avec les lieux....mais seul un familier du monde de l'art pourra décrypter l'énigme....
Nourissier de son vivant était célèbre et omnipotent dans le monde littéraire . Président du jury Goncourt il avait la réputation d'un faiseur de roi. Je suis donc étonné de découvrir que ma critique est la première pour ce livre. On peut ne pas aimer les prises de positions de l'écrivain , plutôt réac , mais , en plus d'un talent certain ,l' homme avait à mes yeux une qualité : il aimait les chiens et les chevaux (et aussi les belles anglaises-je veux dire les Triumph, Jaguar, Aston Martin....) , et un homme qui aime les chiens et les chevaux (et accessoirement les belles anglaises-mais là j'ai pas les moyens-) , ne peut être totalement mauvais.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
huberpascalehuberpascale   08 octobre 2013
A quoi bon croire aux choses et se battre pour elles ? tout finit par une odeur d'éther dans un couloir de clinique, de la tôle disloquée au bord de la route, le trottoir ou le pied d'un meuble pour ultime horizon - pourquoi se hâter ?
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Video de François Nourissier (48) Voir plusAjouter une vidéo

Albert Cohen ; 5 et dernier
Albert COHEN : entretien avec François NOURISSIER, Jean Didier WOLFROMM, Françoise XENAKIS, Robert SABATIER et le Révérend Père Lucien GUISSARD à propos de ses livres testaments : sa passionjuive, ses occupations entre la composition de deux livres ; ses goûts littéraires. Pense que les femmes sont inférieures dans le domaine de l'action littéraire (tient des propos désagréables sur...
autres livres classés : comedie humaineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3056 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre