AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848052830
358 pages
Éditeur : Sabine Wespieser (05/04/2018)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Dans le décor faussement idyllique de la campagne irlandaise, la jeune Mary cache un abominable secret.
Alors qu'autour d'elle, sa mère, une voisine, un professeur se doutent de son calvaire mais préfèrent se taire, l'adolescente plonge dans une non-vie et cherche à mourir. Jusqu'au jour où, le pire s'étant produit, la communauté catholique, la justice, puis l'Irlande tout entière s'emparent de son cas et où, peu à peu, le voile se lève sur l'insoutenable vér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  31 décembre 2014
Quelle critique acerbe de la société irlandaise des années 80-90!
Edna O'Brien, écrivain irlandaise notamment connue et critiquée dans son pays pour ses convictions féministes, dépeint dans ce roman de 1997 le désarroi d'une jeune fille de 14 ans, originaire de l'Irlande rurale, qui se retrouve enceinte, dans ce pays où l'avortement est illégal (la loi a maintenant été "assouplie").
Mary, un jour, est violée par son père; à cet instant-même, elle sait qu'elle a toujours su que ça arriverait, peut-être même est-ce arrivé avant.
Ces viols se font répétitifs, et Mary décide d'aller au couvent, prétexte pour échapper à ses parents. Sa mère meurt peu après, et contre son gré, elle accepte de retourner auprès de son père, jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte.
Mary est ainsi: une jeune fille calme, affectueuse, mais dotée d'une forte volonté. Elle refuse ce bébé, s'enfuit, parvient à aller à Londres pour se faire avorter, mais... je ne dévoilerai pas la suite.
Edna O'Brien y dépeint l'emprise des hommes - hommes de loi, chefs de famille -, mais aussi de la société sur la vie personnelle et sexuelle des femmes. En 1990, Mary, mineure, n'est pas libre de son corps, et se retrouve entre les mains de ces adultes, hommes et femmes, qui sous prétexte de vouloir son bien ou sous couvert de religion, décident de son sort.
Bien sûr, des voix s'élèvent contre la condamnation dont elle est menacée, suite à sa tentative d'avortement, mais se heurtent à ceux, majoritaires, qui ne veulent pas briser l'harmonie de leur village, ni tacher leur pays.
Le roman se découpe en chapitres dont les personnages sont ceux gravitant autour de Mary de près ou de loin. Par ce procédé, la jeune fille semble ne pas être maître de ses choix et de son destin. Certains personnages sont détestables, comme Roisin, impitoyable opposante à l'avortement et chef de troupe; le père quant à lui peut s'avérer autant cruel et grossier que désespéré et même doux, envers ses juments; enfin, Luke, le jeune musicien que Mary rencontre à Galway, est comme elle pur, innocent et victime de cette société bien-pensante que l'auteur critique froidement.
Ce roman est inspiré d'un fait divers datant de 1992; malheureusement, ces dernières années, des scandales ont à nouveau éclaté en Irlande à propos d'avortements refusés à des femmes victimes de viols ou dont la vie était menacée par une grossesse à risque.
Une lecture forte et bouleversante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
pyrouette
  20 décembre 2011
On ne s'imagine pas quand on est une femme française de la chance qu'on a, surtout après la loi de Simone Veil. Mary n'a pas cette chance là. Violée quotidiennement par son père, Mary n'a pas de vie. On ne comprend pas trop le rôle de la mère la dedans, d'ailleurs elle meurt et en lisant le chapitre concernant sa mort je me demandais si ce n'était pas une facilité d'une femme lâche et impuissante devant l'horreur. Mary se retrouve seule à vivre avec son violeur et multiplie les fugues en vain. Jusqu'au jour où elle se retrouve enceinte. Une femme tente de l'aider mais des voisines l'apprennent et les dénoncent elles sont arrêtées toutes les deux alors qu'elles tentaient l'avortement. Nous sommes dans l'Irlande des années 80 où l'église règne en maître et s'oppose à l'avortement quel qu'il soit. Mary est mise sous tutelle et dépossédée de son corps. Il faut que cet enfant naisse à tout prix ! Mary a 14 ans…. Et ne dénoncera jamais son père. Elle préfère les tentatives de suicide dès qu'elle peut échapper à ses geôliers. Des hommes de loi s'intéressent à son cas, devinent le calvaire et vont l'aider. Je n'en raconterai pas plus, l'épilogue est intéressant et surprenant. La féministe et mère que je suis s'est révoltée contre ce fait divers. La lecture de cette histoire est difficile pour bien des raisons y compris le style de l'auteur qui a voulu être impartial.

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Librincanto
  18 mars 2019
Quelle surprise que ce livre soit si peu critiqué et lu.
Une histoire bouleversante inspirée d'un fait divers datant de 1992.
Une dénonciation des moeurs alors en vogue dans l'Irlande rurale des années 80/90.
Mary est une jeune adolescente qui subit les viols répétés de son père souvent alcoolisé.
Pour échapper à ce traumatisme, elle se réfugie dans un couvent.
Mais lors du décès de sa mère, Mary est contrainte de rester vivre avec son père qui reprend ses habitudes, au grand désarroi de Mary.
Suite à ces rapports incestueux, Mary est enceinte. Avec l'aide d'une comtesse, elle se rend en Angleterre afin de se faire avorter. Mais c'était sans compter sur la rumeur qui les a rattrapées.
Sous la menace de mettre au jour de lourds secrets, la comtesse renonce à apporter l'aide nécessaire à Mary. A la veille de l'opération prévue, les deux femmes doivent quitter l'hôpital spécialisé dans les avortements.
Mary rentre au village et devient la risée des habitants. La rumeur s'est répandue et chacun y va de son avis.
Mary n'ayant pas 15 ans, les gendarmes sont impliqués dans l'affaire.
Le religion interdisant l'avortement, tout le monde lui conseille (et par là même, l'oblige) de garder le bébé.
Comme souvent dans ces cas, Mary restera silencieuse et taira le nom de son père. Elle souffrira en silence, jusqu'à vouloir se donner la mort à plusieurs reprises.
Le livre est divisé en courts chapitres, dans un style particulier et parfois déroutant. Une écriture poignante, parfois suggestive, sur un sujet douloureux. Je conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Seraphita
  09 décembre 2018
Alors que son père, l'entraînant dans des tourbières, se met à la toucher, Mary comprend que son existence a basculé irrémédiablement. Au fil de son enfance, elle subit les viols répétés de cet homme et s'emmure dans un silence et une solitude que la honte cimente. Elle grandit et se découvre enceinte. Une voisine l'aide à fuir en Angleterre pour avorter. Mais elles sont rattrapées et sommées de revenir en Irlande. le scandale prend une ampleur nationale. Au milieu de toutes ces personnes qui s'accrochent à leurs valeurs, Mary se tient là, secrète et silencieuse.
« Tu ne tueras point » est un roman de l'irlandaise Edna O'Brien publié en 1996 et édité par Sabine Wespieser Editeur en 2018. Si le propos est noir et dramatique, pour autant, l'écriture - sa précision, sa force poétique et onirique - permet de mettre à distance l'impact lourd des événements que subit Mary. Sous la plume de l'auteure, une gelée blanche se pare de la beauté d'un vêtement précieux, le verglas se pique de diamants grâce au soleil d'hiver qui étincelle.
A travers le portrait d'une jeune fille devenue femme bien trop tôt, Edna O'Brien dépeint une Irlande rurale et rétrograde, capable de violences physiques et verbales, tant au niveau individuel qu'au niveau collectif des institutions ou de conservateurs intégristes.
Malgré la lourdeur et la noirceur de l'intrigue, l'auteure parvient à dépeindre le portrait d'une jeune femme qui persiste à exister, à se tenir debout, dans le secret et le silence de ce qui l'habite. Une lecture difficile, douloureuse, que la beauté du style et la force de Mary viennent tempérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Jaklek
  18 mai 2019
Edna O'Brien a manifestement des comptes à régler avec son Irlande natale...Chaque écrit est , selon comment on veut l'entendre, un cri d'alarme contre toute forme de violence, un plaidoyer à charge contre ce pays qu'elle qualifie "d'ardent, replié et catastrophique".
Ce drame*, dont le titre est emprunté au 6ème commandement peut tout à fait se doter de ces qualificatifs : ardent : le père violent, incestueux , bêtement intégriste ; replié : la jeune Mary, muette d'horreur, d'hébétude, de fatalité ; et catastrophique : le désespoir d'appartenir à une société sclérosée dont on ne voit pas bien comment s'en sortir.
L'auteur arrive à construire, malgré tous ces handicaps, une histoire dont on se dit que l'issue sera peut-être moins "moche" que l'accumulation d'événements sordides ne nous le laisserait supposer.
Je l'ai déjà dit, je crois, je trouve chez cette auteure une force , tant dans le style que dans l'argument, à laquelle j'accorde une certaine admiration.
* J'ai opté pour ce terme, en lieu et place de roman, car, naïvement, je persiste à qualifier de roman un écrit qui a quelque chose à voir avec la romance, et là...je n'en ai pas vu!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Myriam3Myriam3   21 décembre 2014
She wears the trousers now and has mastery over the pig of a man to whom she has been married for twenty-five years. Deciding to do catering for the factory and for private parties has brought her independence, that and a stint on saturday morning doing the altar in the chapel. She holds the chequebook, pays the television rent, pays the licence fee and hides that remote so that he can no longer flick the channels. Their battles have ceased.
[...] A sort of truce after many bitter years of rowing, the earlier years when he struck her, the later ones when he raised his fist and longed to strike her, culminating in an atmosphere of glares.
[...] Gone the time when she cowered, dreaded his key in the door, at night, drunk, banging things, threatening to kill her, all that is past now and there is a truce, a hating truce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
pyrouettepyrouette   20 décembre 2011
Sa voix fut d’abord faible et tremblante, puis elle s’amplifia et s’affirma, s’éleva et plongea pour s’élever encore, un grand frémissement pourpre et sonore qui montait, montait vers les cieux et alors ils se turent, plongés dans un silence soudain et attendri parce que ce qu’ils entendaient était une réponse aux cris les plus secrets de leurs âmes.
Commenter  J’apprécie          70
Myriam3Myriam3   22 décembre 2014
The nuns sealed inside their garments and their guimps were not women, they were snow creatures and she thought of them as being excavated thousands of years hence, like the ice man in Austria.
Commenter  J’apprécie          100
Myriam3Myriam3   31 décembre 2014
"I wish I could have done more for you", Betty said quietly. The look she got back she would always remember, not because there was accusation in it, not that, there was only bewilderment and underneath it, this veil of softness, so soft, so trusting, soon to be slashed.
Commenter  J’apprécie          30
pyrouettepyrouette   20 décembre 2011
On peut penser plus d’une chose à la fois de la même personne, exactement au même moment. On peut penser des tas de choses, et elles sont toutes différentes, et toutes vraies.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Edna O’Brien (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edna O’Brien
Edna O'Brien, guerrière de l’écriture
autres livres classés : avortementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1127 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..