AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809727227
295 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (01/09/2016)
3.62/5   269 notes
Résumé :
Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train.

Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus.

Avec le petit Sosûke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils form... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 269 notes

AudreyT
  24 septembre 2016
Cela aurait pu être l'histoire d'une famille banale, avec ses bonheurs, ses cris, ses joies et ses chagrins. Cela aurait pu être un amour fou, qui prend toute la place, un couple qui se trouve et ne se sépare plus. Cela aurait pu être une famille recomposée, où les liens du sang s'efface au profit des liens du coeur. Cela aurait pu être une vie, perchée dans un village reculé du Japon mais au sein d'une maison ouverte à tous... Mais finalement l'histoire d'Izumi et de Chiyoko, de leur fils Sosûke et de leur fille Takara, est bien plus que ça. C'est une leçon de respect et de tolérance, de combat et de passion...
Ito Ogawa signe ici un nouveau roman serein et rempli de sagesse. Autour de ce couple de lesbiennes, elle crée un monde où les valeurs de vérité et de partage sont essentielles. Son écriture est généreuse et philosophique, tout en étant très contemporaine. C'est un plaisir de partager le quotidien de la famille Takashima et de croire avec elle que notre monde peut être tolérant et aimant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          634
sandrine57
  07 novembre 2016
La trentaine usée par un mariage raté et la routine du quotidien, Izumi mène une existence sans relief, éclairée seulement par la présence de son petit garçon, Sosûke. Un jour, sur un quai de gare, elle empêche une adolescente de commettre l'irréparable. Sur sa lancée, elle l'invite chez elle pour partager un repas. Au fil des jours et des rencontres Izumi et Chiyoko se rapprochent et acceptent le coup de foudre qui les a réunies. Pour vivre cet amour tout neuf, les deux femmes partent, avec Sosûke, sur les routes du Japon et s'installent au ''Machu Picchu'', un village de montagne où les ciel est le plus étoilé du pays. Ici commence l'histoire de la famille Takashima, contraction de leur deux noms, qui s'agrandit encore avec la naissance de Takara, la fille de Chiyoko. Plus ou moins acceptée par les villageois, cette famille hors normes se construit une nouvelle vie et ouvre un gîte ouvert à tous : le jardin arc-en-ciel.
Hymne à la tolérance, manifeste en faveur de l'homosexualité et de l'homoparentalité, le Jardin arc-en-ciel a le mérite de traiter d'un sujet qui reste encore tabou au Japon. Oui mais voilà...A moins d'être un Bisounours, on a du mal à adhérer à cette guimauve dégoulinante de bons sentiments. Il faut bien se rendre à l'évidence, c'est fade, c'est larmoyant et c'est surtout très mièvre. Les personnages féminins sont insupportables de naïveté et de niaiserie, le garçonnet est trop gentil pour être vrai. Les couleurs de l'arc-en-ciel sont noyées par le rose bonbon d'une histoire qui ne touche pas car trop prévisible. Oui, chacun a droit au bonheur, oui, le chemin est difficile pour y accéder, oui, la vie réserve parfois des coups durs, oui, une famille homosexuelle est une famille comme les autres, avec des hauts et des bas, de l'amour et des enfants épanouis...mais fallait-il forcer le trait à ce point ? Habituellement plus subtile, Ito Ogawa s'égare ici dans les clichés et la bien-pensance facile.
Grosse déception donc pour une auteure qui sait faire tellement mieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
kuroineko
  07 mars 2019
Le jardin arc-en-ciel comme le drapeau identique brandi face à l'intolérance. Ça part effectivement d'une bonne idée. Et d'une bonne intention.
On suit l'amour tissé entre Izumi, trentenaire en cours de divorce et mère de Sosuke, six ans, et Chiyoko, lycéenne de dix-neuf ans aux velléités suicidaires quand on la rencontre. Contre les préjugés tenaces au Japon (et pas que là d'ailleurs) où le proverbe incite à marteler tout clou qui dépasserait, ces clous se rebiffent et créent leur propre réalité, leur propre harmonie familiale.
C'est tout beau et rempli de bons et merveilleux sentiments. A tel point que ça finit par provoquer une sensation d'écoeurement, un peu comme le chocolat quand on abuse. La Ogawa Ito de ce Jardin arc-en-ciel est loin d'être au niveau de celle de la papeterie Tsubaki. A vouloir trop bien faire pour constituer une famille pas comme les autres prête à tous les défis par la puissance de son amour, elle n'échappe pas à la mièvrerie. Ses personnages, malgré la construction en roman choral, manquent de profondeur et parfois de vraisemblance.
C'est bien dommage, le thème aurait pu prétendre à meilleur traitement. Erreur de parcours sans doute.
Il me reste encore le ruban à lire d'elle. Pour le moment, c'est bel et bien La papeterie Tsubaki mon préféré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          518
Annette55
  25 juillet 2020
Izumi, déçue par un mariage complètement raté, la trentaine, brouillonne , effrayée, mène une existence morne , routinière , seulement égayée par la présence de son petit garçon: âgé de six ans , le petit Sosûke.
Un jour, sur un quai de gare , elle rencontre Chiyoko, une lycéenne de dix- neuf ans.
Elle la sauve au dernier moment : celle- ci était prête à se jeter sous un train .
Izumi invite la jeune fille à partager son repas.
Quelques jours plus tard, elles se revoient ,Chiyoko aide Izumi à venir à bout de ses tâches ménagères, c'est le coup de foudre, après avoir fait l'amour, elles ne se quitteront plus.
Afin de vivre au mieux cet amour tout neuf, elles fuguent ensemble , trouvent refuge dans un village de montagne, au «Machu Picchu  » sous le plus beau ciel étoilé du Japon.
Ici commence l'histoire de la famille Takashima, , contraction de leurs deux noms, suivi de la naissance de Takara - le- miracle , fille bien nommée de Chiyoko, enceinte avant la rencontre avec Izumi.
Elles dressent le pavillon arc- en- ciel sur le toit d'une maison d'hôtes , unique en son genre .
La famille accueille tous ceux qui se présentent: couples homosexuels, étudiants, personnes seules , gens qui souffrent , en toute bienveillance et chaleur humaine...
Une maison «  du bonheur » au milieu de l'immensité de Dame Nature au Japon!
Cet ouvrage a le mérite de mettre en avant de la plus belle manière un puissant manifeste en faveur de l'homoparentalité et de l'homosexualité la vie des minorités sexuelles , ces gens vivant en marge , à l'écart de tout : SUJET TABOU au Japon.
C'est un chemin peu aisé , en regard à l'intolérance, aux préjugés , remarques désobligeantes ,questions , silences : cette famille recomposée pas comme les autres .
Malheureusement , je n'ai pas retrouvé la poésie et la délicatesse des autres roman japonais déjà lus notamment , rien à voir avec «  Le-Ruban » de la même auteure.
Les personnages sont à la limite du caricatural .
Ils manquent de vraisemblance, la vision sage, bien pensante, l'atmosphère sirupeuse mettent mal à l'aise le lecteur.
Trop beau, pétri de bons sentiments! .
L'auteure s'égare dans certains clichés.
Quelques longueurs et mièvreries rendent l'ouvrage indigeste...
Dès le début j'ai ressenti la pauvreté convenue des dialogues .
J'ai eu du mal à le finir .
Bien sûr, la fin est déchirante ...
Grosse déception pour la première fois au sein de mon périple japonais .
Mais ce n'est que mon ressenti, je peux me tromper...
« De même que le jour succède à la nuit, qu'après la pluie vient le beau temps , l'hiver finit toujours par s'achever »..
«  le Bon Dieu pourrait quand même , me semble- t- il , avoir la générosité d'accorder un bébé à tous les amoureux qui le souhaitent , qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels? » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          366
Croquignolle
  03 janvier 2017
Une famille de quatre personnes.
Deux femmes.
Un garçon.
Une fille.
Une maison du bonheur au milieu de l'immensité de Dame Nature au Japon.
Voilà les ingrédients d'un roman profondément joyeux et émouvant.
Comme une ode à la Vie.
Pourtant, je n'ai pas su me laisser séduire autant qu'avec le restaurant de l'amour retrouvé du même auteur, lu il y a quelques années et qui m'avait profondément bouleversée.
La plume de Ito Ogawa est toujours aussi belle et vivante. Mais peut-être qu'il m'a manqué l'effet de surprise et le pep's que l'on ressent lors de la découverte d'un nouvel auteur.
Malgré tout je ne peux m'empêcher de penser qu'un petit séjour dans la simplicité et la joie du Machu Pichu me ferait le plus grand bien. Comme un décapage qui enlève toutes les couches pour finalement retrouver l'Essentiel : l'Amour et la Beauté. Merci pour ce beau voyage !
Commenter  J’apprécie          380

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
bibisomebibisome   30 juillet 2021
Avant,je ne voyais que les implications négatives du mot rôle.,mais depuis quelque temps, je le trouve très positif. Comme nous vivons en marge de la société, nous comprenons ce que ressentent les minorités. Ce qui nous rend plus attentionnés. Parce que nous comprenons ceux qui se trouvent en position de faiblesse...
On peut même dire que nous sommes destinés à donner des couleurs au monde... Si le monde entier était de la même couleur, ce ne serait pas drôle, n est-ce pas ? Mais même à toute petite dose, une simple touche de couleur suffit à rendre le monde plus joli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bibisomebibisome   30 juillet 2021
Écouter quelqu'un parler, cela semble à la portée de n importe qui.,mais en réalité c'est super difficile. Les événements perturbants ou tristes deviennent une souffrance lorsqu on les garde pour soi, alors qu on peut alléger cette souffrance en les partageant avec quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          10
bibisomebibisome   30 juillet 2021
Le mariage, tu sais, c est un peu comme former un duo de détectives du bonheur. On s arrache parfois les cheveux, on lutte contre des ennemis puissants, mais malgré tout on continue à avancer, à la poursuite du bonheur
Commenter  J’apprécie          00
AudreyTAudreyT   19 septembre 2016
Une famille n'en est pas une dès le départ, elle le devient avec le temps, jour après jour, à force de rires, de colères et de pleurs. Du coup, si on néglige cet effort, malgré les liens du sang, la famille se disloque, se désintègre.
Commenter  J’apprécie          290
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   25 août 2018
Alors qu'un homme et une femme peuvent concevoir un enfant sans s'aimer, deux hommes ou deux femmes, mêmes fous d'amour, n'auront jamais leur propre bébé, c'est vraiment trop injuste non ?
Le Bon Dieu pourrait quand même, me semble t'il, avoir la générosité d'accorder un bébé à tous les amoureux qui le souhaitent qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels.
Parce que les couples homosexuels comme mes parents, on ne les remarque pas mais, en réalité, ils sont nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Ito Ogawa (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ito Ogawa
Vous ne connaissez pas encore la littérature asiatique ? Pas de soucis... Notre libraire Gérard Collard vous propose une sélection de livres pour tous les goûts...
• La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picqier Poche https://www.lagriffenoire.com/1084067-poche-la-papeterie-tsubaki.html • le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/17143-litterature-asiatique-le-restaurant-de-l-amour-retrouve.html • L'Ecole des Chats : Tome 1, le Secret de la Grotte de Cristal ; Tome 2, le Cadeau magique ; Tome 3, La prophétie se réalise de Jin-kyeong Kim aux éditions Picquier Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1085303-romans-l-ecole-des-chats----volumes-1--2-et-3.html • Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017 de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-litterature-asiatique-les-delices-de-tokyo---prix-des-lecteurs-2017.html • le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1056579-litterature-asiatique-le-crepuscule-de-shigezo.html • le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1071028-litterature-asiatique-le-miroir-des-courtisanes.html • Un moment à Pékin, Tome 1 : Enfances chinoises de Yutang Lin et François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078926-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin---enfances-chinoises.html • Un moment à Pékin (T02) : le triomphe de la vie de Yutang Lin, François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078925-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin-2---le-triomphe-de-la-vie.html • le Rêve du Village des Ding de Lianke Yan et Claude Payen aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=20581&id_rubrique=21 • La Concession française de Xiao Bai et Emmanuelle Pechenart aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=143608&id_rubrique=25 • Pénis d'orteil de Rieko Matsuura et Jean-Armand Campignon aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1070870-litterature-asiatique-penis-d-orteil.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #editionspicquierpoche #editionspicquierjeunesse #editionslivredepoche #editionsfolio
+ Lire la suite
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ito Ogawa

En quelle année est née Ito Ogawa

1962
1973
1984
1995

16 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Ito OgawaCréer un quiz sur ce livre

.. ..