AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782823612813
Editions de l'Olivier (04/04/2019)
3.31/5   156 notes
Résumé :
En 1945, nos parents partirent en nous laissant aux soins de deux hommes qui étaient peut-être des criminels.

Dans le Londres de l'après-guerre encore meurtri par les séquelles du Blitz, deux adolescents, Nathanael et Rachel, sont confiés par leurs parents à de mystérieux individus. L'un d'eux, surnommé " Le Papillon de Nuit ", va se charger de leur éducation, et les entraîner progressivement dans un monde interlope, aux marges de la légalité. On y c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,31

sur 156 notes

palamede
  25 avril 2019
Ombres pénombre clair obscur sont les lumières du Londres de l'immédiate après guerre. Sans gêne apparente, Nathaniel et Rachel, privés de leurs parents partis à Singapour, y évoluent dans la coterie hétéroclite de leur chaperon, le Papillon de nuit. Si entre petits boulots, courses de lévriers, trafics en tous genres les deux adolescents, immergés dans un monde aussi mystérieux qu'attirant, sont finalement inquiets par ce qui s'avère une disparition de leurs parents, ce n'est que bien plus tard que Nathaniel finira par découvrir la vérité.
Comme les deux jeunes héros du livre, on entre dans une brume épaisse et trompeuse, tantôt intrigué tantôt amusé par leurs aventures. Mais comme eux on aurait tort de se fier aux apparences. L'auteur tisse une trame labyrinthique qui perd le lecteur dans les méandres de la Tamise, des bas fonds londoniens et de la mémoire d'un homme pour mieux révéler une vérité historique et romanesque prégnante.
« Est-ce ainsi que nous découvrons la vérité, que nous évoluons ? En mettant bout à bout des fragments épars, incertains ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          880
tynn
  03 mai 2019
L'enfance, ce monde de souvenirs tronqués, imaginés, propices à détourner la réalité.
Comment peuvent se construire des enfants dans le secret et l'incompréhension concernant leurs aînés?
Est-il possible de concilier une carrière souterraine dans le monde du Renseignement avec une vie de famille?
Ce roman intimiste qui flirte vers l'espionnage tend à prouver que oui, mais pas sans dégâts sur l'entourage.
Dans Londres de l'après-guerre, Rachel et Nathaniel, adolescents, voient partir leurs parents pour un voyage mystérieux, les laissant de longs mois à la garde tolérante d'un singulier tuteur et de quelques acolytes originaux. Une période de liberté d'éducation qui va structurer les deux enfants en autonomie, sensualité et transgressions, mais aussi en profonde blessure d'abandon et de solitude.
Construit en deux temps, le roman interroge sur les interprétations juvéniles, pour ensuite apporter des réponses dans une reconstitution de l'époque de la guerre.
S'appuyant sur des souvenirs parcellaires, l'homme adulte tente une enquête sur le passé, pour comprendre les faits et les individus croisés, utilisant des chemins de traverse pour parler de courses de lévriers, de parties de chasse ou d'échecs, de beauté de la nature.
Dans une atmosphère à la fois vivante et surannée, comme un vieux thriller des années 50, se côtoient de beaux personnages incarnés et mystérieux. Voici un roman très réussi, à la fois familial, d'apprentissage, d'espionnage et de société, porté par la musicalité d'une écriture longue et généreuse.
Je conseille vivement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Archie
  27 juillet 2020
Michael Ondaatje est un poète, romancier et éditeur canadien, né au Sri Lanka en 1943. Son oeuvre a été à plusieurs reprises saluée par des prix littéraires et l'un de ses romans a atteint une dimension universelle lorsqu'il a été adapté à l'écran sous le titre le Patient anglais.
Ombres sur la Tamise, son dernier roman, est publié en 2018. Des ombres qui brouillent les souvenirs d'enfance de Nathaniel, le narrateur de l'ouvrage, des ombres qu'il lui faudra dissiper afin d'y voir clair sur son passé. A l'âge adulte, il mènera une longue enquête pour faire la lumière sur son étrange adolescence et sur la vraie personnalité de sa mère.
Londres, 1945. La guerre vient de se terminer, la ville panse les plaies que lui a values le Blitz, cette série de bombardements violents sur lesquels comptait Hitler pour faire craquer les Anglais. Les parents de Nathaniel, quatorze ans, et Rachel, à peine plus, annoncent qu'ils doivent s'installer à Singapour, sans les emmener. le frère et la soeur sont pris en charge par deux hommes supposés être de toute confiance, mais les deux adolescents voient plutôt en eux des énergumènes aux tendances interlopes.
Ont-ils raison, ont-ils tort ? Toujours est-il qu'influencés par leur imagination immature, Nathaniel et Rachel interpréteront à leur façon les aventures qu'ils vont vivre. Des expéditions de nuit en bateau sur la Tamise et des réunions dans des lieux glauques leur font entrevoir un monde rocambolesque, où il est question de courses de lévriers, de paris, de truquages, de contrebande, de transport de substances illicites... Plus tard, Nathaniel comprendra.
Confortés sur le moment dans leurs premières impressions, Rachel et Nathaniel ont de surcroît très vite la certitude que leurs parents leur ont menti et que leur mère n'est pas partie à Singapour. Ils échafaudent toutes sortes de théories fumeuses.
Quinze ans plus tard, soupçonnant que leur mère aurait pu jouer un rôle dans les services secrets britanniques, Nathaniel se remémore les moments passés seul avec elle à la fin de son adolescence, dans une maison familiale à la campagne, avant qu'un événement tragique n'y mette fin. Il saisit l'opportunité d'entrer lui-même dans les services secrets, où il est chargé de mettre de l'ordre dans des archives portant sur des événements qui s'étaient produits dans l'immédiat après-guerre : combats d'arrière-garde de groupes ayant soutenu les Nazis et n'acceptant pas la défaite, et à l'inverse, raids de représailles d'autres groupes ayant souffert de la barbarie nazie.
Ce travail de documentation lui permettra d'y voir plus clair sur l'activité de sa mère pendant la guerre et les mois qui ont suivi la fin officielle des hostilités. Une occasion pour l'auteur de saluer des personnes ayant tenu à jouer un rôle concret pendant la guerre, sans attendre plus qu'une discrète célébration pour « service honorable au sein du Foreign Office ».
D'un point de vue littéraire, on dira que l'auteur procède par touches impressionnistes sans ligne claire, à l'instar de certains tableaux de peintres classiques, où l'on devine la Tamise et ses rives derrière des jeux d'ombres et de lumière, censés illustrer le traditionnel smog londonien.
Le mode d'écriture de Michael Ondaatje vise moins l'explicitation des événements que l'effet littéraire. Ombres sur la Tamise est un livre où transparaît le naturel poétique de l'auteur. Il ne plaira donc pas à tout le monde, mais la narration force la curiosité du lecteur et n'est ainsi jamais ennuyeuse.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Fleitour
  27 juin 2020
La Tamise par la magie des peintres, laisse derrière elle une atmosphère fantomatique et floue. Les uns parlent des ombres sur la Tamise, d'autres évoquent le brouillard qui donnait à chacun la possibilité de disparaître à l'instant même où il avait décidé de s'évanouir.
C'est dans ce décors incertain que Michael Ondaatje raconte une brumeuse farandole, dans les rues aux boutiques obscures comme si Patrick Modiano revenait à Londres.
Ce sont les vers de Guillaume Apollinaire qui me reviennent aussi, cette nuit de demi brume.

Deux adolescents Rachel et Nathaniel sont confiés par leurs parents à de parfaits inconnus. Tout au long de cette fiction Nathaniel cherche à reconstituer dans ses souvenirs, les longues traversées de la ville sans vraiment comprendre qui étaient ces deux personnages. Se doutait-il d' activités criminelles. Il fallait se tenir éveillé la nuit, il se passait toujours quelque chose d'insolite, des imprévus nourrissaient l'inquiétude.

Pour un ado quelle miraculeuse destinée, les jeux de rôle naissaient et disparaissaient, la moindre faille un amusement, et le décors, un cirque d'ombres chinoises.
Je me suis régalé comme un scout perdu en pleine montagne, oublié sans savoir comment.

L'un fut baptisé le papillon de nuit, un homme effacé, massif, devenu un locataire, celui du deuxième étage. Et comment déchiffrer Norman Marshall surnommé le Dard de Pimlico. Personne ne semblait s'inquiéter de ce que nous faisions. le Dard s'attacha très vite à Nathaniel. Il avait sans doute besoin de son aide pour l'assister pendant les courses de lévrier, ou pour de longs voyages de nuit dans les canaux oubliés. La recherche permanente de se dissimuler de disparaître, ne cachait-elle pas certains soirs le transport délictueux de nitroglycérine ou de matières si dangereuses qu'elles auraient pu faire exploser Londres.

Nathaniel décide un jour de tenter de comprendre ce que sont devenus ses parents et sa mère. le voilà embauché dans une officine bien discrète
celle des services secrets.
Qu'est-ce qui l'a décidé de se lancer dans cette recherche sinon comme tous les enfants, rêver de découvrir des secrets oubliés, des choses extraordinaires enfouies à jamais. Penser que sa maman ait pu elle aussi disparaître, changer de personnalité, de nom. Jeune homme Nathaniel va vivre quelque chose d'infiniment exaltant et cette rencontre avec Agnès Street va le subjuguer l'emporter et puis elle va disparaître un jour.

Ces gens ne ressemblaient en rien à une famille normale, ni mène à une famille de Robinson Suisse. La maison avait désormais l'allure d'un zoo nocturne rempli de taupes, de chats, de bêtes. Des gens à la démarche traînante qui se révélaient être nés joueur d'échec, jardinier, impossible voleur de grillons, ou chanteuse d'opéra lymphatique.
Entendre une voix parlant de sa mère sur une bande appartenant aux services secrets, ou se rendre compte qu'Agnès Street n'était que le nom du premier immeuble de la rue, lui apportaient un peu de vérité comme un zeste de sérénité.
Nuits et brouillards parfois se dissipent, un envoûtement se dilue un autre prendra le relais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
montmartin
  21 avril 2019
« N'oubliez jamais : votre histoire n'est qu'une histoire parmi d'autres, pas nécessairement la plus importante. le moi n'est pas ce qui compte le plus.»
Le roman débute en 1945. Nathaniel le narrateur, 14 ans, et sa soeur, Rachel, ont été laissés par leurs parents à Londres, sous la garde d'un homme mystérieux appelé le papillon de nuit. Ses parents sont apparemment allés à Singapour pour le travail du père. Mais Nathaniel découvre une malle contenant toutes les affaires de sa mère dans le sous-sol comme si elle n'était jamais partie de Londres.
Le roman se compose de deux parties. Dans la première, Nathaniel et Rachel passent leurs années d'adolescence dans un état d'insécurité précaire pris en charge par le papillon de nuit et ses amis dont les activités illégales se concentrent sur la contrebande et les courses de lévriers. Dans la seconde partie, Nathaniel est devenu officier des services de renseignements chargé d'étudier les dossiers des fonctions d'hommes et de femmes pendant la guerre. Il va alors reconstituer la double vie de Rose sa mère et découvrir son rôle d'agent secret.
Un récit vivant rempli d'intrigues, de passion, qui nous entraîne à Londres dans la période de la Deuxième Guerre mondiale. Au fur à mesure Nathaniel, va rassembler les fragments d'une histoire de trahison et de vengeance. J'ai beaucoup aimé la construction de ce roman où Michael Ondaatje nous restitue ce passé sous forme d'images. Il nous présente toute une galerie de personnages qui gravitent autour de l'énigmatique Rose. L'auteur évoque également les séquences brutales de la fin de la guerre en Italie et dans les Balkans.
Un roman qui vous emprisonne dans un climat ténébreux dû aussi bien à la ville de Londres toujours dans les brumes qu'aux différents personnages troubles et mystérieux que l'on rencontre au fil des pages.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341


critiques presse (8)
LeMonde   11 juillet 2019
L’écrivain canadien, auteur du « Patient anglais », fait resurgir dans son nouveau roman le gris Londres d’après-guerre et ses mystères, à travers la quête d’un jeune homme à la recherche de son passé. Magistral.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   27 mai 2019
Le romancier canadien d'origine sri-lankaise, célèbre auteur du "Patient anglais", publie "Ombres sur la Tamise", un bijou baigné par l'atmosphère du Londres d'après-guerre.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeSoir   23 avril 2019
En 1945, Michael Ondaatje pose des Ombres sur la Tamise et laisse deux adolescents dans un inquiétant brouillard.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LeFigaro   18 avril 2019
L’écrivain d’origine sri-lankaise situe son huitième roman, Ombres sur la Tamise, après la guerre dans la capitale britannique, où se croisent espions et personnages troubles.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Chatelaine   17 janvier 2019
L’auteur canadien Michael Ondaatje revient en force avec un roman qui porte sur la construction de soi à travers son histoire familiale.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Chatelaine   14 décembre 2018
Une fois ce roman refermé, on a du mal à se déprendre de son climat, au départ brumeux, qui s’éclaire et nous happe. La traduction de Lori Saint-Martin et Paul Gagné rend parfaitement le lyrisme de la version originale anglaise.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
LeDevoir   26 novembre 2018
Ni roman d’espionnage ni roman historique, Ombres sur la Tamise est un long roman plutôt atmosphérique, une sorte de fleuve tranquille dont l’action, si elle comporte quelques rebondissements, nous laisse aussi un peu sur notre faim.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   14 novembre 2018
Ombres sur la Tamise est un roman sur la mémoire et, en même temps, une quête de savoir, car Nathaniel devient obsédé par le mystère entourant sa mère. [...] Cela dit, le nouveau roman de Michael Ondaatje est un savant mélange d'humour et de gravité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   27 avril 2019
Les tunnels de la taupe sont écrasés par les roues,
Les œufs de l’alouette dispersés, leur propriétaire envolée,
Et le sapeur-mineur descelle le foyer du hérisson à grands coups.
L’escargot se rétracte sous l’horrible poussée
Mais en vain ; il est écrasé par le rebord de la jante malsaine.
Le lombric demande ce qu’il entend là-haut dans la mêlée
Et s’enfonce dans le sol pour ne plus voir cette lugubre scène,
Et il se croit en sécurité… 

(Thomas Hardy sur le carnage des petits animaux dans les quelque soixante-dix champs où se livra la bataille de Waterloo)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
palamedepalamede   26 avril 2019
... comment survivre à la longue et difficile traversée de l’adolescence, que nous entreprenons sans véritable connaissance de nous-mêmes  ? « Le moi n’est pas ce qui compte le plus », m’avait un jour murmuré Olive Lawrence.
Commenter  J’apprécie          220
nanashinanashi   02 août 2021
Les Britanniques ne furent pas les seuls à cacher certaines vérités. En Italie, les nazis détruisirent les cheminées de la Risiera di San Sabba de Trieste, l'usine de décorticage du riz transformée en camp de concentration où ils avaient torturé et tué des milliers de Juifs, de Slovènes, de Croates et de prisonniers politiques anti-fascistes. De la même façon, on n'a conservé aucun document évoquant les fosses communes dans les gouffres d'origine karstique au-dessus de Trieste, où des partisans yougoslaves jetèrent les cadavres des anti-communistes; aucune trace ne subsite non plus des milliers de déportés morts dans des camps de détention yougoslaves. De tous les côtés, on élimina les preuves, de manière résolue et précipitée. Des myriades de mains brûlèrent ou déchiquetèrent le moindre document douteux. Et ouvrirent la voie au révisionnisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PibookPibook   18 avril 2019
Quand on grandit dans l’incertitude, on ne s’embarrasse pas des gens plus d’une journée, voire plus d’une heure. On ne se préoccupe pas de savoir ce qu’il convient ou conviendrait de se rappeler à leur sujet. On ne peut compter que sur soi-même. Je mis donc longtemps à apprivoiser le passé et à reconstruire des repères qui me permettent de l’interpréter.
Commenter  J’apprécie          110
palamedepalamede   22 avril 2019
Quand on est jeune, on est moins gêné par la réalité de sa situation qu’effrayé à l’idée que d’autres la découvrent et nous jugent. 
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Michael Ondaatje (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Ondaatje
L'auteur du Patient anglais, Michael Ondaatje, est de retour avec son nouveau roman Ombres sur la Tamise. C'est l'événement de ce mois-ci, que vous conseille Baptiste Liger du magazine Lire. Et la découverte à ne pas manquer s'intitule Les Jours, le premier roman, et pas des moindres, de Sylvain Ouillon.
La chronique complète sur Fnac.com : https://www.fnac.com/L-Instant-Lire-a-la-Fnac-le-match-France-Angleterre/cp43515/w-4
Tous les RDV de L'Instant Lire à la Fnac : https://www.youtube.com/playlist?list=PLE6647C332F180CFA
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..