AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818932117
48 pages
Éditeur : Bamboo Edition (05/11/2014)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 41 notes)
Résumé :
En cette année 1917, le jeune médecin de première ligne Louis-Charles Bouteloup est un officier dérangeant, car il refuse de fermer les yeux sur les aberrations de la hiérarchie. Faute de réussir à lui faire plier la nuque, l'état-major l'affecte à un secteur moins sensible, en Alsace, où Bouteloup a pour mission de former les futurs chirurgiens de tranchée américains qui s'apprêtent à entrer dans le conflit. Il a la surprise d'y côtoyer les parias de l'armée, les t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Tostaky61
  23 juin 2017
Dans ce tome 5, le Lieutenant Bouteloup se retrouve affecté, grâce à la bienveillance de son père... auprès d'une compagnie américaine et plus spécialement un détachement spécial d'indiens.
Dans la veine des épisodes précédents, toute la cruauté et la barbarie de ce premier conflit mondial y est relaté avec réalisme.
Le récit alterne entre la vie au front,les combats et la vie des civils qui vivent dans l'angoisse.
Une fois de plus , une Bd réussie qui invite à poursuivre l'aventure aux cotés de ces ambulanciers trompe-la-mort...


Commenter  J’apprécie          130
tchouk-tchouk-nougat
  05 mars 2015
Un nouveau cycle pour Ambulance 13. Louis Bouteloup, médecin de première ligne, continue à sauver les poilus qui peuvent l'être. En passant outre les ordres de la hiérarchie s'il le faut. Ce qui n'est pas sans déranger son colonel de père qui aimerait préserver la réputation familiale. C'est pourquoi il l'envoie dans un secteur des vosges réputé calme où il est sensé formé d'autres médecins. Il y cotoiera rebus de l'armée française, les corps francs, et les indiens que les américains aimeraient bien voir décimé afin de récupérer leurs terres. Bien sur notre médecin officier ne restera pas planqué sans prendre de risque...
Un nouveau cycle avec de nouveau visage donc. de nouveaux compagnons de route pour Louis.
L'aspect mis en avant, celui de la santé lors de la première guerre mondiale, est toujours aussi intéressant. Un petit carnet viendra completer nos connaissances sur les premières ambulances et camions de chirurgie à la fin du volume.
Et puis on est attaché à notre beau rouquin qui à la rebellion dans le sang pour le bien être des poilus!
Le tout avec de beaux dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
umezzu
  27 octobre 2018
Décidément le lieutenant Bouteloup, humaniste qui a déjà tant donné depuis le début de la grande guerre, a des ennemis de long terme. La vindicte qui le poursuit continue dans ce troisième cycle.
Le voilà désormais en 1918 envoyé en Alsace à mettre ses compétences chirurgicales au profit d'une unité américaine composée uniquement de Cheyennes. L'état-major US veut s'en servir comme chair à canon, histoire de finir les guerres indiennes, et, de façon plus terre à terre, pour détruire les derniers opposants à une exploitation économique de leurs terres. Dans une ultime bataille, ces Amérindiens, aidés des parias des Corps francs, se lancent dans un assaut sanglant, perdu d'avance.
La relecture de cette excellente série BD sur la première guerre mondiale confirme que quelque soit la qualité du dessin et la recherche d'exactitude historique, il faut parfois savoir arrêter une série. Non que ce tome soit mauvais, loin s'en faut, mais Bouteloup accumule tant de malheurs depuis le début de cette série que lui infliger en plus ceux des Indiens d'Amérique est à mon sens de trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Diabolo44
  07 mars 2020
Décidément ce Bouteloup, tout le monde veut qu'il crève.
Voilà maintenant qu'on l'envoie nettoyer les tranchées avec une bande de corps-francs (intéressante, cette bande, d'ailleurs, mais on se demande bien ce qu'un médecin vient faire dans cette galère), mais comme il ne se décide toujours pas à crever, on l'attribue aux Américains, d'abord pour les former, passage intéressant également.
Mais c'est sans compter sur le talent inné de Bouteloup à se retrouver sous les ordres des pires ordures que la terre ait engendrées, et l'officier de Marines américain qui le commande est un champion du monde dans ce domaine, au même titre que ses anciens chefs français. Aussi sec, il l'envoie encadrer une bande de Cheyennes armés d'arcs et de flèches (!), avec un fusil pour quatre, dans une opération suicide sur les Vosges qui n'a d'autre ambition que de se débarrasser d'eux. Comme ça ne va pas assez vite, les doughboys vont même les bombarder.
Bien sûr, inutile de dire que cette foutaise n'a aucun fondement historique, j'ai vérifié. Certes, il y a eu des soldats Peaux-Rouges qui se sont battus dans l'armée US au cours de la première guerre mondiale, au coude à coude avec leurs collègues blancs, mais ils étaient armés de la même manière et n'ont pas été volontairement surexposés (pour ce qui est des noirs c'était encore différent... La plupart d'entre eux ne furent même pas engagés sur le front car on ne leur faisait pas confiance).
Alors on commence à comprendre le message :
- Les officiers sont tous des pourris, des incompétents et des racistes.
- Dès qu'ils le peuvent, ils envoient se faire tuer tous ces sous-hommes de bicots, de sénégalais, de turcos et de peaux-rouges.
Outre que ce message commence vraiment à être redondant et que la série ferait pas mal de se diversifier un peu (Tardi avait été très loin dans ce domaine, mais il a su rester malgré tout un peu plus mesuré), le problème est plus profond. Ça commence vraiment à ressembler à une uchronie, et à la rigueur, pourquoi pas... le problème, c'est qu'à force de faire croiser au lecteur les vrais personnages, les vrais lieux et les vrais évènements, que les auteurs veulent à tout prix placer, plaquer même, de façon parfois un peu artificielle, celui-ci peut légitimement croire que cette BD est vraiment historique et qu'elle s'appuie sur des fondements documentaires sérieux. Elle a fait illusion dans ce domaine durant les 2-3 premiers tomes, mais là ça devient vraiment n'importe quoi, en dépit d'une qualité narrative et de dessin toujours présente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
croix59
  17 juin 2015
Le premier cycle était extrement bien fait même si j'avais une petite aprehension au vu de la bénédiction donnée par l'armée. Eh bien, non. le scénario ne se prive pas de montrer et de juger des comportements indignes de militaires durant cette guerre 14/18. Série dure, réaliste avec un dessin de haut vol.
Parmi la multitude de projet consacré à la 1ere guette mondiale celui ci est un des meilleurs. Louis Bouteloup medecin malgré son pére, militaire haut gradé, apprend durement son métier à l'arriere ou parlois à l'avant des lignes. Les second roles sont vivants et bien croqués. le héros est particulirement sympathique avec ses faiblesses et sa bonne conscience.
A recommander.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
BDGest   03 décembre 2014
En cette année de centenaire, les séries sur la Première Guerre mondiale sont légion. Si un phénomène de saturation commence à poindre, Ambulance 13 a une façon d'appréhender les tranchées qui sort de l’ordinaire.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   17 novembre 2014
Les Plumes de Fer est un très bon début pour un nouveau diptyque qui se place comme l'un des meilleurs de la série L'Ambulance 13.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AUBREYAUBREY   10 février 2016
- Le formol est extrêmement douloureux mon Commandant. Mieux vaudrait oxygène gazeux sous pression ou soluté de Dakin...
- Tatata... ! Elucubrations de civils et d'américains ! Faut amputer. En saucisson, c'est mieux pour le pilon. Zou !
- Au front, dans l'urgence, je vous aurais peut-être donné raison, mon Commandant, mais ici...
- Ici vous obéissez aux ordres d'un supérieur comme en première ligne. On ne discute pas.
Remballez vos outils, Lieutenant. Je prends la main pour opérer le moricaud. On vous attend aux bureau des effectifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
miladomilado   20 juillet 2015
- Je ne donne pas cher de vos galons si je me plains au professeur Curie qui ira immédiatement trouver votre général !
- Vous me menacez, vous une femme, une civile ? UNE CIVILE ?!!
- Vous ne savez pas ce que sont les femmes, commandant, elles ne menacent jamais, elles promettent !
Commenter  J’apprécie          100
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   05 mars 2015
-On m'a transmis votre dossier militaire, docteur... Vous ne souhaitez pas faire carrière dans l'armée j'espère?
-Ce n'est pas mon ambition. L'armée est inhumaine par nécessité, or c'est l'homme qui m'intéresse, mon commandant.
Commenter  J’apprécie          50
umezzuumezzu   31 octobre 2018
- Vous vous intéressez aux coutumes indiennes, soldat ?
- Mon grand-père a été scalpé par Nuage Rouge et mon père a servi au 7éme de cavalerie.
- Est-ce que cela va poser un problème, infirmier ?
- Aucun, monsieur, parce que mon grand père et mon père étaient des brutes.
Commenter  J’apprécie          10
robert7robert7   29 novembre 2015
On ne peut pas dire que vous soyez très à cheval sur le règlement, dans les corps francs...
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Patrice Ordas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Ordas
Scénaristes : Patrick COTHIAS, Patrice ORDAS Dessinateur : Alain MOUNIER
Chirurgien, il affirme le pouvoir de la vie dans l'enfer des tranchées.
Il s'appelle Louis-Charles Bouteloup. Fraichement diplômé de la faculté de médecine, il se retrouve en première ligne, à Fleury, en janvier 1916. Il commande une ambulance hippomobile, surnommée l'As de Pique parce qu'elle est connue aussi bien pour le courage de ses infirmiers, que pour leur manque de soumission au Règlement. Bouteloup est un nom qui compte en politique, car le baron Horace, père de Louis, est député, lieutenant-colonel et proche du général Pétain. Cette relation privilégiée, loin de le protéger, fera du jeune officier une cible désignée pour les ennemis de l?élu, entre autres le redoutable Georges Clemenceau. Néanmoins, Louis accomplira la tâche épouvantable que la guerre lui impose, en essayant de préserver un humanisme auquel il est attaché jusqu?à la rébellion?
Lire des extraits ici : http://www.angle.fr/bd-l-ambulance-13-tome-1-5830732.html
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
962 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre