AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782363710574
328 pages
Éditeur : Pierre-Guillaume de Roux Editions (19/04/2013)
4.43/5   7 notes
Résumé :
Rudi Leban, le Slovène, vient d'échapper de justesse à une rafle allemande à la gare de Trieste. Le voilà contraint de reprendre aussitôt un train qui remonte, lui-même, le fil d'une longue histoire de résistance au joug italien, illuminée par la présence de la jeune Vida. Replié sur le haut plateau du Karst, Rudi sait qu'il va lui falloir bientôt revenir à Trieste. Revenir chez lui après bien des détours - comme Ulysse à Ithaque - et chasser de la mythique ville-da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
krzysvanco
  30 mars 2021
Boris Pahor, au moment où je rédige ce billet, est âgé de 107 ans et est sans conteste le doyen des écrivains dans le monde.
Quand Ulysse revient à Trieste à certainement des accents auto/biographiques car, comme son héros, il est né à Trieste, à d'abord combattu en Afrique du Nord dans l'armée italienne puis en 1943 a rejoint la résistance slovène contre les Nazis
Trieste est une ville qui m'a toujours fasciné, son histoire est incroyablement riche : Habsbourgeoise durant sept siècles, italienne après la première guerre, ayant adhéré précocement au fascisme. ce qui a entraîné une volonté de Mussolini d'éradiquer la culture slovène. La défaite des Allemands entraîna pendant 43 jours une occupation yougoslave.
Boris Pahor nous restitue la situation en septembre 1943 : tous les militaires italiens sont déliés de leur allégeance au roi d'Italie et doivent rejoindre l'armée allemande. le héros ne s'y résoudra pas et rejoindra la résistance.
C'est un livre intéressant, il s'attache aux hésitations du protagoniste hésitant entre la lutte dans le Karst, les monts entourant Trieste, ou à l'intérieur de la ville elle-même, il nous dépeint les rudes villageois toujours prompts à aider les combattants, les mères s'inquiétant pour leurs fils, le désir de liberté des Slovènes et leur volonté d'être fiers de leur nation.
S'y joint deux beaux portraits de femmes.
J'ai beaucoup aimé, Boris Pahors nous donne un autre éclairage sur Trieste, ville de frontières célébrée par tant d'écrivains
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614
SZRAMOWO
  01 août 2017
Indépendante depuis le 25 juin 1991, la Slovénie a fait partie de l'ancienne république de Yougoslavie. le pays, pour autant que l'on puisse parler de pays slovène avant 1991, a connu de nombreuses dominations dans son histoire, autrichienne et italienne notamment.
La lutte contre l'envahisseur a nourri le sentiment national slovène. Boris Pahor raconte un épisode de cette lutte.
18 septembre 1943, les USA ont débarqué en Italie, ont défait Mussolini récupéré par des parachutistes SS et installé dans sa République fantoche du Lac de Garde.
Les soldats slovènes, enrôlés dans les troupes italiennes, reçoivent l'ordre du commandement de la ville de Trieste de se présenter aux autorités allemandes pour être enrôlés et combattre les partisans.
Rudi Leban fait partie de ces jeunes soldats qui abandonnent l'uniforme et décident de rejoindre le maquis, déjouant les pièges tendus par les soldats allemands, dans toutes les gares.
Le récit est celui de la fuite en train, sous le regard empathique des voyageurs qui identifient sans mal ses jeunes gens taiseux, vêtus d'habits d'emprunt :
« La conversation s'installa, couvrant le grondement des roues, tantôt couvertes le grondement des roues tantôt couverte par leur martèlement contre les rails. Addition, addition des tronçons métalliques, et en même temps soustraction. Compte à rebours jusqu'au prochain arrêt, qui pourrait bien porter le nom de Vérone. »
Les souricières tendues par les Allemands à chaque gare, à cette époque les gares étaient fermées et leur accès réservées aux voyageurs, obligent les jeunes gens à sauter du train avant l'arrivée à destination.
« Après avoir sauté du train, le voilà qui fuyait comme une bête traquée. Traquée par des chasseurs affamés de chair humaine qui arborent une tête de mort sur leurs calots. Il courrait, gravissait les marches deux à deux. Il en laissait six derrière lui. Puis six encore et encore autant. N'allaient-elles donc jamais finir ? S'en créait-il de nouvelles au fur et à mesure qu'il les franchissait ? Se pourrait-il qu'elles soient, elles aussi, ensorcelées par le mauvais sort qui planait sur cet automne d'acier ? »
Ces deux phrases sont représentatives du style de l'auteur et de la façon dont Rudi Leban, le héros, qui n'est autre que Boris Pahor, est confronté à des découvertes et des épreuves successives.
Il découvre que le nationalisme ou plutôt l'attachement viscéral dont il fait preuve à l'égard de sa patrie La Slovénie, n'est pas partagé par toute la population. Son amie Vida, n'a-t-elle pas été séduite par un homme italien ? N'a-t-elle pas cédée à «l'éclat de la grandeur étrangère » ?
Lui-même n'a-t-il pas éprouvé une admiration coupable pour les soldats italiens entrant en triomphateurs dans Ljubljana ? « Toi aussi, tu as droit aux considérations réservées aux glorieux Romains. Ah, ah ! »
La fuite vers le maquis prend des allures de voyage initiatique. Rudi remettra en cause son projet initial de réussir ses études de droit pour devenir l'avocat de talent qui défendra les opprimés contre le régime qui professe : « Epargne ceux qui courbent l'échine : quant à ceux qui se rebellent, écrase-les. »
Ecrit en 1955, le roman de Boris Pahor garde toute son actualité en 2017. Il éclaire l'évolution des Balkans vers les conflits que nous avons connus dans les années 1990. Il pose par ailleurs une question fondamentale : les guerres de libération nationales, en se construisant dans le rejet de l'envahisseur, ne conduisent-elles pas à terme au rejet de l'autre ?
A lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
mayang
  01 juin 2013
"Quand Ulysse revient à Trieste" est le récit de la résistance qui commença en 1943 dans la ville pré-citée à la suite de la destitution de Mussolini. Publiė en 1955 dans la ville slovène de Koper nous devons aux éditions Pierre-Guillaume de pouvoir lire ce témoignage écrit par un des derniers sujet de l'Empire des Habsbourg: Boris Pahor.
L'histoire relate l'engagement de Rudi Leban, alias Boris Pahor himself, qui, refusant d'être un "malgré-nous" de la Wehrmacht qui rafle les jeunes italiens pour les envoyer sur le front russe, va se cacher sur le haut plateau du Karst puis rejoindre sa ville, Trieste, où il ménera un double combat contre les fascistes et les nazis. L'histoire de Trieste est déjà, en soi, assez terrible, son statut ayant souvent changé tout au long de son histoire, et l'auteur nous éclaire sur une page particulière peu connu du grand public. Boris Pahor aura 100ans cet été, joli cadeau qu'il nous fait là: l'occasion de mieux connaître l'histoire de notre continent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LambertValerie
  16 juillet 2020
C est le premier livre que je lis de Boris Pahor, fascinée par cette Europe centrale que fut la Mitteuropa incarnée en autre par la ville de Trieste.
L'histoire qui nous est contée est celle d un jeune homme en qui le sentiment d appartenance à la terre slovène et à la Slovénie est puissant.Comment ce peuple peut il accéder à sa liberté en étant sous lej oug italien et allemand , comment dépasser ce sentiment d infériorité émanant de tout slovène, qui pense être inférieur aux autres pays de grande culture.Des questions pertinentes, personne ne devrait se sentir inférieur.
J ai aimé ce roman malgré la déception de ne pas avoir bcp lu de descriptions de Trieste.
Ce livre est à mettre en corrélation avec le livre de Claudio Magris sur l'évocation du camp de concentration: la riziera
Je lirai d autres livres de Pahor


Commenter  J’apprécie          30
babelioff
  05 février 2016
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
LeFigaro   02 septembre 2013
Le protagoniste, Rudi Leban, emprunte un train le menant du nord de l'Italie vers Trieste, chaque gare traversée lui offrant le décor aux questionnements sur l'Histoire et sur le destin d'un pays. L'occasion également pour l'auteur de brosser deux splendides portraits de femmes.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   08 juillet 2013
Le roman de Pahor n'a pas l'innocence des mythes. C'est un roman problématique tendu entre l'engagement et l'ironie, le goût de la nature et la volonté politique, la poésie du coeur et la prose du monde.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   30 mars 2021
Afin de ne pas la toucher avec ses mains collantes, Rudi posa ses deux poings fermés sur les épaules de la jeune femme, pareilles a deux anses rondes sur une jarre précieuse.
En un éclair, là-haut dans le ciel, le soleil s’embrasa, et scintilla sur la mer ; le visage de la jeune femme s’irradia, puis une lumière blanche éclata devant leurs paupières fermées - c’était l’odeur du raisin dans la hotte, le parfum du fenouil, et le sucre des figues tard venues à l’abri contre la falaise. La douceur du raisin sur les lèvres de Majda, et la fermeté moelleuse de sa poitrine qui avait la douceur de la mer bleue dans un havre placide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SZRAMOWOSZRAMOWO   24 avril 2016
"Vicenza !" annonça le contrôleur.
Il a dit "Vicenza" comme tous les contrôleurs disent Vicenza. D'abord, ils disent "Brescia", ensuite "Verona", enfin "Vicenza". A son intonation, on aurait pu se croire en temps de paix. Il faisait nuit et le passager somnolait (…). L'annonce du contrôleur le rassura. Elle lui indiquait que le moment de descendre n'était pas encore arrivé. Dans le couloir, on entendait des bruits de pas, de portes qui claquent, les ronflements de la locomotive. Mais le passager se recroquevilla et ferma les yeux, plein de reconnaissance envers le contrôleur de n'avoir jusqu'alors dit que "Brescia", ou "Vicenza" ou "Mestre". La gare de Trieste était encore loin. Blotti dans son gîte, l'homme pouvait en toute quiétude s'abandonner à son somme.
Une éternité se passa avant que le contrôleur ne crie : "Padova".
Puis : "Venezia !""
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
krzysvancokrzysvanco   30 mars 2021
Il comprit alors qu’il était prisonnier d’une force invisible. Sourde et invisible. Oui, la peur de la ville. C’est ça. L’effroi devant cette usine qui depuis des siècles s’emploie à fondre les Slovènes dans le moule italien. C’est ça. C’est ça. Oui, c’est ça. Ah! On les refaçonne du tout au tout ! On les affuble d’un nouveau nom, puis on leur fourre dans les mains la grammaire d’une nouvelle langue. Sans oublier que, depuis la fin de la Grande Guerre, c’est par le fer et par le feu que ça se passe. Bien sûr, c’est dès l’enfance que la peur s’insinue dans vos veines, avec les maisons en flammes, avec l’incendie de la Maison de la culture slovène en plein cœur de Trieste... Mais il n’y a pas que la peur : il y avait aussi le sentiment d’infériorité. Car on vous traite comme un paria.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
babelioffbabelioff   05 février 2016
Car, là-bas, de l'autre côté de la ligne du tram et de la barrière, le grand bleu souriait pudiquement à la lumière qui frissonnait au sommet des collines, hésitant encore à se déverser vers lui.
Commenter  J’apprécie          40
babelioffbabelioff   05 février 2016
A l'instar de Pénélope, ils défaisaient la nuit ce qu'ils avaient confectionné le jour. Ils débarquaient les cargaisons allemandes, mais faisaient sauter les rails par lesquels devaient arriver les nouvelles livraisons.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Boris Pahor (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Pahor
Teaser 4'23" de "Boris Pahor,portrait d'un homme libre", un film de Fabienne Issartel
autres livres classés : triesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox