AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782382460030
288 pages
Agullo (09/09/2021)
4.09/5   87 notes
Résumé :
" Les habitants de Gênes ont fui ou se terrent chez eux. La ville est déserte et l'état de siège a été proclamé. "
Un grand roman noir sur les coulisses du sommet altermondialiste de Gênes en marge du G8, et comment les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se sont soldés par la mort de Carlo Giuliani, abattu d'une balle en pleine tête par un carabinier.
Gênes, juillet 2001.
Les chefs d'État des huit pays les plus riches de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 87 notes
5
15 avis
4
13 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kirzy
  19 septembre 2021
Rentrée littéraire #25
Superbe titre crépusculaire pour nous plonger en plein sommet du G8, à Gênes, 2001, au coeur des manifestations altermondialistes qui ont rassemblée près de 500 .000 personnes, et de la répression policière qui s'y est abattu avec une rare violence.
Une nouvelle fois, son récit permet d'éclairer le présent en expliquant le passé. Les manifestations anti-G8 ont posé les jalons des luttes actuelles, notamment environnementales, même si en 2001, les luttes étaient plus politiques et sociales. Surtout, vingt ans après, les plaies ne sont pas refermées, bien qu'en 2015 l'Italie ait été condamné par la cour européenne des Droits de l'Hommes pour n'avoir jamais cherché à identifier et poursuivre en justice les auteurs des violences policières ( autre thématique au coeur de l'actualité ).
Frédéric Paulin y était, au contre-sommet du G8. Et il a décidé de faire quelque chose de ce traumatisme, de ses souvenirs mais avec la même rigueur que celle déployée pour sa formidable trilogie Benlazar sur la naissance du terrorisme islamiste mondialisé. Il maitrise parfaitement le procédé consistant à mettre en scène des personnages ( fictifs ou pas ) évoluant dans des différentes strates ( des politiques, des policiers, des manifestants ) pour proposer une radiographie précise et complète des quatre journées du 19 au 22 juillet qu'il a choisies de raconter.
Même si on sent très fortement ses affinités, son roman ne tombe pas le manichéisme grâce aux regards croisés de personnages de son casting qui fonctionne par binôme : le couple de manifestants, un proche du NPA et une anarchiste ( pas celui qui m'a le plus accroché, duo un peu artificiellement construit mais qui permet d'évoquer les dissensions au sein de l'ultra-gauche ), deux flics français infiltrés, une journaliste et son photographe qui couvrent le sommet, un conseiller en comm' de Jacques Chirac dépassé par les événements et son alter ego italien fasciste revendiqué au service de Berlusconi.
Une fois le casting présenté et installé, le récit va à cent à l'heure et happe en alternant les points de vue. Frédéric Paulin a l'art de nous immerger au coeur de l'action, que ce soit dans les coulisses des stratégies politique et policière, ou en pleine manifestation hors de la zone rouge. On sent toute l'urgence de la situation dans la vivacité des dialogues directement intégrés au texte, comme dans un flot de passions qui déferlent sur le lecteur. Et c'est passionnant de voir comment les black blocs ont confirmé leur puissance à Gênes, après être apparus en 1991 lors de manifestations contre la première guerre du Golfe puis en 1999 lors du contre-sommet de l'OMC à Séville. Quant à l'épisode terrible de la répression sanglante à l'école Diaz ou celui de la mort de Carlo Giuliani tué par un projectile tiré par un carabinier, ils glacent d'effroi tant il fait écho aux spasmes de l'actualité récente.
Un auteur vraiment important dans ce qu'il dit du monde actuel. Pour ceux qui ne connaissent pas, je conseille vivement de découvrir le premier tome de la trilogie Benlazar, La Guerre est une ruse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          954
sebastolivre
  16 janvier 2022
Le crépuscule de nos espoirs.
Gênes 2001. le sommet du G8 s'annonce mouvementé. le mouvement altermondialiste est à son acmé, et les puissants en ont assez de se faire contester.
La tâche de clore cette plaisanterie sera confiée au plus ridicule chef d'état de l'époque, Silvio Berlusconi, qui ne boude pas son plaisir pervers de transformer "la Superbe" en poudrière.
À l'abri des odeurs de souffre derrière les ors du palais ducal, les puissants peuvent continuer de parlementer et de singer la solidarité.
Bien sûr il y aura de beaux discours, à l'exemple du président français de l'époque, Jacques Chirac, personnage croquignolesque s'il en est de ce roman. Ses belles idées battent autant d'air que ses grands bras, alors que dans les faits le peuple étouffe au sens propre comme au figuré. Les manifestants qui n'arrivent plus à respirer à travers la nuée lacrymogène lancée sur la ville, seront pourtant les plus chanceux. La répression se voulait sanguinaire. Elle sera sanglante.
Les chiens sont lâchés. Une horde d'hommes surarmés, caparaçonnés et lobotomisés aux idéaux fascistes a carte blanche pour "se venger" d'une "fange" prolétaire qui viendrait menacer le pouvoir de leurs maîtres.
Grâce à des personnages parfaitement incarnés implantés aux quatre coins du sommet international et de sa contestation, Frédéric Paulin parvient de façon magistrale à nous faire vivre un des moments clés de la scène politique et de l'engagement de ce siècle.
Si vous n'avez jamais vécu de manifestation, violente qui plus est, vous devez lire ce livre. Si vous n'avez rien compris aux Gilets Jaunes aussi, car on y retrouve les mêmes procédés de manipulation de l'opinion, notamment au niveau médiatique.
La nuit est tombée sur beaucoup d'âmes à Gênes, dont celle sans trop m'avancer de Frédéric Paulin qui était présent.
Elle est tombée aussi sur le corps d'un étudiant de 23 ans ce soir-là, Carlo Giuliani. Ne l'oublions pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          821
LaBiblidOnee
  09 novembre 2021
« Les habitants de Gênes ont fui ou se terrent chez eux. La ville est déserte et l'état de siège a été proclamé. » Ainsi commence ce récit choral qui relate, durant le G8 à Gênes en 2001, l'affrontement des manifestants avec les forces de l'ordre. C'était il y a déjà 20 ans, j'étais trop jeune pour me rappeler les tenants et aboutissants de ces événements. Généralement, quand on se plaint que la police « ose » riposter contre les casseurs qui, eux, brisent tout et blessent tout le monde sans état d'âme, ça m'énerve profondément. Pourtant, lorsqu'elle n'est pas contrôlée, la violence d'où qu'elle vienne engendre la violence jusqu'à, parfois, ne plus pouvoir être maîtrisée. C'est ce qui s'est produit en ce juillet 2001 à Gênes, dans un climat que nous avons connu récemment avec les gilets jaunes. Sauf que j'ignorais que cela avait fini si mal, ainsi que le contexte particulier qui a conduit à cette issue.

Frédéric PAULIN nous fait assister à la montée en puissance des idéologies contestataires : les non-violents, puis ceux qui utilisent la violence symbolique (les tuniques blanches), et les véritables casseurs (le black bloc). Dans le même temps, on assiste aussi à la propagande de peur lancée par le gouvernement italien de Berlusconi pour, d'une part, justifier l'état de siège et l'interdiction de la zone politique aux manifestants (ce qui les motive encore plus car ils trouvent inadmissible d'être interdits de manifester à l'endroit où se déroule le sommet proprement dit) et, d'autre part, justifier l'utilisation de la force répressive pour endiguer la violence quand elle se déploiera. « Leur idée, c'est de pénétrer dans la zone rouge. Ca, le Gouvernement ne le permettra pas ». En effet, tout le monde est persuadé que les casseurs veulent mettre la ville à feu et à sang. Si l'instrumentalisation des médias fonctionne si bien, c'est que les manifestations du précédent sommet politique, à Göteborg, ont marqué les esprits :

« Des chevaux fous de peur lancés au galop sur une foule brandissant des drapeaux rouges et noirs. Des incendies, des commerces ravagés, des chaussées dépavées, une ville dans la chaos. Un vent de colère et le refus qui souffle depuis loin, très loin, remontant sans doute le fleuve Göta älv pour se déverser dans les rues. le Gouvernement a envoyé la police en armure et la gendarmerie montée. Des véhicules blindés foncent sur les avenues, écartant les émeutiers comme le patriarche ouvrit la mer. Mais cette mer d'hommes et de femmes vociférant, projetant des pavés et des bouteilles sur la soldatesque, se referme aussitôt après leur passage. »

Les manifestants ont dépassé les bornes de la violence au sommet précédent, l'Italie de Berlusconi compte s'en servir pour affirmer sa puissance. Frédéric PAULIN nous fait alors infiltrer les coulisses des manigances entre Conseillers politiques, les enquêtes journalistiques au coeur de l'action à la recherche du scoop, ou encore la vie paranoïaque des manifestant qui se savent infiltré par les flics, les balances et même deux agents de la DST qui n'ont rien à faire là et n'avaient pas du tout envie d'aller risquer leur vie pour satisfaire une demande politico-politique… Mais les manipulations sont telles que nous nous retrouvons bientôt tous pris au piège de l'Histoire. « La situation devient ubuesque : des flics, une journaliste, un traître et une pure et dure vont tranquillement se balader au milieu du black bloc ». Les forces de l'ordre ne veulent pas vraiment en venir aux mains, mais les discours alarmistes de la hiérarchie, qui leur a ordonné d'être prêtes à répliquer à mort si nécessaire, les échauffent « Si on essaye de vous tuer, je vous ordonne de répliquer oeil pour oeil, gronde le commandant ».

Les manifestants, quant à eux, n'ont pas toujours l'air d'avoir choisi la voie de la protestation par intime conviction mais plutôt par dépit, à force de ne pas réussir à percer les milieux intellectuels sans piston et se persuadant que tout cela est la faute des « petits bourgeois ». A les entendre, eux seraient des saints : « On veut qu'ils sachent que la violence, on ne fait que la retourner contre les flics et l'Etat qui l'utilisent bien avant nous ». Sauf que cette manif ne fait pas exception : ce sont d'abord les manifestants, qui se sentent si libres et si forts après avoir pété des pare-brises et des boutiques, qui agressent gravement les forces de l'ordre dans leurs véhicules. Celles-ci ne font que répliquer au départ - à la grande surprise des manifestants qui ne comprennent pas qu'on s'en prenne à eux en retour ! A ce moment de l'histoire, les écouter raisonner ne donne vraiment pas envie de les plaindre ni de les soutenir. J'ai apprécié ça : que l'auteur ne me force pas à me faire apprécier ou plaindre les manifestants plus que les autres parties en présence.
D'ailleurs les journalistes qui les suivent et les connaissent ne sont pas dupes : « Gênes pour eux, c'est un grand terrain de jeu où il faut casser le plus de vitrines, faire cramer le plus de bagnoles et, bien sûr, échapper à la police ; rien d'autre », « qu'importe la couleur du flacon pourvu qu'ils aient l'adrénaline » parce que (ça c'est moi qui le rajoute) c'est quand même plus facile de détruire ce que les autres sont parvenus à construire dans leur vie de de se construire une vie à soi. « Si j'appartiens au black bloc, c'est parce que le monde dans lequel je vis est monotone et effrayant. Essayer de le détruire est une jouissance ». Et c'est tellement facile, quand nos polices ont l'ordre de répliquer le moins possible.

Pourtant ici, plus le roman avance, plus on se rend compte que le climat délétère instauré par le gouvernement néo-fasciste, et notamment les ordres et discours aux polices ont portés leurs fruits : « ici, à Gênes, les flics n'ont pas l'air prêts à respecter les règles ». Car finalement c'est bien ce dont il est question : la facilité avec laquelle l'histoire peut se répéter et dégénérer si rapidement, avant que les garde-fous ne se mettent en action. Sur fond de fascisme et de guerre civile, Frédéric PAULIN fait monter la tension jusqu'au point de non-retour, jusqu'à ce que La Nuit tombe sur nos âmes… On regarde ces scènes de guerre où tout le monde a peur, et l'on voudrait que les casseurs en profitent quand même pour comprendre que : « cette terreur, c'est celle qui saisit lorsque l'Etat n'assure plus la sécurité de ses citoyens ». Mais le temps n'est pas encore à la réflexion : aux yeux du monde, et surtout des dirigeants italiens, la violence des manifestants vient simplement de donner une bonne raison aux autorités de se défendre, de riposter, et de frapper plus fort encore. Et une fois les chiens lâchés, qui peut les arrêter ? Quand l'ampleur du désastre apparaît enfin, il est trop tard ; il ne sera plus temps que des sanctions et des procès, des jugements européens.

Si, du fait de ce papillonnage d'un univers à l'autre, je ne suis pas parvenue sur le moment à entrer réellement dans l'un quelconque des personnages et à m'identifier ni à m'attacher à l'un d'eux, l'auteur parvient en 250 pages à reproduire une assez bonne vue d'ensemble de l'ambiance et de chaque partie en présence. On en retient que le danger vient de l'extrémisme en lui-même, de quel que bord qu'il soit (Etat ou citoyen). J'ai pensé au départ que nous faire entrer davantage dans les motivations et convictions profondes des uns et des autres aurait gagné en profondeur. Mais nul besoin en réalité : c'est la fin qui donne le dernier coup de massue, et m'a achevée. C'est encore elle qui donne sa profondeur et sa raison d'être au roman. Une oeuvre importante car réaliste et toujours d'actualité. Menée tambour battant, mais rondement menée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5915
musemania
  17 mai 2022
Je connaissais l'auteur, Frédéric Paulin, de nom pour sa trilogie « Tedj Benlazar » constituée des tomes « La guerre est une ruse », « Prémices de la chute » et « La Fabrique de la terreur » dont le plus grand bien avait été écrit sur internet. Je n'ai pas pu m'empêcher de me procurer ce livre récemment mais peu de temps avant, son dernier roman est paru lors de la rentrée littéraire en 2021 avec « La Nuit tombée sur nos âmes ».
Ici, Frédéric Paulin se concentre sur le sommet du G8 de 2001 qui s'est déroulée à Gênes en Italie et qui s'est soldée par la mort d'un manifestant, tué d'une balle dans la tête par un carabinier.
C'est une plongée totalement immersive que l'écrivain offre à ses lecteurs. Cette immersion l'est tant du côté des manifestants altermondialistes que du côté des politiques réunis à l'occasion de cette réunion et de celui des forces de l'ordre. J'ai trouvé que c'était intelligemment écrit et absolument captivant !
Par la lecture de ce bouquin, le lecteur a lui-même l'impression de se trouver sous le soleil plombant de Gênes, évoluant dans les rues, sous la pression constante et permanente des policiers et carabiniers où la moindre étincelle risquait de mettre le feu aux poudres, comme cela fût d'ailleurs le cas en 2001.
Il faut se rappeler qu'à titre précurseur, plus tôt dans l'été, un précédent sommet international avait eu lieu et des échauffourées s'étaient déjà déroulées. Afin d'éviter de potentiels débordements, les forces de l'ordre avaient été massées en masse dans la ville de Gênes. Cela en vue d'éviter le même résultat, par le contre-sommet organisé par des associations altermondialistes et gangrené par la présence de membres d'extrême-droite. Maintenant que l'on connait la suite, ce fût encore bien pire !
Le style fluide est très visuel et permet de revivre le désastre où les victimes se sont comptées par centaines. Car, en plus de la mort d'un manifestant, des jeunes et moins jeunes ont littéralement été tabassés gratuitement par de nombreux fascistes présents au sein des forces de l'ordre elles-mêmes.
En faisant quelques recherches sur ce sommet, pour lequel je n'ai que des brides de souvenirs (soit parce que j'étais assez jeune ou soit parce que les terribles événements qui se sont déroulés 2 mois plus tard lors des attentats du 11 septembre ont totalement occulté mes souvenirs), je suis tombée sur un article de 2017 où le chef de la police italienne tentait de faire son mea culpa en reconnaissant des actes de tortures sur des manifestants !
Tout dans ce bouquin m'a tenue en haleine. Même si on connaît les dégâts au final bien avant la fin, on ne peut s'empêcher de « vivre » ce moment hors du temps, comme si on faisait un saut plus de 20 ans en arrière. Documenté et enrichissant, c'est une lecture à ne pas passer à côté !
Si comme moi, les faits de société vous intéressent, ce livre en est un parfait représentant pour une lecture immersive, totalement aboutie et saisissante.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
JIEMDE
  07 novembre 2021
Inside the black bloc !
Juillet 2001, quatre jours qui ébranlèrent Gênes et l'Europe. Quatre jours qui ébranlèrent, un peu, le monde. Quatre jours et 1 mort. Un de trop. Il y avait eu les contre-sommets altermondialistes de Seattle en 1999, Prague et Nice en 2000 et aussi Göteborg quelques semaines avant. Autant de signes avant-coureurs d'une tension grandissante qui appelait nécessairement une réponse.
Cette réponse, elle advint à Gênes lors du G8 de cet été 2001. Et quelle réponse ! D'un côté, la bunkerisation des 8 plus grands dirigeants mondiaux et de leur cour dans une partie de la ville devenue camp retranché, inaccessible derrière les barrages et défenses policières, symbole éclatant du fossé les coupant toujours un peu plus du monde réel.
De l'autre, 400 000 contre-manifestants attendus de pied ferme par des policiers préparés et gonflés à bloc par leur hiérarchie, issue des partis nationalistes d'extrême droite opportunément alliés à Berlusconi. le piège est prêt. Et l'envie de violence des carabinieri est telle que le combat est forcément inégal.
Dans La nuit tombée sur nos âmes, Frédéric Paulin raconte ces journées à travers le prisme des différents protagonistes qui les ont suivies ou vécues : Nathalie la toto et son mec Chrétien « Wag », ex-LCR découvrant la mouvance anarchiste et le black bloc ; Génovefa et Erwan les journalistes français envoyés spéciaux ; Martinez et Cazalon, les flics français infiltrés chez les gauchos.
Mais il y a aussi – et surtout – tous les apprentis sorciers politiques, qui jouent à celui qui sera le plus grand manipulateur, de Lamar le chargé de com' de l'Élysée, à Carli et Calvini, boutefeux italiens dont les tambouilles et inconséquences aboutiront à la mort du jeune Carlo, 23 ans.
Si le livre de Paulin est à charge – et pourquoi pas ? – semblant parfois pousser à l'excès la violence aveugle des policiers italiens durant ces quatre journées, il suffit de se remémorer les images vues à l'époque (véritables scènes de guerre télévisées) ou les multiples jugements survenus par la suite en condamnations diplomatiques ou judiciaires de ces violences policières, pour prendre conscience a posteriori de l'effroyable réalisme de ce roman.
Parallèlement, la vision que Paulin livre sur les divergences et inimitiés profondes des différents groupuscules qui composent l'extrême gauche et la désillusion – le mot est faible - de Nath et Wag au fur et à mesure des événements, montre que la tendance qui conduit généralement à mettre tous les participants des contre-sommets dans le même sac de beatniks désoeuvrés est aussi stupide que contre-productive.
Côté politiques, les dirigeants de ce G8 ne sortent pas grandis du roman, au premier rang desquels Bush fils et Berlusconi, désespérément sourds et incompréhensifs face à ce qu'il se passe à quelques mètres d'eux. Avec néanmoins une exception faite pour Chirac sans que l'on n'arrive à savoir si son intérêt participe d'un véritable début de compassion ou du flair politique légendaire du baron corrézien.
Un dernier mot enfin : si les contre-sommets se sont apaisés, les mêmes enjeux se rejouent aujourd'hui autour des grands rassemblements liés au climat, avec la même impression d'incompréhension. Mais cela fait longtemps qu'on sait bien que l'histoire ne fait que se répéter. Alors rien que pour cela, la lecture de Paulin est importante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   12 novembre 2021
Qui se souvient de ce mois de juillet 2001 durant lequel se déroula la réunion du G8 à Gênes , alors que deux mois plus tard le Monde verra les deux tours du World Trade Center de New York s'écrouler en direct alors qu’elles ont été percutées plus tôt par deux avions kamikazes ?
Qui se souvient de cette manifestation massive de plusieurs centaines de milliers d’opposants à la mondialisation ? Une manifestation où l’ultra violence s’est déployée pendant ces quelques jours avec comme résultat de nombreux blessés, traumatisés à vie et surtout un mort.
Un affrontement que fait revivre pour nous Frédéric Paulin de l’intérieur. Il décortique jour après jour ce face à face grâce à des personnages clefs .
D’un côté les forces de police italiennes dirigées par une hiérarchie nostalgique du régime fasciste alors que les partis d’extrême-droite participent au conglomérat de la majorité piloté par Il Cavaliere Berlusconi. Des militaires qui rêvent de montrer au monde leur capacité à contenir coûte que coûte cette masse grouillante d’activistes de tout poil. Quitte à laisser leur conscience au vestiaire. Quitte à utiliser tous les arguments, même les plus fallacieux, pour stimuler leurs troupes à commettre les pires exactions sur ces jeunes manifestants .
De l’autre, des pacifistes d’extrême-gauche de tous pays et des anarchistes qui souhaitent semer le chaos . Les plus féroces sont les membres des black blocs qui ne connaissent qu’un mot d’ordre : la destruction systématique de tout ce qui passe à leur portée. Parmi eux , Nathalie et Yag , un jeune couple rennais , habitués de ces démonstrations de force et de ces confrontations mais qui vont vivre une expérience hors du commun qui signifiera peut être la fin prématurée de leur jeunesse et de leurs dernières utopies.

Frédéric Paulin était l’un d’entre eux . Un de ces jeunes manifestants présents parmi tant d’autres pour démontrer qu’il y avait une autre voie possible que cette mondialisation à tout crin. Que le destin du monde ne pouvait être régi par huit états , par huit dirigeants faisant l’apologie d’un capitalisme débridé.
Vingt ans après il témoigne , une sorte d’exutoire peut être …qui sait ?
Grâce à des va et vient incessants entre les différentes factions , à travers les discours va t-en guerre des autorités italiennes, on sent la tension monter d’un cran de pages en pages. Même si on est bien dans un roman, l’auteur s’en tient aux déroulés précis des faits , avec le moins de parti pris possible. Chaque personnage a son rôle à jouer pour nous éclairer au mieux sur la succession des événements. Un drame annoncé disséqué avec minutie par l’auteur. Des deux côtés, le parti de la violence et de la force fait la loi. L’extrémisme a vaincu. Même les services secrets infiltrés sont débordés pour ne pas dire impuissants devant ses actes d’une rare violence alors que les médias indépendants tentent de rendre compte du chaos ambiant et des répressions policières disproportionnées.
Une fois de plus , Frédéric Paulin se démarque et nous offre une leçon d’histoire. Un témoignage indispensable qui nous exhorte à la vigilance. Un rappel que le barbarisme ne doit pas passer. Que cet extrémisme qui affole les sondages aujourd’hui peut être combattu dans les urnes. Sans faute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AllilyAllily   23 janvier 2022
La LCR et le blackbloc sont infiltrés depuis longtemps, les flics obtiendront facilement des informations au coeur du contre-sommet. Il n'y a bien que les militants gauchistes à croire que l'infiltration de leurs groupes est impossible. Ceux-là pensent qu'un ou deux indics seulement ont réussi. Il y a quelques années, Martinez a rencontré un ancien RG. Il a infiltré les autonomes parisiens au début des années quatre-vingt et lui a raconté qu'à l'époque ils étaient une quinzaine à travailler sous couverture comme lui. Bien sûr, il y a eu des cas foireux qui ont pu corroborer la certitude des totos d'être impossible à infiltrer : les mythomanes ou les délinquants expliquant qu'ils agissent aux ordres des flics pullulent dans les tribunaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   24 septembre 2021
Chirac a du flair. C’est un trop vieux briscard pour ne pas sentir l’opportunité d’un nouveau combat qui s’annonce, mondial celui-là. Qu’il y croie ou pas, peu importe : il a compris avant tous ses homologues, les autres chefs d’État qui iront à Gênes, que la mondialisation est la dernière fracture planétaire. La guerre froide est terminée, les antagonismes est-ouest se sont dissipés. Maintenant, le temps de l’opposition nord-sud est venu. Et ça, ça fascine Chirac.

La note jaune stipule qu’il faudra dire que Claude Chirac n’est pas à Gênes parce qu’elle est occupée à préparer le voyage du Président dans les pays baltes, juste après le sommet du G8.

Une autre note – sur papier blanc, celle-là – lui demande de rappeler Maître Legorgu. Des emmerdes, encore. Marie-Laure veut sa peau. Depuis ce soir où il lui a collé une baffe, elle a décidé de le taper au portefeuille, de le laisser à poil. Oui, il l’a frappée, oui, ça ne se fait pas. Mais non, il n’a pas été violent avec elle. Ce soir-là, elle l’a insulté, elle l’a traité de lèche-cul et de menteur, elle a surtout hurlé alors que les enfants dormaient à côté. Jusqu’à ce moment, il ne se croyait pas capable de lever la main sur une femme, la sienne qui plus est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JIEMDEJIEMDE   04 novembre 2021
Les cris, les applaudissements, les rires, la liesse s’opposent à un vieux monde réuni là pour décider des orientations économiques d’une Europe qu’il ne comprend plus.
Commenter  J’apprécie          122
rkhettaouirkhettaoui   24 septembre 2021
Il n’y a que les flics qui peuvent comprendre le danger. Chez eux, il y a des sympathisants, de vrais patriotes. Certains officiers, les plus vieux, ont connu les années de plomb, les attentats de ces ordures de Chinois et des Brigatte Rosse, le massacre de la gare de Bologne en 1980.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Frédéric Paulin (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Paulin
A l'occasion de Lire en Poche 2021, Frédéric Paulin vous présente son ouvrage "La nuit tombée sur nos âmes : Gênes, 2001" aux éditions Agullo.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2542313/frederic-paulin-la-nuit-tombee-sur-nos-ames-genes-2001
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : altermondialismeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura