AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges-Michel Sarotte (Traducteur)
EAN : 9782264032775
299 pages
Éditeur : 10-18 (04/12/2003)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 210 notes)
Résumé :
Le policier italien Taddeo Bottando et son adjointe Flavia sont confrontés à une incroyable révélation. Un étudiant britannique, Jonathan Argyll, affirme que, sous la toile obscure d'une petite église romaine, se cache en réalité un chef-d’œuvre de Raphaël.
Les policiers arrivent, hélas, trop tard ; le curé de la paroisse a déjà cédé ce tableau à un collectionneur. Le gouvernement italien devra le racheter à un prix exorbitant lors d'une vente aux enchères.>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  18 septembre 2015
Premier opus de la série des Jonathan Argyll (depuis longtemps terminée), L'affaire Raphaël a pour moi un charme particulier, que je n'ai pas souvent retrouvé, voire pas du tout, dans les suivants.
D'abord à cause de l'intrigue : un doctorant en histoire de l'art découvre qu'un Raphaël est caché sous un autre tableau sans grande valeur, dans une petite église de Rome. Il se fait damer le pion par un marchand d'art et l'on découvre au monde entier le Raphaël en grande pompe. Oui, mais finalement, ce Raphaël est peut-être un faux. Ou pas. Il y aurait peut-être un vrai Raphaël caché ailleurs. Certainement. Ou pas. Ou finalement, peut-être que si... Vous aurez compris que dire de cette histoire qu'elle est riche en rebondissements relève de l'euphémisme. C'est alambiqué - on peut s'y perdre lors d'une première lecture - et carrément tiré par les cheveux. Mais c'est c'est ce qui en fait toute la saveur, car l'auteur assume pleinement, et avec un bon brin d'humour, la construction de cette intrigue résolument compliquée - contrairement à une Agatha Christie, par exemple, qui, se donne pour mission de faire passer pour parfaitement plausible un plan machiavélique irréalisable.
Ensuite, on découvre ici pour la première fois Jonathan Argyll, en même temps que Flavia et Bottando, qui constituent les deux autres personnages essentiels: Anglais, maladroit, un peu timide, s'enferrant dans les problèmes et s'attirant sans cesse les foudres de la police, c'est un personnage résolument attachant et assez drôle. Qui, du coup, rend Flavia, l'enquêtrice en titre, un rien revêche et un peu trop parfaite à mon goût, ce qui est un peu dommage. le général Bottando, dans son rôle de chef de service rusé, rôdé aux manoeuvres politiciennes mais néanmoins sympathique, complète très bien le trio.
De plus, l'originalité du livre consiste à utiliser le monde de l'art comme toile de fond, chose qui n'est pas faite pour me déplaire, loin de là ; mais point n'est besoin de s'intéresser particulièrement aux arts plastiques pour apprécier ce roman policier à l'humour bien anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Fortuna
  26 février 2016
Un vrai tableau de Raphaël dissimulé sous une peinture de Mantini, peintre de seconde zone et escroc à ses heures, afin de lui permettre de quitter Rome au début du 18ème siècle serait en fait resté en Italie et n'aurait jamais été découvert.
C'est la conclusion à laquelle est arrivé Argyll, jeune anglais historien de l'Art, sur le point de mettre la main sur sa miraculeuse trouvaille cachée dans les ténèbres d'une petite église italienne sans intérêt. Mais un marchand d'art, un certain Byrnes l'a devancé. le tableau gratté, nettoyé, restauré, se révèle être en effet un authentique Raphaël, vendu chez Christie's une petite fortune...au musée Getty de Rome.
Mais ce tableau, bien qu'expertisé, est-il un vrai ? Et si non, qui est responsable de cette escroquerie ? Argyll ? Byrnes ? D'autres agissant dans l'ombre ? Et qu'en est-il du directeur du musée, Marco di Tommaso ?
Le général Taddeo Bottando, chef de la brigade spéciale de protection des oeuvres d'art et son adjointe Flavia sont sur l'enquête. Quand à Argyll, il n'a guère de choix que de les seconder...pour éviter de finir dans les geôles italiennes. de Rome à Londres, en passant par Genève ou Paris, le monde de l'art est bien loin d'être au dessus de tout soupçon. Et le paisible visage d'Elisabetta surgi du 16ème siècle devant nos yeux émerveillés de spectateurs d'une autre époque, continue à susciter sombres convoitises, intrigues, manipulations, assassinats...
Un bon polar, au charme à la fois british et italien, pas inoubliable, mais qui se laisse lire...à condition de ne pas en perdre le fil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
clude_stas
  17 septembre 2014
L'histoire de l'art est emplie de cas litigieux de tableaux à problèmes. Ainsi dernièrement « la Chute d'Icare » de Pierre Breughel l'Ancien s'est révélée être une copie. Une copie d'excellente facture, mais une copie malgré tout. le vrai tableau doit-il toujours être préféré au faux ? Croyez-moi, dans le domaine de l'art, rien n'est moins sûr, surtout que les différencier l'un de l'autre relève parfois de l'impossible. Prenons l'exemple du cas Han van Meegeren. Son nom est resté intimement lié à celui de Vermeer dont il a vendu des copies peintes par ses soins aux nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Sincèrement, il faut être aveugle pour ne pas voir que ce sont stylistiquement des faux.
C'est donc ce genre de problématique qu'Iain Pears (lui-même historien de l'art) utilise comme ressort de son intrigue pour ce premier roman consacré à un trio de protagonistes assez attachants. Tous les trois sont plongés dans une profonde perplexité. Il y a donc le général italien, amateur d'oeuvres d'art où point de s'entourer des peintures qu'il retrouve. Puis il y a la bombe italienne, une enquêtrice intelligente, assistante du général. Enfin, il y a l'Anglais, un historien de l'art pas très futé, commettant bévue sur impair. Tout ce beau monde évolue au milieu d'un marché de l'art où les copies et les faux (attention ! ce n'est pas la même chose ! La différence réside dans l'intention lors de l'exécution). Il y a donc des statuettes étrusques datant de l'entre-deux-guerres (l'affaire Alfredo Fioravanti), des icônes ayant soi-disant survécu aux autodafés des communistes, mais surtout il y a ce portrait par Raphaël, authentifié puis rejeté, pour être caché, perdu puis enfin retrouvé. Un tableau qui ne livrera que difficilement tous ses arcanes. A tout cela, il vous faudra encore ajouter tous ces marchands malhonnêtes, conservateurs et experts véreux, rien que des roublards et des hypocrites, à moins que cela ne soit que de la pure fiction. Posez-vous la question suivante : et si la situation décrite dans ce roman policier était en-dessous de la vérité ?
L'intrigue non dépourvue de situations cocasses et d'humour tout britannique nous emmène de Londres à Rome, avec une étape en Toscane. Ce sera également le cas pour les autres aventures de la série .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
umezzu
  25 février 2016
L'affaire Raphaël constitue le premier tome de la série policière sur le monde de l'art imaginée par Iain Pears. Pour ce faire Pears invente des personnages fort sympathiques. A commencer par Jonathan Argyll, anglais jusqu'au bout des ongles, maladroit au possible, et qui dans ce tome finit ses études d'art par la découverte d'un tableau caché de Raphaël sous une peinture quelconque d'une église romaine. La brigade spéciale italienne sur les vols d'oeuvres d'art, invention de l'auteur, est dirigée par le bonhomme général Bottando, qui a sous ses ordres une jeune et dynamique policière, Flavia, par ailleurs bien troussée et fort appréciée d'Argyll. Ce sont eux qui vont accorder foi aux élucubrations d'Argyll.
La recherche du tableau, déjà revendu, les doutes sur son authenticité, et les manipulations qu'il a pu connaître, s'accompagnent de malentendus et de chausses trappes, en partie causés par Argyll.
Sous des dehors de roman policier classique, Pears sert un parcours dans les milieux de l'art, experts, commissaires priseurs, et collectionneurs, en y ajoutant une bonne pincée d'humour britannique.
Un roman de détente, bien fait, intelligent, et qui sent bon l'Italie, ses pins et son patrimoine historique considérable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
GeorgesSmiley
  03 mars 2018
« Un Raphaël ? L'homme avait sans doute perdu la tête. Il ne se rappelait pas très bien cette église, pourtant il était sûr de savoir où se trouvaient tous les Raphaël du pays. S'il y en avait eu un dans une minuscule église comme Santa Barbara, il l'aurait su. »
Voici le point de départ d'une agréable enquête dans les salles de vente, les musées et les rues de Rome à la recherche d'un Raphaël inconnu car dissimulé depuis des siècles sous une autre peinture sans intérêt. Un Raphaël qui se pose immédiatement en rival de la Joconde et qui, racheté à prix fort par le gouvernement italien, fait la fierté du pays et l'angoisse du service de police chargé d'en assurer la protection.
Laissons les futurs lecteurs découvrir l'ensemble de l'intrigue, plaisante comme les protagonistes de l'enquête, construite sur les travaux d'un jeune doctorant anglais en histoire de l'Art, à base d'expertises et de recherches bibliographiques, de faussaires et de conservateurs rivaux, et assaisonnée d'humour et de légèreté.
On finira (presque) par avoir le fin mot de l'histoire à Sienne, sur la fameuse place du Campo. Si vous vous y rendez, peut-être pour admirer la course du Palio, entrez dans le Palazzo Pubblico, au premier étage arrêtez-vous dans la salle de la Mappemonde puis montez admirer la vue du haut de la Torre del Mangia...Inutile et dangereux de vous pencher au-dessus du magnifique parapet en travertin ! La chute vous attend tranquillement à la fin du roman et c'est beaucoup mieux comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise   05 septembre 2015
L'auditoire était lui aussi à la hauteur. Les enchères londoniennes varient beaucoup quant au style, au décor et à l'objet. Au bas de l'échelle, il y a les ventes de routine qui se passent dans des salles minables, situées dans des quartiers insalubres comme Marylebone, et où la clientèle se compose pour l'essentiel de marchands mal rasés qui se réunissent pour bavarder, manger des sandwiches et enlever des croûtes pour deux cents livres.
Tout au sommet se trouvent les maisons prestigieuses de St James Street, dont les chasseurs en livrée ouvrent les grandes portes de bronze, dont les employés parlent avec l'accent des classes privilégiées, tandis que la clientèle semble pouvoir acheter une huile valant plusieurs centaines de milliers de livres sans s'en apercevoir. Même là, cependant, les marchands sont en majorité, mais il s'agit des princes de la profession, propriétaires de galeries dans Bond Street, sur la 5ème Avenue ou rue de Rivoli. Ces gens peuvent vivre une année entière en vendant un tableau tous les trois mois, et ils sont à la tête de firmes - pas d'une affaire et jamais d'un magasin - fondées souvent il y a un siècle ou plus. Non que cela les rende plus honnêtes et moins susceptibles d'enfreindre la loi si nécessaire, mais ils le font avec une plus grande prudence, une plus fine intelligence et davantage d'élégance.

p.52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MusardiseMusardise   23 juillet 2015
C'était agaçant. Doublement agaçant, en fait. pour Flavia, il ne faisait aucun doute que tous les négociants en œuvres d'art étaient plus ou moins malhonnêtes. Après tout, leur travail consistait à acheter des objets en sachant que leurs propriétaires pouvaient en obtenir davantage ailleurs. Byrnes, cependant, était l'image même de la respectabilité. Parlant parfaitement l'italien, il donnait souvent des pièces aux musées italiens et en prêtait certaines pour des expositions. Ses services dans d'autres domaines avaient été récompensés par des distinctions honorifiques en Italie et en France, qui s'ajoutaient à son titre de chevalier en Angleterre. Il avait la réputation d'être un gentleman cultivé ; on avait jamais ouï dire qu'il eût fait la moindre entorse à la loi et encore moins qu'il l'eût enfreinte. C'était exaspérant, et aux yeux de Flavia cela prouvait juste qu'il était trop malin pour se faire pincer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MusardiseMusardise   07 septembre 2015
A l'étranger aussi la décision de l'Italie fut applaudie. Partout, les directeurs de musées nationaux citaient cet achat comme un exemple que devraient suivre leurs gouvernements respectifs ; certains journaux allèrent jusqu'à désigner le ministre - un piètre administrateur à l'intelligence limitée - comme incarnant le genre de dynamisme et d'ampleur de vues qui feraient de lui un Premier ministre efficace.
Cela déplut au détenteur du poste, mais vu que le gouvernement dans son ensemble tirait quelques bénéfices de cette image d'efficacité, de diligence et de culture - cette dernière qualité étant, en un certain sens, considérée en Italie comme plus importante que les deux premières -, personne ne souffla mot. Cependant on s'en souvint, et le ministre fut surveillé de très près, au cas où il manifesterait de nouveaux signes d'outrecuidance.

p.59
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MusardiseMusardise   24 juillet 2015
Argyll expliqua qu'à son retour en Angleterre, après son infortune dans les cellules des carabiniers, il s'était replongé avec ardeur dans la question Mantini. Ses motifs n'avaient rien à voir avec une quelconque passion de l'histoire de l'art, ni avec un ardent désir de restaurer la réputation du peintre dont il s'occupait et que l’imagination la plus fertile ne pouvait guère considérer autrement que comme une artiste de seconde zone. C'était davantage une question de fierté personnelle : après avoir étudié le sujet pendant plusieurs années, il se devait d'obtenir un document couronnant ses efforts, même s'il ne s'agissait que d'une peau d'âne attestant son droit à être appelé M.Argyll, docteur en histoire de l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MusardiseMusardise   12 septembre 2015
Des complications, rien que des complications. Ça n'arrangerait pas la réputation de Bottando qu'un témoin ait été tué sous sous nez. L'affaire s'en trouverait plus difficile à dénouer, et un meurtre engendrerait des querelles de territoires avec la brigade criminelle et d'autres services de police pour la gestion du dossier. L’enquête risquait de s'enliser et d'aboutir à l'une de ces situations à l'italienne où chacun passe son temps à combattre ses collègues pendant que rien n'avance.

p.183
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Iain Pears (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iain Pears
L'écrivain Iain Pears confie ses méthodes d'écriture.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
763 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..