AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020892797
444 pages
Éditeur : Seuil (03/09/2009)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 20 notes)
Résumé :
4° de couvertture :
(Edition source : Seuil, La librairie du XXIe Siècle - 09/2009)
ISBN : 9782020892797


Bien des chemins mènent à la chambre, le sommeil, l'amour, la méditation, Dieu, le sexe, la lecture, la réclusion, voulue ou subie. De l'accouchement à l'agonie, elle est le théâtre de l'existence, là où le corps dévêtu, nu, las, désirant, s'abandonne. On y passe près de la moitié de sa vie, la plus charnelle, celle de l'insom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
berni_29
  16 mai 2020
En cette période de confinement, dont nous nous extirpons peu à peu, je vous invite à visiter la chambre, lieu de confinement par excellence. La chambre ? Mais quelle chambre, il y en a tant ? Et la chambre de qui ?
Histoire de chambres, est un bijou d'érudition, une véritable encyclopédie du lieu visitée dans le prisme croisé de l'histoire, de la société et de la littérature.
Dans ce livre, Michelle Perrot, historienne, nous invite à visiter l'intimité de quelques chambres, de personnes célèbres et d'autres anonymes, des rois jusqu'aux ouvriers les plus modestes, sans oublier les cellules les plus recrues, prisons ou monastères ou bien encore les chambres d'hôtel, du plus modeste au palace...
Nous découvrons la chambre dans tout ce qu'elle est capable de recueillir, de produire et d'imaginer : la chambre où l'on vit, où l'on se retire, où l'on s'abandonne, où l'on médite, où l'on lit, où l'on prie, où l'on garde ses secrets, où l'on écrit, où l'on est enfermé, où l'on naît, où l'on fait l'amour, où les femmes accouchent, où l'on agonie, où l'on meurt, ah j'oubliais : où il arrive de dormir aussi...
Noblesse oblige, le livre s'ouvre sur la chambre de Louis XIV. Nous savons tous qu'une véritable cour se bousculait tous les matins pour assister au lever du Roi Soleil dans sa chambre. Nous découvrons, sans surprise que tout ceci était un peu une mise en scène, ce n'est pas vraiment à cet endroit qu'il dormait ou qu'il honorait ses maîtresses. Le temps d'une nuit, entre le crépuscule solaire et l'aube publique, il lui arrivait d'ailleurs de visiter maintes chambres et maints lits. C'est dur la vie d'un roi !
Sur le registre des chambres célèbres, j'ai préféré avec émotion visiter celle de Marcel Proust ou encore celle de George Sand. L'auteure nous invite à assister à ce lieu dont ces deux écrivains parmi tant d'autres ont fait un véritable territoire de création, nous vivons à ces endroits respectifs aussi leurs derniers instants. C'est particulièrement touchant ; ainsi vient notamment Céleste, témoin fidèle et dévouée des tourments et des joies de l'auteur d'À la recherche du temps perdu, de son agonie et sa mort aussi...
Zola, quant à lui, nous invite tantôt dans les chambres des plus modestes, des chambres ouvrières, taudis surpeuplés, dans Germinal ou L'Assommoir, tantôt dans des chambres plus luxueuses, comme dans La Curée, tantôt dans des chambres de prostituées, comme dans Nana... L'oeuvre de Zola, et notamment la fresque des Rougon-Macquart, est peuplée d'une multitude de chambres, théâtres d'émotions, de passions et de violences.
Mais la chambre a vécu au fil de l'histoire et des conditions sociales, maintes péripéties. Elle n'a pas toujours été ce lieu de confinement, ce lieu intime. L'intimité est dédiée tout d'abord à l'aristocratie et à la bourgeoisie. Les catégories les plus modestes, agricoles, ouvrières, dorment ensemble dans la même chambre jusqu'à une époque très tardive, parfois jusqu'au siècle dernier...
La chambre conjugale est un îlot moderne au regard de l'histoire de notre société occidentale. Elle peut être le lieu où le couple se retrouve, mais ne dort pas forcément à cet endroit...
La chambre, c'est aussi un lit, ce lieu secret à part entière. D'ailleurs, nous apprend Michelle Perrot, la première apparition d'un lit sur une scène théâtrale fit scandale. Il y a des géométries variables sur le sujet selon l'époque, la condition sociale que j'évoquais à l'instant, selon les pays... La chambre au Japon n'a pas le même degré d'intimité qu'une chambre française, allemande, ou américaine...
À ce sujet, je voudrais vous évoquer quelque chose d'original, de typique à une Bretagne qui m'est chère, le fameux lit-clos évoqué dans le livre de Michelle Perrot. Les bretons d'ici et ceux qui ont visité des écomusées lors de séjours estivaux en Bretagne savent de quoi je veux parler. Un lit enfermé, étroit, où il était difficile d'étaler son corps, quoique les bretons à cette époque n'étaient pas très grands... Ma grand-mère m'avait parlé de son expérience réjouissante... Mais je me souviens d'une femme toute petite... Aujourd'hui, dans beaucoup d'anciennes maisons bretonnes, les lits-clos sont devenus des armoires où ranger le linge ou bien qui servent de vaisseliers...
Homme ou femme, nous dit Michelle Perrot, l'approche de la chambre n'est pas la même. Elle accueille le propos de Virginia Wolf qui exprime un voeu ardent à juste raison, avoir une chambre à soi.
Voilà, je vous laisse découvrir la suite... J'ai surtout pioché ici et là quelques propos qui m'ont séduit afin de vous mettre en appétit. J'ai été époustouflé par la puissance de l'érudition qui se dégage de cet essai.
Désormais, dans notre société, on ne naît plus, ou très rarement dans la chambre d'une maison. La mort, c'est une autre histoire... Disons que les défunts ne sont plus veillés dans leur chambre même si c'est à cet endroit qu'ils ont poussé leur dernier soupir... On les expédie aussitôt dans des chambres mortuaires prévus à cet effet. Étrange société qui évacue du lieu intime ces intervalles extrêmes de nos vies, la naissance et la mort...
Que reste-t-il des chambres d'antan ? Que devient la chambre de maintenant, de demain ? questionne l'auteure. J'ai aimé l'une des phrases ultimes de sa conclusion : « la chambre est la possibilité d'une île ».
Derrière l'érudition foisonnante du texte, il y a aussi une poésie qui dit les secrets d'une chambre, son âme fugitive, les fissures qui se promènent sur un mur, un lieu qui tangue dans la solitude, l'indiscrétion d'un trou de serrure, l'éphémère, l'inconnaissable, peut-être simplement un territoire à la dérive entre quatre murs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
Vermeer
  20 février 2019
Essai passionnant qui concerne l'histoire des mentalités, l'histoire sociale, la littérature, l'anthropologie, l'architecture.
La chambre privée est d'une apparition récente, XVIIIème siècle. Auparavant, elle pouvait être publique : chambre de Louis XIV à Versailles ou chambres-salons des Précieuses du XVII ème siècle telle Catherine d'Agonne.
La chambre : lieu du sommeil, du rêve, de retraite, de prière, de travail, d'écriture, de sexualité, de liberté, d'indépendance, de maladie, mort. Lieu de secret, d'intimité ou de promiscuité quand Michelle Perrot explore les taudis surpeuplés, nids à tuberculose des logements ouvriers du XIXème siècle.
Lieu d'indépendance chez les ouvriers, domestiques qui parviennent à en trouver une, chez les migrants ou adolescents d'aujourd'hui.
L'auteur évoque longuement les chambres sordides des ouvriers et domestiques, les chambrées, garnis. La chambre d'hôtel qui va de la plus misérable à celle du palace.
Lieu d'écriture nombre d'écrivains, Proust qui s'y confine, Kafka, les femmes comme Emily Dickinson et Virginia Woolf pour qui "une chambre à soi" marque l'indépendance qui a tant manqué aux femmes pour créer. Les femmes, plus que les hommes, en ont fait un lieu intime, de mémoire silencieuse.
Michelle Perrot évoque également la chambre-cellule, prison ou lieu de séquestration, la chambre des amours illégitimes, des délinquants en fuite et plus récemment l'apparition de la chambre d'enfant qui n'existe cependant que dans les pays riches.
Un tour d'horizon très large. Les chambres ne sont plus lieu de naissance et de mort depuis des décennies.
Lieu de mémoire mais surtout de l'intime et du secret, les chambres sont pourtant mémoires éphémères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
de
  18 novembre 2011
« Ce livre est une contribution à l'histoire de la nuit vécue de l'intérieur (sinon intérieure), sourdement bruissante des soupirs de l'amour, des pages tournées du livre de chevet, du crissement des plumes, des tapotis de l'ordinateur, du murmure des rêveurs, du miaulement des chats, des pleurs des enfants, des cris des femmes battues, des victimes réelles ou supposées, des crimes de minuit, des gémissements et de la toux des malades, du râle des mourants. Les bruits de la chambre composent une étrange musique. »
La chambre, entre privé et public, n'a ni la même fonction, ni la même géographie, dans le temps et l'espace, la chambre n'est pas un lieu neutre, elle est aussi socialement sexuée.
Cet ouvrage contribue à jeter un peu de lumière sur ces lieux si souvent obscurs, pour essayer de comprendre les mutations et probablement la non unicité de ce que nous appelons aujourd'hui une chambre. « Les retrouver, c'est parcourir à rebours, remonter les voies multiples qui confluaient vers la chambre. Ses fondements familiaux et sociétaux, spirituels et matériels, se sont effrités ou effondrés. »
L'auteure puise largement dans la littérature du XIXème et du début du XXème siècle. Et quelque soit l'admiration que je maintiens pour La recherche du temps perdu de Marcel Proust, je trouve dommageable de ne pas prioriser la littérature la plus contemporaine. Les regards nostalgiques forment une manière de romantisme, de survalorisation culturelle d'un temps passé, qui n'aide pas à se projeter en avant, dans le futur à construire.
« Il y a bien d'autres portes à ouvrir, d'autres chambres à inventorier, dont chacune aurait pu faire l'objet d'un livre. Celui-ci est une invitation au voyage. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LibrairieLeFailler
  27 janvier 2015
Michelle Perrot, spécialiste de l'histoire des femmes obtenait en 2009 le prix Femina pour ce livre qui, d'un étrange sujet à la lisière de l'histoire sociale et de l'histoire privée, parvient à nous conter l'envers du décor de ce lieu intime, théâtre de la moitié de notre vie.
La littérature, la psychanalyse, la sociologie et tout le champ des sciences humaines sont invoqués tour à tour dans cette oeuvre originale, dont la nouvelle édition propose une belle sélection d'illustrations, photographies, enluminures et peintures. Un livre qui invite à garder la chambre, bien calé sur son oreiller.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
berni_29berni_29   21 mai 2020
Ces chambres foisonnantes, énigmatiques, je les ai aimées pour les cicatrices de leurs murs, leurs murmures étouffés, leurs émotions contenues, leurs intrigues, leur densité existentielle et les sentiers forestiers de leur imaginaire. Tributaire des confidences et des « aveux du roman », surprise par leur puissance de suggestion, voire de confession pour chacun d'entre nous, j'ai eu parfois le sentiment d'être indiscrète. Mais plus encore de me heurter à l'éphémère et à l'inconnaissable. Le secret protecteur dont les habitants des chambres s'enveloppaient, leur silence, s'opposent pareillement à l'intrusion de l'historien. La chambre est un objet limite dont l'opacité déjoue les curiosités du chercheur, comme celles du pouvoir.
C'est sans doute une des raisons de sa séduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
berni_29berni_29   21 mai 2020
La chambre a été un creuset de civilisation, à la fois productrice de normes, lieu de création et terrain d'expériences. Dans une longue généalogie, qui va de la chambre du roi à celle du palace, de la cellule du moine à celle de la prison, de la salle commune à la chambre particulière, elle répond aux représentations qu'on se fait du corps et de ses besoins. Lieu d'observation pour les enquêteurs, elle est moyen de surveillance et mode de régulation et de discipline pour ces ordonnateurs. Prêtres, moralistes, médecins, hygiéniste, psychologues l'ont investie, définissant sa disposition et ses horaires, son cubage d'air, son type d'occupation, les manières de dormir.
Architecte et décorateurs ont fixé son emplacement, coloré ses murs, l'ont tapisséee, ornée, meublée de styles variables. Le lit, antre du sommeil, autel de l'amour, tabernacle de la génération, a suscité une attention particulière, dans sa matérialité et ses pratiques, notamment le temps qu'on doit y passer. La chambre-boîte condense les soucis, voire les obsessions d'une société. L'ordre de la chambre reproduit l'ordre du monde dont elle est la particule élémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dede   07 octobre 2011
Ce livre est une contribution à l’histoire de la nuit vécue de l’intérieur (sinon intérieure), sourdement bruissante des soupirs de l’amour, des pages tournées du livre de chevet, du crissement des plumes, des tapotis de l’ordinateur, du murmure des rêveurs, du miaulement des chats, des pleurs des enfants, des cris des femmes battues, des victimes réelles ou supposées, des crimes de minuit, des gémissements et de la toux des malades, du râle des mourants. Les bruits de la chambre composent une étrange musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dede   07 octobre 2011
Il y a bien d’autres portes à ouvrir, d’autres chambres à inventorier, dont chacune aurait pu faire l’objet d’un livre. Celui-ci est une invitation au voyage.
Commenter  J’apprécie          20
VermeerVermeer   20 février 2019
La chambre ouvre sur le rêve qui la subvertit, la fuit. Il se dissout en la retrouvant au réveil, quand le dormeur, tel le nageur abordant au rivage reprend pied enfin.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michelle Perrot (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michelle Perrot
En 2009, Michelle Perrot publiait "Histoire de chambres" aux éditions du Seuil. L'historienne explique que la chambre est devenue le lieu de l'intimité au fil du temps. Si elle devait rajouter un chapitre à cette histoire qui se déroulerait lors du premier trimestre 2020, elle opterait pour une enquête dans les chambres confinées. "L'espace introduit des différences fondamentales dans la manière dont nous vivons", affirme l'historienne.
Dans la catégorie : La maisonVoir plus
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Coutumes liées au cycle de l'existence et à la vie quotidienne>La maison (7)
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1966 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre